Et après le Brexit ?

Les agriculteurs britanniques dépendent des subventions de la PAC

18 Avril 2018 - Editeurs Boerenbusiness - Commentaires 5

Les projets de la Première ministre britannique Theresa May visant à remplacer les subventions agricoles européennes après le Brexit pourraient entraîner la faillite de 25 % des agriculteurs anglais. C'est ce que disent les experts agricoles Business Insider

Dr. Ludivine Petetin, experte en droit agricole à l'Université de Cardiff, a déclaré à Business Insider que les propositions du ministère de l'Agriculture visant à remplacer les subventions européennes existantes par un système de contributions aux agriculteurs pour une production durable et l'amélioration du paysage pourraient signifier que « jusqu'à 1 ferme sur 4 » disparaître.

Dans le système européen actuel, les agriculteurs reçoivent des subventions en fonction de la superficie des terres qu'ils possèdent et, pour beaucoup, cela constitue une part importante de leurs revenus. Lorsque la Grande-Bretagne quittera l’Union européenne (UE), elle sera remplacée par une toute nouvelle politique dans laquelle les agriculteurs recevront des récompenses pour leur protection de la nature et de l’environnement. Les experts estiment que cela pourrait réduire considérablement le budget total des agriculteurs anglais, ce qui est préoccupant.

Les agriculteurs britanniques, déjà en difficulté, vont disparaître 

« À la lecture des propositions, il semble que les paiements aux agriculteurs vont diminuer à long terme », explique Petetin. « Cela signifie que les exploitations agricoles qui sont déjà en difficulté, malgré les paiements directs de l’UE, ne survivront pas. » Dr. Alan Matthews, professeur émérite de politique agricole européenne au Trinity College de Dublin, estime que l'évaluation de Petetin semble « très précise ».

Politique agricole européenne commune
L'objectif de la politique agricole européenne commune (PAC) est de soutenir les agriculteurs qui ont du mal à maintenir leurs revenus en raison des fortes fluctuations des prix des denrées alimentaires et de faibles marges bénéficiaires.

Les économistes critiquent depuis longtemps cette politique parce qu’elle manque d’incitations de marché. L’UE verse aux agriculteurs une somme forfaitaire annuelle pour chaque hectare qu’ils possèdent, indépendamment de ce qu’ils produisent. En conséquence, beaucoup de gens pensent que le nouveau système britannique qui encourage les agriculteurs à produire les bons produits est le bienvenu, mais des inquiétudes subsistent quant à la rapidité et à l’ampleur avec lesquelles les changements se produisent. Les agriculteurs n’ont peut-être pas suffisamment de temps pour s’adapter et diversifier leurs revenus.

Quoi qu’il en soit, les agriculteurs sont fortement dépendants des paiements. Dr. Alan Greer, professeur de sciences politiques et de politiques publiques à l'UWE Bristol, a expliqué l'année dernière devant un comité de la Chambre des Lords jusqu'où va cette dépendance : « On estime que les subventions de l'UE fournissent entre 50 % et 60 % des revenus des agriculteurs du monde entier. Grande Bretagne. En Irlande du Nord, ce chiffre est même de 87 %, au Pays de Galles de 80 % et en Écosse d'environ 75 %.»

Le projet du gouvernement de mai pour une nouvelle politique agricole ne couvre que l'Angleterre, de sorte que l'impact du Brexit sur les agriculteurs d'Irlande du Nord, du Pays de Galles et de l'Écosse pourrait être encore plus important.

La nouvelle politique agricole britannique est encore à l’étude

Comment procéder
Les propositions du ministère britannique de l'Agriculture visant à remplacer la politique agricole européenne par des paiements paysagers sont encore en phase de consultation et les plans exacts ne deviendront clairs que lorsque le ministère des Finances précisera quel sera le budget total disponible. Le ministre Philip Hammond a déjà annoncé que le budget resterait le même jusqu'en 2022 et qu'une période de transition indéfinie débuterait alors.

Le ministre de l’Agriculture, Michael Gove, a déclaré que la politique agricole post-Brexit récompenserait les agriculteurs pour les « biens publics » tels que la création de pâturages et l’accessibilité des campagnes.

Aucun commentaire du ministère 
Dr. Petetin estime qu'il est très important que le ministère communique mieux ses projets politiques aux agriculteurs : « Je pense que ces changements doivent être expliqués plus clairement aux agriculteurs, car pour le moment, beaucoup d'entre eux ne savent pas que cela va réellement se produire. Si vous lisez la proposition de consultation, il est clair que les agriculteurs ne recevront des paiements que s'ils produisent des biens durables ou entreprennent des activités paysagères.»

Selon Petetin, il est important que les agriculteurs changent rapidement, mais la question est de savoir si cela se produira : « En raison d'un problème de communication, il existe un risque que les agriculteurs n'aient pas suffisamment de temps pour s'adapter aux changements, de sorte que leur nouvelle façon de travailler devient rentable, c’est si les paiements en cours s’arrêtent. Le ministère britannique de l'Agriculture n'a pas répondu à une demande de commentaires.

A lire aussi sur Business Insider :
 

Hypothèque à intérêts seulement : voici ce à quoi vous devez faire attention

10 raisons pour lesquelles les startups échouent

Comment organiser un mariage écologique

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 5
hans 18 Avril 2018
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/melkvee/artikelen/10878249/britse-boeren-hangen-erg-aan-glb-subsidies][/url]
Il y a aussi un article sur nu.nl sur les désastres qui attendent la Grande-Bretagne après le Brexit. De quoi craindre dans l'UE en raison de leur rôle exemplaire.
Jpk 18 Avril 2018
Le Brexit sera difficile. La Grande-Bretagne élabore sa propre politique de GBM, et à juste titre.
Peter 34 18 Avril 2018
La politique décrite me semble être un changement utile pour le secteur agricole britannique (qui n'est plus dépendant du marché européen). Actuellement, les grands propriétaires fonciers (aristocratiques), dont beaucoup ne cultivent même pas, reçoivent une part importante des subventions. Cela pourrait limiter les prix élevés des terrains.
Une production significative et des méthodes de production durables sont une condition pour bénéficier du soutien du gouvernement. Quest'ce qui pourrait ètre mauvais avec ça?
Le Royaume-Uni est un important importateur de produits alimentaires. En raison du Brexit, des importations limitées, ce qui signifie une offre moindre, pourraient être bénéfiques pour les agriculteurs.
En fin de compte, c'est leur pays et leur culture. C'est à eux d'organiser leur pays en conséquence.
Nous (NL), en tant qu’adeptes de l’euro, ne pouvons plus/pas encore faire cela.
Les Britanniques doivent autant à eux-mêmes les conséquences du Brexit que nous (NL) devons les conséquences de l’adhésion à l’UE.
Le temps, et non tous les économistes (partiaux ou non), ne dira pas qui a choisi la bonne part.
En attendant, malgré toutes sortes de scénarios (apocalyptiques), c’est du gâteau.
hans 18 Avril 2018
En effet Peter, certainement toutes sortes d'"experts" parlent en fonction de leur salaire, voir la suppression des quotas laitiers. L’économie, c’est la confiance, rien d’autre, et elle ne peut pas toujours croître, à moins d’y parvenir en exterminant les autres.
Peter 34 19 Avril 2018
Hans a écrit :
En effet Peter, certainement toutes sortes d'"experts" parlent en fonction de leur salaire, voir la suppression des quotas laitiers. L’économie, c’est la confiance, rien d’autre, et elle ne peut pas toujours croître, à moins d’y parvenir en exterminant les autres.

Oui, car si le Brexit se passe bien pour le Royaume-Uni, alors les premiers moutons franchiront le barrage. Et Bruxelles veut empêcher cela pour tout, les valeurs, la démocratie, la vérité et la transparence. Pour qu’elle puisse continuer sur la même tendance que celle des deux dernières décennies, avec des mensonges, des tromperies et des niveaux incroyables d’arrogance envers des pays et des citoyens obstinés. Les citoyens ne sont bons qu’à une chose : payer les impôts imposés. le capital en récolte les fruits, aujourd’hui et demain. L’UE remplit ainsi l’objectif pour lequel elle a été fondée. Et c'est pour cela qu'il faut en sortir, même si un certain europhile Knapen trouve que c'est une idée inacceptable.
Peter 34 19 Avril 2018
Hans a écrit :
En effet Peter, certainement toutes sortes d'"experts" parlent en fonction de leur salaire, voir la suppression des quotas laitiers. L’économie, c’est la confiance, rien d’autre, et elle ne peut pas toujours croître, à moins d’y parvenir en exterminant les autres.

Oui, car si le Brexit se passe bien pour le Royaume-Uni, alors les premiers moutons franchiront le barrage. Et Bruxelles veut empêcher cela pour tout, les valeurs, la démocratie, la vérité et la transparence. Pour qu’elle puisse continuer sur la même tendance que celle des deux dernières décennies, avec des mensonges, des tromperies et des niveaux incroyables d’arrogance envers des pays et des citoyens obstinés. Les citoyens ne sont bons qu’à une chose : payer les impôts imposés. le capital en récolte les fruits, aujourd’hui et demain. L’UE remplit ainsi l’objectif pour lequel elle a été fondée. Et c'est pour cela qu'il faut en sortir, même si un certain europhile Knapen trouve que c'est une idée inacceptable.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Royaume-Uni

« La sécurité alimentaire est considérée comme allant de soi »

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login