Agriphoto

Actualités Biologische

HAK : cultive des légumineuses et des légumes de manière entièrement biologique

18 janvier 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 43

HAK souhaite que toute la superficie des légumes et légumineuses cultivées aux Pays-Bas soit biologique d'ici 2027. C'est ce qu'indique le plan Green Field de HAK publié aujourd'hui. Le fabricant est conscient que la demande de produits biologiques est actuellement limitée, mais espère qu'en tant que plus grand producteur de légumes aux Pays-Bas, il pourra jouer un rôle en stimulant la demande des consommateurs.

L'ambition du gouvernement est de 15 % de terres agricoles biologiques d'ici 2030. HAK estime que la conversion représentera environ 10 % de la croissance des surfaces agricoles biologiques. 85 % de la superficie totale de culture de HAK se trouve aux Pays-Bas. Les premiers légumes bio, les betteraves rouges, seront récoltés cet automne et feront leur apparition dans les rayons. La transition vers les légumes et légumineuses biologiques constitue un défi en raison d'une méthode de travail différente, de coûts plus élevés et de rendements par hectare plus faibles ainsi que de la différence de prix associée à une culture régulière, indique HAK.

Demande limitée des consommateurs
Un obstacle majeur sur la route est la demande limitée des consommateurs pour les aliments biologiques. C'est pourquoi HAK souhaite contribuer activement au plan de développement du marché mis en œuvre sous la direction du ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire. Timo Hoogeboom, PDG de HAK, a déclaré dans un communiqué : « La clé du succès est d'augmenter considérablement la demande. Et pour cela, nous devons supprimer le caractère exclusif du bio. Cela nécessite une approche disruptive. Dans la mesure du possible, nous devons uniquement servir les consommateurs en proposant des produits biologiques. Le PDG appelle instamment « les producteurs, les autres producteurs alimentaires, les supermarchés et le gouvernement à participer ».

Récompense supplémentaire pour les producteurs
HAK offrira des récompenses supplémentaires aux producteurs qui effectuent la transition vers l’agriculture biologique. Le fabricant de légumes souhaite conclure des contrats à long terme d'au moins cinq ans. "Cela donne la possibilité d'apprendre et de se développer ensemble et les producteurs sont assurés d'acheter", déclare HAK. Les producteurs reçoivent également le soutien du gouvernement dans le cadre du Plan d'action pour l'agriculture biologique en matière de partage de connaissances, d'orientation et de subventions.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 43
Abonné
jan 18 janvier 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/akkerbouw/artikelen/10902532/hak-teelt-peulfruits-en-groente-completely-biological]HAK : culture de légumineuses et de légumes entièrement biologique[/url]
alors vous obtiendrez un peu plus, mais toute votre entreprise devra être bio
et si les gens ne l'achètent pas, ils veulent immédiatement se débarrasser de toi
Je pense que les agriculteurs devraient recevoir le double du montant, sinon ce ne serait pas une bonne idée
cultive autre chose et sois ton propre patron
Abonné
Jurrian 18 janvier 2023
Gentils et faciles de HAK, ils doivent être beaux et nous pourrions bientôt courir un risque avec le gang bio.
Abonné
gerard 18 janvier 2023
Voyons d'abord s'ils peuvent remplir l'hectare, puis 5 ans de suite avec inflation en plus, sinon c'est rien
Abonné
bombe à retardement 18 janvier 2023
Sol à nouveau nu, comme avant, beaucoup de travail du sol, déchaumeurs, pas de verdissement. Chardons, chardons-Marie, millepertuis des réserves naturelles, qui s'implantent de plus en plus. Les chevaux avec les désherbeuses devront réapparaître. Il reste à on verra qui fera ça. Beaucoup de mauvaises herbes dans les épinards.
sud-est 18 janvier 2023
Ne me faites pas rire, garder tout exempt de maladies et de mauvaises herbes avec des ressources limitées est un problème majeur dans la culture conventionnelle.
le bio n'est pas réalisable, il suffit de demander à un vrai jardinier.

Le fait que Hak prête le sien pour cela me déçoit beaucoup !!!

quel gâchis cela devient dans notre pays....
le chapeau oblige les cultures de repos et les lisières en jachère, etc.
une autre fête propose une bio...

est-ce que j'ai raté quelque chose ??? Nous devons nourrir toujours plus de personnes, ce que nous pouvons faire avec l’agriculture actuelle. mais maintenant avec le nouveau plafond et les plans biologiques.
la faim est semée depuis très longtemps
Abonné
grenouille 18 janvier 2023
Position de talon du PDG ailleurs.
Je n'ai plus besoin de ces pois noirs, donnez-moi juste un autre fabricant.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 18 janvier 2023
Seuls les entreprises et les agriculteurs qui considèrent comme principe central les intérêts du consommateur final des produits qu'ils produisent ont un bel avenir et sont également beaucoup plus disposés à produire et à transformer de manière biologique. Être le patron de votre exploitation, ne me faites pas rire. Aucun agriculteur n'est plus vraiment le patron de son exploitation, mais il dépend entièrement de la demande pour les produits qu'il produit, et les méthodes de production ne sont plus une décision personnelle, mais lié aux règles des entreprises, du gouvernement et des consommateurs. En raison de l’énorme interaction entre l’environnement et une alimentation saine sur la santé publique, non seulement les agriculteurs doivent recevoir plus d’argent pour leurs produits biologiques, mais les consommateurs doivent également être encouragés à acheter ces produits. Cela doit devenir une situation gagnant-gagnant pour le producteur et le consommateur et c'est là que le gouvernement doit s'impliquer.
Abonné
bombe à retardement 18 janvier 2023
Envie d'être stimulé ? Que gagnez-vous si le consommateur l’abandonne parce qu’il n’en a pas les moyens ? Quel est le problème avec les pots de légumes d'une autre conserverie. Peut-être qu'il y a moins de mauvaises herbes là-dedans, et puis nous les achetons quand même. Le gouvernement a encore assez de décombres à nettoyer, n'est-ce pas ? Nous regardons toujours les légumes de HAK dans les vitrines. Plus tard, nous examinerons l'usine HAK elle-même dans la vitrine.
Dites bonjour à HAK. Je sais par expérience que nous devons chaque année nous battre pour obtenir un prix raisonnable.
fabricant de règles 18 janvier 2023
bombe à retardement a écrit :
Sol à nouveau nu, comme avant, beaucoup de travail du sol, déchaumeurs, pas de verdissement. Chardons, chardons-Marie, millepertuis des réserves naturelles, qui s'implantent de plus en plus. Les chevaux avec les désherbeuses devront réapparaître. Il reste à on verra qui fera ça. Beaucoup de mauvaises herbes dans les épinards.
c'est ce qu'on appelle la biodiversité, plus il y a de déchets, mieux c'est pour nous
Abonné
bombe à retardement 18 janvier 2023
rulemaker a écrit :
bombe à retardement a écrit :
Sol à nouveau nu, comme avant, beaucoup de travail du sol, déchaumeurs, pas de verdissement. Chardons, chardons-Marie, millepertuis des réserves naturelles, qui s'implantent de plus en plus. Les chevaux avec les désherbeuses devront réapparaître. Il reste à on verra qui fera ça. Beaucoup de mauvaises herbes dans les épinards.
c'est ce qu'on appelle la biodiversité, plus il y a de déchets, mieux c'est pour nous
Pour qui???
Abonné
Karel 18 janvier 2023
Je suppose que LNV veut sponsoriser et que HAK donne cet avantage directement à Poutine. Cette entreprise ne devrait-elle pas être boycottée immédiatement ?
Il peut geler ou dégeler 18 janvier 2023
Dans de nombreuses régions, les producteurs en ont assez des aliments en conserve, car il y avait toujours quelque chose à faire avec.
Abonné
bombe à retardement 18 janvier 2023
Il peut geler ou dégeler a écrit:
Dans de nombreuses régions, les producteurs en ont assez des aliments en conserve, car il y avait toujours quelque chose à faire avec.
J'en ai entendu davantage, ils ont (eu) le pouvoir, mais ces prix des céréales seront pris en compte en premier, et je connais déjà le résultat. Mon conseil est de rester à l'écart. Laissez-les partir, ils DOIVENT revenir avec de meilleurs prix, sinon les lignes de l'usine s'arrêteront. Attention, nous avons une autre alternative.
Abonné
vérité 18 janvier 2023
100% bio... puis l'usine s'arrête... à cause de rendements inférieurs de 50%, de récoltes décevantes, de maladies et de ravageurs ! etc.....si j'étais cet employé, je chercherais un autre patron...
Abonné
aubaine 18 janvier 2023
laissez-les s'amuser. beaucoup d'alternatives.
Abonné
CM 18 janvier 2023
Ils sont désormais à peine disposés à payer quoi que ce soit pour de la nourriture conventionnelle ; ils ignorent alors complètement le bio. Ne faites pas affaire avec ça.
Claas 19 janvier 2023
La solution est simple.
Le Hak se développe lui-même grâce à la location de terres ou à la culture sous contrat.
Abonné
bombe à retardement 19 janvier 2023
La location de terrains pourrait être possible, bien sûr à un bon prix, sinon vous devrez acheter vous-même les hectares nécessaires, mais la culture de contact comporte beaucoup de risques. Beaucoup de mauvaises herbes, de maladies et de ravageurs. Peut-être un rendement très faible, donc pas ou peu d'équilibre. Laissez-les cultiver eux-mêmes. Louer et livrer propre.Toujours les risques sont à la charge de l'agriculteur. Pour peu qu’ils en profitent.
Abonné
Fermier Jan 19 janvier 2023
Je pensais que les entreprises russes seraient boycottées, mais maintenant elles essaient de faire la loi ici aussi.
Abonné
Karel 19 janvier 2023
Est-ce que personne ne se soucie du fait que HAK ait un propriétaire russe ?
Abonné
bombe à retardement 19 janvier 2023
Karelle a écrit :
Est-ce que personne ne se soucie du fait que HAK ait un propriétaire russe ?
Ouais, éliminez ce gang.
Abonné
autre Pierre 19 janvier 2023
2 commentaires : 1) lisez attentivement ce qui est dit dans la première phrase, qui dit tout : production aux Pays-Bas ! Ils peuvent ainsi toujours étendre leurs options conventionnelles à l'étranger si la production biologique ne fonctionne pas aux Pays-Bas. Apparemment, leur ambition en matière de durabilité ne s'étend pas au-delà des frontières néerlandaises, mais suffisamment loin pour ce grand coup marketing destiné au grand public. où l'on oublie vite que cela ne s'applique qu'à la production hollandaise !!
2) la phrase : « le bio doit se débarrasser de son caractère exclusif ». En tant que producteur conventionnel, je trouve cela très inquiétant pour mes collègues bio. Je pense que ce sont des mots fantaisistes pour dire que les produits biologiques devraient devenir moins chers......
Abonné
Biographie + 19 janvier 2023
Écoutez, c'est ainsi que nous faisons à nouveau connaissance avec la communauté du forum BB. Très nuancé, toutes connaissances disponibles, et toujours optimiste et ouvert aux autres points de vue.
Abonné
autre Pierre 19 janvier 2023
Cher Bio+. En tant que producteur biologique, que pensez-vous de mes 2 commentaires ? Je tiens à souligner que je suis suffisamment libéral pour croire que Hak peut faire ce qu'elle veut et exiger ce qu'elle veut. Soit dit en passant, je ne suis pas un producteur de Hak ni un producteur de conserves/légumes en général. J'essaie donc simplement de réfléchir à ce que Hak dit réellement dans l'article
Abonné
Biographie + 19 janvier 2023
Cher "autre Peter". Quelques réponses à vos premières questions. Aujourd'hui et hier sont les journées Biobeurs à Den Bosch. Outre de nombreux agriculteurs biologiques, de nombreux collègues conventionnels s'y rendent également. assez intéressant pour découvrir l'atmosphère et consommer d'autres vues. bon contre le cynisme.
Les nouvelles du HAK étaient connues de tous hier. L’idée générale était qu’il n’était en effet pas certain que HAK parachèverait complètement le processus. C'est aussi un plan sur 4 ans. Mais ce n’est pas une décision à prendre à la légère. L’opinion de tous ceux à qui j’ai parlé était que HAK prenait le risque de se lancer dans cette affaire. C'est également une déclaration à l'ensemble du marché : HAK a vraiment confiance dans ce processus. Vous parlez d’un « grand coup marketing pour le grand public ». En fait, je suis d'accord avec cela, mais de manière beaucoup plus positive que ce que vous semblez vouloir dire. À propos de votre 2ème point. "Le bio doit perdre son caractère exclusif". Merci beaucoup de vous soucier de l'image du bio. Mais pas nécessaire. L'image s'adresse principalement au consommateur. Les consommateurs ont l'image que le bio est par définition bon et par définition cher. Par conséquent, de nombreux consommateurs ne font même pas attention au prix lorsqu'ils voient le terme biologique. Alors que certains produits biologiques (le lait, par exemple) sont moins chers que les marques A. Ce sont des choix faits par les supermarchés. Et Des choix très différents y sont faits. Certains produits sont soumis à des marges tellement absurdes qu'il semble que le supermarché en question n'y porte aucun intérêt. Mais maintenant, ils peuvent dire aux ONG : regardez, nous avons beaucoup de produits bio dans notre gamme. mais personne ne veut l'acheter. Et au conditionneur, il peut dire qu'il a livré des déchets parce qu'après 3 heures et que le débit est donc faible. Le choix de HAK peut donc également avoir un effet sur l'ensemble du marché biologique si des choix différents sont faits ici et là.
Abonné
Biographie + 19 janvier 2023
Un bel aperçu des dilemmes/choix auxquels sont confrontés les agriculteurs et HAK.
https://www.gfactueel.nl/telers-staan-voor-lastige-keuze-nu-hak-biologisch-gaat-eisen/
Abonné
grenouille 19 janvier 2023
Cela ne ferait vraiment une différence que si Cosun et toutes ses sociétés annonçaient qu’elles visent une production biologique de 4 % d’ici 85 ans.
Abonné
autre Pierre 19 janvier 2023
Cher Bio+. Merci pour votre point de vue à ce sujet. Je suis globalement d'accord avec vous. Mais ce que j'ai vu se produire ces dernières 24 heures dans divers médias (généralistes), c'est que les gens ne parlent que du fait que Hak achète uniquement des cultures biologiques. L'expression "uniquement aux Pays-Bas" est déjà passée au second plan et Hak peut simplement importer des produits conventionnels des pays voisins et les mettre dans un pot avec l'image de l'agriculture biologique. D'un point de vue marketing, ils se portent bien. Je n’étais pas cynique à ce sujet, si cela se présentait ainsi.
Pensez-vous que lorsque les supermarchés (si je vous comprends) baissent parfois des marges extrêmes pour stimuler les ventes sans faire de concessions du côté des achats ? D'ailleurs, j'étais à Interpom à Courtrai en novembre et je regardais une herse désherbante. J'ai dit à mon employé que d'ici 5 ans, nous aurons une telle machine sur notre propriété. Je constate que l’agriculture conventionnelle s’oriente de plus en plus dans cette direction.
parrain normal 21 janvier 2023
quel non-sens....
ça ne marchera pas maintenant, ni jamais, pas la bio.

Tout le monde le sait, mais nous n’allons pas nous nourrir la bouche avec ça.
Nous ne pouvons pas cultiver ce que nous voulons et comme nous le voulons de la manière habituelle à cause de ressources vertes de mauvaise qualité et inefficaces.

mais on peut dire que nous cultivons à l'épreuve de la planète !!!!
avec pour triste conséquence de refuser des produits car ils contiennent des poux/thrips, etc.
Oh, comme nous allons tous bien, bah bah, quel monde triste.
pas d'équilibre / pas de plaisir de travailler / pas de produit haut de gamme
mais beaucoup de travail et de coûts pour janvier....l

Nous ne devrions pas tous vouloir ça, point final


Abonné
mijn 22 janvier 2023
Je pense que ce talon est également courant et qu'il y a ensuite un nom différent sur la boîte ou le pot. si quelque chose est biologique, ils y mettent un nom de talon
Abonné
moyen 22 janvier 2023
Bien sûr, ils transportent ce produit de l'autre côté de la frontière ici et ici sous couvert de produits biologiques en pot, il se passe beaucoup plus de choses avec d'autres produits, y compris les pommes de terre de table, il y a un écart mondial ici, mais pas en Allemagne, mais il est transformé ici sous notre certification. et donc c'est tordu tout ça !!!
Abonné
grenouille 22 janvier 2023
Ce qui me surprend le plus, c'est l'histoire du PDG de Hak selon laquelle la grande majorité des producteurs l'accepteront, mais certains devront y réfléchir. Par exemple, parce qu'ils ont aussi des betteraves sucrières ou des pommes de terre et qu'il devient alors plus difficile de passer rapidement au bio." cité dans le télégraphe.
Je ne pense pas que tout le monde accepte aussi facilement l'histoire de Hak en matière de relations publiques. En fait, je pense que plusieurs agriculteurs biologiques souhaitent revenir au conventionnel. Il est également logique que leurs produits disparaissent régulièrement dans le canal habituel !
Abonné
meule 22 janvier 2023
Je pense que Frog a oublié de mentionner qu'ils ont aussi des prix plus bas.
Ceci, combiné à des rendements plus faibles et à des coûts plus élevés, rend tout à fait logique le choix d’un retour à la normale.
Abonné
Gerben 23 janvier 2023
Il est frappant de constater que les produits biologiques sont beaucoup plus chers que les produits dits non biologiques. Regardez le lait. L’agriculteur reçoit quelques centimes de plus par kg, mais les laiteries et les détaillants en reçoivent un multiple. Assurez-vous d’abord que le yaourt et la crème anglaise sortent de l’emballage ; il en reste désormais en moyenne 10 % dans le pack. Un gaspillage de choses précieuses et savoureuses.
Abonné
Klaas 23 janvier 2023
Gerben a écrit :
Il est frappant de constater que les produits biologiques sont beaucoup plus chers que les produits dits non biologiques. Regardez le lait. L’agriculteur reçoit quelques centimes de plus par kg, mais les laiteries et les détaillants en reçoivent un multiple. Assurez-vous d’abord que le yaourt et la crème anglaise sortent de l’emballage ; il en reste désormais en moyenne 10 % dans le pack. Un gaspillage de choses précieuses et savoureuses.
Vous pouvez également ouvrir le paquet.
Abonné
Biographie + 23 janvier 2023
Upper Peter, "Pensez-vous que si les supermarchés baissent (si je vous comprends bien) leurs marges parfois extrêmes pour stimuler les ventes sans faire de concessions du côté des achats ?" Aujourd’hui, ils facturent des prix élevés parce que le débit est faible et le débit est faible parce qu’ils facturent des prix très élevés. Mais un supermarché a une politique différente d’un autre. Les agriculteurs ne doivent pas nécessairement y renoncer. Généralement, les conserves sont légèrement supérieures à l'équilibre du blé. Personne ne cultivera biologiquement pour cette raison. Certaines personnes pensent que HAK enlèvera des pois et des haricots avec beaucoup de morelle. Ce n’est pas le cas. Ils viennent la semaine précédant les vendanges. S’il y a des mauvaises herbes comme la morelle et les chardons avec des bourgeons, elles ne seront récoltées que lorsque vous les aurez enlevées manuellement. Par exemple, la double culture des épinards donne de beaux équilibres si vous avez un bon sol avec peu de mauvaises herbes et un bon sol. Vous pouvez déjà réaliser un joli plan de construction avec tous les produits proposés par HAK. Pois, haricots, épinards, carottes, choux.
Il peut geler ou dégeler 23 janvier 2023
grenouille a écrit :
Ce qui me surprend le plus, c'est l'histoire du PDG de Hak selon laquelle la grande majorité des producteurs l'accepteront, mais certains devront y réfléchir. Par exemple, parce qu'ils ont aussi des betteraves sucrières ou des pommes de terre et qu'il devient alors plus difficile de passer rapidement au bio." cité dans le télégraphe.
Je ne pense pas que tout le monde accepte aussi facilement l'histoire de Hak en matière de relations publiques. En fait, je pense que plusieurs agriculteurs biologiques souhaitent revenir au conventionnel. Il est également logique que leurs produits disparaissent régulièrement dans le canal habituel !
Ce que vous écrivez est correct, HAK essaie de faire bonne impression sur le dos du producteur.

Je l'ai déjà écrit sur ce forum, le producteur est finalement toujours le perdant dans ce secteur.
Abonné
Biographie + 23 janvier 2023
Un autre Peter : "L'expression "uniquement aux Pays-Bas" est déjà passée au second plan et Hak peut simplement importer des produits conventionnels des pays voisins et les mettre dans un pot avec l'image de l'agriculture biologique." Eh bien, qu’est-ce qui est (im)possible ? Ce que j'entends chez les Biobeurs depuis plusieurs années, c'est qu'une tendance s'est convertie. La culture industrielle qui s'est déplacée vers la Turquie ou plus loin est en train de revenir - à la fois biologique et conventionnelle. Pourquoi? Tout le monde trouve GlobalGAP ennuyeux. Mais les acheteurs estiment que la sécurité alimentaire à distance présente un risque. Et l’Ukraine apprend que la stabilité rapporte de l’argent. Et les étés secs ont également un effet. J’ai entendu dire que les réserves d’eau en Espagne sont extrêmement faibles. Je suppose que HAK a ce genre de considérations et d'autres. Selon moi, le prix de revient des aliments conventionnels augmente plus vite que celui des aliments biologiques. Plus l’UE qui veut stimuler la production biologique (TVA ?). HAK veut être la marque premium plutôt que la marque inférieure dans tout cela. Changer en une seule fois aura aussi des avantages en termes de logistique, etc.
Abonné
Biographie + 23 janvier 2023
Pierre "normal" :
"Quelle absurdité... ça ne marchera pas maintenant/jamais, pas le bio. Tout le monde le sait mais nous n'allons pas nous nourrir la bouche avec ça."
Si je voulais encourager un agriculteur à maximiser sa production au prix le plus bas possible, je parlerais de « respect, fierté et monde mourant de famine ». Personnellement, je n’accepte aucune responsabilité en matière de faim. Je ne produis que si le prix est suffisamment élevé. Et : nous, les agriculteurs, nourrissons le monde sur le territoire où nous vivons ? Comment ça marche? Les pauvres du monde ont un menu clair : un jour du riz et des haricots, le lendemain des haricots et du riz. Cela signifie les légumineuses et les céréales comme le riz, le maïs, le blé et le millet. Mais nos exportations consistent en des choses très différentes : des fleurs, des produits laitiers, de la viande, des légumes, des frites et des plants de pommes de terre. Nous jouons pourtant un rôle important sur les marchés des légumineuses et des céréales. Les chargements sont expédiés partout dans le monde. Notre chemin.
Abonné
Biographie + 23 janvier 2023
Normal Peter : « bah bah quel monde triste.
pas d'équilibre / pas de plaisir de travailler / pas de produit haut de gamme
Cela pourrait dégeler, cela pourrait geler : "Je l'ai déjà écrit sur ce forum, le producteur est toujours en fin de compte le perdant dans ce secteur."

Quelle triste façon de passer votre vie professionnelle. Personne ne vous oblige à devenir/rester agriculteur. Alors qu'il y a tellement d'autres choix. Par exemple, en tant qu'agriculteur, un plan de culture extensif (pommes de terre, betteraves et demi-céréales). Demandez au voisin de pulvériser et d’épandre de l’engrais. Acceptez un emploi à temps plein et plantez, semez et récoltez pendant vos jours de congé.
vrai producteur 23 janvier 2023
PRODUCTEUR BIOLOGIQUE +

donc tu penses que c'est normal ?
Vous ne trouverez cela dans aucun autre secteur où vous êtes mis au défi avec un couteau sous la gorge.

et en effet Normal Peter a raison, en tant que producteur/agriculteur, vous ne choisissez pas cela. Nous sommes devenus agriculteurs pour cultiver et commercialiser une belle récolte, c'est notre passion !

maintenant nous sommes contraints/intimidés/dominés/éliminés/discriminés, etc.
Nommez-moi 1 métier où c'est encore le cas 1 ?

puis, comme exemple de pauvreté, utilisez un vaste plan de construction et un travail à côté.
Si tel est vraiment votre objectif, cela devrait être la vision future de l’agriculture néerlandaise, alors nous nous sommes vraiment enfoncés très profondément.
Abonné
Biographie + 24 janvier 2023
Meilleur "vrai" producteur. il peut sembler que les agriculteurs sont tous dans le même bateau et que la seule ligne de démarcation est entre le biologique et le conventionnel. J'ai un point de vue complètement différent. Si vous demandez à un comptable, il vous dira qu'il existe d'énormes différences entre les entreprises qui fonctionnent très bien et les entreprises qui fonctionnent très problématiquement (dans TOUS les secteurs - conventionnel/biologique/légume/animal). Les grandes entreprises constatent également que la réglementation est plus que difficile. Mais en fin de compte, les défis positifs sont plus importants. Si c'est l'inverse pour vous : seulement de mauvaises nouvelles et zéro perspective positive, et alors ?
Vous dites : "Vous ne trouverez cela dans aucun autre secteur, qu'on vous défie ainsi avec un couteau sous la gorge." Bien sûr, vous pouvez crier au meurtre, barricader tout le pays et exiger que vous ayez droit au respect, à de bons prix et à des règles flexibles. Et ce qui est étonnant, c'est que tout le monde vous comprend (surtout le citoyen), mais quelque chose me dit que les évolutions se produisent comme elles se produisent et que chacun est obligé de prendre ses propres décisions.
"maintenant, nous sommes forcés/intimidés/dominés/éliminés/discriminés, etc." Vous vous demandez pourquoi vous devez accepter cela ? C’est exactement ma question : qui vous oblige à rester dans une situation dans laquelle vous vous sentez victime d’intimidation/discrimination ?
sud-est 24 janvier 2023
parce que nous sommes des buffles 100% ou plus professionnels et c'est là que réside notre passion.
mais toutes les choses en plus qui sont maintenant dans notre assiette, nous ne les avons pas choisies, c'est tellement difficile à comprendre.
pression/interférence réglementaire, etc. ce n’est plus normal.
Si nous sommes tous des softies comme le bio +, les choses ne se passeront pas bien.
quelque chose qui est complètement détruit, puis vous êtes heureux et dites que cela fonctionne comme il le fait.
nous disons tous jusqu'ici et pas plus, nous ne participons pas, nous ne devrions pas laisser cela arriver, mais nous agissons de cette manière, et nous ne nous entendons pas, vous aussi
Vous ne pouvez plus répondre.

Que fait le courant
listes arables?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login