Nancy Beijersbergen / Shutterstock.com

Opinie Sieta de Keimpema

Le gouvernement bombarde un fermier en ennemi public numéro 1

29 Octobre 2019 - Commentaires 34

Nous sommes maintenant presque 2 semaines plus loin après la manifestation paysanne la plus impressionnante que les Pays-Bas aient jamais connue. Avec des milliers de tracteurs qui sont d'abord allés à De Bilt, et encore plus qui se trouvaient sur et autour du Malieveld et dans les rues de La Haye.

Les 16 et 17 octobre, le Cabinet s'est retranché derrière une grande démonstration de puissance (ou était-ce une panique et une peur aveugles ?) en déployant l'armée néerlandaise : des dizaines de gros camions de l'armée avec des conteneurs ont été appelés à inspecter la zone autour de la Maison de Représentants et le Binnenhof à faire. Une provocation destinée à donner l'impression que "l'ambiance était maussade". Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité : encore une fois et en plus grand nombre, des milliers de citoyens se sont tenus pour encourager les agriculteurs : sur les viaducs, le long des routes et parmi les agriculteurs du Koekamp à La Haye où les agriculteurs faisaient campagne. Nous étions côte à côte !

Un maire furieux (et caché) de La Haye, Remkes, s'est plaint que "les agriculteurs n'ont pas respecté les accords" lorsqu'ils ont garé leur tracteur sur le Malieveld. Que des accords avaient été conclus avec la municipalité (c'est-à-dire le maire) que deux rues - Benoorden- et Bezuidenhout - seraient fermées aux tracteurs le 16 octobre, le maire Remkes a commodément "oublié" de mentionner à la presse rassemblée. Tout comme il a aussi "oublié" de réserver ces rues aux randonneurs. Après quoi, les agriculteurs ont de nouveau garé leur tracteur sur et autour du Malieveld. 

Discrimination paysanne
Le maire a alors banni les agriculteurs du centre-ville de La Haye sans ordonnance d'urgence. Quiconque "ressemblait à un paysan" était renvoyé s'il voulait se rendre au centre-ville. Des agents sélectionnés sur la base de caractéristiques externes pouvant appartenir à un agriculteur, telles que des chaussures de travail ou de marche. Les personnes qui voulaient assister à l'audience du 16 octobre ont été rendues impossibles. Si vous êtes un agriculteur (ou ressemblez à cela selon la police), vous pouvez apparemment être victime de discrimination sans aucune base légale. Ensuite, vous pouvez être refusé du centre-ville, retiré des terrasses ou banni des cafés.

Une évaluation critique des parties qui offensent et laissent tomber les agriculteurs en permanence aboutit à une conclusion douloureuse : c'est Ferdinand Grapperhaus (CDA) qui a complètement laissé la famille de Boxtel s'asseoir. Pendant plus de 10 heures, les extrémistes ont pu y vaquer à leurs occupations. Et ne pensez-vous pas que ce Cabinet a appris quelque chose de l'indignation sociale provoquée par ce comportement boiteux à l'époque : les extrémistes qui ont été pris en flagrant délit il y a deux semaines lorsqu'ils ont fait irruption dans un élevage de lapins, s'en tirent avec une amende de 200 euros ; à verser au gouvernement - témoin la lettre du ministère public en date du 23 octobre 2019.

Ensuite, vous vous taisez devant un « système judiciaire » si défaillant qui, encore une fois, ne rend en aucun cas justice aux souffrances infligées à la famille d'agriculteurs en question ! A La Haye, Grapperhaus déploie l'armée contre les paysans les 16 et 17 octobre. À Groningen, le commissaire du roi René Paas (CDA) et le député Henk Staghouwer (ChristenUnie) étaient trop arrogants pour traiter décemment les agriculteurs, provoquant des émotions fortes.

A La Haye, Johan Remkes (VVD) n'a pas respecté les accords et a ordonné à la police de discriminer les agriculteurs, entièrement sur la base de l'arbitraire. Le Commissaire du Roi, Wim van den Donk (CDA) est monté d'un cran le 27 octobre avec ce tweet : il y a 75 ans, on nous rendait la liberté, l'État de droit et la démocratie. Aujourd'hui, je commémore à Bergen op Zoom et Tilburg. Maintenant, il y a une menace ouverte de violence. Je refuse catégoriquement cela. Il n'y a pas de place pour cela dans le Brabant et aux Pays-Bas. Van de Donk compare-t-il les agriculteurs d'ici avec les occupants de 1940 à 1945 ? Alors que l'expulsion forcée de personnes de leur propriété/entreprise et maison, la prise de propriété et la privation de leur statut juridique, sont précisément des éléments fascistoïdes. Exploité par ce gouvernement. Ce ne sont pas les occupants, mais la résistance justifiée qui se tenait devant la maison provinciale du Brabant.

Tout n'est pas possible
Lorsque les partis pour lesquels les agriculteurs votent traditionnellement tournent ainsi le dos aux agriculteurs, cela suscite une réaction. "Tout n'est pas possible", a déclaré Helma Lodders (VVD) après l'incident de Groningue. En effet, Madame Lodders : tout n'est pas possible. En tant qu'homme politique, vous ne pouvez pas penser que vous pouvez offenser et éliminer vos partisans, votre électorat, en toute impunité, sans que cela n'ait de conséquences. Que vaut un vote pour un parti si ce parti ne pense pas qu'il vaut la peine de vous traiter comme un être humain à part entière ? Essayer de vous présenter comme l'ennemi public numéro 1 ?

Chaque jour, chaque politicien a la possibilité de prouver sa valeur à la population rurale et aux agriculteurs : à la Chambre des représentants. Jusqu'à présent, nous avons peu remarqué cela. J'espère que les « partis paysans » se rendent compte qu'ils doivent désormais travailler pour les campagnes et les paysans. À présent. Avant le 1er décembre. Avec des solutions concrètes. Ne fonctionne pas ? Ensuite, la prochaine élection sera un tournant pour beaucoup d'entre nous.

Lettre de Sieta van Keimpema, présidente du Dutch Dairymen Board (DDB)

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 34
hans 29 Octobre 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/ artikel/10884486/overheid-bombardeert-boer-tot-staatsvijand-nummer-1]Le gouvernement bombarde un fermier en ennemi public numéro 1[/url]
Bravo Siéta !

Depuis plus de 20 ans LE défenseur des agriculteurs aux Pays-Bas.
Il est dommage que tant de gens ne s'en soient pas rendu compte auparavant, les Pays-Bas étaient alors encore des terres agricoles.

Maintenant, avoir raison devient une corvée pour avoir raison. Les grandes entreprises aux Pays-Bas sont toujours épargnées, les agriculteurs sont donc la victime logique.

Les manifestations sont justifiées, les revendications justes. Alors le gouvernement va tout faire pour orienter les esprits de manière à ce que les paysans perdent leur seule arme.
Et si vous perdez le soutien du peuple, vous avez perdu.
ps 29 Octobre 2019
Elle frappe le clou droit sur la tête, et met son doigt sur le point sensible


GR, PS




Jupe 29 Octobre 2019
Top femme ! L'article doit être placé dans un grand journal national, si nécessaire sous forme d'annonce pleine page !
Karin 29 Octobre 2019
C'est ainsi. Tout comme le LTO n'a pas reçu d'alimentation pour un système de sonorisation. Tout est contrecarré par les "plush sitters". Et puis encore s'indigner des actions et des affrontements.... pas de peluches, votre vie sur la peluche n'est pas éternelle... et ce n'est pas une menace de mort mais seulement une déclaration d'un changement de comportement électoral (devant le ministère public est impliqué à nouveau interférer au lieu de rechercher et d'emprisonner de vrais escrocs !)
Bob 29 Octobre 2019
CDA et VVD, tout comme LTO, vous pouvez le déposer en toute sécurité !
De toute façon, ils ne font rien pour les citoyens et les agriculteurs.
J'en ai marre de faire du crachat
anonyme 29 Octobre 2019
acheter espace publicitaire journal national !
et continuez à le faire continuellement.
Piet 29 Octobre 2019
Chère Mme Sieta et admirateurs,
S'opposer à la politique est possible et autorisé, mais cela n'apporte pas de solution. Asseyez-vous et parlez à des administrateurs démocratiquement élus. Le bon sens vous mènera plus loin que les rebelles
Dianne Ramsteeboers 29 Octobre 2019
Flash sur Pete !
Piet vL 29 Octobre 2019
Belle pièce Sieta. Mais je ne pense pas que ce soient seulement les agriculteurs qui en ont assez d'être gouvernés par une "mafia randstad", étant donné les nombreuses réactions positives d'autres banlieusards qui ne sont pas agriculteurs, mais sympathisent. Il est temps que les populations rurales prennent en charge une grande partie de notre gouvernement national. Les tsars du passé sont également revenus d'une froide foire. Non pas que les choses doivent être comme elles étaient en 1917, mais ils devraient savoir à La Haye que les Pays-Bas sont plus grands que la Randstad. Mes condoléances vont également à ceux qui seront présents à La Haye mercredi. En tant qu'agriculteurs, nous devrions peut-être commencer à traîner avec les entrepreneurs, les jardiniers, les entreprises de construction et tous ceux qui veulent enfin un changement de la pensée politique périphérique.
Abonné
Fermier aussi 29 Octobre 2019
@Piet : avez-vous quitté les Pays-Bas depuis un certain temps ? Il y a eu des tentatives sans fin pour parler à nos soi-disant représentants du peuple. Mais que se passe-t-il s'ils ne sont pas ouverts à la raison et ne parlent que la langue de La Haye : en d'autres termes, je n'aime m'entendre que moi-même ? Les gens sont rendus complètement fous par toutes les règles et lois ici. C'est la vérité qu'écrit Sieta. Grande histoire.
Piet 29 Octobre 2019
Pression pour ne pas faire confiance aux fonctionnaires et aux politiciens
jpkievit 29 Octobre 2019
Il y a un autre avantage, nous produisons ces excellents produits, livrer moins est aussi une solution si la haye et bruxelles ne veulent pas de solution
ps 29 Octobre 2019
Piet
Êtes-vous Brabant Piet de l'hymne national frison ?.
Coq Ouwehand 29 Octobre 2019
Bravo Siéta,

Il n'y a pas un mot de français ! L'ensemble des Pays-Bas est derrière vous et continuera de vous soutenir......
Fermier Dieuwke 29 Octobre 2019
Tu es en colère Sieta, bien n'est-ce pas, ça soulage. Mais vous venez avec une vieille histoire, que j'ai lu 100 fois. De cette façon, nous ne résolvons pas les problèmes que nous générons. Parler aux gens ne guérit pas les plaies puantes. Nous avons été trop gâtés par les subventions et les autorités et politiciens à la voix douce. Nous devons nous assurer que la société n'accepte plus cela. Les agriculteurs peuvent mieux anticiper la nouvelle période. Bien mieux que bouder et grincheux que les paysans.
Drent 29 Octobre 2019
ben je ne suis pas d'accord avec toi quand tu as vu combien de personnes ont acclamé notre cortège de tracteurs en pleine nuit sous une pluie battante je pense qu'il y a beaucoup de citoyens derrière nous et d'accord avec nous qu'on ne peut pas le supporter plus
Anja 29 Octobre 2019
NE VOUS LAISSEZ PAS PISSER SUR LA TÊTE. METTEZ-LE SUR LES BATAILLES
Jan Jansen 29 Octobre 2019
Belle pièce c'est exactement ce que c'est
fermier grassouillet 30 Octobre 2019
Le titre de cet article sans valeur montre exactement où les choses tournent mal : l'agriculteur pense qu'il est attaqué. Comme si l'ensemble des Pays-Bas était soudainement contre l'agriculteur. La raison derrière les mesures proposées lui échappe apparemment complètement. Pour mémoire....
Chers agriculteurs, Les Pays-Bas vous apprécient énormément. Oui, même Mme Schouten est heureuse que vous soyez ici.
Vous appartenez, ensemble nous formons la population néerlandaise.
Maintenant, nous avons tous, oui, nous tous, la responsabilité de réduire les émissions de CO2. Et pas seulement un peu, mais de grands pas sont nécessaires. Et par coïncidence, votre industrie est le moyen le plus rapide de faire beaucoup de profit. Vous pouvez trouver cela ennuyeux et même être en désaccord, mais ce qui est, c'est ainsi. C'est pourquoi vous êtes l'un des premiers à prendre des mesures. Donc pas parce qu'on ne vous aime pas (sauf si vous vous comportez comme ces dernières semaines, ce qui est assez contre-productif).
Le secteur de la construction est tout aussi mauvais, tout comme le "citoyen ordinaire", qui est obligé d'installer des installations coûteuses et économes en énergie pour pouvoir se débarrasser du gaz. Et il y aura plus de mesures que d'autres prendront.
Alors, chers agriculteurs, vous n'êtes pas l'ennemi de l'État, mais il se trouve que vous êtes le premier en ligne. Nous comprenons votre tristesse, pleurez simplement dans les bras de Mme Schouten pendant un moment, puis séchez vos larmes comme un grand garçon et retournez au travail. Mais maintenant, avec un peu moins de phosphate, de nitrate, d'insecticides et de tout ce qui ne serait plus nécessaire.
cordonniers 1 30 Octobre 2019
Bolle Farmer n'est pas un agriculteur, il le voudrait, mais un militant salarié
Abonné
Carine 30 Octobre 2019
Cher Bolle Boer, nous les agriculteurs sommes aussi des citoyens ordinaires avec un poêle dans la maison, pourquoi pensez-vous que nous ne serons pas pris par les autres mesures que vous avez mentionnées ? Vous êtes manifestement éveillé. Pourquoi vous appelez-vous Bolle Boer ?
Drent 30 Octobre 2019
Agriculteur bolléen, le CO2 est absorbé par les cultures et transformé en oxygène, pourquoi sommes-nous le problème ?? il n'y a pas d'autre secteur qui peut faire ça
cordonniers 1 30 Octobre 2019
mauvais drent, vous ne devriez mentionner que le négatif avec les agriculteurs, certainement pas inclure le positif
Abonné
markt 30 Octobre 2019
joli "fermier" potelé

Le contenu de votre commentaire sans valeur montre exactement où il va mal

"nous" n'avons aucun problème mais "vous" et vos idiots d'amis de la nature pensent que nous avons un gros problème avec la nature
Je ne sais pas si vous êtes déjà entré dans la nature, mais pouvez-vous m'expliquer quel est le gros problème que nous avons avec la nature

De plus, votre réponse écrite avec condescendance montre exactement ce que je déteste tant

la chance que vous soyez un hippie GL/D66 hypocrite volant autour du monde qui est tellement convaincu de son propre droit qu'il est complètement impossible de discuter avec cela me semble plus grande que d'être un agriculteur qui a réellement les mains dans la nature œuvres
hans 30 Octobre 2019
Tout à l'heure, le monde de la construction sur le terrain de la Malie.

Les promesses des politiciens n'étaient pas inattendues, la seule question était de reprendre le travail aujourd'hui ou demain.

Et construire des maisons en un clin d'œil, comme le disent ces politiciens, n'est pas possible selon "le Néerlandais", tous ces ménages d'une personne avec une hypothèque supérieure dans une maison individuelle.
Ensuite, les politiciens ne parlent pas des km2 de bureaux vacants qu'il fallait aussi construire si nécessaire.

La démocratie, opposant le citoyen au paysan. Le fermier est la raison pour laquelle les maisons sont si rares et chères.

Triste affichage !


Peter 30 Octobre 2019
Quel est exactement le gisement d'azote en Chine ?
cagri 31 Octobre 2019
Réaction de la Chine : comment, quoi, de l'azote ??? Produisez, produisez, laissez le reste sauver l'environnement
irgac 31 Octobre 2019
Si vous êtes aussi stupide que Cagri, vous n'avez vraiment pas de chance.
jusqu'ici et pas plus loin 31 Octobre 2019
l'azote c'est bien, du moins les plantes utiles y poussent très bien
cordonniers 1 31 Octobre 2019
Comment se fait-il que je vois beaucoup plus de nature sur des parcelles en agriculture conventionnelle que sur des parcelles appartenant à des gestionnaires de la nature, seule la figue de barbarie veut encore y pousser, pourquoi la biodiversité ? Même les animaux ne se sentent plus chez eux et après quelques années de mauvaise gestion ils doivent fuir vers la zone agricole restante, eux aussi sont détruits par la mauvaise gestion
bblogique 31 Octobre 2019
Parce que les gestionnaires de la nature ne se préoccupent pas d'arbres et de plantes qui poussent bien, mais du maintien d'un paysage aride créé autrefois par la surexploitation. A l'époque, avant l'invention des engrais, ce pillage était nécessaire à la fertilisation (oh ironie du sort : surtout AZOTE) des champs. Ce paysage artificiellement atrophié attire naturellement les plantes qui s'y sentent chez elles. Si vous ne faites rien, ces sols s'enrichiront automatiquement (fumier d'oiseau, verdure mourante, etc.) et vous retrouverez simplement des chênes et des hêtres. Cette politique n'a rien à voir avec la nature. C'est plus de la gestion du parc.
bblogique 31 Octobre 2019
Un meilleur nom pour "zone natura 2000" serait donc "zone parka 2000".
Abonné
fabricant de perruque 1 Novembre 2019
Il n'y a rien de mal à ce que LTO ne reçoive aucune alimentation, Karin.
Arnaud 2 Novembre 2019
Bblogic bien formulé
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception