Confiance des éleveurs

Interview Corne van Beers

« La lutte contre les plants de pommes de terre illégaux affecte également le secteur »

7 février 2024 -Niels van der Boom - Commentaires 3

Corné van Beers est le nouveau directeur de Breeders Trust depuis le 1er janvier 2024. L'organisation veille à l'utilisation correcte des plants de pommes de terre, notamment des graines de graminées, de trèfle et de moutarde. Dans une année de grande pénurie – en l’occurrence pour les plants de pommes de terre – le service sera occupé, pourrait-on dire. "Nous ne sommes pas des policiers", déclare van Beers. "Les maisons de commerce et les transformateurs de pommes de terre ont également la responsabilité d'empêcher l'utilisation de plants de pommes de terre illégaux."

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Vous travaillez pour Breeders Trust depuis 2012, mais en vous concentrant sur les semences de graminées et les produits associés. Le monde des plants de pommes de terre est-il complètement nouveau ?
"Breeders Trust a été fondé en 2008 par plusieurs sociétés européennes de négoce de plants de pommes de terre. Au fil des années, ce groupe est passé à douze actionnaires. En 2012, des sociétés de sélection de semences de graminées l'ont rejoint. C'est à ce moment-là que j'ai commencé en tant que chef de projet. Le groupe compte désormais dix membres. Pour Breeders Trust, j'ai travaillé au Service d'inspection générale (maintenant NVWA) en tant qu'enquêteur spécial. Breeders Trust est une petite organisation, j'ai donc beaucoup appris sur notre travail dans le monde des plants de pommes de terre.

Une pénurie importante de plants de pommes de terre cette année constitue une situation idéale pour une multiplication illégale, diriez-vous.
"La situation est claire pour nous, mais Breeders Trust est un peu plus éloigné des affaires quotidiennes. Il y a des inquiétudes concernant l'utilisation de pommes de terre de conservation comme plants de pommes de terre, mais sur la base des rumeurs, Breeders Trust ne peut pas ouvrir d'enquête. Il nous est difficile de " Nous allons examiner les hangars en Europe. Breeders Trust est une petite organisation qui n'a tout simplement pas le personnel nécessaire pour cela. De plus, nous ne sommes pas un officier de police. " 

Si cette tâche n’incombe pas à Breeders Trust, qui est responsable du respect des règles ?
"Il s'agit d'une responsabilité commune qui commence par les sociétés de négoce de plants de pommes de terre. Grâce à une bonne gestion des stocks, on laisse moins de place à la commercialisation illégale d'une partie de la récolte. Les transformateurs de pommes de terre ont également une responsabilité importante. Si des plants de pommes de terre illégaux sont utilisés à des fins commerciales, culture de consommation, alors il y a des pommes de terre illégales pour la consommation. Aucun fabricant ne veut commercialiser un produit à base de pommes de terre propagées illégalement. Ce n'est pas sans raison que l'utilisation de plants de pommes de terre certifiés est passée d'un sujet « mineur » à un sujet « majeur » au sein Global Gap. Voulez-vous prendre ce risque en tant que fabricant ? Je ne pense pas. C'est l'année pour prendre vos responsabilités. Le NAK peut surveiller sur le terrain pendant la saison de croissance. L'ensemble du secteur a une responsabilité partagée.

Pensez-vous que les transformateurs prennent au sérieux le rôle des plants de pommes de terre illégaux ?
"Je le crois. En Belgique, Breeders Trust perçoit les redevances du Hoevepootgoed (la variante belge des plants de pommes de terre ATR, ndlr). J'en parle à tous les transformateurs de pommes de terre en Belgique. Ils prennent certainement le sujet au sérieux. La volonté de Le travail de participation est énorme. Personne ne veut avoir des ennuis.

Je viens de vous entendre dire que Breeders Trust est une petite organisation. A-t-il suffisamment de poids pour un sujet aussi important ?
"Notre force réside, entre autres, dans notre bon réseau. De bons contacts avec les services de certification et les groupes d'intérêt en Europe et hors d'Europe. Nous avons des partenaires réguliers pour les questions juridiques dans différents pays européens. Ils connaissent la législation de leur pays et sont spécialisés De plus, nos contacts avec la Commission européenne sont très bons. Nos dossiers sont pris au sérieux et traités rapidement à Bruxelles. Breeders Trust est membre du groupe de travail sur les pratiques illégales de semences de l'organisation professionnelle européenne Euroseeds. Breeders Trust est également un membre de l'ISF (International Seed Federation), une organisation qui opère dans le monde entier. Ce sont des plateformes importantes pour entrer en contact avec les autorités responsables.

Breeders Trust existe depuis seize ans. La propagation inappropriée du matériel de départ a-t-elle diminué au cours de cette période grâce à vos efforts ?
« Au cours des seize dernières années, nous avons publié plusieurs rapports très médiatisés sur les abus qui ont été combattus. Des commerçants qui vendaient illégalement des plants de pommes de terre protégés par les droits d'obtenteur aux producteurs qui vendaient une partie de la récolte pour leur propre profit sans le consentement. du propriétaire de la variété. De cette façon, il est certain qu'il a contribué à la réduction de la propagation illégale. La zone de travail du Breeders Trust est plus grande que les Pays-Bas. En regardant l'image globale, je conclus qu'il y a encore trop de multiplication illégale. matériel de propagation. D'un producteur qui ne paie pas de redevances pour son propre matériel de propagation, au commerce sans la permission du propriétaire de la race. Là où l'argent peut être gagné, les affaires continuent toujours à surgir. Il y a des parties qui pensent qu'elles ont le droit de faire plus que quelqu'un. d'autre, ou veulent toujours plus que quelqu'un d'autre. Je constate que les revenus des licences au sein de Hoevepootgoed augmentent chaque année. C'est un signal positif. Il doit y avoir un contrôle et une surveillance avec la menace actuelle d'application. Sans cette incitation, les problèmes ne feront qu’empirer. »

Y a-t-il encore beaucoup à faire dans le domaine des plants de pommes de terre en Europe ?
" Aux Pays-Bas, les choses sont assez bien organisées. En Europe du Sud et de l'Est, il y a encore des progrès à faire. Si vous conservez des graines de céréales issues de la récolte, vous devez d'abord nettoyer ce lot avec une installation spécifique. Tout le monde n'en a pas. Le contrôle peut être organisé assez facilement de cette manière. Pour les pommes de terre, chaque producteur peut élargir les rouleaux de trémie et planter les plants de taille inférieure. Avec une variété sans licence, cela est parfois autorisé, en fonction de la réglementation en vigueur dans le pays, mais d'un D'un point de vue phytosanitaire, ce n'est certainement pas approprié. Si vous le faites avec une variété autorisée, c'est toujours illégal."

Les choses s’améliorent-elles dans le monde des semences de graminées ?
« Dans tous les secteurs de matériel de multiplication où l'on gagne de l'argent, il y a des gens pour qui les pratiques illégales semblent être des opportunités intéressantes. Pour les semences de graminées - mais aussi la moutarde, les radis fourragers et les trèfles - nous regardons principalement l'authenticité variétale et la pureté variétale. Dans le monde, relativement peu de variétés sont protégées par les droits d'obtenteur, ce qui signifie que Breeders Trust applique davantage une approche systémique. Les pratiques illégales profitent souvent des faiblesses du système de certification. Les services d'inspection concernés signalent des exemples où ces faiblesses ont été exploitées. Cela suffit souvent pour améliorer le système. Il est important de rester vigilants les uns les autres. Les pratiques illégales concernant la moutarde jaune ou le radis fourrager conduisent encore chaque jour à une partie du marché malsaine où les éleveurs ne peuvent plus gagner d'argent. Les graines d'herbe, de trèfle et de moutarde sont multipliées. en Pologne, entre autres, ce qui n'est pas toujours le cas, nous le constatons, répond aux exigences et c'est pourquoi Breeders Trust a organisé son propre programme d'inspection. Nous achetons des semences qui sont échantillonnées par le NAK puis testées dans leurs champs d'essai. De cette façon, vous pouvez voir si le matériau contenu dans le sac correspond bien à la variété indiquée sur l'étiquette. Lorsque du matériel de multiplication est vendu de manière biologique, il est vérifié s'il s'agit bien de semences biologiques.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login