Agriwa2040 se présente

L'association doit sortir l'agriculteur wallon du marasme

3 mai 2018 -Niels van der Boom

L'association Agriwa2040.eu s'est officiellement présentée comme représentante des intérêts des agriculteurs wallons. L'objectif de l'organisation est de protéger les entreprises et en même temps de veiller à ce que le secteur agricole de la partie belge du pays sorte du marasme.

Au début de cette année, l'association Agriwa2040.eu (Agriculture Wallonie -Europe 2040) s'était déjà présentée, mais maintenant c'est officiel. Qui écrit le site de nouvelles sentir.être† En mettant les agriculteurs en contact avec des scientifiques et d'autres organisations, ils devraient développer une vision plus large. Toute la filière est impliquée dans la mise en place.

Avancée technologique
L'organisation s'inquiète de la situation dans laquelle se trouvent les agriculteurs wallons. Cela est dû à des prix volatils, à un secteur vieillissant dans le secteur et à une position difficile dans la chaîne alimentaire. De plus, les prix des terrains en Belgique francophone sont élevés et les coûts de production continuent d'augmenter. Agriwa2040 espère mettre les connaissances à la disposition des entrepreneurs. L'objectif ultime des 15 fondateurs est d'en faire un creuset du progrès technologique en Europe.

"Nous voulons réfléchir ensemble à l'avenir des agriculteurs", a déclaré le président Joseph Charlier. "En premier lieu, les agriculteurs doivent pouvoir compter sur un revenu stable. De plus, nous voulons encadrer des projets de recherche et entamer un dialogue avec les autorités. A terme, nous espérons également entamer des collaborations internationales."

Nous pensons à l'avenir des agriculteurs

2 mondes
La Wallonie compte 13.000 10.000 entreprises agricoles, soit 1 XNUMX de moins que la Flandre. Il y a déjà XNUMX représentant actif : Fédération Wallonne de l'Agriculture (FWA). La politique dans les 2 parties de la Belgique est décente différent† Une exploitation wallonne couvre en moyenne 49 hectares, contre environ 20 hectares en Flandre.

Près de la moitié de la Wallonie est constituée de terres agricoles, représentant 750.000 24 hectares. La plus grande partie est constituée d'éleveurs de bovins (22 %) et d'agriculteurs de grandes cultures (10 %). En Flandre, 13 % des agriculteurs sont des agriculteurs arables et 20 % sont des éleveurs laitiers. Le nombre d'exploitations mixtes est relativement élevé à XNUMX %.

La Wallonie est traditionnellement une province céréalière et des "cultures industrielles" (betterave sucrière, lin et colza). Les surfaces sont beaucoup plus grandes qu'en Flandre, à l'exception des surfaces de pommes de terre. En 2007, la Flandre représentait le plus grand pourcentage de la superficie belge en pommes de terre.

culture de la pomme de terre
La domination de la Flandre est en partie due à la culture précoce de la pomme de terre. La Flandre a réalisé 2007 % de la récolte principale en 56. Cependant, des années de prix bas des céréales ont eu un impact sur les plans de construction des agriculteurs. De plus, l'industrie belge des chips y est très active. Il y a aussi suffisamment de terres pour la culture. Des agriculteurs hollandais et flamands prennent également la distance pour cultiver des pommes de terre en Wallonie.

En 2007, la zone couvrait encore 23.000 10 hectares de pommes de terre de stockage, 41.300 ans plus tard, c'est 95.000 41.000 hectares. La Flandre a également réussi à augmenter encore la superficie. L'année dernière, selon l'APC, la Belgique comptait plus de 2007 hectares, un contraste saisissant avec les 131 hectares de 2007. On parle d'un plus de pas moins de 121.000%. Il est clair d'où vient cette croissance. En 10, les céréales étaient cultivées sur 84.000 XNUMX hectares, y compris le maïs grain. Cependant, XNUMX ans plus tard, il s'agit toujours de XNUMX XNUMX hectares.

La zone de l'oignon est également en croissance. Notamment en Wallonie, où le sol s'y prête parfaitement. Il existe également un intérêt pour les oignons en Flandre, en partie en raison de l'intérêt des transformateurs industriels locaux qui font pousser des oignons sous contrat. Les pourcentages d'augmentation sont conséquents, mais en hectares ce n'est pas trop mal : 3.000 5.000 à XNUMX XNUMX hectares est estimé comme une ambition par les semenciers. C'est très peu par rapport aux Pays-Bas.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.

En savoir plus sur

WallonieplaidoyerAgriwa2040
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login