Photographie Van der Wal

Interview Bert-Jan Ruissen

"L'armoire à pharmacie de l'entrepreneur agricole s'épuise"

17 mai 2019 -Jeannette Pennings - Réaction 1

A l'approche des élections législatives européennes du jeudi 23 mai, Boerenbusiness 6 questions agricoles quotidiennes pour ceux qui ont une vision de la politique agricole européenne. Aujourd'hui c'est Bert-Jan Ruissen, candidat député européen pour ChristenUnie-SGP.

En tant que membre du SGP, Ruissen est actuellement conseiller à Krimpen aan den IJssel et est également responsable de la coordination des politiques au ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire. La probabilité qu'iltransferts à Bruxelles' est vrai. Ruissen occupe la deuxième place pour ChristenUnie-SGP. Ces 2 partis font conjointement partie du groupe des conservateurs et réformistes européens et disposent actuellement de 2 sièges au Parlement européen.

Voulez-vous plus ou moins de politique agricole européenne pour l'agriculteur néerlandais ?
"D'abord et avant tout : le SGP estime que le budget de la politique agricole commune (PAC) doit être maintenu. Je suis préoccupé par la situation des revenus des agriculteurs. rapport de la Cour des comptes a montré que 33 % des exploitations agricoles étaient en dessous du salaire minimum légal. Ce n'est donc pas le moment de lésiner sur la PAC. Cependant, nous pensons qu'il devrait y avoir plus de marge de manœuvre pour que les États membres donnent corps à la PAC. Bon nombre des règles actuelles sont trop génériques. La nouvelle PAC offre des points de départ pour une bonne interprétation nationale."

"Une plainte fréquemment entendue dans le secteur agricole est la charge réglementaire élevée. Nous constatons des réglementations obsolètes, par exemple dans le domaine de la sélection végétale. Il devrait y avoir plus de place pour CRISPR-Cas. Nous sommes également en faveur du fumier animal en remplacement pour les engrais artificiels. Les Pays-Bas ont suffisamment de fumier animal, avec lequel nous pouvons mieux boucler le cycle.

Si on regarde la politique agricole commune, faut-il ou non une prime à l'hectare ? 
"Nous sommes favorables à la prime à l'hectare. Nous préférons bien sûr que l'entrepreneur agricole tire principalement ses revenus du marché, reçoive un juste prix pour son produit et puisse ainsi travailler de manière rentable. Cependant, dans la pratique, nous constatons souvent que cette n'est pas le cas. Les prix du rendement laissent à désirer, ce qui signifie que le soutien du revenu restera nécessaire pour le moment.

En ce qui concerne la mise en œuvre du rapport sur la chaîne de Cees Veerman : comment parvenir à des « règles du jeu équitables » dans l'Union européenne ?
« Il est clair qu'il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine. Les œufs en cage en batterie d'Ukraine en sont un bon exemple. Nous interdisons la production aux Pays-Bas, mais il y a de la place pour l'importation de ces œufs. des règles du jeu inégales. "Il en est souvent de même dans le domaine des produits phytosanitaires. Les produits interdits ici peuvent être utilisés en Europe du Sud, par exemple."

"Je pense également que nous devrions éviter autant que possible les règles nationales, en plus de la législation européenne. Les régimes de soutien couplés devraient également être supprimés en Europe. Les États membres peuvent utiliser 8 % de leur budget pour un soutien lié à un production. relativement peu utilisé."

Le pouvoir bruxellois en matière d'autorisation des produits phytopharmaceutiques est-il trop important ? 
"L'autorisation des produits phytopharmaceutiques est désormais réglementée au niveau européen et c'est une bonne chose. Cela assure une harmonisation. Cependant, nous estimons que les produits sont interdits très rapidement et que l'homologation de nouveaux produits verts tarde. les entrepreneurs s'épuisent et c'est inquiétant. Les ressources sont nécessaires pour l'approche intégrée des ravageurs et des maladies. Il est de la responsabilité conjointe de l'Union européenne et des États membres de ne pas interdire toutes les substances actives d'une part et de tester de nouveaux produits de l'autre."

De quoi faire un fer de lance de la politique agricole bruxelloise ?
"Renforcer la base économique des entreprises. Ce n'est que lorsque cela sera en ordre qu'il y aura de la place pour investir dans la durabilité. Je pense que la PAC peut jouer un rôle important à cet égard. Elle doit continuer à fonctionner comme un filet de sécurité, absorber les fluctuations des prix et soutenir aux agriculteurs en temps de crise. L'assurance générale contre les intempéries est un bon exemple d'une mesure efficace qui soutient les entrepreneurs.

Quel mythe sur le Parlement européen n'est pas correct selon vous ?
"Beaucoup de gens pensent que le Parlement européen a peu à dire sur la politique agricole européenne. Autrefois, ce sont les ministres de l'agriculture qui prenaient les décisions, mais aujourd'hui, le Parlement européen a tout autant à dire. Les élections européennes faites-le jusqu'au bout."

Lisez toutes les interviews sur les élections européennes ici.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jeannette Pennings

Jeannet a ses racines dans le secteur des bulbes à fleurs et elle a grandi dans une entreprise agricole du nord de la Hollande du Nord. En tant que généraliste, elle rapporte pour Boerenbusiness dans tous les secteurs. Elle explore également les possibilités de la publicité sponsorisée.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Réaction 1
Jpk 21 mai 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/financieel/ artikel/10882507/medicijnkast-agrarisch-ondernemer-raakt-leeg]'Medicijnkast agrarisch-ondernemers est épuisé'[/url]
Si vous votez pour le sgp obtenez un cheval et une calèche de l'union chrétienne agricole et d66 pour rien
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login