Shutterstock

Actualités Prélèvement sur la viande

Large critique de la taxe sur la viande, également de la part des partis gouvernementaux

30 mars 2022 -Steve Wissink

Henk Staghouwer, le ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire, a annoncé hier (mardi 29 mars) qu'il enquêterait sur les effets de l'introduction d'une taxe sur la viande sur la consommation de viande. Cela fait partie d'un plan plus vaste visant à consommation de protéines animales comme la viande, les produits laitiers et les œufs. Les plans ont été critiqués de divers côtés, y compris les partis gouvernementaux VVD et CDA. L'Organisation centrale du secteur de la viande (COV) est également irritée par "une nouvelle tentative de mettre à l'ordre du jour un plan contre-productif et irréalisable".

Dans une lettre au Parlement, Staghouwer annonce qu'il est l'un des fers de lance de la politique alimentaire du nouveau cabinet est de ramener la consommation de protéines animales et végétales du ratio actuel de 60/40 à un ratio de 50/50. Selon le ministre, ce ratio est plus conforme à la roue des cinq du Centre de nutrition, qui tient compte à la fois de la santé et de la durabilité.

RIVM : Plus de 60 % de consommation de protéines animales
Selon une étude du RIVM dans les années 2012 à 2016, environ 60% de la consommation totale de protéines était animale. Sur ces 60 %, la viande fournit environ la moitié des protéines animales. 

Le ministre a indiqué qu'en plus des initiatives subventionnées par le gouvernement, comme le Centre de nutrition et le programme Les jeunes apprennent à manger, il existe également des possibilités d'offrir aux consommateurs des incitations durables via des «signaux de prix». Dans ce contexte, le ministre veut maintenant savoir comment un prélèvement sur la viande (par lequel les prélèvements payés sont reversés au secteur) influence la consommation et comment une mesure saine peut être mise en œuvre.

Pas de majorité à la maison
La lettre de Staghouwer au Parlement est une réponse à l'évaluation de l'agenda alimentaire à La Haye qui a été élaborée en 2015 par les ministères de l'Économie et de la Santé publique, du Bien-être et des Sports. Bien qu'il s'agisse d'une réponse du gouvernement, les parlementaires des partis au pouvoir VVD et CDA critiquent également ces projets. Par exemple, Thom van Campen, le porte-parole agricole du VVD, déclare via Twitter que son parti souhaite voir une « enquête sur d'autres options possibles ». Selon lui, le VVD ne peut pas soutenir une voie unilatérale vers une taxe sur la viande, qui est en train d'être prise. Van Campen déclare que la nourriture doit rester abordable pour tout le monde.

Le porte-parole agricole de la CDA, Derk Boswijk, s'exprime dans des termes similaires et souligne également l'importance de maintenir l'alimentation à un prix abordable. Boswijk préférerait que davantage d'efforts soient déployés pour sensibiliser et encourager un comportement durable chez les consommateurs et pour rendre les fruits et légumes moins chers, comme cela a également été convenu dans l'accord de coalition. Le parti au pouvoir D66 est plus enthousiaste quant aux plans. Tjeerd de Groot dit via Twitter qu'il pense que le projet d'enquêter sur une taxe sur la viande est une bonne idée car "manger moins de viande préserve le climat et la nature".

Il y a aussi des critiques de l'opposition. Caroline van der Plas du BoerBurgerBeweging estime que la ministre se détache complètement de la société en enquêtant sur une idée "à un moment où les prix de la nourriture, de l'énergie et du pétrole explosent et où les gens ne peuvent plus payer leurs factures". Viande. Selon le NOS, les partis d'opposition PVV, SP, JA21 et Denk sont également contre une taxe sur la viande. Une majorité parlementaire n'est donc pas favorable au plan.

COV appelle le plan contre-productif
Interrogé, le porte-parole Dé van de Riet du COV indique qu'il ne voit rien dans le plan. De plus, cela dérange le porte-parole que la viande soit rejetée à plusieurs reprises comme malsaine. "Nous avons plusieurs points de critique concernant une taxe sur la viande, mais la chose la plus importante est qu'il est toujours suggéré que la viande est malsaine. Ce n'est pas le cas. La viande occupe une place importante dans le disque des cinq mentionné par le ministre de "Il contient des vitamines, des minéraux et des acides aminés importants pour l'homme. Cela ne signifie pas que nous encourageons une consommation excessive de viande, mais simplement qu'il s'agit d'un élément important d'une alimentation variée et équilibrée."

De plus, Van De Riet considère une taxe sur la viande comme une mesure contre-productive. "Nous allons rendre les prix d'une partie importante de notre alimentation inabordables pour les personnes aux revenus les plus faibles. Les ménages aux revenus les plus élevés ne seront pas touchés et ne réduiront pas leur consommation. La mesure passe donc à côté de la plaque." Il ne peut pas arriver que un secteur sera rendu plus durable grâce à des taxes prélevées, ce que le ministre a à l'esprit. De tels processus doivent être retirés du marché et c'est ce qui se passe. Le secteur néerlandais montre la voie en matière de bien-être animal et de durabilité.

"Taxe sur la viande pour un énième ballon d'essai"
Van de Riet indique que c'est déjà la énième fois qu'un ballon test sur l'introduction d'une taxe sur la viande est lancé. "En plus des importantes objections de fond, diverses études ont également conclu à plusieurs reprises qu'un tel plan est pratiquement irréalisable."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Steve Wissink

Stef Wissink est éditeur chez Boerenbusiness et écrit sur les développements actuels du marché des produits laitiers et porcins. Il suit également l'agrobusiness néerlandais et international.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Actualités Politique

« Viande de culture et protéines végétales pour réduire le nombre de cheptels »

Interview Henk Janknegt

"La demande doit rendre l'agriculture protéique pérenne"

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login