À l'intérieur : Marché aux oignons

Le Sénégal peut à nouveau réguler ses importations

17 Augustus 2017 -Niels van der Boom

Les exportateurs néerlandais d'oignons ont été confrontés pour la première fois à un quota d'importation pour le Sénégal la saison dernière. Le gouvernement local voulait protéger le marché local. Les exportateurs sont désormais impatients d’expédier de gros volumes vers le pays cette saison encore. Le pays a annoncé qu'il travaillerait également avec des quotas cette saison.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Cet article a été complété par de nouvelles informations.

L'ouverture de la frontière pour les oignons néerlandais au Sénégal, op lundi 14 août, n'a pas provoqué de surprises majeures dans le secteur de l'oignon. Les premières expéditions sont parties vers l'Afrique en fin de semaine dernière. "Les exportateurs ont anticipé la nouvelle. Par rapport à 2016, c'est 6 jours plus tôt, mais relativement parlant, ce n'est pas trop mal", déclare Wim Waterman de Waterman Onions. "Tout le monde veut évidemment être le premier arrivé au Sénégal avec des oignons."

Le secteur néerlandais de l'oignon ne ralentit pas

Quota d'importation réussi
Waterman est convaincu qu'un quota d'importation sera également mis en place pour la saison 2017-2018 : « Le quota a été un succès la saison dernière. La mise en œuvre exacte est encore inconnue, mais je m'attends à ce que nous devions y revenir à nouveau. Quand le marché aux oignons est inondé, puis le gouvernement intervient." Cependant, Waterman ne se fait aucune illusion sur le fait que cela entraînera un ralentissement du secteur néerlandais de l'oignon. "Les exportations sont maximales, surtout dans la première moitié de la saison. Elles peuvent diminuer par la suite."

Les licences
Le quota fonctionne avec des licences délivrées par le gouvernement. Les importateurs locaux se voient attribuer une licence. Chaque importateur a des relations avec 2 à 3 fournisseurs néerlandais d'où il s'approvisionne en oignons. Dernier année Le quota a été fixé rétroactivement au 1er novembre. En conséquence, les exportations hebdomadaires ont été réduites d'environ 2.000 XNUMX tonnes.

Regarder le marc de café
Tout le monde n’est pas convaincu que le Sénégal régulera à nouveau les importations. William Nannes, acheteur chez JP Beemsterboer Food Traders, a osé plus tôt aucune réponse définitive à donner. Selon lui, le quota était en partie responsable du marché local de l'oignon au Sénégal l'année dernière. Reste à savoir si des mesures seront prises à nouveau lors de la saison 2017-2018.

Le marché guinéen ruiné
La saison dernière, la Guinée, destination majeure des triplés, a été inondée de ce produit. Le secteur en récolte encore les fruits amers. La vente de ces triplés pose actuellement problème aux transformateurs. "Il y a de nombreux triplés dans les plants d'oignons cette saison et nous les voyons également lors des premiers semis d'oignons", explique Waterman. "Le marché guinéen a été ruiné. Si le marché du Sénégal et d'autres pays africains a également été ruiné, je n'ose pas le dire. Il n'y a aucune similitude avec la Guinée. Personne ne peut dire exactement comment les choses vont se passer."

La Guinée a été inondée de triplés

La saison dernière, la Côte d'Ivoire a également été excédentaire en oignons, ce qui a amené le pays à prendre du recul. Cela a provoqué une déstabilisation du marché.

Mise à jour le 17 août à 15h30
Visualiser les importations
L'Agence sénégalaise de régulation des marchés, l'organisme gouvernemental qui supervise la régulation des marchés, a en effet annoncé le 17 août qu'elle fonctionnerait avec un quota d'importation mensuel. Pour commencer, il enregistrera la quantité d’oignons entrant dans le pays. Une fois cela identifié, un quota d’importation peut être fixé. Aucune déclaration n'a encore été faite sur les volumes.

La hausse des coûts
Les prix de l'oignon ont fortement augmenté au Sénégal. 1 kilo coûte actuellement entre 0,91 et 1,07 € sur le marché. C’est ce que rapporte l’association sénégalaise de consommateurs UNCS. Selon l'agence ARM, le stock disponible est passé de 1.775 à 424 tonnes. 

En vue de la fête de la Tabaski, le Sénégal accueille à nouveau les oignons importés. L'association de consommateurs préconise de fixer un prix plafond pour l'ARM. Mais le président Mamadou Abdoul Sy n'y est pas favorable. L'association craint une forte hausse des prix. Puisque tout le monde veut acheter des oignons pour la Tabaski, les acheteurs sont obligés d’engager des frais inutiles.

Faible rendement local
Selon Mamadou Abdoul Sy, le pays est autosuffisant en oignons. Le problème, cependant, est qu’il n’y a pas assez de stockage disponible. Cela entraîne des pertes importantes. La saison actuelle de l'oignon au Sénégal a un faible rendement, explique-t-il à un site d'information sénégalais. C'est parce que trop peu d'engrais a été utilisé. Les producteurs parlent également de la mauvaise qualité des semences.

L'importation est un problème
La culture de l'oignon au Sénégal connaît une croissance rapide. En 2004, 40.000 367.000 tonnes ont été produites, contre 2016 35 tonnes en XNUMX. Les ventes d'oignons ont réalisé un chiffre d'affaires de XNUMX milliards de francs CFA. Les ventes posent problème, selon le ministre du Commerce Alioune Sarr. "C'est difficile, surtout en début de saison. C'est pourquoi nous devons réglementer les importations."

Pression des maladies - Mildiou
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login