Verdure - René Faas

intérieur Équipe de crise

"Le fonds d'urgence doit maintenir les entreprises à flot"

26 mars 2020 -Jeannette Pennings

La déception dans l'horticulture est grande : il n'y a pas de soutien financier de l'Union européenne. L'équipe de crise spécialement équipée demande maintenant au Cabinet un fonds d'urgence. Le président Jaap Bond travaille également, entre autres avec les agriculteurs arables, pour garantir un personnel suffisant et des frontières ouvertes.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

L’impact de la crise du coronavirus est également – ​​ou surtout – majeur pour l’horticulture et les matières premières. Normalement, le secteur culmine en termes de chiffre d'affaires à cette période de l'année. Le groupe de pilotage horticole de la crise du Corona estime le total des dégâts pour cette année à 2,2 milliards d’euros. Et c’est le scénario le plus favorable. Les pertes les plus importantes concernent les fleurs coupées et les plantes en pot. Les dommages à la sélection et à la propagation sont estimés à 300 millions d'euros et les dommages à la culture et à la vente de bulbes à fleurs sont estimés à 230 millions d'euros.

Bond qualifie donc de "particulièrement décevant que la ministre Carola Schouten ait pris la parole hier au Conseil agricole de l'UE". pas de réponse trouvés pour des mesures de soutien supplémentaires». "Ce n'est pas le résultat auquel nous nous attendions", déclare le président de l'équipe de crise. « Tous nos espoirs se tournent désormais vers le gouvernement néerlandais. Elle a déjà fait beaucoup en prenant des mesures dans les domaines des allocations de chômage, du temps de travail et des crédits d'urgence. Nous en sommes très satisfaits. Cependant, s’il n’y a pas de fonds d’urgence dès maintenant, les entreprises qui sont pour l’essentiel en bonne santé finiront quand même par faire faillite.»

L’ouverture des frontières est cruciale
Outre l'appel à un fonds d'urgence, Bond affirme que les goulots d'étranglement liés à la main-d'œuvre et aux transports sont actuellement une priorité. L'équipe de crise a des contacts étroits avec d'autres secteurs agricoles, dont BO Arable Farming. « Un bon transport et une bonne logistique sont extrêmement importants pour l’ensemble du secteur. L’ouverture des frontières est cruciale tant pour le transport des produits alimentaires que floricoles. Bond cite l’industrie des semences potagères comme exemple. « La matière première de 40 % des légumes cultivés dans le monde provient des Pays-Bas. »

De plus, des mains sont nécessaires, indique Bond. Le secteur agricole dépend largement des travailleurs saisonniers pour cela. En raison de la crise corona et séparé des mesures des États membres risquent une crise importante pénurie de main-d'œuvre. «Nous commençons par identifier l'ampleur du problème», déclare Bond. Il souligne que le secteur primaire, c'est-à-dire la production alimentaire, est prioritaire. L’accent mis sur le travail vise, entre autres, à éliminer les obstacles à l’afflux d’Européens de l’Est. « Nous étudions également la possibilité de déplacer le personnel. Il est par exemple proposé que les professionnels de la restauration et les étudiants soient déployés dans l’agriculture et l’horticulture.»

Leçon de la crise EHEC
Le président de la cellule de crise indique que nous vivons une période mouvementée avec de mauvaises nouvelles chaque jour. « Il est temps de changer, mais cela ne semble pas encore être le cas. Nous ferons bien sûr tout ce que nous pouvons. À cet égard, Bond juge extrêmement positif que les secteurs des bulbes à fleurs, des fleurs, des fruits et des matières premières aient construit très rapidement une bonne structure. « Depuis le premier jour, nous sommes assis autour de la table ensemble. La cellule de crise dispose de lignes de communication très courtes avec les ministères. L'un des résultats est qu'un formulaire d'enregistrement des dommages a été envoyé hier aux entrepreneurs, approuvé par le ministère. De cette façon, chacun peut correctement enregistrer ses dégâts. Une leçon importante que nous avons tirée de la crise de l’EHEC.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login