Shutterstock

Fond production alimentaire

Les questions alimentaires à l'honneur : le meurtre de paysans en Afrique

2 janvier 2020 - Jorine Cossé - Commentaires 8

Explosion des prix du porc en Chine. Prix ​​record de l'oignon en Inde. Feux de brousse perturbateurs en Australie. Ce sont tous des événements qui entraînent une volatilité des prix des denrées alimentaires. Boerenbusiness expose (dans la période autour de Noël et du Nouvel An) les enjeux alimentaires sur les différents continents dans une série d'articles. Le continent qui occupe aujourd'hui le devant de la scène est l'Afrique, avec l'Afrique du Sud en tête.

Les problèmes de l’Afrique du Sud ne sont pas directement liés à la production agricole ou à l’élevage. Cela a à voir avec la criminalité. En Afrique du Sud, les agriculteurs sont assassinés à grande échelle. Pendant des années. 

"Plaasmurde"
Le soi-disant plaasmurder (pluriel plaasmurde) est un mot africain qui signifie littéralement meurtres héréditaires. Il s'agit de meurtres d'agriculteurs principalement blancs en Afrique du Sud. De tels crimes sont monnaie courante depuis l’abolition de l’apartheid en 1990.

Mettons quelques chiffres au clair. Les statistiques criminelles de 2018/2019 incluent un total de 47 meurtres à la ferme et 41 « incidents ». En moyenne, une ferme était attaquée chaque jour et un agriculteur (ou même une famille entière) était assassiné presque chaque semaine. La population agricole en Afrique du Sud a déjà diminué de moitié environ, pour atteindre 2 30.000 agriculteurs au cours des deux dernières décennies, en partie parce que de nombreux agriculteurs blancs ont émigré par peur.

Accaparement des terres
Selon les fermiers blancs, il y a une motivation politique derrière ces nombreux meurtres. Par exemple, il pointe du doigt le gouvernement sud-africain corrompu de l’ANC qui veut modifier la constitution afin de pouvoir exproprier les terres des agriculteurs et les restituer ensuite à la population non blanche. Il n’y a aucune compensation financière pour cette forme d’expropriation foncière. 

Cependant, le gouvernement sud-africain a mis des années à mettre en œuvre cette politique dans la constitution. C’est pourquoi une partie de la population noire prend les choses en main, du moins selon les agriculteurs blancs. On dit que les meurtres et les vols violents sont utilisés pour dissuader les agriculteurs blancs. Cependant, le gouvernement sud-africain ne veut pas parler d’assassinats ciblés d’agriculteurs et parle de vols et de meurtres non ciblés. La population agricole blanche a un avis différent, car il n'y a généralement pas de cas de vol sur les lieux du crime. 

Génocide blanc ?
Des histoires circulent selon lesquelles des agriculteurs ont été tués de la manière la plus horrible. Les agriculteurs blancs parlent donc de génocide. Mais selon différents médias, on ne peut pas réellement parler de « génocide blanc ». Statistiquement parlant, un agriculteur sud-africain blanc a beaucoup moins de risques d’être assassiné que le Sud-Africain moyen.

Au total, 1 2017 meurtres ont eu lieu dans le pays entre le 31er avril 2018 et le 20.336 mars 62. Parmi eux, 0,3 ont été qualifiés de meurtres à la ferme, ce qui représente « seulement » 1 % du total. Cela présente la situation sous un jour différent. D’un côté, chaque agriculteur assassiné est bien sûr un de trop, mais comparé au total des meurtres en Afrique du Sud, les meurtres d’agriculteurs sont plus ou moins insignifiants. 

Une attention médiatique croissante
Pendant longtemps, les médias étrangers ont accordé relativement peu d’attention au meurtre sur la place. Surtout si l’on considère que ce sujet est d’actualité depuis la fin de l’apartheid en 1990. L’attention des médias a de nouveau augmenté ces dernières années. En 2015, le film « Treurgrond » a été réalisé, qui décrit l'impact du meurtre de Plaas sur la communauté agricole. Le documentaire Farmlands d'une journaliste canadienne est également sorti en 2018, dans lequel elle enquêtait sur le meurtre de Plaas en Afrique du Sud.

Le président américain Donald Trump a également attiré l’attention sur ce problème l’année dernière. Il a tweeté en novembre 2018 qu'il avait chargé le secrétaire d'État Mike Pompeo d'enquêter sur les nombreux meurtres dans les fermes en Afrique du Sud. Le gouvernement sud-africain a rejeté cette allégation, qui, selon lui, visait à semer la discorde. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jorine Cossé

Éditeur chez Boerenbusiness qui étudie les marchés du lait, du porc (viande) et de l'alimentation animale. Jorine analyse hebdomadairement le marché du fourrage grossier et périodiquement le marché des aliments composés.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 8
Ton Westgeest 2 janvier 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/artikelen/10885176/voedingissues-uitgelicht-boerenjurk-in-afrika]Les problèmes alimentaires mis en lumière : le meurtre d'agriculteurs en Afrique[/url]
Je vois des similitudes, il y a aussi une campagne de haine politique menée ici. Avec la coopération de NPO, la discorde est en train de semer petit à petit... Il ne sera pas possible de l'arrêter avant un certain temps, des incidents au couteau se produisent tous les jours, comme en Allemagne et en Suède.
Si l'on fait le point le jour de l'an, on n'est plus si loin de l'anarchie...
Nous voulons tellement être politiquement corrects, nous avons peur de prendre des décisions importantes et avons peur de les appliquer !!!
Et puis vous obtenez ceci......

https://www.youtube.com/watch?v=JU4m8hkf-O0
Peter34 2 janvier 2020
est-ce que quelqu'un est surpris par ça? C’est ainsi qu’interagissent les Africains avides d’argent et de pouvoir. Cela se trouve dans les gènes dont la couleur, selon l’élite PC, ne peut être nommée. L’apartheid sévit en RSA et au Zimbabwe, selon des modalités désormais différentes. À l’époque, oui, avec l’apartheid, l’homme ordinaire et le pays se portaient mieux.
Aujourd’hui, vous n’entendez plus ces clubs comme le Southern Africa Committee, Pax ou le bloc de gauche Pkn.
Cabale totalement incompétente, corrompue et jalouse de dirigeants du Nigeria au Zimbabwe, la RSA n’a tout simplement pas le choix ; c'est inné. autrement dit génétiquement. Les faits parlent d’eux-mêmes, non ?
Mais la gauche a encore gagné : elle a détruit des systèmes qui fonctionnaient avec des croassements moralisateurs.
Désormais, les flèches visent notre propre Terre-Neuve. avec le mirage du changement climatique, de l'azote et de tout ce qui est extrait pour détruire la société (des entreprises aux familles). Constructif, logique, réalisable, non, il ne faut pas s’attendre à cela de la part de ces communistes ; ils ne peuvent pas. Complètement impropre à quelque chose de bon.
hans 2 janvier 2020
La production alimentaire, le continent d'aujourd'hui : l'Afrique.

Vous pensez alors lire sur nos pratiques de dumping subventionné qui tuent par dizaines de petits agriculteurs africains, et dont le sol fertile est désormais rapidement accaparé par de grandes entreprises qui ne produisent que pour l’exportation.

Non, alors vous avez l’histoire du fermier sud-africain blanc, qui a protégé pendant des siècles sa « propriété » et « ses » employés avec des milices militaires, produisant du vin pour les élites du monde entier, tandis que la population rurale mourait de faim.

Jos FDF 2 janvier 2020
Les entreprises agricoles ont honte de ces textes négatifs dans votre article ci-dessus !
Je vous recommande de regarder la vidéo ci-dessous puis d'ajuster le texte de l'article !
(Notez les images intenses)
https://youtu.be/dERQJN5fNTI
cordonniers1 3 janvier 2020
il pourrait juste être un juge, cela n'a aucun sens. Alors Hans
Fred 3 janvier 2020
Nos serveurs à La Haye le font de manière plus soignée : de la norme d'azote aux rayonnements G5 interdits en Allemagne. La chimiothérapie le rend moins immédiat.
hans 3 janvier 2020
Il est agréable de constater qu'après avoir lu d'autres réponses ci-dessus, les agriculteurs des Pays-Bas semblent se sentir principalement liés aux élites dirigeantes et exploiteuses et ne considérer la partie opprimée de la population qu'avec mépris.

Souffrant du syndrome de Stockholm, ou tout simplement trop stupide pour voir que le fermier néerlandais est traité presque comme l'Africain noir avant la révolution ??

Peter34 5 janvier 2020
@Hans. Avez-vous déjà vu comment les Afrikaanders traitaient et interagissaient avec la population/les employés noirs ? À quoi les groupes d’action anti-apartheid, particulièrement hollandais, ont-ils apporté à la RSA ? Quels ont été les fruits de leur lutte « juste » ? Jetez un œil à la campagne africaine par vous-même et demandez comment les « agriculteurs » sont traités/aidés par leurs gouvernements*. Au Zimbabwe, la terre a été « restituée » et quel est le résultat ? Regardez le niveau d’importations alimentaires/d’autosuffisance des pays qui peuvent produire plus qu’assez de nourriture sur le plan agricole. Et puis voyez à quel point notre influence et celle de l’Occident sont importantes là-bas. Oui, je sais qu'il y a des événements qui confirment votre idée. Ce n'est qu'une fraction de l'ensemble du tableau.

*ils diront qu'ils reçoivent des subventions généreuses. C’est le glas du progrès : il suffit de ne pas mourir et de ne pas (devoir) innover. Faute de perspectives, les agriculteurs émigrent vers les villes où ils peuvent pourrir.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login