Frans Blok / Shutterstock.com

Analyse Olie

Le manque de raffineries pousse les prix du diesel encore plus loin

3 Juin 2022 - Jurphaas Lugtenburg

La grande nouvelle sur le marché pétrolier cette semaine est l'embargo européen sur le pétrole russe. Les tensions ont monté cette semaine avant que les 27 États membres de l'UE ne parviennent enfin à un accord. La Russie s'est également occupée d'un autre front, lors de la réunion de l'OPEP+ qui s'est tenue hier (jeudi 2 juin).

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

La cotation du pétrole brut Brent n'a cessé d'augmenter depuis le 18 mai. Cette semaine, le prix du pétrole Brent a atteint son pic provisoire le mardi 31 mai à 122,84 dollars le baril. C'est le prix le plus élevé depuis le 8 mars. Dans la seconde moitié de la semaine, le prix a de nouveau légèrement baissé pour clôturer aujourd'hui (vendredi 3 juin) à 117,42 dollars le baril. C'est encore bien au-dessus des sommets du marché des deux derniers mois.

Le sommet du marché pétrolier de cette semaine était étroitement lié aux sanctions de l'UE sur l'approvisionnement en pétrole russe. Après des semaines de négociations, les États membres sont enfin parvenus à un accord. L'importation de pétrole brut de Russie par voie maritime sera complètement supprimée au cours des six prochains mois. Pour les distillats de pétrole, ce délai est de huit mois. Environ les deux tiers du pétrole russe arrivent dans l'UE via des navires. La Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque, qui dépendent pour une part importante de leur approvisionnement énergétique du pétrole russe, pourraient continuer à importer du pétrole via l'oléoduc Druzhba. L'Allemagne et la Pologne, qui fournissent également une partie du pétrole via cet oléoduc, se sont engagées à arrêter avant la fin de 2022. Cela signifie effectivement 90 % moins de flux de pétrole russe vers le marché européen.

Inefficace
Plusieurs analystes ont vivement critiqué la composition du paquet de sanctions européennes. Selon ces experts, il est relativement facile de trouver une autre destination pour le pétrole qui est fourni par les pétroliers. Le pétrole russe - et avec lui les revenus du Trésor public - ne disparaît pas du marché, mais est utilisé à d'autres fins. Une partie importante du pétrole russe qui était en fait destiné à l'UE était déjà expédiée, par exemple, vers la Chine et l'Inde, que ce soit à un tarif réduit ou non. Entre-temps, les négociants et les raffineurs en Europe doivent chercher d'autres fournisseurs. L'efficacité des sanctions est ainsi remise en cause. Si le boycott était réellement efficace, il faudrait qu'il y ait une pénurie sur le marché. Cela signifie un prix du pétrole plus élevé. Cet effet ne s'est pas produit jusqu'à présent. Le pétrole reste cher, mais le marché a montré une nette correction depuis l'entrée en vigueur des mesures européennes.

L'Opep réserve une petite surprise
Les analystes attendaient avec impatience la réunion de l'OPEP+ qui s'est tenue hier (jeudi 2 juin). Il y avait beaucoup de spéculations en amont. Selon certaines sources, le cartel envisageait d'accorder à la Russie une exemption des quotas de production. Cela donnerait au pays un statut comparable à celui du Venezuela, de l'Iran et de la Libye, également des pays qui ont du mal à entrer sur le marché mondial en raison des sanctions occidentales. Un autre facteur est que la Russie a augmenté sa production de pétrole ces derniers mois.

L'Opep+ n'a finalement rien révélé sur la Russie, mais le cartel a décidé d'augmenter encore la production de pétrole. En juillet et août, 648.000 432.000 barils de pétrole supplémentaires par jour seront pompés au lieu des XNUMX XNUMX barils initialement prévus. C'est plus que ce que de nombreux analystes ont pris en compte.

Problème de capacité
Contrairement au pétrole brut, la hausse du prix du diesel n'est pas encore terminée. Cette semaine, le prix du diesel est passé à 163,45 € les 100 litres. C'est le prix le plus élevé depuis début mai. Outre le prix élevé du pétrole, la capacité de traitement joue également un rôle, avertissent les experts. La capacité de raffinage a diminué de 2020 millions de barils par jour depuis 2, selon les données de l'AIE. Malgré les prix élevés du pétrole et du carburant, les compagnies pétrolières sont très réticentes à investir dans de (nouvelles) raffineries. Il s'agit d'un processus long et coûteux pour construire, agrandir ou rénover une installation. Cela ne se produira que si les investisseurs ont confiance dans le marché à long terme. Et cela fait actuellement défaut, en partie à cause des ambitions de verdissement de l'UE et des États-Unis, avertissent les experts. Cependant, il est trop facile de blâmer uniquement le gouvernement et la politique. Un autre facteur du climat des affaires est que les actionnaires aiment voir un retour rapide sur leurs investissements. Il est donc tentant pour l'industrie pétrolière de verser un dividende relativement important et d'acheter ses propres actions pour maintenir le niveau des prix au lieu de faire des investissements à long terme.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login