Shutterstock

Actualités L'azote

Ouverture d'un nouveau schéma de restructuration de l'élevage en 2022

31 Augustus 2021 -Steve Wissink - Commentaires 3

Le nouveau régime national de résiliation des exploitations d'élevage (Lbv) sera ouvert au printemps 2022. Les exploitations laitières, avicoles ou porcines qui souhaitent arrêter peuvent participer volontairement. Un budget de 970 millions d'euros est disponible pour ce régime.

Carola Schouten, la ministre sortante de l'agriculture, a informé aujourd'hui la Chambre des représentants dans une lettre des préparatifs de la Lbv. Le dispositif a été annoncé début 2020 et s'inscrit dans le cadre de l'approche structurelle de l'azote. 

L'approche structurelle de l'azote comprend un large ensemble d'investissements qui devraient permettre à la nature de récupérer et de réduire les précipitations d'azote jusqu'en 2030. Les mesures visent également à relancer les permis, écrit Schouten.

Selon le ministère, le dispositif Lbv devrait contribuer à une solution structurelle au problème de l'azote. Les mesures sont volontaires, les entrepreneurs qui y ont recours reçoivent une subvention pour liquider leur entreprise. Le ministre a également donné un aperçu de la préparation de la deuxième tranche du programme de mesures d'achat ciblé pour la fin de cette année. 

Mise en œuvre du Régime National de Résiliation des Exploitations d'Elevage (Lbv)
Les éleveurs laitiers, porcins et avicoles pourront bientôt s'inscrire au programme. Les entreprises qui peuvent demander des subventions seront déterminées ultérieurement par le ministère sur la base d'une analyse des coûts. Selon le ministère, le programme vise à réduire les précipitations d'azote aussi efficacement que possible, les applications étant classées en fonction de leur rapport coût-efficacité.

Dans la pratique, cela signifie que les entreprises avec la plus forte réduction des dépôts d'azote par euro de subvention seront récompensées en premier. Les entreprises ayant des "coûts relativement élevés par mole de dépôt d'azote à réduire" seront placées au bas du classement et ne pourront pas participer si le programme est sursouscrit. Le ministère introduit également une valeur seuil pour la charge d'azote dans les réserves naturelles. Cela contribue à un arrangement rentable, selon Schouten dans la lettre.

Un total de près d'un milliard d'euros est disponible pour le régime, réparti en 1 tranches. La première tranche ouvrira au deuxième trimestre 2. Le régime doit garantir que les dépôts d'azote dans les zones naturelles sensibles diminuent d'un minimum de 2022 à un maximum de 16 mol/ha/an. L'éventail est si large car il n'est pas clair à l'avance quelles entreprises souhaitent participer et quelles entreprises sont éligibles. Le ministre a annoncé qu'il publiera le programme en septembre.

Les terres agricoles ne sont pas couvertes par le régime, les droits de production disparaissent
Schouten indique qu'en principe, les terres agricoles appartenant à des entreprises en cessation d'activité ne doivent pas être rachetées ou retirées de la circulation. Cependant, il étudie si le gouvernement peut obtenir un droit de « première négociation » pour les terres qui peuvent être importantes pour la réalisation de la nature ou à des fins agricoles. Selon Schouten, cela pourrait contribuer à une extensification de l'élevage et contribuer au réseau néerlandais de la nature.

Les droits de production des sociétés participantes seront retirés du marché et disparaîtront. Cela devrait garantir que la population de bétail continue de diminuer.

Mesure d'achat ciblé
Dans la lettre, la Chambre a également été informée de l'état d'avancement de la mesure d'achat ciblé. Un total de 2000 millions d'euros est disponible pour ce programme provincial, dont l'objectif principal est de réduire les dépôts d'azote sur les zones Natura 483 congestionnées en achetant des chargeurs de pointe. La première tranche a déjà été ouverte en novembre dernier et les provinces mènent actuellement des discussions et des démarches avec les entreprises qui se sont inscrites. Outre les éleveurs laitiers, porcins et avicoles, les éleveurs de veaux et de chèvres peuvent également s'inscrire au régime MGO.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Steve Wissink

Stef Wissink est éditeur chez Boerenbusiness et écrit sur les développements actuels du marché des produits laitiers et porcins. Il suit également l'agrobusiness néerlandais et international.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 3
Abonné
agricole 31 Augustus 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/ artikel/10893922/nieuwe-saneringsregeling-veehouderij-in-2022-open]Nouveau programme de restructuration de l'élevage ouvert en 2022[/url]
et en plus ils peuvent aussi vendre leurs droits (donnés) de phosphate ? Je voudrais savoir, arrêtez de traire bientôt
info 1 Septembre 2021
Agriklootje, vous n'êtes probablement pas un véritable agriculteur déterminé.
Abonné
vérité 15 Septembre 2021
de nombreux agriculteurs participent à nouveau...
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Opinie Alex Datema

Une gestion ciblée sans vision sur l’agriculture, est-ce possible ?

Opinie Krijn J. Poppe

De la thérapie de choc à la collaboration avec l'agriculteur

Politique Coalition

Ne vous concentrez pas sur la diminution du cheptel et sur « l’agriculteur aux commandes »

Actualités Politique

Le tristement célèbre amendement à la loi sur les animaux a été abandonné

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login