Pour les agriculteurs

Actualités Chiffres trimestriels

ForFarmers s'attend à ce que ses bénéfices soient divisés par deux

2 mai 2019 - Wouter Job - Commentaires 15

Le premier trimestre 2019 tourne mal pour ForFarmers. Le groupe d'alimentation animale coté en bourse fait état d'une diminution du volume d'alimentation autonome et s'attend également à une réduction de moitié du bénéfice net.

Les résultats de ForFarmers en 2018 montraient déjà une ralentissement et cette tendance ne s'inverse pas dans les premiers mois de l'année. Sans citer de chiffres exacts, ForFarmers indique que l'EBITDA (bénéfice d'exploitation et indicateur important pour les investisseurs) affichera une forte baisse. ForFarmers estime que la baisse est causée par les positions d'achat défavorables, qui (pour des raisons de concurrence) n'ont pas été répercutées sur les clients.

Une autre cause est la diminution du volume d'aliments composés autonomes vendus. À l'exception de l'Allemagne, les ventes d'aliments pour animaux dans les pays participants ont diminué. Cela est principalement dû à une diminution du cheptel. Grâce aux acquisitions du second semestre 2018, ForFarmers a pu augmenter ses ventes totales d'aliments pour animaux, par rapport au premier trimestre de l'année précédente.

Perspectives pas bonnes 
Au total, ForFarmers parle d'un trimestre décevant. Incidemment, les résultats moindres ne sont pas une surprise. En mars, lorsque le conseil d'administration a annoncé les chiffres annuels pour 2018, le conseil d'administration avait déjà annoncé que le début de 2019 n'était pas bon. Pour inverser la tendance, ForFarmers s'efforce de mieux absorber l'impact de la volatilité des prix des matières premières à l'avenir.

Un revirement est peu probable à court terme. Yoram Knoop, le PDG de ForFarmers, s'attend à ce que l'EBITDA en 2019 soit probablement inférieur à celui de l'année dernière. Cette année-là, ce paramètre financier s'élevait à 100,1 millions d'euros. Dans son prospectus sur les résultats semestriels, la société estime que l'EBITDA chutera de 30% à 35%, tandis que le bénéfice net devrait diminuer de moitié.

Cours de l'action presque divisé par deux 
Les investisseurs ont actuellement peu confiance dans l'action ForFarmers. L'action, qui est cotée sur Damrak à Amsterdam, a ouvert en baisse de près de 2% jeudi matin 10 mai et est tombée en dessous de 7 € par action. Il y a environ 1 an, la part valait encore presque le double.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 15
bep 2 mai 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/financieel/ artikel/10882307/forfarmers-expected-halvering-van-profit]ForFarmers s'attend à ce que les bénéfices soient divisés par deux [/url]
De plus en plus d'entreprises d'alimentation animale découvrent que cela ne se fait plus tout seul.
Fabiola 2 mai 2019
se broyer simplement, n'est pas de l'art, existe depuis des siècles, processus appelé pour les penseurs rendant la source d'amidon et de protéines accessible aux penseurs, est alors plus digeste pour les humains et les animaux, puis mélanger, ne peut pas être difficile, ajouter un noyau trop cher et regarde, fourrage pppfff
Drikus 2 mai 2019
Pour les agriculteurs doivent passer pour une coopérative. Quelle est l'importance d'une coopérative à vouloir être la plus grande? † Une coopérative est là pour les membres. Dans le passé, chaque coopérative disposait d'un espace de travail. Maintenant, tout fonctionne ensemble. Si vous achetez de la nourriture à distance, êtes-vous client et/ou membre d'une coopérative qui s'approvisionne en dehors de son territoire d'origine, j'ai l'impression que ces entreprises sont plus soucieuses des leurs que de leurs membres. Grandir en essayant de rayonner de puissance. Mais à quoi sert un membre s'il n'y a finalement pas d'éléments distinctifs avec d'autres entreprises similaires ? Tous ces éléments peuvent également être emportés et il y a toujours du roulement. Si l'un était le meilleur et le moins cher, il aurait tous les clients, les petits sont toujours bons. sont plus proches du client peuvent généralement changer plus rapidement et connaissent personnellement la région et les clients. Achètent généralement avec des entreprises collègues et disposent donc également d'un volume suffisant sur le marché des achats. En cas de baisse, ils n'ont pas à rendre compte aux actionnaires. Mais portent généralement le fardeau eux-mêmes afin que les ajustements puissent être effectués plus rapidement sans l'interférence d'investisseurs finalement avides.
Français 2 mai 2019
C'est surtout la direction qui veut grandir, car leurs salaires augmentent avec elle. Chez ForFarmers, Knoop gagne déjà plus d'un million et demi d'euros et il reste tout un peloton de réalisateurs. Les commissaires, les conseils de membres et autres sont là pour le bacon et les haricots. Les membres agriculteurs ont autrefois apprécié les distributions des actifs enregistrés, mais ne se sont pas rendu compte que le rapport qualité/prix se détériorait.
Bob 2 mai 2019
Les entreprises privées d'alimentation animale sont bien pires, elles et leurs représentants traient les agriculteurs, chez ForFarmers, l'(atout) reste sous les agriculteurs !
Drikus 2 mai 2019
Cher Bob Il faudra le mériter. Les agriculteurs qui sont encore agriculteurs calculeront leurs résultats tels que la croissance, la conversion alimentaire, le coût du litre de lait, etc. et les compareront avec la moyenne ou les chiffres d'autres entreprises. Ainsi, la qualité et le prix jouent un rôle important dans toute usine d'aliments pour animaux, quels que soient les ratios de propriété. Ainsi, lorsque des particuliers traient des éleveurs, les coopératives y participent aussi, car il n'y a personne qui excelle avant tout en termes de résultats. Chaque usine a des clients avec les meilleurs résultats et d'autres avec des résultats moindres. Et celui qui continue à traire une vache est une fois trait. Il s'agit généralement de petites entreprises qui ne se concentrent pas sur une forte croissance mais qui souhaitent continuer à exister à plus long terme. Si votre client vous traite, vous n'y arriverez pas longtemps et en trouver de nouveaux n'est pas facile non plus. Ou il faut exceller dans les résultats, le service, etc. Ou agitant le porte-monnaie que les clients achètent avec des garanties, etc. Mais ce n'est pas pour les plus petits. Et cette richesse chez For Farmers restera parmi les agriculteurs, le temps nous le dira. Mais une chose est sûre, il faudra courir comme agriculteur sinon on ne restera pas agriculteur. Et ceux qui traient leurs clients ne survivent pas. Et il y a plus de danger de traire les sociétés cotées. Et voyez que votre coopérative bien-aimée a déjà choisi sa direction.
Ard Eshuis 2 mai 2019
Eh bien, ils restent dépendants de la clientèle en déclin et la concurrence est féroce. For Farmers fournit un bon conseil en matière d'alimentation et un savoir-faire à des prix compétitifs et compétitifs. Chaque euro qui revient est inclus et l'actif en nom : Bon, au moins cet argent n'est pas parti... Chez RFC, c'est bien différent..
Dirk 2 mai 2019
L'acuité se perd chez FF, chacun est surtout soucieux de sa place au sein de l'entreprise. Agents d'information à partir de 100 euros par heure prix de revient, tous les autres ci-dessus. Un peu cher pour les amateurs de café et les corvées pour lesquelles le fermier lui-même est trop paresseux.
titulaire britannique 3 mai 2019
Si 2019 s'avère être une bonne année porcine, ce qui reste à voir, ils tenteront à nouveau d'absorber les bénéfices de l'éleveur l'année prochaine. Mais nous ne tomberons pas dans le piège une seconde fois.
Peut-être yvon Jaspers pourra-t-il aussi consacrer quelques épisodes à cela, à toutes les personnes et entreprises qui font du stop et gagnent de l'argent aux dépens de l'agriculteur. (Mais elle le fait elle-même maintenant).
Drikus 4 mai 2019
Cher Dirk et vendeur, c'est plus que juste.
Jopie 4 mai 2019
Salut les gens, si vous ne connaissez pas la question des actifs par leur nom, etc., vous feriez mieux de ne pas répondre. Vous vous ridiculisez en lisant les commentaires ci-dessus. Dans de nombreux groupes d'étude, les gens sont jaloux du tampon financier dont disposent les collègues du groupe grâce à VON.

Un ancien député.
entaille 4 mai 2019
résultat de la mégalomanie, la croissance en reprenant la concurrence très cher au lieu de se performer, boerke paiera encore
Drikus 4 mai 2019
Cher Jopie, c'est très bien que ces gens se soient constitué un beau capital. S'ils ont également bien réussi avec leur entreprise, c'est très bien. S'ils n'ont pas bien performé et ont donc perdu de l'argent à cause de mauvais résultats dus à d'éventuelles avances et glisses qui étaient ou ne sont pas optimales. Y a-t-il probablement plus de puissance perdue que accumulée ? Et parfois, une entreprise privée avec la bonne personne et son alimentation est mieux lotie avec un tel agriculteur. Et il aurait été mieux ailleurs. Parfois ça clique et parfois non. mais affirmer, comme certains osent l'écrire, que des particuliers mettent à nu les agriculteurs est, à mon avis, un pas trop loin. Habituellement, ces choses sont personnelles et un éducateur peut aller trop loin pour servir ses propres intérêts. Mais ce danger existe aussi avec l'agent d'information coopératif. Il devra conserver le chiffre d'affaires et essayer de l'augmenter sinon l'emploi n'est pas sécurisé non plus. Dans ce cas, les intérêts du client ou du membre ne primeront pas non plus. Si l'un était le meilleur, le reste n'existerait pas. Votre capital de membre est un plus si les autres choses vont bien. Si ce n'est pas le cas, il peut également s'avérer mieux financièrement ailleurs sans capital social ni capital social.
Peter 4 mai 2019
En fin de compte, vous payez vous-même le capital de membre !
RFC veut baisser le prix garanti de 1 centime l'an prochain pour augmenter les bénéfices, bon pour la prime des managers, du fisc et s'il reste quelque chose, les membres se font un peu fixer le nom ! Mais qui a perdu le 1 centime d'argent du lait ? C'est vrai, les membres paient pour le rire !
Janvier 5 mai 2019
Jopie et bien d'autres ne comptent pas, mais regardent aveuglément ce qui semble être beaucoup d'argent. À l'époque, j'ai également collecté et acheté des équivalents d'aliments supplémentaires. A terme, un capital social de plus d'un demi-million d'euros. Converti sur tous les aliments achetés au cours de cette période, près de 2 euros pour 100 kg. nourrir. Malheureusement, l'alimentation était également 2-3 euros plus chère que la concurrence, donc toute la puissance a été vendue. Compte tenu de l'évolution actuelle, je pense que c'était un bon choix.
Vous ne pouvez plus répondre.

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Voer

Consolidation dans le secteur de l'alimentation animale : gros poisson et petite bière

Actualités Voer

ForFarmers acquiert les aliments pour animaux Van Triest

Actualités Chiffres trimestriels

Claire rupture de tendance dans les résultats de ForFarmers

Analyse Voer

Les coopératives d'alimentation de taille moyenne sont également sujettes au déclin

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login