Shutterstock

Actualités engrais

La Pologne plaide pour une subvention aux engrais

10 mars 2022 -Niels van der Boom - Commentaires 3

Même avant le conflit en Ukraine, on réclamait en Pologne une subvention pour l'utilisation des engrais. Les prix élevés du gaz rendent les engrais extrêmement chers. Si cher que les agriculteurs polonais peuvent à peine se le permettre. Même le premier ministre est impliqué.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Avec le Polonais Janusz Wojciechowski aux commandes à Bruxelles, en tant que commissaire européen à l'Agriculture, les Polonais espèrent être davantage persuadés d'obtenir des subventions sur les engrais. C'est du moins ce que l'on lit entre les lignes dans les médias polonais. Même le Premier ministre Morawiecki s'est joint aux discussions en janvier et a plaidé en faveur de réductions des coûts pour les agriculteurs.

Le secteur agricole touché
Wojciechowski est en discussion à Bruxelles, mais il ne va pas favoriser son propre pays. En fin de compte, c'est à tous les États membres de prendre une décision, indique-t-il également. Il se réjouit toutefois que le secteur agricole dans son ensemble figure sur la liste des secteurs touchés par le conflit ukrainien. Il s’agit encore d’une question théorique pour le moment, mais cela pourrait être un prélude à d’autres problèmes à l’avenir. Par exemple, des compensations financières, comme nous l’avons vu lors de la crise du coronavirus, ou des prêts à court terme pour financer la culture.

Le mécontentement face aux prix exorbitants des engrais s'exprime depuis un certain temps en Pologne ; depuis l’automne dernier, lorsque les prix de l’essence ont fortement augmenté. Parce qu’il est désormais clairement poussé plus loin, le sujet est plus que jamais d’actualité. Assez pour que le secteur agricole polonais souligne son urgence.

Lutter contre l’agflation
La Pologne prétend être le premier pays à s'engager en faveur de la situation des agriculteurs face à l'inflation agricole – également connue sous le nom d'« agflation ». Les prix élevés de l’énergie, en particulier, entraînent une augmentation des coûts de toutes les cultures.

Une tonne de nitrate d'ammonium coûte désormais 6.100 1.284 zlotys chez Anwil, le plus grand producteur d'engrais polonais. Soit l'équivalent de 650 252 €. Depuis l'invasion russe de l'Ukraine, le prix a augmenté de plus de 1.300 euros la tonne. Au printemps dernier, le prix était de XNUMX euros la tonne. Le prix du phosphate diammonique (DAP) s'élève désormais à près de XNUMX XNUMX euros la tonne. Le producteur polonais Anwil cite les prix du gaz comme étant de loin la principale raison de ces augmentations sans précédent.

Blé à 420 €
Les prix élevés des céréales compensent en partie les prix des engrais, mais pas suffisamment. En Pologne, le blé est désormais vendu sur le marché physique à 420 € la tonne et le maïs grain à 355 € la tonne. Le pays peut sans aucun doute compter sur davantage d’attention maintenant que l’Ukraine ne peut plus exporter de céréales. Ce qui favorise les exportations, c'est la baisse du taux de change du zloty par rapport à l'euro et au dollar. Lundi dernier, vous avez reçu près de cinq zlotys pour un euro. À la mi-février, il était encore de 1 à 4,5.

Plus d’un million de réfugiés ukrainiens ont désormais franchi la frontière avec la Pologne. Toutes ces bouches ont aussi besoin d’être nourries, ce qui a des conséquences sur l’approvisionnement alimentaire du pays. Non seulement dans le domaine des céréales, mais aussi dans celui des légumes et des produits laitiers, par exemple.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login