À l'intérieur : Marché de la pomme de terre

Un éleveur français voit le salut dans la pomme de terre

15 mai 2018 -Niels van der Boom

De plus en plus de terres agricoles françaises sont plantées en pommes de terre destinées à la consommation. Non seulement les agriculteurs voient des opportunités pour cette culture, mais les producteurs laitiers normands voient également des avantages dans les pommes de terre. Les industries française et belge des puces électroniques en bénéficient considérablement.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Par le nom Normandie vous pourriez penser aux prairies herbeuses et aux plages du débarquement. C'est l'image de la Basse-Normandie. La Haute-Normandie est une région de grandes cultures par excellence. En matière de culture de pommes de terre, la région est moins connue que le nord du Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, mais cela est en train de changer. La culture est particulièrement étendue dans le département de la Seine-Maritime. Après la suspension de la production laitière, de plus en plus de (jeunes) producteurs laitiers optent pour les pommes de terre.

Poids lourd du lait
Environ 70 % du territoire normand est consacré à l’agriculture. Sur ce total, 66 % sont des terres arables et 30 % des prairies permanentes. La région compte un troupeau d'environ 576.000 15 vaches laitières et possède sa propre race de vache, récemment dépassée en nombre par la Holsteiner. Avec XNUMX % de la production fromagère française totale, la région est un poids lourd du secteur laitier.

10

procent

de la production française de pomme de terre vient de Normandie

Le climat tempéré est, outre l'herbe, parfaitement adapté aux cultures arables ; traditionnellement du blé, du colza, de la betterave sucrière et des pois, mais désormais aussi de plus en plus de pommes de terre. Logistiquement, la situation de la Normandie est parfaite. Rouen est le plus grand port d'exportation de blé européen et le port maritime du Havre est également situé dans la région. Les marchandises peuvent être transportées vers la Belgique, l'Angleterre, l'est ou le sud de la France ; Cela arrive souvent avec les pommes de terre.

Augmentation de la superficie
La Normandie représentait 2017 % de la production française de pommes de terre en 10, selon les chiffres de l'agence gouvernementale Agreste. Cela signifie que cette part est nettement inférieure à celle du Nord-Pas-de-Calais (37%) et de la Picardie (24%). Les départements de l'Eure et de la Seine-Maritime représentent 90 % de la production mondiale de pommes de terre en Normandie.

La superficie est en augmentation depuis 2000 et est passée de 15 6.500 hectares à plus de 10.000 1 hectares en 30.000 ans. La croissance a été réalisée, surtout ces dernières années. La zone compte 2 usine de transformation de pommes de terre. Lunor produit 200.000 XNUMX tonnes de pommes de terre cuites à la vapeur par an. La production de frites et de chips a lieu plus au nord, où McCain possède XNUMX grandes usines d'une capacité de production de plus de XNUMX XNUMX tonnes.

Les transformateurs laitiers français travaillent avec des contrats de production laitière d'une ou plusieurs années, tempérant ainsi une croissance effrénée. Il est presque impossible de s'étendre. Les petites exploitations laitières qui ont un successeur doivent chercher des alternatives pour se développer. Dans de nombreux cas, il s’agit de cultures arables. Comme les betteraves céréalières et sucrières rapportent peu, la culture de la pomme de terre est attractive. Des contrats pour les pommes de terre frites sont proposés en Belgique et en France. De Rouen, il faut moins de 1 heures de route pour rejoindre Courtrai.

(Le texte continue sous l'image)La vache normande disparaît du paysage et est remplacée par la pomme de terre.

Automne et hiver humides
Le Néerlandais Jan Moonen rots depuis 1995 à Héberville en Haute-Normandie et spécialisée dans la culture de plants de pommes de terre. L'entreprise couvre plus de 450 hectares et début mai la moitié des pommes de terre étaient en terre. "Entre le 1er septembre et le 1er mai, 1.050 1 millimètres de pluie sont tombés ici", explique Moonen. "Extrêmement humide. Nous n'avons normalement pas beaucoup de pluie en un an. C'est spécial que les semis se déroulent si bien. Plus au nord, les travaux sont plus avancés. J'estime que 80 % ont été plantés là-bas."

"Nous sommes en retard d'environ 10 à 14 jours par rapport à la moyenne", pense l'agriculteur. "Normalement, nous terminons vers le 3 mai. Cette année, j'espère le 15 mai. Ce n'est pas un tel désastre pour les plants de pommes de terre. Les pommes de terre de conservation sont plantées plus tôt et sont plus susceptibles d'avoir 3 semaines de retard. Cela prend des jours de croissance. En raison de l'humidité " En hiver, la structure n'est pas très bonne. Au total, j'obtiens un rendement inférieur de 7 % à cause de tous les revers. "

Nouveaux producteurs
Moonen sait mieux que quiconque comment se développe la culture dans la région. "J'estime que 60 nouveaux producteurs ont émergé ces dernières années. Ce sont tous de jeunes entrepreneurs possédant une ferme laitière. Autrefois, une entreprise de 400.000 0,30 litres était viable. Mais aujourd'hui (multiplié 120.000 € le kilo), on se retrouve avec 150 200 €. par an. On ne peut pas joindre les deux bouts avec ça et on ne peut pas s'agrandir. Ces entreprises ont investi dans la mécanisation et les hangars de stockage. Quiconque souhaite construire un nouveau hangar sera mis sur une liste d'attente. La croissance se fait très vite : XNUMX hectares est moyen, mais les agriculteurs spécialisés dans les grandes cultures sont plus susceptibles d'avoir XNUMX hectares.

Il n’y a pas que les droits de production de lait qui sont difficiles à acquérir. Cela s'applique également aux terres. L'achat et la vente de terrains se font par l'intermédiaire de la banque foncière du gouvernement. La plupart des terres sont échangées par transfert entre sociétés à responsabilité limitée. "C'est un point sensible", a déclaré Moonen. "Les prix en Normandie tournent autour de 15.000 15 € l'hectare. Vers Paris, ça double. Mais il faut que vous soyez deux. Je veux dire : il faut vous l'accorder. De plus, le prêt doit être remboursé dans les XNUMX ans. Cela s'applique à terrains mais aussi aux bâtiments. La situation n'a rien à voir avec celle des Pays-Bas.

(Le texte continue sous l'image)Le climat et le sol sont très adaptés à la pomme de terre. Il y a beaucoup de pierres.

Stenen
Outre l’avantage logistique et la grande disponibilité de terres, la région souffre également de pénuries pour la culture de la pomme de terre. Le sol est bon, mais plein de cailloux. "Environ 90 % des producteurs de pommes de terre défrichent leurs parcelles", précise le Néerlandais. "Nous sommes l'un des derniers à travailler de manière assez traditionnelle. Nous dépierrons sur 50 hectares, mais pas sur le reste. Les parcelles de maïs sont désormais remplacées par des pommes de terre." Moonen s'attend à ce que cette tendance se poursuive. "Une fois dans la course, il faut continuer à innover pour suivre le rythme."

La culture présente plus de défis, comme le décrivent également les Chambres d'agriculture de Normandie. En raison du changement climatique, la région côtière connaît des conditions météorologiques irrégulières. Les consommateurs demandent de plus en plus de pommes de terre biologiques. Cependant, la pression sanitaire est forte en Normandie ; Phytophthora en particulier peut poser problème.

Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login