Éliminer la surproduction

Le marché de la pomme de terre peut-il être régulé ?

19 Avril 2018 -Niels van der Boom - Commentaires 4

Trois représentants en Belgique et en France étudient la possibilité de lancer un instrument permettant de retirer les pommes de terre du marché. Cela devrait éliminer la surproduction. Ce n'est pas la première fois qu'une telle initiative est lancée. Que pouvons-nous apprendre du passé ?

Le Syndicat Général des Agriculteurs (ABS), la Fédération Wallonne d'Agriculture (FWA) et l'UNPT sont un projet a débuté trouver des canaux de vente alternatifs pour la culture de la pomme de terre. Pour ce projet, qui porte le nom de GEPOS, 30.000 XNUMX € sont disponibles pour étudier la faisabilité. Cet argent provient du Fonds européen de développement régional.

La superficie et la demande augmentent
La Flandre, la Wallonie et le Nord de la France connaissent une énorme production de pommes de terre cette saison. En raison d'une demande croissante de l'industrie de transformation, la superficie augmente chaque année. Pour la campagne de récolte 2018, PCA et Fiwap prévoient une expansion de 6% en Wallonie. Les agriculteurs de grandes cultures disent adieu à Bintje et optent pour des variétés à haut rendement. Les risques de culture augmentent en raison du changement climatique, selon les organisations.

Au cours des 10 dernières années, nous avons été confrontés à des excédents tous les 3 ans

"Dans les années très productives, il y a un énorme excédent, ce qui se traduit par des prix extrêmement bas". C'est ce que dit l'ABS. « Au cours des 10 dernières années, nous avons été confrontés à une année excédentaire tous les 3 ans. Des pommes de terre extrêmement bon marché offrent la possibilité de trouver des canaux de vente alternatifs. » Les organisations veulent conclure des accords et collaborer avant la saison des ventes. Les options sont l'industrie de l'alimentation animale, la fermentation, le compostage et l'industrie de l'amidon.

Financement inconnu
Le projet développera un système d'aide à la décision pour estimer s'il y a des excédents extrêmes. Ensuite, il est examiné quels volumes peuvent être inclus en dehors de la production alimentaire et sous quelles conditions. Le projet se poursuivra jusqu'en juillet 2019. Il n'y a pas de détails sur le règlement financier.

Au cours des 15 dernières années, les Pays-Bas ont vu 3 initiatives pour les oignons et les pommes de terre. Au printemps 2005, Promotion Afzet Quality Onions (BAK) a été fondée. En 2008, le Onion Collective de Jan Bakker a suivi. Un an plus tard, VTA, NAV et LTO l'ont essayé avec SPA : Stichting Poolfonds Aardappelen. Retour sur les initiatives avec Jaap Haanstra, ancien président de LTO Akkerbouw.

  • Promotion des ventes d'oignons de qualité (BAK)
    En mars 2005, la fondation BAK a été fondée, en partie par un groupe de producteurs d'oignons. L'objectif était de collecter et de vendre 250.000 300.000 à 1 1,5 tonnes d'oignons pour l'alimentation animale ou aux installations de fermentation. « À cette époque, les producteurs devaient payer 50 à 75 centime pour se débarrasser de leurs oignons », explique Haanstra. « La promesse était de se débarrasser des mauvais oignons sans frais. Nous avons réussi à mettre la main sur XNUMX % de tous les oignons, alors que l'objectif était de mettre la main sur XNUMX %. Puis il s'est cassé. Ils se sont délibérément concentrés sur les oignons de mauvaise qualité. L'Autorité néerlandaise de la concurrence (NMA) ne le permettrait pas autrement. Ils ont participé à la fondation.
  • Onioncollective.nl
    Trois ans plus tard, en avril 2008, cela s'est reproduit. Aujourd'hui, c'est l'entrepreneur et agriculteur Jan Bakker qui a relevé le défi en créant un « collectif d'oignons ». Bakker a proposé d'acheter 40.000 7 tonnes d'oignons. Un quart de ce volume disparaîtrait alors dans le digesteur. Le marché devait réagir positivement à cela, après quoi les trois quarts restants pourraient être vendus. DCA s'est occupé de l'enregistrement et du traitement. Les participants recevaient un prix plancher de 100 € pour 10 kilos. Selon la date de livraison, cela s'élevait à XNUMX €. Au-dessus de cet étage, une participation était versée, après déduction des frais et commissions. Au final, le plan est tombé à l'eau. Le marché a augmenté sans intervention artificielle.
  • Pool Fund Potatoes Foundation (SPA)
    Un an plus tard, les agriculteurs de grandes cultures VTA, NAV et 3 organisations régionales de LTO l'ont essayé avec SPA. L'objectif était d'obtenir les trois quarts des pommes de terre gratuites enregistrées aux Pays-Bas. En plus des pommes de terre librement cultivées, également sur tous les kilos. En regroupant toutes les parties et en n'offrant qu'une bonne qualité, SPA espérait obtenir un meilleur prix. Les participants ont reçu une garantie de vente. Tous les clients pouvaient enchérir sur les lots collectés. Pour couvrir les frais, SPA a facturé une commission de 5 %. Cela a également éliminé les mauvais lots du marché. Cependant, il n'a pas été possible d'obtenir la part requise.

Pourquoi ça continue d'échouer
Haanstra a changé d'avis depuis les 3 initiatives, avoue-t-il. « Le financement est un point important. Les agriculteurs doivent-ils eux-mêmes contribuer à la régulation du marché ou d'autres parties garantissent-elles ? Leur soutien tient ou tombe avec cela. Que faire si un groupe décide de ne pas participer. Comment gérez-vous cela? Il n'arrêtait pas de tomber en panne là-bas.

Ce qui a vraiment changé la perspicacité de Haanstra, c'est un commentaire sur les conséquences pour la superficie. « En enlevant le surplus, il n'y a plus de pénalisation pour la croissance. Les producteurs peuvent en abuser s'ils savent qu'un excédent est collecté. Enlever le surplus en 1 an c'est possible, mais comment y faire face la saison prochaine ? La régulation n'est possible qu'avec un système de quotas, dans lequel le nombre d'hectares est limité. Cela peut commencer par un contrat à l'hectare pour les pommes de terre et non un contrat basé sur des tonnes fixes.

Pour autant, l'ancien porte-parole des grandes cultures ne tourne pas définitivement le dos à la régulation des marchés. « Je salue toute initiative visant à améliorer la position de l'agriculteur arable. Je veux l'accompagner, dans la mesure du possible. Ne soyez pas arrogant en disant immédiatement non à tout.

Répondre
Le secrétaire de Belgapom, Romain Cools, dit comprendre l'idée, mais le déroulement des événements le surprend. Il cite 4 raisons à cela :

  1. L'histoire a montré que la croissance des contrats a entraîné une diminution du volume de pommes de terre gratuites, sur lesquelles un excédent ou un déficit limité peut avoir un impact majeur sur la volatilité des prix du marché libre. La question est de savoir si cet exercice peut conduire à un meilleur équilibre, ce dont je doute.
  2. Si la France et la Belgique optent pour cette approche, je ne verrai que des visages souriants dans les pays voisins. Ils profitent pleinement de cet exercice. Nous sommes actifs sur un marché européen. Bien que présentant des caractéristiques propres à chaque État membre et à chaque région, le commerce quotidien des matières premières confirme qu'il n'y a plus de frontières dans cette zone de croissance.
  3. Le secteur est battu aux oreilles de toutes parts, y compris d'Europe, avec des thèmes comme « l'économie circulaire » et la lutte contre les pertes alimentaires. Nous voyons maintenant que la même UE soutient un projet qui étudie si les produits alimentaires peuvent être utilisés comme aliments pour animaux, ou même comme matière première pour le biogaz ou le compostage. Cela va à l'encontre de la politique menée.
  4. Au cours des dernières décennies, le secteur de la pomme de terre a toujours assuré l'équilibre et les corrections du marché, sans aucune ingérence de l'État. Les forces du marché elles-mêmes ont joué un rôle crucial à cet égard. Je pense que cela devrait également être le cas à l'avenir. Le dialogue au sein du lien peut certainement y contribuer. D'où l'initiative en Belgique de créer une organisation sectorielle pour la pomme de terre avec l'Agrofront (ABS, BB, FWA) et Belgapom. Le fait que cette initiative soit lancée à l'instant, sans aucun dialogue au sein de la chaîne, semble donc un moment malheureux.

 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 4
Jan Veltkamp 19 Avril 2018
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/aardappelen/artikel/10878262/is-de-aardappelmarkt-te-regulate][/url]
Beaucoup parlent de cotes. Mais la signature des contrats n'est-elle pas une sorte de devis ? Vous vous engagez à produire une certaine quantité à un certain prix. Et cela alors que les contrats ne sont jamais fixés au meilleur prix pour les producteurs.
Agri 19 Avril 2018
Non, mes gratuits dépensent beaucoup aujourd'hui.
Klaiboer 19 Avril 2018
Ce n'est pas si dur. Définissez simplement 1 culture sur 5 dans un contexte européen
Abonné
Gewoon 19 Avril 2018
Ou citez avec l'année de référence, par exemple 2008, il y a tout simplement trop de pommes de terre !! Mais 10 producteurs réunis 10 opinions différentes, les agriculteurs ne sont jamais d'accord les uns avec les autres.
jaap 19 Avril 2018
pourquoi 2008 et il y a aussi beaucoup de viticulteurs qui louent des terres qui ne peuvent pas s'abandonner donc c'est déjà une zone grise..
Vous ne pouvez plus répondre.

Que fait le courant
citations de pommes de terre?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login