Shutterstock

Nouveautés GLB

Inscription au CAP facilitée, paiement plus tard

3 Octobre 2022

Avec beaucoup de retard, le ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire est parvenu à un accord avec la Commission européenne sur le plan stratégique national. Sa formation a duré près d'un an. Il n'y a pas de changements majeurs. La ministre de l'Agriculture par intérim, Carola Schouten, informe la Chambre qu'elle sera plus flexible s'il s'avère que les entrepreneurs ne peuvent pas remplir les conditions parce que, par exemple, ils ont déjà semé une récolte.

Le plan stratégique national qui a été présenté à la Chambre des représentants par le ministre Schouten aujourd'hui, 3 octobre, compte au total 639 pages. Le plan porte sur la mise en œuvre de la nouvelle politique agricole commune (PAC) pour la période 2023 à 2027. Le plan a été respecté par les parties concernées pendant près d'un an et fortement négocié à Bruxelles. Cela a causé une grande incertitude pendant longtemps. Surtout parce que les changements ont un impact majeur sur les exploitations agricoles aux Pays-Bas. Les partisans ont donc demandé que 2023 soit désignée comme une année de transition. Le ministère de LNV n'est pas d'accord avec cela, mais il promet un assouplissement le cas échéant.

Les pourparlers entre les Pays-Bas et la Commission européenne se sont conclus le 30 septembre. Une approbation formelle par la Commission européenne est attendue dans six à huit semaines. Dans un Lettre au Parlement Le ministre Schouten fournit déjà des informations sur les changements les plus importants du NSP.

Date d'inscription assouplie
L'introduction de la nouvelle PAC au 1er janvier est une entreprise majeure. Aussi par exemple pour RVO, à cause des nouvelles bandes tampons. Le service pense qu'il faudra attendre février pour adapter l'ICT à cela. L'inscription au paiement de base et à l'éco-régime sera prolongée une fois du 1er mars au 15 mai inclus via le décompte combiné. Le délai d'inscription à l'Aménagement Agricole de la Nature et du Paysage (ANLb) sera également rallongé. Cela dépend des inscriptions à l'éco-régime. Aucune décision n'a encore été prise à ce sujet par les provinces et les collectivités. Un nouvel outil de simulation qui aide les entrepreneurs à évaluer leur situation au sein de la nouvelle PAC – actuellement insuffisamment efficace – est en cours de préparation. Ceci s'applique également au module d'application. Ces modules ne sont pas attendus avant début février 2023. Parce que les agriculteurs ne peuvent pas attendre aussi longtemps, une tentative est faite pour fournir plus d'informations via le site Web du RVO dès que possible.

Paiement aussi plus tard
Étant donné que les dates d'enregistrement sont reculées, cela signifie que certains des paiements de la PAC sont également effectués plus tard. RVO ne peut vérifier les demandes que plus tard, ce qui signifie que le délai de paiement de 95 % en décembre n'est pas garanti.

GAEC 7 (rotation obligatoire des cultures) et GAEC 8 (laissant 4 % de terres arables non productives) seront reportés en 2023 en raison de la guerre en Ukraine. Cette dérogation ne s'applique pas aux éco-régimes et ANLb. À cette fin, un ajustement ponctuel sera apporté aux exigences afin que les agriculteurs puissent participer au cours de l'année à venir et acquérir de l'expérience avec les régimes. Les entreprises qui ont déjà établi leur plan de construction peuvent toujours participer de cette façon. 2023 est considérée comme une année d'apprentissage pour le revenu de base ainsi que pour l'éco-régime et l'ANLb. Au cours de l'année de transition, le gouvernement surveillera ce qui s'est bien passé et ce qui ne s'est pas passé. Les sanctions sont plus souples. Schouten compte sur les entrepreneurs pour cela.

Transfert de fonds
La nouvelle PAC est beaucoup plus axée sur la préservation et la restauration de la nature, de l'environnement et de la biodiversité et beaucoup moins sur le soutien direct aux agriculteurs. C'est pourquoi les fonds de la PAC sont progressivement transférés du premier pilier (aide au revenu) vers le deuxième pilier. Ce pourcentage passera à 30 % en 2027. Des milliards seront débloqués de divers fonds au cours des cinq prochaines années pour réaliser cette transition.

La plupart du temps a été consacré à la discussion des « Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales (GAEC) ». À cette fin, la CE applique la législation européenne de base à laquelle chaque État membre peut apporter ses propres modifications mineures. Les Pays-Bas ont choisi, dans la mesure du possible, d'aligner les exigences sur la 7e Programme d'action Directive sur les nitrates. L'un des sujets brûlants des GAEC est la construction de bandes tampons le long des cours d'eau. Les Pays-Bas choisissent d'appliquer une exigence qui dépasse le minimum légal. Elle est de cinq mètres le long des cours d'eau vulnérables et de trois mètres pour les autres fossés (au lieu des deux mètres requis). Il existe des exceptions pour les parcelles étroites. Une bande tampon d'un mètre s'applique le long des fossés secs. Ces conditions sont équivalentes aux 7e Programme d'actions.

Plus de couvre-sol
Les exigences en matière de couverture minimale du sol ont également été renforcées. Pour les sols argileux lourds, 80% des terres arables doivent être couvertes entre le 1er août et le 1er novembre. Cela peut se faire en semant un engrais vert ou une autre culture ou en laissant des résidus de culture sur le terrain. Dans la rotation obligatoire des cultures, une exception est faite aux plans de culture céréalière dans l'Oldambt. En contrepartie, ces entreprises doivent appliquer la diversification des cultures, comme c'est déjà en vigueur dans la PAC actuelle. Pour les autres terres arables, la règle selon laquelle une nouvelle culture doit être cultivée chaque année a été assouplie. Au moins un tiers du plan de culture doit faire l'objet d'une rotation annuelle (avec une culture différente cultivée tous les quatre ans). Cette rotation s'applique également aux exploitations disposant de plus des trois quarts de prairies.

Les exploitations biologiques sont exemptées de la règle de rotation, même si cela ne posera probablement guère de problèmes dans la pratique, compte tenu des vastes plans de construction des exploitations biologiques. Les entreprises biologiques se voient automatiquement attribuer le statut « or ». La CE appelle cela « vert par définition ». Le NSP exprime l'ambition d'avoir au moins 2027% de la surface agricole en bio d'ici 6. C'est presque le double du plan précédent. À l'heure actuelle, ce pourcentage est de 4 %. Pour rendre le changement plus attrayant, ces entreprises se verront déjà attribuer le statut CAP or le plus élevé pendant la période de transition.

Montant unique pour jeune agriculteur
Dans le cadre de la PAC actuelle, les jeunes agriculteurs ont reçu un paiement supplémentaire en plus de la PAC standard. Cette recharge ne sera pas renouvelée. Si la période de cinq ans n'est pas encore terminée, elle continuera d'exister. Ce paiement supplémentaire sera remplacé par une aide à l'installation pour les jeunes entrepreneurs. Cela équivaut à un montant unique de 25.000 XNUMX €, pour lequel ils doivent avoir le contrôle de l'entreprise et élaborer un plan de développement durable.

Il existe également de nombreux changements relativement modestes apportés au NSP. Par exemple, les cultures à fibres telles que le lin et le chanvre sont incluses dans un éco-régime et davantage d'argent est mis à disposition pour le bien-être des animaux. 5% du budget y est consacré. Un projet pilote devrait déterminer si une éco-réglementation liée aux animaux améliore le bien-être des animaux.

Travailler avec la nouvelle PAC ne facilite pas la tâche des agriculteurs. Par exemple, des travaux sont en cours sur une carte paysagère incluant des éléments paysagers bordant des parcelles agricoles. Les agriculteurs peuvent en faire usage dans le cadre de l'éco-régime ou ils peuvent être inclus dans le paiement de base. Il faut beaucoup de temps pour travailler avec cette carte. Dans la lettre au parlement, Schouten parle de 14 heures de travail supplémentaires pour une entreprise moyenne, qui peuvent aller jusqu'à 27 heures pour de nombreuses parcelles.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
boerenbusiness. Nl

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre et des céréales. Il présente la mise à jour du marché de la pomme de terre chaque semaine.

En savoir plus sur

Politique agricole commune
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Opinie Jurphaas Lugtenburg

Nous ne pouvons pas le rendre plus amusant, mais plus difficile

Nouveautés La betterave à sucre

Le nouveau GLB freine le commerce des LLB

Nouveautés GLB

Les Pays-Bas doivent répartir plus équitablement l'argent du plafond

Nouveautés Agriculture de l'UE

Une production agricole moindre mais suffisante dans l'UE

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception