Union chrétienne

Actualités Protection des cultures

Les agriculteurs arables envoient une lettre de feu à Schouten

30 Avril 2019 -Niels van der Boom - Commentaires 14

Royal Cosun, LTO Nederland, le NAJK et le Syndicat néerlandais des producteurs de cultures arables (NAV) ont publié conjointement une lettre urgente expédié à la ministre Carola Schouten (Agriculture, Nature et Qualité alimentaire). Ils abordent en cela deux défis majeurs pour les agriculteurs : la situation actuelle de la betterave sucrière et les fondements de l'autorisation du glyphosate.

Les betteraves sucrières connaissent actuellement des difficultés, en partie à cause du manque d’enrobage des graines avec des néonicotinoïdes. Les cultures de betteraves sont particulièrement touchées par les insectes ravageurs, notamment sur les sols argileux lourds. En conséquence, des insecticides à large spectre sont utilisés, qui font plus de mal que de bien à l’environnement.

En visite chez un producteur
Dans certains cas, les dégâts causés par les insectes sont parfois si graves qu'il faut ressemer les betteraves. Les auteurs et le secteur des cultures arables sont déçus que l'interdiction entraîne des problèmes aussi nocifs pour l'environnement. Ils demandent donc à Schouten de se rendre dans une entreprise concernée et de constater par lui-même les problèmes. Ils espèrent trouver ensemble une solution pour l’année prochaine et l’avenir.

Une autre préoccupation majeure du secteur est l’utilisation du glyphosate. Ils craignent que cet herbicide ait subi le même sort que les néonicotinoïdes. Cet herbicide relativement respectueux de l'environnement est alors remplacé par des agents plus nocifs pour l'environnement. Le désherbage entièrement mécanique est une utopie, est-il écrit.

La science doit prévaloir
Les parties souhaitent apporter des idées sur la réduction de l'utilisation du glyphosate. Le secteur a déjà fait un premier pas en pulvérisant les légumineuses avant la récolte. Dans les deux cas, ils considèrent la connaissance scientifique comme le fondement et non comme l’émotion. Le glyphosate s’intègre parfaitement ici.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 14
Sans peur 30 Avril 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/akkerbouw/artikelen/10882281/akkerbouwers-zenden-brandbrief-naar-schouten]Les agriculteurs de cultures arables envoient une lettre d'incendie à Schouten[/url]
Cela ne servira plus à grand chose.....
Après tout, nous sommes les cobayes de Carola Schouten.
C.Arendse 30 Avril 2019
Je suis sûr que le ministre va se pencher sérieusement sur la question ! Haha
bz 30 Avril 2019
pas semer de betteraves sucrières pendant un an
Abonné
Jupe 30 Avril 2019
Autant envoyer la lettre directement à la déchiqueteuse.
cordonniers1 1 mai 2019
diront les shérifs, alors nous devons aussi interdire ces substances
Wim 1 mai 2019
Eh bien, le club LTO et Najk poursuivront le travail effectué par Boerbewust.

Ces agriculteurs ont vraiment mis le débat au centre du débat avec leur campagne Twitter !

Interdire les néo-choses est un désastre pour la culture de la betterave et il n’y a aucun bénéfice pour l’environnement.

Nos fonctionnaires et administrateurs nous épuisent.
Il est temps de se lever et d’aborder le problème avec plus de fermeté.
pousse du matin 1 mai 2019
C'est vrai. LTO imite toujours les autres. J'ai lu hier qu'ils allaient mener une étude pour voir s'il était nécessaire de promouvoir la communication entre agriculteurs et citoyens.

bonne nuit LTO

dormez bien, monsieur le président
Jpk 1 mai 2019
En tout cas, ils essaient toujours de maintenir les ressources autorisées. Si l'on laisse l'agriculture à cheval et en charrette au ministre, on verra une baisse du rendement à l'hectare de 50 à 90 %.
La mafia de Canal Belt paiera 100 % de plus pour le paquet alimentaire néerlandais. Parce que l'importation produit des émissions de CO2 trop élevées et que les niveaux de résidus ne répondent pas aux normes d'Aldi et de Jumbo.
L'objectif est de faire de l'agriculture néerlandaise une attraction touristique
Abonné
Bildtboer 2 mai 2019
Interdire simplement tous les produits phytosanitaires, suffisamment de nourriture pour les deux milliards d’habitants les plus riches de la planète
??? !!! 2 mai 2019
Bildtboer a écrit :
Interdire simplement tous les produits phytosanitaires, suffisamment de nourriture pour les deux milliards d’habitants les plus riches de la planète
c'est très vert
c'est en fait super gauche (égalité !)
Abonné
fabricant de perruque 6 mai 2019
Ce que dit Bildtboer semble dur, mais il a raison.
Il semble qu’ils veuillent ainsi réguler la croissance démographique.
Tnt 6 mai 2019
Malheureusement, Mme Schouten n'a pas de boîte aux lettres. En vain.
CU est également parti !!
Abonné
français 6 mai 2019
L’arrêt de la culture de la betterave est le seul remède, car personne ne peut maintenir la production en dessous du prix de revient. Heureusement, Cosun ne dispose que de deux usines supplémentaires, elle n'a donc pas besoin d'en fermer quatre. En cultivant simplement des céréales, vous perdez moins et il vous reste une meilleure terre. Si vous devez maintenant regarder ces tristes plantes dans les champs, votre courage s'effondre.
voisine 6 mai 2019
Aussi petits soient-ils, ils pendent du haut vers le bas du puceron noir du haricot.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Pommes de terre

Les pays de l’UE tirent la sonnette d’alarme : le phytophthora frappe

Actualités Protection des cultures

Digi-label, prochaine étape dans l'enregistrement des ressources

Analyse Protection des cultures

Les prix élevés compensent les plus petits volumes de ressources

Actualités Politique

Bruxelles retire la loi controversée sur la réduction de moitié des ressources

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login