Agriphoto

Actualités Pommes de terre

Un producteur de pommes de terre s'engage moins dans les contrats

11 février 2022 -Niels van der Boom

Boerenbusiness a mené une enquête sur la pomme de terre auprès de plus de 300 producteurs. L'une des conclusions les plus importantes en est que les producteurs de pommes de terre cultivent moins de pommes de terre de consommation sous contrat pour la saison 2022-2023. Quels sont leurs plans de superficie, comment les coûts plus élevés sont-ils compensés et la pression sur les terres louées augmente-t-elle ?

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Boerenbusiness a mené une enquête auprès de plus de trois cents producteurs sur leur situation de départ pour 2022. Plus de 30 % des personnes interrogées ont indiqué qu'elles ne modifieraient pas leur superficie cette année. Un groupe plus restreint de 20 % déclare qu’ils cultiveront moins de pommes de terre en 2022 et 13 % en cultiveront plus. La plupart des participants cultivent entre 11 et 20 hectares de pommes de terre et viennent de Zélande, du Flevoland et du Brabant septentrional. Le nombre de participants belges est de 5%.

Libre-échange le 1
La majorité des participants (18 %) déclarent engager moins de pommes de terre dans un contrat à prix fixe. 13% déclarent capturer le même volume. Après le libre-échange (46% des sondés), le contrat à prix fixe est le mode de vente le plus répandu. 33% des personnes interrogées l'utilisent. Avec 22%, le pool pomme de terre arrive en troisième position. Les pommes de terre gratuites en dehors du contrat sont couvertes par la moitié des participants en participant au marché à terme. 14 % vendent leurs pommes de terre disponibles au prix du jour, ce qu'on appelle les kilos de co-livraison.

Les chiffres ci-dessus peuvent donner une image quelque peu déformée du marché. En raison du lien avec le courtier DCA – la société mère de Boerenbusiness – un nombre relativement important de producteurs de pommes de terre abonnés négocient sur le marché à terme, avec ou sans contrat clic.

Les engrais font grimper les coûts
Tous les répondants s'accordent sur le fait que leur prix de revient augmentera (de manière significative) pour la saison prochaine. La majorité des producteurs estiment l'augmentation entre 16 % et un maximum de 20 %. Deux groupes de taille égale pensent que l'augmentation est au maximum de 15 % ou au maximum de 25 %. La propagation est grande. Plus d'un quart citent les prix des engrais comme principal moteur de l'augmentation du prix de revient, suivis par la protection des cultures et l'énergie. Pourtant, 30 % déclarent qu’ils n’utiliseront pas moins d’engrais pour leurs cultures. 15 % utiliseront davantage de fumier liquide.

Un nombre relativement important de producteurs de pommes de terre indiquent qu'ils ne savent pas encore comment faire face à cette augmentation des prix. Le groupe le plus important (un quart des participants) y parvient en cultivant davantage de pommes de terre gratuites. Le groupe qui connaîtra une croissance moindre est beaucoup plus petit, soit 13 %. Les producteurs de pommes de terre sont relativement stables, mais ce sentiment est en train de changer. 30 % déclarent qu’ils ne changeront pas de client, mais un cinquième déclare y réfléchir encore. Les raisons du changement sont rarement mentionnées. Presque tous les participants ne changent pas leur stratégie commerciale. S’ils le font dans certains cas, c’est principalement pour conserver plus de pommes de terre pendant une longue période.

Pression sur les terrains locatifs
Réduire consciemment la superficie est une chose, la réduction forcée en est une autre. Un quart des participants déclarent que la disponibilité de terrains locatifs dans leur région diminue. La grande majorité affirme que cela ne changera pas. Ils ne loueront pas non plus plus ou moins de terres. Le groupe qui loue le moins de terres est relativement petit (17 %). Donc s’il y a moins de plantations ce printemps, ce sera principalement sur des terrains privés. Les céréales sont l’alternative la plus populaire aux pommes de terre. Certains participants louent davantage de terrains parce que des opportunités se présentent.

La disponibilité et le prix des plants de pommes de terre ne sont pas perçus comme un obstacle pour la campagne à venir. Il y en a beaucoup disponibles. Son prix reste stable à légèrement en hausse. Les réponses à cette question sont également partagées. 6 % déclarent avoir moins de choix et 7 % cultivent leur propre matière première.

Encore une correction ?
Nous n'avons pas demandé aux participants d'indiquer le pourcentage de diminution de la superficie consacrée aux pommes de terre cette année. Sur la base des réponses fournies, nous pouvons conclure qu’une augmentation n’est certainement pas possible. L'année dernière, la superficie consacrée aux pommes de terre de consommation a diminué de 5 % pour atteindre 72.000 XNUMX hectares aux Pays-Bas. Il est peu probable que cette baisse soit corrigée. Une autre légère baisse est certainement possible.

Le bruit de la réduction des cultures est moins fort qu’il y a une saison. Fin 2020 Boerenbusiness le même recherche dehors. À cette époque, près de 50 % indiquaient qu’ils cultivaient moins de pommes de terre, contre 20 % cette année. La pandémie du coronavirus était alors la principale motivation pour mettre moins de pommes de terre en terre. Un groupe tout aussi important a cité la baisse des prix des contrats comme raison principale, ce qui s'est finalement avéré vrai.

Tendances clés
L'enquête sur la pomme de terre montre un certain nombre de tendances parmi les participants pour la saison 2022 :

  1. Un cinquième des producteurs cultiveront moins de pommes de terre.
  2. La stratégie commerciale est principalement modifiée par la conclusion de moins de contrats au forfait (18%).
  3. Le libre-échange reste un instrument important, notamment le marché à terme.
  4. Les prix élevés des engrais entraînent une augmentation estimée du prix de revient comprise entre 15 et 25 %. Un prix plus élevé sur le marché libre devrait compenser cela.
  5. Un groupe (15% des participants) ne sait pas comment compenser la hausse du prix de revient.
  6. Une plus grande quantité de fumier liquide est utilisée pour utiliser moins d'engrais.
  7. La disponibilité de terrains locatifs diminue pour un quart des participants.
Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login