La sécurité alimentaire avant tout

Dommages aux agriculteurs indemnisés après l'incendie d'Esso

29 Augustus 2017 -Niels van der Boom

Les entrepreneurs agricoles touchés par l'incendie d'Esso peuvent compter sur une indemnisation pour leurs produits. Plus de 100 agriculteurs ont été informés de la situation le lundi 28 août au soir. LTO Nederland, en collaboration avec Esso, travaille sur un inventaire du nombre d'agriculteurs et de parcelles touchés.

Lundi 21 août, un séisme a fait rage chez Esso dans le quartier de Botlek feu de cheminée† En conséquence, des particules de suie se sont retrouvées dans certaines parties de la commune de Nissewaard (Hollande méridionale). Les agriculteurs arables, les producteurs laitiers et les producteurs de fruits en ont été touchés. Des particules de suie se sont retrouvées sur leurs cultures.

Vendredi soir 25 août, le RIVM a annoncé que les risques étaient "négligeablement faibles". Aucune substance nocive telle que les HAP n'a été trouvée dans les particules de suie. Cependant, il est conseillé de garder les vaches laitières à l'intérieur dans la mesure du possible. Le conseil s'applique également à ne pas livrer de produits. Pour dédommager les entreprises, Esso a promis une compensation.

Aucune substance nocive n'a été trouvée dans les particules de suie

La pluie soulage-t-elle ?
Une forte averse devrait éliminer les particules de suie. Selon le RIVM, les dangers sont alors passés. Les agriculteurs concernés ne sont pas d'accord. Combien devrait-il pleuvoir et qu'arrive-t-il aux particules de suie dans le sol ? De plus, 100 % de la suie ne partira jamais. Aucun détail n'a été donné lors de la réunion d'information de lundi soir. Aujourd'hui, 29 août, ou demain, 30 août, cela deviendra, espérons-le, plus clair. Des consultations sont en cours avec divers instituts de connaissances à cet effet.

La sécurité alimentaire avant tout
Les entrepreneurs agricoles ont la sécurité alimentaire comme priorité numéro un. ExxonMobil, la société mère d'Esso, souscrit également à cette vision. C'est le principal résultat de la réunion. L'entreprise est prête à verser une indemnité. Cette décision a bien des pieds dans le sol.

Pour commencer, les producteurs préfèrent vendre leur produit plutôt que de le faire détruire, mais seulement si les produits sont totalement fiables. Il y a trop en jeu pour être négligent à ce sujet. "Les exportations néerlandaises ne doivent pas être affectées négativement. L'intérêt personnel devient alors soudainement très petit", souligne le président local de LTO, Jan Varekamp. "De plus, nous ne parlons pas de toute l'île de Voorne-Putten, mais seulement de certaines parties de la commune de Nissewaard. Les entrepreneurs ailleurs sur l'île, où tout va bien, ne devraient pas être désavantagés."

Casse-tête délicat
"La prochaine étape consiste à cadrer la zone exacte et à cartographier les dégâts", explique Varekamp. "Pas seulement pour les cultures arables, mais aussi pour l'élevage laitier. Ils ont engagé des coûts supplémentaires en gardant les vaches dans la grange et que signifient les particules de suie pour l'alimentation ?" 

Un produit invendable a des conséquences considérables pour les agriculteurs concernés. « Je ne peux pas me contenter d'enfouir mes oignons. Ils doivent être détruits dans un centre de traitement des déchets », explique le cultivateur Arie-Pieter Noordermeer au nom de LTO sur RTV Rijnmond† "Les coûts réels, les coûts supplémentaires de destruction et le fait qu'aucune autre solution ne soit possible doivent être pris en compte."

Deviner le nombre d'entreprises concernées
LTO ne peut pas encore dire exactement combien d'entrepreneurs ont été touchés par l'incendie. "110 personnes ont assisté à la réunion à huis clos, mais la plupart du temps avec 2 personnes ou plus par entreprise", explique Varekamp. "Nous savons qu'il y a 15 fermes laitières impliquées." 

Selon les chiffres de CBS, la commune de Nissewaard comptait 2016 4.475 hectares de terres agricoles en 243. Le maïs coupé est cultivé sur 1.726 hectares. La superficie des prairies est de 300 200 hectares. De plus, il y a environ 80 hectares de betteraves sucrières, XNUMX hectares d'oignons et XNUMX hectares de choux de Bruxelles.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login