Belgapom

Interview Christophe Vermeulen

« Le secteur de la pomme de terre connaîtra 5 années très excitantes »

15 février 2024 -Niels van der Boom - Commentaires 3

Manifestations d'agriculteurs, crise des plants de pommes de terre, consultations politiques, enquêtes de l'autorité de la concurrence et un secteur qui déborde. Ce sont les dossiers sur la table de Christophe Vermeulen. Depuis 2021, il est PDG de l'organisation belge de la pomme de terre Belgapom. Malgré tous les défis, le Flamand joyeux et vif reste positif à l'égard du secteur dans son pays. « Nous atteindrons certainement ces 7 millions de tonnes de transformation en 2023. Peut-être même plus.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Les choses s'échauffent en Belgique avec des actions de protestation. Que constate Belgapom à ce sujet ?
"J'ai dû rentrer précipitamment de Fruit Logistica à Berlin lorsque les manifestations des agriculteurs ont éclaté. Dans le passé, celles-ci étaient menées par des organisations agricoles, mais aujourd'hui, tout se fait en petits groupes qui communiquent via WhatsApp. Cela crée des protestations spontanées et chaque groupe " poursuit son propre objectif. Cela a commencé avec une incertitude croissante au sein du secteur, mais la liste des problèmes est désormais bien plus longue, en particulier pour les éleveurs. "

Avec votre expérience politique flamande et européenne, vous sentez-vous à l’aise dans ce dossier ?
"Ces connaissances sont certainement utiles. Ce qui aide aussi, c'est mon réseau. De cette façon, vous savez où aller. Au niveau européen, nous collaborons avec EUPPA et Europatat pour les pommes de terre et Profel pour les légumes de plein champ. Je constate que la connaissance des normes européennes La politique n'est pas optimale pour beaucoup de nos membres. De nombreuses réunions de section se résument à une conférence sur le droit européen.

Les producteurs de pommes de terre en Belgique ont connu une saison difficile, mais la culture a-t-elle été financièrement positive ces dernières années ?
"C'est certainement le cas. Le prix du contrat a augmenté de plus de 30 % en deux ans. Les entreprises de pommes de terre ne dépendent pas du soutien du gouvernement. Traditionnellement, le secteur est financièrement solide. Vous voyez que les prix de revient augmentent constamment, mais la demande " Le prix du produit augmente également. Parce que les clients veulent un produit plus durable, la pomme de terre doit également être rendue plus durable. Cela coûte de l'argent et les entreprises doivent le répercuter sur le prix. Ce sont les forces du marché, ce n'est pas différent. "

Dans quelle région les pommes de terre belges sont-elles les plus durement touchées ?
"La disponibilité d'une superficie suffisante est notre plus gros problème. La législation signifie également qu'il y a moins de superficie. Pensez aux bandes tampons. En raison de la nouvelle législation sur l'érosion, les parcelles en Wallonie où la culture des pommes de terre ne peut plus être cultivée ne sont plus disponibles. Ensuite, il y a la loi européenne imminente sur la restauration de la nature ; cela aura également un impact sur la région. En Flandre, la qualité des eaux souterraines joue un rôle important. La qualité s'est améliorée de manière significative, mais cela ne se produit pas assez vite. Pour éviter les « situations néerlandaises » avec l'agriculture calendaire , nous, en tant que secteur agricole, avons conclu un accord avec des organisations de protection de la nature. C'était en mars 2023, mais il n'a toujours pas été transformé en loi. Un accord sur l'azote est également retardé. En tant que Belgapom, nous souhaitons inclure la fertilisation dans le programme Vegaplan ( Version belge de GlobalGAP ed.), au lieu de tous les programmes individuels qui existent actuellement. Il n'en demeure pas moins que le secteur de la pomme de terre et le producteur doivent investir pour améliorer la qualité de l'eau. Je suis convaincu qu'en travaillant ensemble et en mettant l'accent sur la technologie , nous pouvons encore gagner beaucoup. "

Crise de l'azote, loi sur la restauration de la nature et directive nitrates. Il y a pas mal de fichiers critiques sur votre bureau ?
"Depuis que j'ai pris mes fonctions, il n'y a pas eu un seul moment de calme. Lorsque j'ai commencé en 2021, nous avions encore des règles concernant la pandémie de corona. J'ai commencé par un travail de réseautage, mais je n'étais pas autorisé à réseauter. Cela a été suivi par la guerre en Ukraine. , ce qui a été particulièrement difficile pour notre secteur en termes d'approvisionnement en énergie et de disponibilité d'huile de friture. Le secteur de la pomme de terre s'en est bien sorti. Nous avons également bénéficié du soutien et des conseils du gouvernement, il faut le dire. Les chiffres économiques montrent que le secteur alimentaire a perdu de plus en plus ses marges bénéficiaires au cours des trois dernières années, est sous pression, mais cela ne s'applique pas aux entreprises de pommes de terre. Elles n'ont pas non plus été incluses dans cette étude du gouvernement fédéral.

La transformation des pommes de terre, le miracle de la Belgique. Est-ce vraiment vrai ?
"En 25 ans, en tant que secteur, nous sommes passés du fond de la salle au premier plan lorsqu'on parle d'alimentation. Nous jouons désormais un rôle de premier plan dans ce domaine. Et il ne s'agit pas seulement des producteurs internationaux de chips, mais aussi des nombreux "Ils traversent une période difficile, car ils sont beaucoup plus dépendants du commerce local. J'attends avec impatience les chiffres de transformation pour 2023. Atteindront-ils les 7 millions de tonnes ? Peut-être que le résultat sera encore plus élevé."

Dans le monde de la pomme de terre, les transformateurs sont parfois représentés aux Pays-Bas, en Belgique et en France. Avez-vous remarqué que les frontières s’estompent ?
Vermeulen rit : « Nous retournons en fait au Moyen Âge, où une partie des Pays-Bas, de la Belgique et de la France formaient un seul empire. Je ne représente pas l'industrie française de la pomme de terre, mais avec les nouveaux chantiers de Clarebout, Ecofrost et Agristo dans le nord de la France. , cela représente de nombreuses tonnes de transformation qui s'ajoutent. Sur les 7 millions de tonnes de transformation dans notre pays, 4,5 millions de tonnes proviennent du sol belge. Le déplacement vers la France a plusieurs raisons. Le climat d'investissement est plus favorable, la politique de licences est plus " Plus flexible et il y a plus de main d'œuvre disponible. N'oubliez pas que nos usines emploient déjà de nombreux salariés français. Jusqu'à récemment, l'infirmière était la profession la plus répandue. Aujourd'hui, c'est un technicien d'usine. Beaucoup de choses peuvent être automatisées, mais cela nécessite une main d'œuvre spécialisée. "

Avec tous ces projets de croissance, il faudra beaucoup plus de pommes de terre. Est-il réaliste de penser que cela se produira ?
"La France n'a traditionnellement pas eu d'industrie de chips, pas plus que le Royaume-Uni. On voit la culture de pommes de terre de table se déplacer vers les pommes de terre chips. En raison des extrêmes climatiques, il devient de plus en plus difficile de cultiver des pommes de terre de table de bonne qualité. Une pomme de terre chips est un peu plus forte. " Les plants de pommes de terre constituent le plus gros problème. C'est un obstacle à l'expansion de la superficie et cela prend du temps. Nous avons de nombreuses conversations avec des sociétés commerciales. Nous voulons savoir où vont les choses dans les cinq à dix prochaines années et comment les pénuries seront comblées. "La superficie européenne a diminué de 10.000 XNUMX hectares en trois ans. C'est un serpent qui se mange la queue. C'est un sujet très difficile. Nous ne pouvons pas soudainement faciliter nous-mêmes un approvisionnement en plants de pommes de terre, il y a tellement de choses en jeu."

Vous avez parlé de politique, d'économie et de culture. Pas mal de défis diriez-vous ?
"Beaucoup de choses doivent se passer entre 2025 et 2030. Ce seront des années passionnantes pour le secteur. Les choses sont désormais calmes dans le domaine de la protection des cultures, mais cela ne durera pas longtemps. Le fait que la loi européenne ait été rejetée n'est pas dû " Au lobby, mais aux politiques. En Belgique, nous avons élaboré un plan au niveau fédéral à moyen et long terme. Comment rendre l'avenir attractif pour les agriculteurs ? Cela commence par payer un bon prix, mais il est injuste de l'adopter. Cela incombe entièrement au consommateur. Le gouvernement (européen) doit jouer un rôle. Ceci est particulièrement sensible pour les frites, car il s'agit d'un produit destiné au marché mondial. En même temps, la pomme de terre fait partie de notre ADN européen. Europe du Nord-Ouest. Nous ne cultivons pas de bananes ici, n'est-ce pas ? Grâce à l'innovation, nous, en tant que secteur, pouvons protéger la nature et croître de manière durable, afin que les agriculteurs puissent retrouver confiance et investir pour l'avenir.

Enfin : votre positivisme repose sur la croissance du secteur, mais les ventes de frites vont-elles continuer à augmenter ?
"L'industrie est positive en ce qui concerne les ventes, c'est le moindre de nos problèmes. Le marché continue de croître. Bien sûr, on voit davantage de production locale, c'est une évolution naturelle. Je crois qu'il y a une place pour chaque frite dans le secteur. monde. N'oubliez pas que la plus forte croissance en termes de volume se situe toujours en Europe. Nous exportons vers 160 pays, mais parfois les volumes par pays sont faibles. Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne sont nos plus gros clients. Nous sommes également toujours aussi positif à l'égard du marché intérieur."

Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login