Linda van Eekeres

Interview André van Troost

« Avoir le sentiment que la politique voit une solution dans l'innovation »

3 Septembre 2022 - Wouter Job - Commentaires 9

"Ne divisez pas par deux, mais innovez". C'est le credo de Lely pour sortir de l'impasse de l'azote. Le constructeur de machines prêche peut-être pour sa propre paroisse, mais selon le PDG André van Troost, c'est la solution au problème de l'azote dans le secteur agricole. La Lely Sphere peut réduire de 70 % l'azote dans une exploitation laitière, mais un tel système coûte 170.000 XNUMX €. L'entreprise dépend donc de l'argent du gouvernement. "Sans subventions, lancer la Lely Sphere et d'autres méthodes de réduction est beaucoup plus difficile."

Réduire de moitié le cheptel ne semble pas être un problème, mais le cabinet ne s'intéresse pas non plus aux solutions innovantes. Quelle est selon vous la solution pour sortir de l'impasse de l'azote ?
"Par rapport à il y a un an, j'ai le sentiment que la politique ici se réchauffe de plus en plus vers des solutions innovantes. Mon verre est plus qu'à moitié plein. Je me base, entre autres, sur les conversations qui ont eu lieu avec le médiateur Johan Remkes. Par exemple, des alternatives pour la valeur de dépôt critique (kdw) sont à l'étude. L'échéance de 2030 semble également moins fixe. Bien que le ministre de l'azote Van der Wal insiste toujours sur la réduction, je pense que le cabinet voit plus de solutions que le simple rachat .                                                                                                                                                                                            » que la demande mondiale de produits laitiers augmente de 30% à 60% par an Si nous nettoyons le bétail aux Pays-Bas, la production de lait ailleurs augmentera D'un point de vue environnemental, nous nous réservons sur le s alors ne faites pas de profit."

Avec la Lely Sphere, vous proposez une solution pour réduire de 70 % la réduction d'azote dans une exploitation laitière. Cela sonne bien, mais le prix de 170.000 XNUMX € est élevé. Une subvention est-elle alors nécessaire ?
"Avec une subvention, l'achat de la Sphère est rendu plus facilement accessible pour un agriculteur. En permettant l'application des flux d'engrais, nous développons également un modèle de revenus pour les agriculteurs. En effet, ils peuvent alors économiser considérablement sur les engrais. , on parle de petites quantités que l'on va vendre.Avec les 96 Sphere du pilote que Lely a lancé comme objectif avec FrieslandCampina et Rabobank, nous n'allons pas résoudre le problème de l'azote. C'est un premier pas du secteur. Pour une réduction à grande échelle, on parle de milliers de nombres. Je tiens également à souligner que Hanskamp, ​​​​Vencomatic et JOZ ont également développé de bonnes solutions. Alors investissons les 25 milliards d'euros dans des solutions innovantes. A commencer par les entreprises proches des zones Natura 2000. Après tout, nous ne pouvons pas construire 16.000 10 Sphères en un an, mais nous le pouvons pendant les XNUMX prochaines années. Je veux donner cet engagement au cabinet."

Hanskamp, ​​​​JOZ et Vecomatic apportent également des solutions

André van Troost

Lely a fait un excellent travail avec le nouveau Campus à Maassluis. Les Pays-Bas resteront-ils le port d'attache lorsque le cheptel commencera à diminuer de manière significative ?
"Pour l'instant, oui. Nous avons investi 100 millions d'euros et nous sommes au bon endroit ici. Nous desservons les 50 pays où nous sommes actifs depuis les Pays-Bas. Je ne peux pas le garantir à long terme, mais cela me semble logique . Par ailleurs, nous réalisons moins de 10 % de notre chiffre d'affaires aux Pays-Bas. Mais en raison de toutes les vicissitudes qui se jouent actuellement, le marché néerlandais nécessite actuellement les trois quarts de notre temps. C'est parfois frustrant. On dit souvent que le les problèmes qui se posent actuellement aux Pays-Bas se poseront ailleurs dans quelques années. Je pense que c'est effectivement le cas avec l'azote, mais j'espère moins grave que ce n'est le cas ici.

La crise de l'azote n'est « qu'une » des nombreuses crises qui sévissent actuellement. Par exemple, dans quelle mesure la crise énergétique vous affecte-t-elle ?
«Nous constatons également la crise de l'énergie, tout comme d'autres entreprises. Cependant, nous ressentons plus fortement la pénurie de matières premières et de copeaux. Cela dure depuis au moins deux ans et demi. En conséquence, le chiffre d'affaires a stagné à environ 600 millions d'euros l'an dernier, alors qu'une croissance de 10 % était certainement possible. Notre carnet de commandes est sain, en partie grâce à l'augmentation du prix du lait. Mais malheureusement nous ne pouvons pas produire à pleine puissance. Le boycott russe dû à la guerre en Ukraine nous coûte également pas mal de chiffre d'affaires. Nous soutenons pleinement la décision de ne plus vendre de robots là-bas, mais c'est une perte commerciale."

Les enjeux du jour sont donc grands, mais en tant qu'inventeur d'innovations, Lely doit avoir un horizon lointain. À quoi ressemblera une ferme laitière néerlandaise dans environ 10 ans ?
"Je pense que l'automatisation aura été adoptée par 95 % des entreprises. Maintenant, ce n'est que 20 % à 30 % et dans le monde, nous ne parlons que de 2 %. Le potentiel du marché est donc énorme. La demande d'automatisation est également due au personnel. pénuries dans le secteur. La traçabilité devient également de plus en plus importante, peut-être même jusqu'à la vache. Je ne citerai pas les produits que nous développons, mais l'accent sera mis dans le secteur sur des thèmes tels que la réduction du méthane, la santé des sols, la biodiversité et la gestion de l'énergie. .autour du licence de production pour protéger l'élevage laitier.

Enfin, vous étiez joueur de cricket professionnel en Angleterre avant de commencer votre carrière chez Lely. Quelles leçons en avez-vous tirées ? 
"En Angleterre, le cricket est un grand sport avec beaucoup d'attention médiatique. On dit souvent que les entretiens avec les athlètes sont ennuyeux, mais c'est pour une raison. Après une victoire, il faut faire attention à l'euphorie, tout comme quand on perd vous n'entrez pas dans le sac et la cendre. En tant qu'athlète, vous apprenez à mettre les choses en perspective. L'élevage laitier fait également la une des journaux presque quotidiennement, donc ce n'est pas nouveau pour moi. En tant que PDG de Lely, je reçois des e-mails d'agriculteurs qui nient le problème de l'azote, ainsi que des militants écologistes qui nous accusent de tout et n'importe quoi. J'essaie de ne pas aborder les développements avec trop d'émotion, mais stable suivre. En tant que Lely, nous avons une vision à laquelle nous croyons. Vous ne devriez pas laisser cela vous distraire trop."

Vous êtes également une entreprise agroalimentaire qui apporte à l'agriculteur un avantage financier démontrable avec un produit ingénieux, un service innovant ou un procédé de production pionnier ? Pour plus d'informations, rendez-vous sur Boerenbusiness.nl/Récompense.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 9
Abonné
bombe à retardement 3 Septembre 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness[/url]
Si tel était le cas, je pense qu'avec une solution, nous pouvons y arriver.
Mais si les banques ne font plus rien, et que l'argent n'est pas dans le tiroir ???
Les acheteurs/fournisseurs peuvent-ils aider ?
J'espère de tout mon cœur que ce sera peut-être la solution, pour qu'il n'y ait pas d'écart.
Abonné
anna 3 Septembre 2022
Cher André van Troost, l'innovation n'est pas une solution ! L'innovation est une augmentation directe du prix de revient pour l'agriculteur avec une énorme dépendance vis-à-vis de nos collaborateurs qui entrent sur le terrain (Lely). Peut-être la plus grande frustration de la basse-cour : nous ne pouvons pas répercuter directement les hausses de prix de revient de nos produits. La dépendance reste avec ça !
Abonné
erik 3 Septembre 2022
ana a écrit:
Cher André van Troost, l'innovation n'est pas une solution ! L'innovation est une augmentation directe du prix de revient pour l'agriculteur avec une énorme dépendance vis-à-vis de nos collaborateurs qui entrent sur le terrain (Lely). Peut-être la plus grande frustration de la basse-cour : nous ne pouvons pas répercuter directement les hausses de prix de revient de nos produits. La dépendance reste avec ça !
bien formulé, de toutes les économies d'échelle et innovations, presque tous les avantages restent plus loin sur la route
cordonniers 4 Septembre 2022
Il faut seulement que l'agenda caché, qui mène, à travers lequel nous devons tous souffrir, que Rutte ne soit pas encore vrai, qui a voté pour ça ......
Abonné
Zélande 5 Septembre 2022
Attendons maintenant de voir quelles perspectives Remkes met sur papier. Il est certain que Lely peut apporter et apportera une contribution importante. Mais il y a plus d'innovations qui offrent une perspective. La gestion nutritionnelle est très importante, surtout si elle est liée à l'élevage laitier basé sur la terre et lorsqu'un lien avec l'agriculture arable est possible. En outre, la fermentation et l'apport d'énergie. Ensuite l'élevage extensif dans les zones de transition à faible densité de peuplement et, par exemple, l'élevage ovin. Mais aussi extensif dans l'élevage et la combinaison avec de nouvelles industries. Il y a de la lumière à l'horizon avec des tons pastel !
Abonné
Marjube 6 Septembre 2022
L'industrie en profite, pas l'agriculteur, pas le sol, pas la nature. Le début est faux, commencez d'abord par la façon dont l'agriculteur obtient un revenu assuré ; tâche pour le gouvernement, pas pour le marché. Prenez soin des conditions préalables avant de commencer la mise en œuvre.
Compostez la fraction solide
et appliquer comme fumier solide sur la terre au printemps, bon pour la vie du sol. L'urine peut être utilisée comme dose d'azote, ce qui peut être réalisé avec une technologie simple. Vous n'avez pas à gagner ce que vous ne dépensez pas. Si l'achat d'azote devient trop cher, les agriculteurs sèmeront automatiquement du trèfle, sans avoir à payer une redevance supplémentaire qui doit être contrôlée tous les 3 mois par une lessive ; argent gaspillé, investissez-le dans l'agriculteur, agrandissez et récompensez les agriculteurs pour la plantation d'arbres le long des bords de leurs prairies et compensez la perte de rendement. Enfin, récompensez également le lait sain, qui contient les bonnes graisses ; oméga 3 et 6 obtenus à partir de graines de lin, et suffisamment de minéraux et de vitamines. Là réside une tâche pour les laiteries, faire la différence entre le lait de consommation et le lait pour l'extraction des matières premières qui sont ajoutées à toutes sortes de produits.
Là, les agriculteurs peuvent se distinguer par moins de vaches avec moins de coûts mais un prix plus élevé pour leur produit plus sain et les agriculteurs qui optent pour l'élevage industriel et moins ou au contraire pour des aliments bon marché et une production précipitée.
Le gouvernement devrait s'engager avec ce genre d'idées pour donner aux agriculteurs une perspective afin qu'ils puissent choisir le modèle qui convient le mieux à leur personne et à leur entreprise avec la garantie d'un bon revenu.
Evitons le moins possible que les fermes ne deviennent de petites usines chimiques, la nature fonctionne toujours comme il y a 100 ans ou plus.
Abonné
Zélande 6 Septembre 2022
Attendons maintenant de voir quelles perspectives Remkes met sur papier. Il est certain que Lely peut apporter et apportera une contribution importante. Mais il y a plus d'innovations qui offrent une perspective. La gestion nutritionnelle est très importante, surtout si elle est liée à l'élevage laitier basé sur la terre et lorsqu'un lien avec l'agriculture arable est possible. En outre, la fermentation et l'apport d'énergie. Ensuite l'élevage extensif dans les zones de transition à faible densité de peuplement et, par exemple, l'élevage ovin. Mais aussi extensif dans l'élevage et la combinaison avec de nouvelles industries. Il y a de la lumière à l'horizon avec des tons pastel !
Abonné
bombe à retardement 6 Septembre 2022
Marjoub a écrit:
L'industrie en profite, pas l'agriculteur, pas le sol, pas la nature. Le début est faux, commencez d'abord par la façon dont l'agriculteur obtient un revenu assuré ; tâche pour le gouvernement, pas pour le marché. Prenez soin des conditions préalables avant de commencer la mise en œuvre.
Compostez la fraction solide
et appliquer comme fumier solide sur la terre au printemps, bon pour la vie du sol. L'urine peut être utilisée comme dose d'azote, ce qui peut être réalisé avec une technologie simple. Vous n'avez pas à gagner ce que vous ne dépensez pas. Si l'achat d'azote devient trop cher, les agriculteurs sèmeront automatiquement du trèfle, sans avoir à payer une redevance supplémentaire qui doit être contrôlée tous les 3 mois par une lessive ; argent gaspillé, investissez-le dans l'agriculteur, agrandissez et récompensez les agriculteurs pour la plantation d'arbres le long des bords de leurs prairies et compensez la perte de rendement. Enfin, récompensez également le lait sain, qui contient les bonnes graisses ; oméga 3 et 6 obtenus à partir de graines de lin, et suffisamment de minéraux et de vitamines. Là réside une tâche pour les laiteries, faire la différence entre le lait de consommation et le lait pour l'extraction des matières premières qui sont ajoutées à toutes sortes de produits.
Là, les agriculteurs peuvent se distinguer par moins de vaches avec moins de coûts mais un prix plus élevé pour leur produit plus sain et les agriculteurs qui optent pour l'élevage industriel et moins ou au contraire pour des aliments bon marché et une production précipitée.
Le gouvernement devrait s'engager avec ce genre d'idées pour donner aux agriculteurs une perspective afin qu'ils puissent choisir le modèle qui convient le mieux à leur personne et à leur entreprise avec la garantie d'un bon revenu.
Evitons le moins possible que les fermes ne deviennent de petites usines chimiques, la nature fonctionne toujours comme il y a 100 ans ou plus.
Ce n'est pas aussi simple. Vous parlez de subventions pour les arbres, etc. Il FAUT tolérer les oies imposées et les faire financer. Chassez au moins 3 fois par semaine et vous recevrez une compensation, ce que 12 pense suffisant.
Votre proposition de planter des arbres ? Non, vous n'avez rien à dire à ce sujet, et avant que vous ne le sachiez, les verts l'ont transformé en une digue fleurie, etc. Restez maître de votre jardin.
Abonné
Zélande 6 Septembre 2022
Attendons maintenant de voir quelles perspectives Remkes met sur papier. Il est certain que Lely peut apporter et apportera une contribution importante. Mais il y a plus d'innovations qui offrent une perspective. La gestion nutritionnelle est très importante, surtout si elle est liée à l'élevage laitier basé sur la terre et lorsqu'un lien avec l'agriculture arable est possible. En outre, la fermentation et l'apport d'énergie. Ensuite l'élevage extensif dans les zones de transition à faible densité de peuplement et, par exemple, l'élevage ovin. Mais aussi extensif dans l'élevage et la combinaison avec de nouvelles industries. Il y a de la lumière à l'horizon avec des tons pastel !
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Fond Humeur azotée

Wojciechowski : "Merci pour les protestations des agriculteurs"

Fond Humeur azotée

Les détecteurs PAS peuvent voler depuis Rutte 3 et 4

Fond Humeur azotée

Succès Adema avec un triste avantage en élevage

Fond fumier

La dérogation a pris fin sous la pression de Timmermans

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login