Agriphoto

Actualités Pommes de terre

« Parfois plus de 100 hectares restent à planter » 

17 Juin 2024 -Niels van der Boom - Commentaires 31

Les superlatifs ne suffisent pas pour décrire correctement ce printemps. Même dans la deuxième quinzaine du mois de juin, les producteurs de pommes de terre sont toujours occupés dans certaines régions des Pays-Bas et de la Belgique. Certains producteurs doivent encore planter 100 hectares ou plus. Les limites sont explorées et repoussées. Le message des transformateurs est clair : chaque pomme de terre est désespérément nécessaire.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Les trois provinces du sud : la Zélande, le Brabant septentrional et le Limbourg sont des zones où les plantations de pommes de terre ne sont pas encore terminées. Ailleurs dans le pays, il s'agit localement d'une seule parcelle ou de parties de celle-ci, mais surtout dans le Brabant et le Limbourg, les plus grands producteurs de pommes de terre doivent encore planter une superficie considérable. Il s'agit parfois de 100 hectares par entreprise ou d'un multiple de ce chiffre, selon les initiés. Boerenbusiness connaître, savoir. Ici aussi, des parcelles déjà plantées doivent parfois être (partiellement) replantées car de grandes parties ont disparu à cause des dégâts des eaux.

De nouvelles douches arrivent
Un petit coup de chance est que relativement peu de précipitations sont tombées dans les provinces mentionnées la semaine dernière, ce qui signifie que les semis ont bien progressé. C'est particulièrement le cas dans le sud-est du pays. Les agriculteurs se préparent à nouveau car de violents orages sont attendus mardi 18 juin, qui pourraient provoquer localement 30 à 50 millimètres de précipitations. Le sol est encore assez saturé par les pluies du mois de mai, donc chaque millimètre est un de trop.

Dans le sud-est et le sud-ouest, on trouve également des parcelles de pommes de terre relativement bonnes, plantées tôt, mais il faut les chercher. Les différences sont donc énormes. "Toutes les pommes de terre n'ont pas été plantées en Zélande", explique Bram de Visser, conseiller du CZAV. "C'est le cas en Flandre-Zélandaise, à Walcheren et à Schouwen-Duiveland. Des pommes de terre doivent également encore être plantées dans le Brabant occidental, notamment dans la zone de plants de pommes de terre autour du Kruisland."  

Le conseiller de Delphy, Reinier Stoutjesdijk, qui est lui-même agriculteur, le mentionne également. "De nombreuses pluies sont tombées récemment dans le Brabant occidental en peu de temps, causant des dégâts aux cultures de pommes de terre. Vous trouverez des parcelles endommagées par les eaux dans tout le sud-ouest des Pays-Bas. C'est presque la norme pour au moins 10 à 20 % des les plantes qui manquent."

La patte continue
Jusqu'à quelle heure peut-on planter des pommes de terre ? C’est une question à laquelle personne n’ose répondre définitivement. Alors que la journée la plus longue approche à grands pas (jeudi prochain, le 20 juin), on pourrait s'attendre à ce que ce soit à peu près la date de fin, mais les producteurs indiquent qu'ils souhaitent planter toutes les pommes de terre. Après tout, le terrain a été loué, les plants de pommes de terre livrés et la fertilisation effectuée. "L'acheteur (usine de chips) indique qu'il veut toutes les pommes de terre, donc nous allons continuer à planter", a déclaré un producteur. Jusqu'il y a quarante ans, on cultivait dans le Brabant des « plants de pommes de terre d'automne », qui étaient plantés après le 1er août et récoltés fin novembre. Les scènes actuelles commencent à ressembler un peu à ça.

Les producteurs de pommes de terre ont des sentiments mitigés à propos de la planteuse. Les usines de chips ont désespérément besoin de chaque pomme de terre et font donc pression pour se lancer. En même temps, c'est le producteur qui risque court. Actuellement, sur le marché libre - où les prix des pommes de terre peuvent atteindre 70 euros les 100 kilos - une prime importante est payée, mais toute personne ayant signé un contrat ne peut en bénéficier. Comme décrit, les parcelles déjà plantées ne seront pas non plus géniales. Les producteurs craignent donc une nouvelle mauvaise récolte qu’ils auront du mal à digérer. Même si le temps s'améliore, les pommes de terre de juin ne produiront qu'une demi-récolte, ce qui correspond à peine au volume contractuel.

"De juste au-dessus à 55 ans et plus"
Outre les inondations, la pression extrêmement élevée du phytophthora met également la situation en péril. Dans le Flevoland, les premières parcelles de pommes de terre biologiques ont déjà été brûlées, même si aucun rendement n'a été enregistré. En plus de ces sources et plantes de stockage, une infection latente est parfois présente dans les plants de pommes de terre, explique Niek Vedelaar, conseiller de Delphy, qui travaille dans le Flevoland. "Les producteurs de plants de pommes de terre qui ont déjà sélectionné des plantes à tige phytophthora. "Avec des températures modérées, c'est un vrai temps pour les pommes de terre. Les premières cultures ont les premiers tubercules de 55 millimètres en dessous. Le temps humide garantit que les herbicides du sol font bien leur travail. Parfois trop bon, ce qui fait jaunir les cultures. Cela freine la croissance. »

Surtout dans les zones argileuses du sud-ouest et du Flevoland, les producteurs ont eu des difficultés à fraiser les billons de pommes de terre. Cela a des conséquences. "Là où le broyage a été effectué alors que les pommes de terre étaient déjà au sommet - en combinaison avec un herbicide et un contrôle des maladies - nous constatons que les plantes ne émergent pas ou ne se développent pas avec difficulté", note Vedelaar. Son collègue Stoutjesdijk voit également cette image se manifester dans le sud-ouest.

Nord-est légèrement mieux
Dans l’est et le nord-est des Pays-Bas, les producteurs s’en sortent légèrement mieux, même si cela varie selon les régions et parfois selon les villages. Quelques kilomètres peuvent faire la différence, qu'une averse vous frappe ou non. "On tombe sur des parcelles fermées et qui émergent tout juste", constate Bert Huizinga, conseiller de Delphy. La pression du phytophthora est élevée, mais elle ne pose pas de problèmes majeurs. Vous remarquez que les races sensibles en souffrent davantage. Au premier moment de l’infection, les cultures plantées plus tard ont juste émergé et ont échappé à l’attaque. Heureusement, les agriculteurs ont eu le dessus lors du deuxième tour."

Si vous vous dirigez vers les zones de transition de Groningue puis le long de la côte des Wadden, les inondations se produiront à nouveau fréquemment. Sur le Hoogeland, 30 millimètres sont tombés localement dimanche et des parcelles étaient toujours inondées. De fortes averses autour du jour de l'Ascension y ont déjà causé des dégâts considérables. Des dégâts des eaux peuvent également être constatés autour de Veendam. Presque toutes les pommes de terre ont été plantées dans les provinces du nord, mais la ligne d'arrivée n'est pas encore en vue.

Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login