Shutterstock

Fond À entreprendre

L'agriculteur polonais est en eau profonde

29 Avril 2024 -Niels van der Boom - Commentaires 4

Les agriculteurs polonais connaissent des difficultés financières. Les prix du blé, du maïs et du colza sont déprimés depuis des mois, alors que les coûts sont élevés. L’élevage laitier est également sous pression. Cela signifie que ce sont surtout les petites entreprises, jusqu'à 100 hectares, qui sont dans le rouge et ont du mal à garder la tête hors de l'eau. Entre-temps, un écart se comble avec le suivant.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

2022 semble déjà loin pour les agriculteurs polonais. Les arbres semblaient atteindre le ciel. Prix ​​du colza jusqu'à 1.080 45 € la tonne (430 % au-dessus de la moyenne quinquennale) et blé panifiable jusqu'à XNUMX € la tonne. C'est même le double de la moyenne au Matif à Paris. La guerre en Ukraine a semé le chaos sur les marchés internationaux. La même guerre a désormais un fort effet d’oppression. Les agriculteurs polonais ressentent pleinement l’impact de cette mesure. Après tout, de nombreuses graines de blé, de maïs, de colza et de tournesol traversent la frontière ukraino-polonaise.

Les prix grimpent
Jusqu’à la mi-mars, les prix des céréales et du colza ont chuté comme une pierre. Ils se sont maintenant quelque peu rétablis, mais ce n’est pas grand-chose. Convertis, les agriculteurs de grandes cultures sont payés en moyenne 147 € par tonne pour le blé fourrager et 173 € pour le blé panifiable sur le marché physique. Le colza est passé de 392 € mi-mars à 414 € la tonne fin avril.

Le mal est déjà fait pour le petit agriculteur polonais. De nombreux produits ont été vendus. Les entreprises qui pouvaient se permettre d’attendre ont vendu à un point bas du marché. D'autres entreprises ont attendu, ce qui a entraîné des stocks importants. Cela a également un effet déprimant sur le marché. Pendant ce temps, un flux constant de produits continue de traverser la frontière. C’est l’une des raisons pour lesquelles il existe un grand mécontentement parmi les agriculteurs et pourquoi il y a eu d’importantes protestations, surtout au début de cette année.

Céréales subventionnées
Il appartient au nouveau Premier ministre Donald Tusk - qui occupe ce poste depuis décembre au sein de son parti Platforma Obnywatelska (Plateforme citoyenne) - d'améliorer la situation des agriculteurs. Le 25 avril, des précisions ont été apportées sur son programme de soutien aux agriculteurs. Tous les détails ne sont pas connus, mais force est de constater que les entreprises reçoivent 46 ou 70 euros par tonne de blé ou d'orge, selon la période pendant laquelle elles ont vendu leur produit (avant ou après le 1er mars). Il y aura également un soutien financier par tonne de produit pour le colza et le maïs. Le gouvernement envisage également des mesures de soutien à l'élevage porcin et aux agriculteurs touchés par les récentes gelées nocturnes, ont rapporté les médias polonais du ministre de l'Agriculture Czesław Siekierski.

Avec ce soutien, le gouvernement espère également que les agriculteurs abandonneront leurs actions de protestation. Un premier succès a déjà été obtenu à cet égard. Par exemple, le dernier blocus frontalier – en vigueur depuis le 7 février – a été levé aujourd’hui (29 avril) et les nouvelles actions annoncées précédemment sont suspendues.

Alors que le nouveau gouvernement polonais annonçait ces mesures, le Parlement européen votait à Bruxelles l'extension de l'importation en franchise de droits de douane des produits agricoles ukrainiens. Depuis la guerre, les droits d'importation sur le blé, le maïs, le sucre et les œufs ont été supprimés. Le Parlement a voté le 25 avril la prolongation de la mesure d'un an après son expiration le 1er juin. C’est un point sensible pour la Pologne, qui estime que cela porte atteinte à son secteur agricole.

Pas de réserves
Pour les agriculteurs polonais, les mesures de soutien annoncées sont un soulagement. Ce sont principalement les petites entreprises (selon les normes polonaises) (jusqu'à 100 hectares) qui sont parfois en grande difficulté financière. Ils ont dû acheter des engrais et des produits phytosanitaires coûteux en 2022 et 2023, alors que les prix de vente de leurs produits ont fortement chuté. Les fournisseurs ont donc préfinancé ces intrants et se retrouvent avec un trou dans le budget. Entre-temps, les coûts de la saison de croissance en cours ont déjà été engagés et doivent également être achetés à crédit. Les réserves financières, qui pourraient être constituées en 2022, ont disparu depuis longtemps. Notamment parce que les agriculteurs ont été tentés d’acheter un nouveau tracteur, une moissonneuse-batteuse ou des machines coûteuses.

La situation est délicate pour les fournisseurs d’engrais, de semences et de produits phytosanitaires, a déclaré une source proche. Boerenbusiness. À la rigueur, le terrain est hypothéqué par le fournisseur pour garantir que l'entreprise reçoive son argent au cas où les résultats des ventes ne couvriraient pas les coûts. Cela signifie qu’une solution pour ces entreprises est plus éloignée que jamais, à moins que les prix des produits ne connaissent une augmentation significative. 

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login