Shutterstock

Analyse Olie

Le pétrole grimpe à nouveau après le prix le plus bas depuis des mois

8 Juillet 2022 - Jurphaas Lugtenburg

Le prix du pétrole, comme la plupart des matières premières, a été durement touché cette semaine. Des perspectives économiques moins favorables voire une récession en sont la cause. Jusqu'à présent, les analystes ont principalement examiné le côté offre du marché pour la formation des prix. Il y a de plus en plus d'indications que le développement de la demande deviendra au moins aussi important dans un proche avenir.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le marché pétrolier a plongé cette semaine. Le lundi 4 juillet, les prix du pétrole brut Brent ont démarré la semaine en force avec un prix de clôture de 113,83 dollars le baril, soit plus de 2 dollars de plus que le prix d'avant le week-end. En raison des attentes économiques négatives, le prix a fortement chuté. Le mercredi 6 juillet, le prix a clôturé sous la barre des 100 dollars le baril pour la première fois depuis deux mois, à 99,64 dollars le baril. Au moment de la rédaction de cet article, le prix du pétrole Brent a de nouveau augmenté pour atteindre plus de 106 dollars le baril. Cela représente encore une perte de 6% cette semaine.

La baisse des prix du pétrole s’inscrit dans une tendance plus large des matières premières et des marchés boursiers cette semaine. Une politique monétaire plus stricte (augmentation des taux d’intérêt) dans un certain nombre de grandes économies, menée par la FED aux États-Unis, pourrait avoir un impact négatif sur la croissance économique. En période de récession, la demande de biens et de matières premières diminue. Avec la vague de ventes du début de cette semaine, les traders et les spéculateurs ont pris de l'avance. La question de savoir si ce sentiment est justifié est sujette à débat.

demande
Il existe en gros deux tendances sur le marché pétrolier. Les banques JP Morgan et Citigroup ont publié la semaine dernière des opinions opposées, représentant toutes deux une tendance du marché. Les analystes de JP Morgan ont principalement examiné l'offre et ont utilisé des modèles de calcul pour déterminer ce qui se passerait si la Russie modifiait sa capacité de production. Dans le scénario le plus extrême, les prix du pétrole pourraient atteindre 380 dollars le baril, selon JP Morgan. Cela se produirait si la Russie fermait complètement le robinet en réponse au plafonnement des prix du pétrole russe proposé par l’Occident. Avec une intervention légèrement moins drastique, pompant 3 millions de barils de moins par jour, le prix augmenterait quand même jusqu'à un record de 190 dollars le baril, selon la banque. Un autre scénario envisagé par les analystes est la possibilité que la Russie fournisse du pétrole à la Chine et à l’Inde en dehors des sanctions occidentales. Cela semble tentant aux yeux des Russes, mais cela signifierait également que la Russie ne peut plus influencer les prix de référence du pétrole Brent et du pétrole WTI sur le marché mondial.

Assortiment de produits
Citigroup a représenté l'autre tendance parmi les analystes du marché pétrolier la semaine dernière. Cela se concentre sur le côté de la demande. Le pétrole brut est devenu environ 50 % plus cher depuis la guerre en Ukraine. Cela est dû en partie à l’incertitude, mais aussi aux sanctions, aux problèmes logistiques, etc. Les prix élevés de l’énergie sont l’un des moteurs de l’inflation et freinent donc indirectement la croissance économique. Si cela se traduit par une récession, un prix du pétrole à 65 dollars le baril d'ici la fin de cette année est tout à fait possible selon les analystes de Citigroup. Le prix pourrait encore baisser jusqu'à 45 dollars le baril un an plus tard, bien que cette probabilité soit estimée à 10 %. Si la contraction économique reste limitée et qu’une récession ne se produit pas, la banque tiendra quand même compte d’une baisse du prix du pétrole. Selon les analystes de la banque, le pétrole brut Brent atteindrait alors 85 dollars le baril d'ici la fin de l'année.

De toute l’agitation qui règne sur le marché du pétrole brut, on ne remarque pas grand-chose sur celui du diesel. Même si le prix du diesel a accusé une baisse, nous sommes encore loin d’atteindre les niveaux d’avril, comme c’est le cas pour le pétrole brut. Le mardi 5 juillet, le prix du diesel a culminé à 164,23 € les 100 litres. Celui-ci est tombé à 7 € jeudi 153,53 juillet, soit le prix le plus bas depuis fin mai. Le prix est désormais passé à 159,66 € les 100 litres.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login