LTO

Interview Jaap van Wenum

"Au moins 700 euros pour une culture céréalière rentable"

22 janvier 2019 -Niels van der Boom - Réaction 1

Au bilan, les céréales et les protéagineux ne sont pas très intéressants pour les agriculteurs de grandes cultures. Cependant, les avantages sont grands et bien nécessaires. Les cultures contribuent à la biodiversité, à la fertilité des sols et au climat. Jaap van Wenum, contremaître de LTO Arable Farming, plaide donc pour un soutien supplémentaire dans la future politique agricole commune (PAC).

Van Wenum a lancé ce plan lors de certaines réunions régionales des agriculteurs, afin d'entendre les opinions des agriculteurs. Celles-ci sont majoritairement positives, avec parfois une note critique.

Un soutien supplémentaire semble formidable, mais de quoi parlons-nous exactement ?
« La culture des céréales et des protéagineux est soumise à une forte pression (en raison de bilans plus faibles) dans le plan des grandes cultures et, à long terme, cela est également négatif pour la fertilité des sols. Cependant, la culture présente également des avantages majeurs du point de vue de la « biodiversité ». Pour nous, "C'est la raison pour laquelle nous plaidons en faveur d'une rémunération plus élevée dans la nouvelle PAC. Je pense à au moins 700 euros par hectare, là où ils sont actuellement de 350 euros par hectare. Ce n'est pas un calcul d'équilibre bien étayé". , car le prix des céréales est bien sûr important."

Dans quelle mesure est-il réaliste qu’une telle surtaxe soit effectivement introduite ?
"En tant que LTO Pays-Bas, nous sommes assis à la table avec le ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire. Le ministère est fortement engagé en faveur de la biodiversité et du climat. Nous pensons que cette mesure s'inscrit bien dans cela. Cependant, la question est de savoir quels cadres Bruxelles fixe Certains États membres plaident pour une allocation fixe élevée aux entreprises dans le premier pilier, tandis que les Pays-Bas souhaiteraient voir un large cadre flexible autour du verdissement. Le montant de la récompense finale dépend de la liberté accordée aux Pays-Bas.

N'est-ce pas à un entrepreneur d'élaborer son plan de construction en fonction de ce qui lui convient le mieux ?
"Surtout sur les terres louées, on constate que la fertilité des sols diminue. Ici, les propriétaires optent pour le court terme et le gain financier. La superficie agricole continue de diminuer. Nous devons être économes avec les terres qui restent et les transmettre à la génération suivante. Si les terres locatives sont structurellement ruinées, cela devient alors un problème à l'échelle du secteur. Pourtant, lors des réunions régionales, j'entends aussi des agriculteurs qui veulent décider par eux-mêmes et se concentrer sur une culture avec beaucoup de terres locatives, au lieu d'un plan de construction complet. ".

Selon vous, une plus grande superficie céréalière entraîne-t-elle également une diminution de la superficie consacrée aux pommes de terre et aux oignons ?
"Je n'ose pas dire cela. Cela dépend aussi du type de sol et de la région. Dans les régions de grandes cultures intensives sur argile peut-être, mais sur sol sableux, la superficie en maïs est plus susceptible d'être réduite. Des plans sont également avancés pour une 'obligatoire' "Plan de culture 1 sur 4" pour les pommes de terre. Je ne suis pas favorable à l'arrêt du plan de culture, mais il faut le rendre attractif. Cela peut se faire par le biais d'une politique en matière d'engrais : en étant autorisé à utiliser davantage d'engrais organiques, en dérogant aux cultures ou plus normes en matière de culture des céréales.

Moins de maïs, vos collègues éleveurs ne seront sans doute pas contents ?
"Dans le Brabant du Nord, par exemple, la superficie des prairies a diminué et a été remplacée par du maïs. L'herbe est également une culture dormante présentant de nombreux avantages. Un autre exemple pourrait être le sorgho, qui en est encore à ses balbutiements. Quel est le montant de l'indemnisation par "La culture devrait être, est encore inconnue. Une option que nous envisageons est un système de points qui évalue chaque culture. "

« Les cultures céréalières et protéagineuses s'intègrent bien dans un système de cycles, mais personnellement, je vois ce cycle à une plus grande échelle (à l'échelle européenne). Cela signifie que nous sommes moins dépendants des importations de soja en provenance d'Amérique. Cela ne nous place pas encore au niveau national. niveau, mais nous le ramènerons près de chez nous. »

Un paiement pour faire pousser une culture. Cela ressemble un peu à McSharry 2.0 ?
"Ce n'est certainement pas le cas, même si la 'prime McSharry' avait des points positifs. Cependant, la prime a provoqué une explosion dans la superficie du maïs, principalement à cause d'une erreur dans les règles. La PAC se compose d'une partie fixe (le paiement à l'hectare ) et une part variable (verdissement). Les Pays-Bas veulent un budget maximum pour le verdissement, tandis que Bruxelles est coincée avec la prime fixe à l'hectare. Tout dépend de la part variable. Lorsqu'une compensation de 50 € par hectare est finalement proposée, c'est tout simplement pas assez."

Comment LTO Arable Farming envisage-t-elle la future PAC ?
"Nous le considérons comme un menu. Vous avez un plat principal fixe, avec toutes sortes d'options autour : le verdissement. Une entreprise de l'Oldambt cultive déjà beaucoup de céréales et n'a pas à s'occuper des cultures dérobées. Un agriculteur avec de nombreuses cultures différentes peuvent choisir les cultures dérobées et les limites des champs. Cela offre une liberté de choix dont chacun peut bénéficier.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer
commentaires
Réaction 1
Jpk 25 janvier 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/akkerbouw/artikelen/10881106/minimaal-700-euro-voor-rendiële-graanteelt]'Au moins 700 euros pour une culture céréalière rentable'[/url]
Les subventions ne sont pas nécessaires si l'organisme gouvernemental chargé de la mise en œuvre, l'ACM, est réduit au silence pour la culture ouverte.
Vous ne pouvez plus répondre.

Que fait le courant
listes arables?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Analyse Granen

Le marché du blé a atteint son point le plus bas alors que les clients achètent

Analyse Grains et matières premières

L’air au-dessus du marché aux céréales ne s’éclaircit pas encore

Analyse Grains et matières premières

Navire avec du grain « pillé » enchaîné

Analyse Grains et matières premières

La pluie continue de causer des problèmes sur le blé européen

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login