Shutterstock

Analyse L'azote

La politique de l'azote s'enlise de plus en plus dans le chaos

7 février 2022 -Klaas van der Horst - Commentaires 2

La politique de l'azote devient de plus en plus chaotique. Les règles et les limites sont renversées les unes après les autres. L'été dernier, la coupure des 25 kilomètres a été instaurée pour, entre autres, les émissions du trafic routier. L'organisation environnementale MOB grignote là-dessus et au RIVM ce n'est pas toujours la limite. En attendant, le gouvernement central et les provinces se concentrent encore presque exclusivement sur les émissions provenant de l'agriculture.

Pour commencer à la limite des 25 kilomètres : après commentaires de le comité Hordijk L'été dernier, le cabinet a décidé de ne plus comptabiliser les émissions d'azote du trafic routier et des "objets individuels" (entreprises, installations) jusqu'à 5 kilomètres, mais jusqu'à 25 kilomètres. Dans les cercles officiels, cela a été mis en œuvre à contrecœur, selon des documents WOB qui ont depuis été rendus publics. 

Différentes méthodes de calcul
Le RIVM a également commencé à calculer avec la nouvelle limite d'émission, mais n'utilise pas de modèle de calcul uniforme dans les 25 kilomètres, selon une analyse d'impact de l'institut lui-même. Un modèle de calcul est utilisé pour les précipitations d'azote jusqu'à 5 kilomètres d'une route ou d'un bâtiment, et l'autre est utilisé pour des distances comprises entre 5 et 25 kilomètres. Par conséquent, aucune précipitation supplémentaire d'azote n'est chargée entre ces 5 et 25 kilomètres. Le nombre de zones pauvres en dépôts aux Pays-Bas reste minime.

RIVM
Le RIVM applique une coupure progressive de 25 kilomètres.

De son côté, l'organisation écologiste MOB ne se contente pas d'une coupure à 25 kilomètres, échelonnée ou non. Selon MOB, les précipitations d'azote de toutes les sources doivent être incluses dans le coup complet. Toute une série de procès sont en cours sur cette question.

Mettre l'accent sur l'agriculture
Fait remarquable, les provinces continuent maintenant de se préparer aux achats d'azote aux fermes, même s'il devient de plus en plus clair qu'une focalisation sur les seules émissions agricoles est de plus en plus difficile à défendre. MOB en particulier et le membre des États brabançons Hermen Vreugdenhil s'en sont assurés. Les émissions des entreprises industrielles, du trafic routier et de la production d'énergie doivent également être incluses et, en partie, cartographiées. Il existe encore plusieurs entreprises sans licence dont les émissions sont également inconnues.

In une présentation élaboré par l'instance consultative IPO (Concertation interprovinciale), la nécessité de réduire les émissions d'azote est expliquée. Il souligne également que tous les secteurs devraient contribuer proportionnellement. En lisant plus loin, cela semble se révéler différemment dans la pratique. L'IPO indique alors qu'elle ne veut limiter que les émissions agricoles. Selon l'IPO, cependant, il s'agit d'un instantané d'un outil spécifique. Des ressources similaires sont encore développées pour l'industrie et d'autres secteurs.

Entre-temps, la province d'Overijssel a annoncé qu'elle cesserait immédiatement le commerce des droits d'azote. 

En attendant, le secteur agricole ne peut rien faire d'autre qu'attendre et voir. Il devient de plus en plus clair que d'un point de vue juridique, le secteur n'est plus seul dans ce cas et qu'il y a probablement encore une marge de négociation sur la contribution réelle du secteur agricole aux émissions totales.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 2
ACJ Mesu 8 février 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/ artikel/10896582/stikstofbeleid-raakt-steeds-meer-verzand-in-chaos]La politique de Stikstof s'enlise de plus en plus dans le chaos[/url]
acte
dossiers
ordre du jour
jobs
à propos de feutre
soutenez-nous
bulletin
screenreader.header ouvrir la fenêtre contextuelle de recherche
Accueil Actualités Les crottes de chien sont aussi nocives pour la nature
RETOURNER
IMPRIMER CETTE PAGE PARTAGER CETTE PAGE
Les excréments de chien sont également nocifs pour la nature
HIER
Les chiens provoquent d'importants dépôts d'azote dans les réserves naturelles, une surfertilisation jusqu'ici ignorée. En moyenne, cela concerne 11 kilos d'azote par hectare, ce qui correspond à la moitié des précipitations d'azote en Flandre. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par des bio-ingénieurs gantois.

En savoir plus sur :
azote
Henk. 9 février 2022
Ce pays se détruit, ou se détruit lui-même. !
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Fond Humeur azotée

Chamber prépare le bal pour le premier succès de Wiersma en fumier

Actualités Mest

FrieslandCampina et Rabo se concentrent sur la fermentation du fumier

Actualités L'azote

Azote et phosphate au-dessus du plafond renforcé d’ici 2025

Fond Humeur azotée

Aerius, errata et autres données impures

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login