Agriphoto

Analyse Chiffres annuels

Les constructeurs de machines empilent enregistrement après enregistrement

11 Avril 2022 -Niels van der Boom

Les fabricants de machines agricoles, de tracteurs et d'autres machines ont connu une année record en termes de chiffre d'affaires et de bénéfices. Les pièces peuvent être très rares, mais les constructeurs de machines européens savent vendre beaucoup de technologie.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Cela peut certainement être qualifié de spécial. La pandémie du coronavirus a provoqué d’énormes perturbations dans le monde entier. Les pièces les plus simples sont devenues rares, le prix du transport par conteneurs a augmenté de plusieurs centaines de pour cent et presque toutes les matières premières sont devenues nettement plus chères. Cela se remarque également dans les prix des tracteurs et des machines agricoles. Quiconque a demandé un devis au cours des six derniers mois - que ce soit pour une simple faneuse ou une arracheuse de pommes de terre complexe - a probablement dû se remettre du choc. Des augmentations de prix comprises entre 10 et 20 % ne sont pas rares.

Les agriculteurs et les entrepreneurs investissent massivement
En 2021, les agriculteurs européens ont bénéficié de niveaux de prix plus élevés pour leurs produits – notamment pour les céréales, les oléagineux et le lait – alors que la plus forte augmentation des coûts n’est intervenue qu’à la fin de cette année. Les entrepreneurs ont également investi massivement. Les fabricants citent tous cela comme une raison pour laquelle ils ont vendu davantage de machines. La plupart des entreprises européennes ont désormais publié leurs chiffres annuels.

Chiffre d'affaires record à Lemken
Lemken en tire un augmentation des ventes contre 22%. Bon pour 446 millions d’euros, le montant le plus élevé de leurs 242 ans d’existence. Et ce malgré l'absence du secteur protection des cultures, qui a compensé la hausse des ventes de semoirs. Entre-temps, Lemken construit une nouvelle usine pour le néerlandais Steketee à Dinteloord. Il devrait être ouvert au troisième trimestre 2023.

Conculega Amazone a également bien fait avec un hausse des revenus de 15 % à 537 millions d’euros. Tout comme ses frères bleus, cela signifie que davantage de machines ont été vendues en Europe et en Amérique du Nord. Amazone renforce également sa capacité de production pour répondre à la demande de machines. La couronne allemande fait également de bonnes affaires dans le secteur de l'élevage. Le chiffre d'affaires de la branche agricole a augmenté de 11% à 814,3 millions d'euros.

Suédois Väderstad a un quart de chiffre d’affaires en plus dans ses comptes pour 2021. Bon pour 420 millions d'euros. Le bénéfice passe de 19 millions d'euros à 40 millions d'euros. Outre l'Europe, le Canada est le plus grand marché de vente de la marque, suivi par la Russie. L'Ukraine occupe la cinquième place. Les chiffres financiers pour 2022 pourraient donc s’avérer très différents pour l’entreprise.

Question de la Chine à Kuhn
Ce sont probablement aussi des moments passionnants pour Kuhn. Au début de cette année, elle a annoncé avoir investi 10 millions d'euros dans une usine en Russie. Il n’a pas annoncé ce qu’il faisait actuellement à ce sujet. Bucher Industries, la maison mère suisse du groupe Kuhn, a réalisé une bonne année 2021. Kuhn a vu son revenu augmenter de 20,5% à 1,294 milliard d'euros. Le chiffre d’affaires et le bénéfice atteignent des niveaux record. Outre la forte demande sur les marchés bien connus, Kuhn a également réalisé de bons résultats en Chine.

Kubota, propriétaire du groupe Kverneland, n'a pas encore annoncé ses résultats financiers pour 2021. Au quatrième trimestre de l'année dernière, le chiffre d'affaires brut était supérieur de 18,5% à celui de l'année précédente. D'autres fabricants de machines internationaux obtiennent également de bons résultats. Agco a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 2021 % au quatrième trimestre 16. Le nombre total de ventes au cours de l'année écoulée a été supérieur de plus d'un cinquième.

Même John Deere a réussi à obtenir une croissance de son chiffre d'affaires de 2022 % au premier trimestre de l'exercice 1 (jusqu'au 1er février). Cela s'élevait à 9,6 milliards de dollars au premier trimestre. Les bénéfices ont chuté d'un quart, principalement parce que l'entreprise américaine était en proie à une récession à long terme. jalonnement.

Les cours des actions des fabricants se redressent
Depuis la pandémie du coronavirus, les négociants en bourse ont trouvé refuge chez les fabricants de machines agricoles. Les cours des actions ont affiché une hausse significative depuis le début de 2020. La fin mars est devenue un record absolu atteint. Deere & Co a annoncé un prix de 25 $ par action le 436,53 mars. Une augmentation de 19 % par rapport à un an plus tôt et de 30 % de plus qu'avant le déclenchement de la guerre en Ukraine. Agco se porte également bien. Fin mars, le cours de l'action s'est à nouveau rapproché du niveau record de 147,99 dollars un an plus tôt. Après le déclenchement de la guerre, les prix ont chuté puis ont remonté au cours du mois de mars. Début avril, le prix a encore baissé de quelques pour cent.

Il est encore difficile de dire dans quelle mesure la guerre en Ukraine affectera les constructeurs de machines. Les dégâts sont probablement bien plus importants qu’on ne le pense actuellement. Non seulement en raison de l’incapacité d’approvisionner les entreprises agricoles en Ukraine, mais surtout en raison de l’absence de marché russe. Presque tous les constructeurs y ont gagné beaucoup d’argent depuis quinze à vingt ans. En raison de la politique du pays, des usines locales ont été créées, des sites d'assemblage ou des partenariats ont été conclus avec des acteurs locaux. Contrairement à Heineken et Shell, par exemple, les constructeurs de machines ne reculent pas encore, mais pour combien de temps ? La perte du marché russe – et donc aussi de celui des nations amies – est une grande perte pour les fabricants.

Les constructeurs optimistes
L'Européen baromètre des affaires L'organisation faîtière de la mécanisation, Cema, ne montrait aucun signe de difficulté fin mars. 150 constructeurs européens s'attendent à réaliser en moyenne 5 % de chiffre d'affaires en plus que l'année dernière (qui était déjà une année record). La situation en Ukraine entraîne effectivement une baisse des ventes, mais les fabricants pensent que d'autres régions du monde compensent cela. Les ventes en Russie, en Biélorussie et en Ukraine représentent au total 5 % du chiffre d'affaires de l'ensemble des fabricants européens. Relativement peu.

Enfin, la pénurie de pièces n'est toujours pas résolue. Parmi les entreprises interrogées, 70 % des fabricants de tracteurs et 80 % des fabricants de moissonneuses-batteuses s'attendent à devoir arrêter leur production ce mois-ci en raison d'une pénurie de pièces détachées. La hausse des prix constitue également un problème majeur pour le secteur.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception