DBV/Breloer

Actualités Green deal

Un contremaître agricole allemand critique férocement la politique

12 Décembre 2022 - Jurphaas Lugtenburg

Le président du Deutscher Bauernverband (DBV) allemand Joachim Rukwied a vivement critiqué la semaine dernière les projets européens et allemands pour le secteur agricole. Il a fait ces déclarations lors de la présentation du rapport de situation du syndicat.

Selon Rukwied, le Green Deal et la stratégie de la ferme à la fourchette doivent être révisés en profondeur. La proposition européenne d'interdire de moitié l'utilisation des produits phytopharmaceutiques dans les zones vulnérables est un tout faux signal, selon le contremaître de l'agriculteur. Cette proposition entraînera des pertes drastiques dans la production nationale et rendra l'Europe fortement dépendante des importations. L'écrémage des revenus des énergies renouvelables s'avère également une erreur, selon Rukwied. De telles mesures effraient les agriculteurs et les banques. "Pour le seul biogaz, les investissements prévus d'environ 1 milliard d'euros ont été interrompus. Au lieu d'imposer aux agriculteurs de fausses réglementations et taxes environnementales, ils ont besoin d'une base fiable pour les investissements indispensables."

Production alimentaire stable
Les résultats d'exploitation des entreprises agricoles en Allemagne - sur lesquels portait en fait la présentation - se sont considérablement améliorés au cours de l'exercice 2021/22. Depuis fin 2021, les prix du lait, de la plupart des cultures arables et de la viande bovine ont considérablement augmenté. Cette situation a été exacerbée par le déclenchement de la guerre entre l'Ukraine et la Russie. Les exceptions sont l'élevage porcin et les cultures spéciales à forte intensité de main-d'œuvre, qui sont moins prospères. Pourtant, Ruckwied est sceptique quant à la position économique des entreprises agricoles. « Cette reprise est nécessaire de toute urgence pour que les agriculteurs puissent faire face aux risques accrus du marché et du climat. Les engrais, l'énergie, les salaires et les autres matières premières sont devenus beaucoup plus chers ou ont une disponibilité limitée. Les prix à la production sont très volatils. fois est un grand défi."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jurphaas Lugtenburg

Est rédacteur à Boerenbusiness et se concentre principalement sur les secteurs des grandes cultures et sur le marché de l'alimentation animale et de l'énergie. Jurphaas possède également une ferme arable à Voorne-Putten (Hollande méridionale). Chaque semaine il présente le Market Flash Grains

En savoir plus sur

Politique
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Actualités Politique

Loi sur la restauration de la nature avec frein d'urgence approuvé

Analyse Politique

Point de rupture des finances, l’agriculture aussi ne va pas bien

Analyse Mest

L'Adema en collision avec le secteur agricole

Actualités Politique

Le Parlement vote l'interdiction de l'importation de veaux

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login