Shutterstock

Actualités Politique agricole

Schouten : 'Plus de pouvoir pour l'agriculteur'

13 mai 2019 -Niels van der Boom - Commentaires 3

La ministre Carola Schouten (Agriculture, Nature et Qualité alimentaire) œuvrera pour donner plus de pouvoir aux agriculteurs et aux maraîchers dans la chaîne. C'est ce qu'elle a dit dans une interview à la Financieele Dagblad. Après le soi-disant «statu quo», les producteurs primaires sont autorisés à conclure des accords et à agir ensemble contre les pratiques commerciales déloyales.

A Bruxelles, la voie est dégagée depuis un certain temps pour le secteur agricole : il faut donner plus de pouvoir aux agriculteurs sur le prix des produits et les conditions associées. Si des accords mutuels sont désormais conclus, le secteur se heurtera à ce que l'on appelle le "droit de la concurrence" et des cartels se formeront. Le ministre Schouten veut donc présenter un projet de loi avant l'été pour changer cette dit eux-mêmes. Les lois européennes y contribuent.

Les accords sur les prix restent interdits
Quiconque pense que les agriculteurs pourront maintenir leurs prix artificiellement élevés à l'avenir se trompe. Surtout, la nouvelle loi devrait fournir les outils pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales. A titre d'exemple, elle mentionne que de nouvelles exigences sont imposées en matière de bien-être animal, de consommation d'énergie ou d'environnement. Cependant, le prix du contrat n'augmente pas. Avec une nouvelle loi, c'est une chose du passé, si cela ne tient qu'à elle. "Prendre des accords de prix entre eux reste interdit", a-t-elle déclaré au journal.

Les 'Stichting Disputes Committees for Profession and Business' qui seront mis en place assisteront les entrepreneurs agricoles dans les litiges avec les clients. Ce comité doit, entre autres, évaluer s'il existe des pratiques commerciales déloyales. Les décisions sont contraignantes. Par exemple, ce pourrait être le contrat de la pomme de terre, qui a demandé beaucoup de travail la saison dernière. Les producteurs venaient de opinion qu'ils n'étaient pas suffisamment récompensés pour l'effort supplémentaire (irrigation) qu'ils devaient fournir.

Comment l'agriculture circulaire est-elle payée ?
Schouten pense également qu'il est important que le modèle de rémunération des agriculteurs soit défini, car le prix de vente en baisse constante a des conséquences sur celui-ci. Ceci est fait par le 'Taskforce Earnings'. C'est une configuration selon le grand projet de Schouten : l'agriculture circulaire. Parce que, comment ces deux-là vont-ils de pair ? Après tout, les demandes de la société augmentent sur tous les fronts.

Le président de la commission d'enquête est le commissaire Hester Maij. Les membres suivants ont été invités à titre personnel : Barbara Baarsma (directrice de Rabobank Amsterdam), Carla Koen (professeur de technologie), Henk Volberda (professeur d'innovation), Gert van Dijk (professeur de gestion), Ruud Tijssens (directeur de affaires générales chez Agrifirm ), Sander Thus (éleveur de porcs), Marijn Vermeulen (projet New Farmer Family) et Hans van Trijp (professeur en comportement du consommateur).

Recherche sur la répartition des revenus
Le ministre Schouten a chargé l'Autorité des consommateurs et des marchés (ACM) d'enquêter sur la répartition de la valeur dans la chaîne alimentaire. Le soi-disant 'Moniteur Agronutri'. De l'avis du ministre, ce moniteur devrait donner un aperçu de la tarification des produits agricoles. La première édition est attendue mi-2020.

Une autre partie des revenus provient des subventions agricoles. À l'heure actuelle, 22 % des revenus des agriculteurs sont constitués de subventions. en autre interview Le ministre Schouten déclare avec la Financieele Dagblad que le secteur est devenu victime de son propre succès. Le prix à payer pour la politique agricole d'après-guerre est élevé. Le passage d'une prime à l'hectare à une subvention pour des objectifs tels que le climat, la biodiversité et l'innovation est l'avenir.

La subvention en tant que moteur du prix des terres
Selon le ministre, il ne s'agit pas de moins de subventions, mais de subventions réparties différemment. Actuellement, environ 30% des ressources financières vont au climat. Ce sera 40 %. Les primes à l'hectare font grimper le prix des terres, conclut Schouten. "Nous atteignons les limites de ce que le sol et l'agriculteur peuvent supporter et de ce que le consommateur trouve acceptable", dit-elle. « Si la société fixe de nouvelles exigences en matière de bien-être animal, de climat et de biodiversité, mais n'offre rien de plus pour cela dans le supermarché, alors vous devez subventionner les agriculteurs. Ce sont des problèmes pour tout le monde, pas seulement pour l'agriculteur.

Une autre question délicate est la concurrence déloyale des importations ; C'est ce que Schouten appelle les œufs de cage en batterie d'Ukraine. La semaine dernière, elle a envoyé une lettre au commissaire européen Phil Hogan pour soulever ce sujet. Dans ce document, le ministre écrit également sur la modération des importations de soja, en faveur des protéines produites localement.

Agriculture circulaire européenne
La philosophie s'inscrit dans la vision circulaire du Ministère. "Je suppose que le cycle doit être fermé au sein de la région Europe. Cependant, cela dépend du produit. Les lois et réglementations européennes interdisent l'utilisation de toutes sortes de flux résiduels, pour des raisons de sécurité alimentaire. Nous travaillons activement en Europe pour changez ceci. pour mettre dedans."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 3
poldes 13 mai 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/financieel/ artikel/10882437/schouten-meer-macht-voor-de-boer]Schouten : 'Plus de pouvoir pour l'agriculteur'[/url]
un ministre qui fera un effort pour ce que nous connaissons depuis 20 ans.
Ce n'est jamais trop tard
Jupe 13 mai 2019
Billets vides, elle doit apporter ça dans l'UE. On verra...
Jur Schuurmann 23 mai 2019
Il est extrêmement remarquable qu'il n'y ait pas un seul représentant de l'agriculture organisée dans un comité qui abordera le sujet de « plus de pouvoir pour le paysan » ; le seul éleveur présent est un éleveur de porcs à titre personnel. Où sont LTO et NCR ?
Vous ne pouvez plus répondre.

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login