ricochet64 / Shutterstock.com

Actualités Protection des cultures

Bayer survivra-t-il au débat sur le glyphosate ?

1 mai 2019 -Niels van der Boom - Commentaires 8

Le géant chimique Bayer tiendra prochainement une assemblée spéciale des actionnaires pour aborder les questions liées au rachat de Monsanto et au dossier hérité du glyphosate. Les dirigeants ont exprimé leurs doutes à l'égard du PDG de Bayer, Werner Baumann, provoquant une agitation dans les rangs de l'entreprise.

Lors d'une réunion vendredi 26 avril, 55 % des actionnaires ont voté contre la décision de rachat de Monsanto, remettant ouvertement en question leur confiance dans Werner Baumann. Il est responsable de Bayer AG. Une source au sein du géant allemand de la chimie a déclaré à l'agence de presse Bloomberg connaître, savoir qu'une assemblée extraordinaire sera prochainement convoquée avec les actionnaires.

Dossier douloureux
Bayer a mis 63 milliards de dollars sur la table pour acquérir Monsanto. Cela a coûté cher à l'entreprise, car avec le rachat, Bayer a également hérité du dossier du glyphosate (Roundup). Cela a donné lieu à 13.400 2 poursuites aux États-Unis. Avec seulement 35 cas derrière, la valeur boursière a chuté d'un incroyable XNUMX milliards d'euros. Les actionnaires ont peu confiance dans une reprise, en raison des poursuites judiciaires en cours.

Les opinions sur ce qui devrait être fait maintenant varient. Certains estiment que Bayer devrait s'entourer des meilleurs avocats afin de contrer les déclarations préjudiciables. D’autres plaident en faveur d’un PDG qui prenne des mesures plus strictes. Une troisième option stratégique consiste à scinder Bayer en sociétés distinctes, afin que le secteur pharmaceutique ne soit pas affecté par l'agriculture.

Bayer elle-même ne veut pas répondre à l'agitation et affirme que les dirigeants continuent de travailler sur le sujet. Les actionnaires attendent avec impatience les semaines à venir. Ils s'attendent à ce que l'entreprise réponde aux actionnaires et réponde à leurs préoccupations.

Nouvelle étude
La nouvelle arrive en même temps qu’une nouvelle étude réalisée aux États-Unis. L'agence environnementale EPA (Environmental Protection Agency) a publié un communiqué connaître, savoir que de nouvelles recherches sur le glyphosate ont confirmé une fois de plus que l'herbicide n'est pas nocif pour la santé. Ces résultats sont conformes à de nombreuses autres études internationales.

Outre le danger pour l'homme, l'EPA a également reçu de nombreux commentaires concernant l'effet sur les insectes. L'agence ne peut pas exclure que le glyphosate ait un effet néfaste sur certaines espèces de pollinisateurs et sur le papillon monarque. Cependant, ce risque potentiel dépend du mode d'administration. En sensibilisant les agriculteurs à ce sujet, il n'y a aucun risque, écrit le président Andrew Wheeler.

Sonny Perdue, le secrétaire américain à l'Agriculture, est satisfait des recherches scientifiques menées par l'EPA. Il dit que les résultats sont conformes à ceux d’autres études. « Si nous voulons nourrir 2050 milliards de personnes d’ici 10, nous avons besoin de toutes les ressources disponibles (y compris le glyphosate) », dit-il. L'EPA emploie 18.000 XNUMX salariés, dont plus de la moitié sont des scientifiques, des ingénieurs ou des spécialistes dans le domaine de la protection de l'environnement.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 8
Peter 1 mai 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/financieel/artikelen/10882294/blijft-bayer-overeind-in-glyphosaatdebat]Bayer survivra-t-il dans le débat sur le glyphosate ?[/url]
En plus de la pollution de l'environnement par Mon, Bayer, dans sa gourmandise, est désormais également mangé de l'intérieur par Mon.
Les actionnaires américains ont eu un sens des réalités considérable lors de la vente. En d’autres termes, ils ont vu l’averse.

Et ici, nous continuons à parler de la nécessité du RU, ce qui ralentit le développement et l'application d'autres techniques. Pourquoi? La drogue s'envole de toute façon.
Il est grand temps de changer de cap.
Peter 1 mai 2019
En plus de la pollution de l'environnement par Mon, Bayer, dans sa gourmandise, est désormais également mangé de l'intérieur par Mon.
Les actionnaires américains ont eu un sens des réalités considérable lors de la vente. En d’autres termes, ils ont vu l’averse.

Et ici, nous continuons à parler de la nécessité du RU, ce qui ralentit le développement et l'application d'autres techniques. Pourquoi? La drogue s'envole de toute façon.
Il est grand temps de changer de cap.
Joep 2 mai 2019
Dommage Peter, le fermier ne peut pas s'en passer. Pas de rafle mais la famine pour les plus pauvres du monde. Mais cela ne vous affecte probablement pas.
Peter 2 mai 2019
@ ouais. Dans quelques années, vous verrez que c’est possible aux Pays-Bas. sans famine.
mais tant que l’utilisation sera autorisée, le développement d’options de remplacement restera ralenti.
Commençons par arrêter la pulvérisation en plein champ (ce n'est pas nécessaire) et appliquer les techniques de pulvérisation appropriées existantes.
Je vois également que l'application de RU est facile et relativement bon marché. mais il s'envole toujours. alors changez de cap avec le temps.
Joep 2 mai 2019
Dommage Peter, le fermier ne peut pas s'en passer. Pas de rafle mais la famine pour les plus pauvres du monde. Mais cela ne vous affecte probablement pas.
Jpk 3 mai 2019
Bayer n'est pas condamné aux USA car, avec une connaissance préalable, le glyphosate est sûr, voir le dossier amiante
Jpk 3 mai 2019
Bayer n'est pas condamné aux États-Unis parce que de meilleurs rapports de recherche rendent le glyphosate sûr, voir le dossier sur l'amiante. Il y a 40 ans, l'étiquette indiquait que l'utilisateur était responsable de l'utilisation du produit.
Peter 3 mai 2019
@jpk. L'utilisateur est induit en erreur par le fabricant depuis des années. Nous verrons ce que les avocats américains en pensent. Surtout maintenant que la responsabilité incombe à une entreprise allemande, l'opinion publique n'est pas favorable au producteur.
Vous le savez probablement. il est vrai que les États-Unis ont compétence en tant que jury.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Pommes de terre

Les pays de l’UE tirent la sonnette d’alarme : le phytophthora frappe

Actualités Protection des cultures

Digi-label, prochaine étape dans l'enregistrement des ressources

Analyse Protection des cultures

Les prix élevés compensent les plus petits volumes de ressources

Actualités Politique

Bruxelles retire la loi controversée sur la réduction de moitié des ressources

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login