Shutterstock

intérieur Pommes de terre

Qui mange encore des frites en Europe ?

21 mai 2020 -Niels van der Boom

La consommation de frites dans les établissements de restauration, les festivals, les cantines et les événements a été réduite à presque 0 dans de nombreux cas. Pourtant, les transformateurs de pommes de terre parviennent toujours à vendre des frites. Parfois même de plus en plus. Comment se présente le marché européen des puces, alors que la société se remet lentement sur les rails ?

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Les transformateurs de pommes de terre néerlandais ont produit environ 2019 million de tonnes de frites pré-frites en 1,28. Sur ce total, environ 150.000 12 tonnes (70 %) sont restées aux Pays-Bas. Le reste dépasse les frontières nationales. Surtout en Europe (environ XNUMX%). Le reste est destiné, entre autres, à l’Amérique du Nord, à l’Amérique du Sud et à l’Asie. Par rapport à d’autres pays européens, le secteur de la restauration dans notre pays a été moins touché par la crise du coronavirus. Les snack-bars à emporter, McDrives et livraison à domicile sont restés possibles. Dans d'autres pays, l'ensemble du secteur a été fermé, notamment dans le sud de l'Europe. Qu’est-ce que cela fait à la consommation de puces ?

Les ventes des snack-bars ont diminué de moitié
«Les cantines néerlandaises résistent relativement bien à la crise du coronavirus», déclare Ubel Zuiderveld, observateur de la restauration rapide. « Le chiffre d'affaires a diminué de 40 à 50 %, alors que l'ensemble du segment de la restauration subit entre 60 et 80 % de perte de chiffre d'affaires. La restauration lors d'événements et dans les cantines en particulier est tombée à presque 0. Le Dutch FoodService Institute s’attend à une baisse du chiffre d’affaires de 2020 milliards d’euros dans le secteur de la restauration pour 7,1. Cela représente près d’un tiers du total de 22 milliards d’euros.»

« Les entreprises qui ont un bon mix de ventes sont les meilleures pour réagir aux crises », poursuit-il. « Cafétérias ou restaurants avec plats à emporter, livraison et petit espace de restauration. Les coûts de personnel sont désormais inférieurs, ce qui signifie que des histoires positives peuvent également être entendues dans des cas individuels. Les Néerlandais ont l'habitude de toujours commander des frites. Où que vous alliez, des frites sont disponibles. C’est un produit très important.

Répartition de la consommation
Zuiderveld utilise 150 millions de kilos pour la consommation annuelle de chips aux Pays-Bas. On estime que les chaînes de restauration rapide telles que McDonald's, Burger King et KFC représentent entre 10 et 20 millions de kilos. Les cafétérias sont beaucoup plus grandes, avec un chiffre d'affaires de 40 à 45 millions de kilos. Le reste de la consommation est réparti entre le commerce de détail, la restauration et la restauration. Les 2 derniers segments manquent la quasi-totalité de leur chiffre d'affaires, ce qui montre à quel point la douleur est grande au pays de la frite. « Aux Pays-Bas, un restaurant McDonald's moyen réalise un chiffre d'affaires annuel de 3,6 millions d'euros, souligne-t-il. « Sur ce montant, 600.000 XNUMX € proviennent de pures ventes de chips. C’est un pilier important.

On ne sait pas combien de frites vendent les supermarchés. Il est donc difficile de dire dans quelle mesure les ventes ont augmenté ici. Il est certain, selon les experts, qu'il a augmenté. Les transformateurs de pommes de terre qui se concentrent sur les frites de marque privée (vendues sous la marque des supermarchés) résistent donc légèrement mieux à la crise. Chez Aviko Potato, le commerce de détail représente 16 % du chiffre d'affaires annuel, déclare le PDG Chris Deen. Aviko est en fait très important dans le segment de la restauration.

frites fraîches
Aux frites surgelées s’ajoute la production de chips fraîches, qui a connu des progrès significatifs ces dernières années. Zuiderveld : « Sur le volume total de frites, 16 % sont préparées fraîches ou semi-fraîches (livrées coupées) par les cafétérias. L'agence de marché Datlinq estime même le volume de frites fraîches aux Pays-Bas à près d'un quart, mais c'est beaucoup. Pour les frites fraîches ou la livraison de pommes de terre à cet effet, les acheteurs passent souvent des accords directs avec les producteurs. Ce segment connaît également une baisse significative de son chiffre d'affaires.

Les producteurs de pommes de terre réagissent en vendant eux-mêmes aux consommateurs, par exemple via un service au volant à la ferme. Le succès est grand, mais le chiffre d'affaires est relativement faible. Chaque petit geste compte, c'est l'idée. Les transformateurs ont arrêté la production de chips fraîches au début de la crise en raison de la durée de conservation très limitée de ce produit.

Les cafétérias et les restaurants ont généralement des contrats avec le producteur, mais il existe un intermédiaire tel que le grossiste en restauration Sligro. Un tel contrat n’impose pas d’achat obligatoire, Zuiderveld le sait. Cela contraste avec le contrat que les usines concluent avec les producteurs. Le transformateur voit donc son stock de produit final augmenter. « Les usines fonctionnent avec des systèmes de bonus. Plus les boîtes de frites sont vendues, plus la prime à la vente est importante. Cette année, cette histoire ne s’applique pas, ce qui est un désavantage pour les cafétérias car les primes sont importantes.

McDonald's perd surtout en Europe
Comme décrit, le marché néerlandais des chips - malgré une consommation de chips de 12 kilos par habitant - est globalement relativement petit. Ailleurs en Europe, le secteur de la restauration a été durement touché, souvent avec un arrêt total. Les friteries, fish & chips et autres commerces ouvrent à nouveau lentement leurs portes. Les chiffres trimestriels de McDonald's reflètent bien la situation. Une croissance des ventes mondiales de 8,5 % a été réalisée en janvier et février. Celui-ci a fortement diminué en mars, ce qui s'est traduit par un chiffre d'affaires au premier trimestre inférieur de 6 % à celui de 2019. La douleur est plus grande en Europe. Le chiffre d'affaires y a chuté de 35 %. Aux États-Unis, il était de -13 % et sur les autres marchés internationaux, il était de près de 20 %.

Le roi de la restauration rapide a désormais rouvert plus des trois quarts de ses restaurants en mai. Surtout pour le McDrive et le service de livraison. En Europe, plus de la moitié de toutes les succursales ont été fermées, contre 1 % aux États-Unis. Ailleurs dans le monde, 20 % des restaurants étaient fermés. D'autres chaînes de restauration rapide affichent des chiffres similaires.

L’Europe est à la traîne
La croissance du chiffre d'affaires de la restauration est particulièrement sensible en Asie. Le volume de frites transformées a augmenté au Japon et en Chine. En Europe, la reprise devrait prendre beaucoup plus de temps et continuera de faiblir cette année. Il convient de garder à l’esprit que cette croissance pourrait rapidement s’annuler en cas de nouvelle apparition du coronavirus.

L’avenir est incertain pour les événements et l’année à venir est déjà une couverture noire. Les frites sont de plus en plus consommées en dehors du foyer. Aux États-Unis, cela représente plus de 80 % des ventes et les Européens utilisent également moins souvent la friteuse. Le secteur de la restauration s'investit désormais pleinement dans la livraison de repas, les plats à emporter et le drive, ce qui donne un coup de pouce positif à la consommation de chips.

Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login