HAK

Interview Timo Hoogeboom (HAK)

"Un changement radical pour 15% de bio est nécessaire"

28 janvier 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 66

HAK, le plus grand fabricant de légumes des Pays-Bas, veut rendre biologique toute la gamme cultivée dans notre pays pour le marché néerlandais d'ici cinq ans. La bascule est déjà en cours. En 2027, les consommateurs du supermarché n'auront plus le choix : ceux qui achètent des conserves de légumes ou de légumineuses chez HAK choisissent automatiquement le bio. Foodbusiness a parlé à Timo Hoogeboom, PDG de HAK, de ce plan ambitieux.

La culture de HAK est déjà en route vers PlanetProof. Le PDG Timo Hoogeboom considère le passage au bio comme une prochaine étape nécessaire. "Les coûts réels d'utilisation des engrais et des produits phytosanitaires sont répercutés sur les générations futures."

Hoogeboom voit une tâche importante pour les producteurs et les détaillants dans le changement, mais appelle également le gouvernement à prendre des mesures. "Pour que les Pays-Bas atteignent l'ambition de 15 % de la surface agricole biologique en 2030, nous devons opérer des changements radicaux." Bref : selon le PDG, "il doit y avoir de l'action dans le taxi sous cet angle".

Vous commencez déjà à changer et en 2027, la culture néerlandaise des cultures pour HAK doit être biologique. Cela vous donne une longueur d'avance sur le marché. Quelle est votre motivation ?
« Nous voyons la nécessité de passer à l'étape suivante. Le sol néerlandais a été surchargé au cours des soixante dernières années et à l'avenir, nous voulons également pouvoir faire pousser des cultures suffisantes et résistantes aux Pays-Bas. La part des terres agricoles biologiques aux Pays-Bas n'est que de 4 %.En tant que plus grand fabricant de légumes et de légumineuses, nous pensons qu'il est de notre devoir de lancer le débat.Il y a cinq ans, nous sommes passés de la culture régulière à En route vers PlanetProof, avec des exigences pour, entre autres, la qualité du sol, la biodiversité, la gestion de l'eau et la consommation d'énergie. Depuis l'année dernière, toutes les cultures locales ont été converties à cela. Il s'agit en fait d'une étape de suivi. Le label de qualité biologique Skal est également internationalement certifié et nous pouvons également porter ce certificat en Allemagne et en Belgique."

Comment le changement fonctionnera-t-il, les producteurs actuels devront-ils changer ou chercherez-vous de nouveaux producteurs ?
"C'est un processus de cinq ans. Nous ferons d'abord les betteraves cette année. Ensuite, nous choisirons un certain nombre de cultures qui seront cultivées en bio dans les années à venir. Nous voulons convertir les producteurs actuels de PlanetProof. Il y aura certainement aussi les producteurs qui ne le souhaitent pas, car cela concerne une petite partie de leur rendement et ils ne veulent pas nécessairement cultiver en bio.Avec d'éventuels nouveaux producteurs, vous devriez penser aux producteurs qui cultivent autre chose aujourd'hui et qui veulent changer et aussi aux producteurs biologiques qui en cherchent plus Nous cultivons maintenant dans un rayon de 125 kilomètres (depuis Giessen, Brabant septentrional, ndlr.) Nous pourrions assouplir un peu plus cette distance à long terme, car Groningue et la Frise offrent également de bonnes opportunités pour la culture biologique locale. . Compte tenu du problème de l'azote, nous nous attendons à ce que le nombre d'agriculteurs à la recherche de nouvelles méthodes agricoles augmente. Le bio est attrayant en raison des subventions de conversion. Il est important que ces agriculteurs aient également la certitude de ventes pour les années à venir, c'est pourquoi nous voulons travailler avec des accords à long terme de cinq ans ou plus."

Environ 85% des légumes et des légumineuses provenant du sol néerlandais sont convertis en votre vision. D'où viennent les 15 % restants et y a-t-il une ambition organique pour cela ?
« Ce sont des cultures qui ne peuvent pas être cultivées climatologiquement aux Pays-Bas. Les haricots blancs et les haricots blancs à la sauce tomate sont un produit important, ils ont besoin d'un climat continental. Nous ne nous sommes pas engagés à convertir les 15 % restants pour le moment, nous commencer à proximité car nous connaissons bien les producteurs ici et pouvons les guider. Cependant, nous sommes de plus en plus préoccupés par ce que nous pouvons cultiver aux Pays-Bas : les haricots rouges et l'edamame, de jeunes graines de soja, semblent également intéressants.

Le marché domestique compte 100 millions de consommateurs, principalement en Europe du Nord-Ouest. L'ambition biologique vise-t-elle aussi d'autres pays ?
« Nous avons maintenant exprimé l'ambition de ce que nous cultivons aux Pays-Bas pour le marché néerlandais, mais nous prévoyons également une croissance organique sur nos marchés nationaux que sont l'Allemagne et la Belgique. Grâce à la transparence de la chaîne, vous pouvez correctement séparer d'où vient ce qui vient.

Les producteurs qui changent peuvent également recevoir une subvention du Plan d'action pour l'agriculture biologique, mais HAK paiera également des récompenses supplémentaires aux producteurs qui font la transition vers le biologique. Avec l'inflation élevée, les consommateurs choisissent plus souvent le prix. Les légumes et les légumineuses deviennent-ils également plus chers ?
"En tant que HAK, nous ne déterminons pas le prix à la consommation, c'est le détaillant qui le fait. Il est impossible de dire quoi que ce soit à ce sujet maintenant. Il y a tellement de facteurs en jeu, tels que l'énergie et la géopolitique. Ce que je peux dire, c'est : lorsque vous ne Si vous voulez garder le bio abordable pour un large public, alors le plan de HAK et celui du gouvernement n'aboutiront pas. Car il faut qu'il soit accessible à tous. De plus, vous pouvez regarder le côté prix de deux manières. Vous Je peux aussi dire : le bas n'a pas le droit d'être aussi bon marché plus longtemps. Aux Pays-Bas, tout est exprimé en prix. Je pense que nous devrions considérer le prix beaucoup plus à la lumière des coûts sociaux réels. Les générations futures paieront ce prix. "

HAK a un propriétaire russe depuis juin 2021, qui a transféré l'entreprise du groupe KDV à Flexway, plus international, il y a quelques mois. Est-il derrière la nouvelle stratégie ?
"Chez HAK, nous avons une gestion totalement autonome et une autonomie complète sur la stratégie, mais l'actionnaire est d'accord. Il y a eu une synergie lors de la reprise par KDV, mais en raison de la situation géopolitique en Ukraine qui n'était plus applicable. Avec Flexway, une voie a été trouvé pour garantir la stabilité. Il comprend également des entreprises d'Amérique, de Croatie et de Dubaï.

La demande est toujours en retard par rapport à l'offre de produits biologiques, de sorte que les produits biologiques sont parfois même vendus comme conventionnels. Que faut-il faire pour stimuler la demande ?
« Le bio est désormais trop exclusif. La demande doit vraiment être stimulée ; il faut mieux expliquer au consommateur pourquoi le bio est meilleur. Et en tant que fournisseurs (détaillants et fabricants), nous devons décider si nous devons utiliser des cultures non durables. Les coûts réels d'utilisation des engrais et des produits phytosanitaires sont ainsi répercutés sur les générations futures. J'y vois une tâche importante pour les producteurs et pour les supermarchés, comme un Plus qui ne propose que des produits laitiers bio avec sa marque de distributeur. Mais des groupes d'intérêt tels que Greenpeace ont également un rôle à jouer. Le 'plofkip' a disparu en partie à cause de Wakker Dier. Maintenant, vous ne voyez qu'au moins 1 étoile Better Life.

Que peut faire le gouvernement pour stimuler le bio ?
« Il nous a fallu trente ans pour atteindre 4 % de surfaces bio et un peu plus de bio en supermarché. Pour que les Pays-Bas atteignent l'ambition de 15 % bio en 2030, il faut changer radicalement. Il y a pas mal de mesures mais cela nécessite des politiciens courageux. C'est la loi de la folie : s'attendre à des résultats différents tout en faisant la même chose.

"Le gouvernement peut proposer des dispositions transitoires intéressantes pour les agriculteurs. Vous pourriez fixer le taux de TVA, qui est actuellement de 9 %, à 0 %. À terme, des taxes plus élevées peuvent également être prélevées sur la protection des cultures et les engrais, de sorte que ceux qui les utilisent doivent l'inclure dans le prix de revient. Mais je pense aussi qu'il faut arriver à ce que les supermarchés n'aient tout simplement plus à proposer d'alternative au bio. Si vous regardez le Danemark et l'Autriche, des catégories entières ne sont proposées qu'en bio.."

Lorsque vous avez présenté le plan la semaine dernière (16 janvier) lors de la semaine Bioknowledge, vous avez instamment appelé les autres producteurs alimentaires, les producteurs, les supermarchés et le gouvernement à participer à l'augmentation de la production et de la consommation biologiques. Avez-vous déjà reçu des réponses ?
"Beaucoup. C'est spécial. Les producteurs se sont inscrits et nous recevons des réponses de personnes de la culture biologique qui souhaitent aider, ainsi que de producteurs biologiques à la retraite qui souhaitent partager leurs connaissances. Nous avons reçu des réponses de divers horizons, y compris du gouvernement. Mais il faut faire quelque chose sous cet angle action dans le taxi viens. Maintenant, toutes les tables discutent d'un accord agricole. Mais quelque chose doit aussi se produire au lieu de parler, parler, parler ; sinon les choses ne s'amélioreront pas radicalement."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 66
Abonné
Gijsbertus 28 janvier 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10902678/radical-change-for-15-organic-is-necessary]''Un changement radical pour 15% de bio est nécessaire'[/url]
si vous voulez aller chercher de l'or, très bien.
mais alors vous n'avez pas à faire chier le produit conventionnel honnête.
comme il est maintenant écrit par mr hak, une manière criminelle de faire pousser des plantes est courante. et greenpeace nous dira comment nous devons le faire.
Je pense boycotter ce talon. laissez ces gars de greenpeace travailler pour vous, ou ces gars ne peuvent rien faire de leurs mains.
Abonné
grenouille 28 janvier 2023
Je suis allé au supermarché hier, les produits Hak coûtent déjà 40% de plus que la marque maison, cela ne fera qu'augmenter avec leurs plans, heureusement, les consommateurs quittent déjà les produits Hak.
Abonné
Lion 28 janvier 2023
Faites-le vous-même
Ils en savent beaucoup, n'est-ce pas ?
Ils savent exactement comment le faire, donc c'est pratique.
L'usine HAK appartient actuellement à un Russe.
Je comprends donc qu'ils ont l'habitude de le faire de cette façon.
Dites simplement comment vous le voulez
Abonné
grenouille 28 janvier 2023
Le garçon d'honneur de Hak n'aura probablement pas le temps de répondre aujourd'hui, il doit être occupé à bloquer l'A12 avec ses amis !
Abonné
ajetoo 28 janvier 2023

Botor sur la tête, les producteurs s'en sont tirés avec un pourboire et au supermarché, les légumes de la côtelette coûtent déjà deux fois plus cher que ceux de la MDD.
Les agriculteurs biologiques pourront bientôt cultiver à des prix réguliers, oh attendez, c'est déjà le cas car il n'y a pas de demande pour plusieurs légumes biologiques.

Ce sera bien de herser et de ramper pour cueillir les mauvaises herbes dans la carotte.
heureusement, il y a beaucoup de nouveaux compatriotes qui aimeraient le faire.
Abonné
euro 28 janvier 2023
cultivé des années avant d'être haché, mais si vous voulez profiler votre entreprise de cette manière, il y a maintenant un bocal à hacher dans l'armoire à provisions pour la dernière fois.
quelle arrogance de le ranger comme ça, sympa et en route pour la planète
n'hésitez pas à agir normalement. J'en ai fini avec l'enregistrement de tous les morceaux de papier.
maintenant, la banque fera un autre contrôle pour voir si vous êtes correctement enregistré, l'encre du contrôle précédent n'a même pas encore séché.
Abonné
vérité 28 janvier 2023
boycotter une telle entreprise russe ! ils sont ainsi anéantis par leur succès, l'usine ne tourne plus... et le consommateur est déjà assez serré et va pour le commun en ce temps de crise !
Abonné
jk 28 janvier 2023
eh bien, avec cette stratégie, le talon sera l'une de ces marques disparues du passé dans quelques années. Cela offre des opportunités à d'autres dans le secteur des conserves. Peut-être le bon moment pour commencer la transformation avec un groupe de producteurs. Les lignes locales et courtes deviennent de plus en plus importantes pour les consommateurs
Abonné
jan 28 janvier 2023
nous n'achetons plus de talon
Abonné
Hakie 28 janvier 2023
Vous devez avoir les salutations de Hak, c'est tout.
Abonné
sefO 28 janvier 2023
Le système communiste bien connu, "imposer votre volonté d'en haut"
Les anciens pays communistes aspirent à la liberté et nous, aux Pays-Bas, l'introduisons.
Les consommateurs pensent que parce que le gouvernement montre des traits communistes depuis un certain temps et que maintenant l'industrie commence à montrer de tels traits, un argument est certainement qu'il n'a pas été démontré pour le moment que le bio est meilleur que d'habitude
Abonné
Conservateur 28 janvier 2023
dernière étape avant que le bouchon ne s'éteigne talon ! se résout ainsi.
Abonné
poker 28 janvier 2023
où vous hachez, les copeaux tombent.

ne nous appelez plus, cet entretien va accélérer la transition talon cheville. aucun agriculteur régulier ne veut cultiver pour sa prochaine saison.

dernières salutations du talon
Abonné
Roy 28 janvier 2023
La fierté vient avant une chute. Le bio n'est pas mieux. Obtenez-le rapidement de l'étranger Hak. Vous devenez beaucoup trop cher avec une qualité moindre
Abonné
jean d. 28 janvier 2023
populisme et polarisation, c'est-à-dire t
Abonné
Louis-Pascal de Geer 28 janvier 2023
Eh bien, nous ne semblons rien apprendre des vraies entreprises bio, de leurs protocoles de production et de vente et pourquoi et comment elles desservent une clientèle quasi permanente. Il y a une myopie qui suppose que vous pouvez cultiver certaines cultures "de manière biologique" et pas d'autres sur la même ferme. Comment pouvez-vous déclarer seulement une partie d'une entreprise biologique et le reste non et c'est l'une des raisons pour lesquelles l'ensemble du processus de certification biologique est si vulnérable. J'ose dire que l'entreprise dans son ensemble doit travailler de manière organique pour être certifiée en tant que telle. La dépendance complète actuelle des producteurs et des consommateurs vis-à-vis des détaillants (supermarchés) est essentiellement très malsaine tant pour le producteur que pour le consommateur.
Les deux devraient pouvoir bénéficier d'une alimentation plus abondante et de meilleure qualité, et je pense que cela signifie que toute la chaîne alimentaire doit être remaniée. Des conseils scientifiques sont indispensables dans ce domaine !
Abonné
raisin 28 janvier 2023
louise, je lis maintenant, plus et mieux manger.
est-ce votre expérience avec les produits bio ?

c'est pas plus que ça si on passe au bio et mieux c'est aussi très discutable à mon avis
Abonné
Louis-Pascal de Geer 28 janvier 2023
Je ne m'appelle ni raisin ni louise, mais je suppose que vous avez fait une erreur de frappe. En ce qui concerne la nourriture plus et meilleure, oui je veux dire, sachant qu'il y a d'énormes idées fausses sur la façon dont vous pouvez en effet produire plus et de meilleure nourriture de manière biologique.
Hypark 28 janvier 2023
Quel égoïste, il n'a jamais parlé à un viticulteur lui-même, et ils achètent des conserves par l'intermédiaire de tiers dont ils ne parlent pas à un viticulteur. Essayer de ne demander que des prix élevés au détail afin de gagner plus d'argent vous-même, c'est en soi un objectif noble en tant qu'entrepreneur, s'il vous plaît, n'ajoutez pas de conneries organiques.
Les ventes de la planète preuve sont déjà 15% inférieures aux prévisions !!
Abonné
Tenner 28 janvier 2023
Je donne à Hak encore 5 ans. Alors c'est passé. Quel énorme non-sens qui est biologiquement plus sain que d'habitude
Producteur 28 janvier 2023
Afin de respecter la norme bio en 2027, la transition devra se faire en 2024 ou 2025 pour les terres agricoles. Il faudra encore fouiller 1/3 de la zone. Cultures risquées pour de faibles marges, je ne peux pas imaginer que les producteurs conventionnels actuels acceptent cela
Abonné
Jupe 28 janvier 2023
C'est bien qu'ils veuillent ça. Ils ne font que le regarder.
commerçant aussi 28 janvier 2023
Les Belges factureront les choses, comme avec l'industrie des frites
Abonné
Henk 28 janvier 2023
Boycottez ce Hak.
Histoire sans valeur.
le cultivateur qui veut encore cultiver pour ça en 2023 n'a pas de couilles !!
Abonné
Henk. 29 janvier 2023
Encore une fois ; Si le monde entier veut passer au bio, nous avons besoin de 45 à 50 % de terres agricoles en plus, et environ 10 à 20 % de la population mondiale mourra !
Abonné
grenouille 29 janvier 2023
les conserveries sont ces fabricants qui, si la carotte vaut zéro centime, bourrent chaque boîte de produit bon marché sans même demander un seul certificat ?
Abonné
Loi 29 janvier 2023
commun de manière responsable. Cela a du sens.
Monsieur Hak le dit lui-même, le bio est encore trop cher en ce moment. Ils vont changer cela en pressant le producteur biologique.
Abonné
vert jaune 29 janvier 2023
Laissons le marché faire son travail.
Peut-être qu'ils viennent avec des prix contractuels si élevés qu'il sera rentable pour nous de biner à la main.
Abonné
Biographie + 29 janvier 2023
Eh bien, pourquoi ce sujet suscite-t-il autant d'émotion chez les commentateurs de BB ? On pourrait presque penser qu'il s'agit de peur. Peur des (minimum) 85% pour les (maximum) 15%.
Il peut geler ou dégeler 29 janvier 2023
bio+ a écrit :
Eh bien, pourquoi ce sujet suscite-t-il autant d'émotion chez les commentateurs de BB ? On pourrait presque penser qu'il s'agit de peur. Peur des (minimum) 85% pour les (maximum) 15%.
L'histoire racontée par les populistes n'est pas vraie, vous avez déjà affaire à la génération d'énergie au moyen de moulins à vent et de panneaux solaires, c'est une impasse mais personne n'ose débrancher la prise alors que cela aurait dû être fait il y a longtemps.
Abonné
gerard 29 janvier 2023
la sécurité alimentaire deviendra un grand atout
Ruud Hendriks 29 janvier 2023
Mon Dieu, quelle tempête d'indignation. "Geignardement commun" et termes associés. Je me demande où cela est lu. "Le sol néerlandais est surchargé depuis soixante ans et à l'avenir, nous voulons également pouvoir faire pousser des cultures suffisantes et résistantes aux Pays-Bas" est la seule chose que j'ai lue qui pourrait être interprétée de cette manière.
Le bio est en passe d'atteindre 15 %. C'est 85% non bio. Qu'est-ce qui préoccupe tout le monde ? Laissez ceux qui aiment le faire et faites votre propre truc. Ensuite, nous verrons par nous-mêmes ce que sera l'avenir.
Je le vois de manière positive pour le développement, comme la prochaine phase du processus de changement. Ignorez d'abord, puis ridiculisez, puis combattez, et enfin si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les.
Abonné
rana 29 janvier 2023
ruud hendriks a écrit :
Mon Dieu, quelle tempête d'indignation. "Geignardement commun" et termes associés. Je me demande où cela est lu. "Le sol néerlandais est surchargé depuis soixante ans et à l'avenir, nous voulons également pouvoir faire pousser des cultures suffisantes et résistantes aux Pays-Bas" est la seule chose que j'ai lue qui pourrait être interprétée de cette manière.
Le bio est en passe d'atteindre 15 %. C'est 85% non bio. Qu'est-ce qui préoccupe tout le monde ? Laissez ceux qui aiment le faire et faites votre propre truc. Ensuite, nous verrons par nous-mêmes ce que sera l'avenir.
Je le vois de manière positive pour le développement, comme la prochaine phase du processus de changement. Ignorez d'abord, puis ridiculisez, puis combattez, et enfin si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les.
Rejoins-les? Vous voulez dire l'Afrique avec la faim ?
Abonné
Jurrian 29 janvier 2023
La culture est un fait que les consommateurs néerlandais ne sont pas du tout intéressés par le bio, affirment deux Ruud Hendriks. Donc, ici, la coercition est exercée pour changer, alors que le marché ne le demande pas. C'est le problème et il n'y a pas de solution. Ici aux Pays-Bas, la petite partie verte appelle à changer les choses, mais le Néerlandais normal s'en fiche complètement et continue de consommer, de conduire et de voler sans compter, sous l'impulsion du gouvernement. Alors pourquoi devons-nous changer sous la contrainte, alors que les Pays-Bas eux-mêmes ne le font pas ?????
Abonné
CM 29 janvier 2023
Tout ce qui est bio, mais aussi le monde entier et puis le bâillement de la faim. Le Sri Lanka est votre exemple que ça ne marche pas. Les gens ici dans le monde occidental s'égarent complètement. Mais si vous voulez une pauvreté et une famine généralisées, vous pouvez l'obtenir de moi.
Abonné
ikke 29 janvier 2023
Jurriaan mettra cela dans les journaux et rejoindra un talk-show de gauche s'il vous plaît, cela ne sera jamais dans les médias.
ruud hendriks quoi ? 29 janvier 2023
même si tu ne sais pas...
le sol néerlandais surchargé au cours des 60 dernières années ??
juste une leçon d'histoire le sol n'est nulle part aussi bon qu'ici dans notre pays.
les agriculteurs sont les meilleurs au monde, tous les plus performants qui se foutent constamment de la merde à leur sujet, vous ne seriez que honoré d'avoir un profond et profond respect pour ces meilleurs entrepreneurs.

aux Pays-Bas, chaque citoyen pense savoir comment l'agriculteur devrait ou pourrait faire mieux.
que chacun se regarde bien.
tous les problèmes majeurs de ce pays sont posés sur papier.
problème de fumier ? n'a jamais été là quand une culture a besoin de 35/40 tonnes d'engrais par ha pour une croissance optimale, mais selon la législation sur les engrais, seulement 18/20 tonnes par ha sont autorisées.
et tu dépasses de 500 kg la limite de ce 18/20 tu es un grand criminel
pendant que vous fertilisez et entretenez correctement le sol.

si vous rendez la norme si stricte qu'elle n'est jamais réalisable et impossible, vous avez une crise partout
azote/énergie/engrais/etc etc
tous ces smarties qui ont inventé cela pensent toujours qu'ils peuvent faire quelque chose, c'est le plus triste de tous. même histoire avec Meneer Hendriks bio ne fonctionnera pas trop cher/les gens recherchent toujours le moins cher, et oh le retour pour le producteur coûte beaucoup aussi haut rendement pauvre. voir l'exemple les entreprises avec l'agriculture verticale font complètement faillite t en raison des forêts à haute énergie / alimentaires les gens n'en voient rien retour au nombre d'années le pot de subvention a été volé et le jugement final a échoué !!!!!!!!!!!!!
le monde et les gens qui se croient éduqués ont promu et mis en place ces idées voir résultat triste aujourd'hui.
laisser l'agriculteur faire sa propre agriculture et lui donner de l'espace et plus de contrôle afin que nous ayons à nouveau des aliments de qualité à un prix abordable pour les 100 prochaines années penser plus loin pour l'avenir, mais laisser l'agriculteur dessiner son propre plan
Abonné
Crélis 29 janvier 2023
Vous lisez ici encore un écart énorme entre notre petit groupe (grâce à la loterie du code postal sale riche) amis écolos à grande gueule, les fermiers normaux et le citoyen extravagant. BBB et Caroline ont une grande tâche devant eux après la victoire électorale de mars.
Abonné
idées 29 janvier 2023
Quel remue-ménage pour rien, laissez ce Hak peiner et allez faire pousser du blé d'été
Abonné
Zélande 29 janvier 2023
Les Russes ont un prix sur eux, ils le montrent dans le Super. Hak est le jour du hakbojl
Salaire élevé, récompense élevée 29 janvier 2023
bio+ a écrit :
Eh bien, pourquoi ce sujet suscite-t-il autant d'émotion chez les commentateurs de BB ? On pourrait presque penser qu'il s'agit de peur. Peur des (minimum) 85% pour les (maximum) 15%.
Parce que je ne veux pas retourner au Moyen Âge, que je ne veux pas retourner à l'alimentation, qui est bio, poison total pour la société, je veux être bon et correct, et surtout ne pas avoir affaire à ce gâchis organique, c'est du poison total, il n'y a rien de pire que ce gâchis.
Abonné
Biographie + 29 janvier 2023
Eh bien, pourquoi ce sujet suscite-t-il autant d'émotion chez les commentateurs de BB ? On pourrait presque penser qu'il s'agit de peur. Peur des (minimum) 85% pour les (maximum) 15%.
Abonné
Bio- 29 janvier 2023
Toute la filière bio se fait chouchouter et chouchouter. Juste une partie de l'agenda 2030, la pauvreté alimentaire et dépendante des subventions de l'État.
Maintenant, en plus des subventions d'achat, les réductions d'intérêt des subventions de plafond maximum à pousser.
De nombreux agriculteurs réguliers préfèrent garder leur propre pantalon et veulent produire une alimentation responsable pour tout le monde.
Abonné
Zélande 29 janvier 2023
85% de BIO est bon mais 85% de 85% conventionnel est meilleur et abordable et aucune banque alimentaire n'est nécessaire
Fermier Flevo 30 janvier 2023
Je pense qu'il y a pas mal de frustrations chez certains agriculteurs... man man man.
Abonné
corbeau 30 janvier 2023
Je ne pense pas que ces frustrations soient nécessaires, je souhaite bonne chance à Hak avec cette stratégie, j'espère qu'ils paieront un bon prix aux agriculteurs biologiques. et pour l'agriculteur conventionnel, d'innombrables ressources disparaîtront dans les années à venir, ce sera donc également difficile.
Riche russe 30 janvier 2023
Ce qui me frappe le plus dans ce genre de nouvelles, c'est la pression sur la situation actuelle de l'agriculture néerlandaise. Nous pouvons certainement en être fiers.

Cependant, si quelqu'un propose un plan progressiste et ambitieux pour changer et développer l'agriculture (biologique ou non), il sera déclaré fou.

Je pense que nous devons la situation actuelle de l'agriculture à l'ambition, au progrès et au changement. Et ne vous emballez certainement pas et continuez à faire ce que nous avons toujours fait.
Abonné
assez grossier 30 janvier 2023
Les temps changent et nous, en tant que secteur, devrons suivre le rythme.
Cela n'est possible que si le consommateur indique que la demande et tout forçage par qui que ce soit ou quoi que ce soit échoueront tôt ou tard.
On voit déjà que le consommateur allemand renonce aussi à cause du prix et/ou du pouvoir d'achat.
Le temps nous le dira.
Abonné
Henk 30 janvier 2023
Pas de frustration ici. C'est juste dommage que quelqu'un d'en haut exprime des ambitions, alors que nous, en tant qu'agriculteurs en culture biologique, avons des risques de culture beaucoup plus importants. Je ne vois pas HAK compenser ces risques, ils ne l'ont jamais fait. Donc, en fin de compte, le risque financier incombe à l'agriculteur si vous souhaitez y participer et non à HAK. C'est là que le bât blesse.
Abonné
Hub riche 30 janvier 2023
Henk, "Donc, en fin de compte, le risque financier incombe également à l'agriculteur si vous souhaitez participer à cela." Tout le monde prend un risque en faisant un choix. L'agriculteur, mais aussi l'acheteur. Le fait est que vous prenez toujours un risque, même si vous ne faites pas un certain choix.
Abonné
grenouille 30 janvier 2023
Il y a certainement des frustrations ici, à savoir de rejeter l'agriculture ordinaire comme des pollueurs criminels de l'environnement qui épuisent apparemment leur sol à un point tel que rien ne poussera du tout dans dix ans. Je peux dire par expérience que ces mensonges ne sont pas vrais et que l'agriculture régulière prend également bien soin de leurs terres.
Abonné
Zélande 30 janvier 2023
C'est comme ça la grenouille. Laissez-les croasser. Je suis fier de l'agriculture conventionnelle. Je ne cultiverais pas de betteraves rouges pour les Russes, alors HAK, d'abord les fusils à l'écurie et ensuite tu pourras venir parler. Action intelligente par HAK, vendue 2 fois soi-disant au millimètre la ligne russe, mais elle est toujours là. Conserves pour le devant !!!! Payé avec des roubles de gaz et de pétrole !!!!
Hub riche 30 janvier 2023
Chère Grenouille. Presque tout le monde dans l'agriculture pensera que les citoyens devraient en parler de manière nuancée. La conclusion logique serait alors que ce serait aussi l'inverse. Mais lorsqu'il s'agit d'hommes politiques, de fonctionnaires, de médias, etc., les jurons ne suffisent pas. Tous des idiots et des connards.
A propos du bio on commente : "c'est du poison total, il n'y a pas pire que ces ordures." Est-ce que ça évoque chez moi de la frustration ? Eh bien, juste de l'étonnement. "
Vous dites également : "Il y a certainement des frustrations ici, notamment à propos du fait de rejeter l'agriculture ordinaire comme des pollueurs criminels de l'environnement." Je ne pense pas qu'il y ait une profession qui prenne la critique aussi personnellement. Les agriculteurs s'identifient à leur métier. Est-ce un choix logique ? Les agriculteurs sont beaucoup plus aimés qu'ils ne le pensent. Une émission « Politicien (fonctionnaire, journaliste, commerçant) cherche femme » durerait-elle 15 ans ? Probablement pas. Oui, il y a des critiques sur les méthodes de production agricole. Mais ce que les consommateurs ne font pas, c'est arrêter de manger en signe de protestation. Il y a des changements, cependant. Du conventionnel au bio ou retour. De la production animale au végétal ou inversement.
Abonné
grenouille 30 janvier 2023
Huib Rijk a écrit :
Chère Grenouille. Presque tout le monde dans l'agriculture pensera que les citoyens devraient en parler de manière nuancée. La conclusion logique serait alors que ce serait aussi l'inverse. Mais lorsqu'il s'agit d'hommes politiques, de fonctionnaires, de médias, etc., les jurons ne suffisent pas. Tous des idiots et des connards.
A propos du bio on commente : "c'est du poison total, il n'y a pas pire que ces ordures." Est-ce que ça évoque chez moi de la frustration ? Eh bien, juste de l'étonnement. "
Vous dites également : "Il y a certainement des frustrations ici, notamment à propos du fait de rejeter l'agriculture ordinaire comme des pollueurs criminels de l'environnement." Je ne pense pas qu'il y ait une profession qui prenne la critique aussi personnellement. Les agriculteurs s'identifient à leur métier. Est-ce un choix logique ? Les agriculteurs sont beaucoup plus aimés qu'ils ne le pensent. Une émission « Politicien (fonctionnaire, journaliste, commerçant) cherche femme » durerait-elle 15 ans ? Probablement pas. Oui, il y a des critiques sur les méthodes de production agricole. Mais ce que les consommateurs ne font pas, c'est arrêter de manger en signe de protestation. Il y a des changements, cependant. Du conventionnel au bio ou retour. De la production animale au végétal ou inversement.
cher huib, je ne pense pas jurer et je n'ai pas signalé que le bio est un poison, donc je ne pense pas que vos commentaires me conviennent.
Hub riche 30 janvier 2023
Grenouille : "Cher huib, je ne pense pas jurer et je n'ai pas signalé que le bio est un poison, donc je ne pense pas que vos commentaires soient appropriés pour moi." Je comprends. Pourtant, je veux aller un peu plus loin. Vous avez parlé de "dénoncer l'agriculture traditionnelle comme des pollueurs criminels de l'environnement". Je ne vois cela nulle part dans les mots du PDG de HAK. Ce que je vois souvent se produire est ceci : par exemple, on critique que le soja vient d'Amérique du Sud. La réponse est alors : Ok, donc nous sommes des criminels environnementaux ?!? Alors qu'une autre réaction est également possible. À mon avis, il y a beaucoup de problèmes avec le système alimentaire mondial. Que l'approvisionnement en phosphate deviendra très serré dans environ 100 ans. Celui du poids total des vertébrés est d'environ 10 % d'animaux sauvages, 30 % d'humains et 60 % de bovins. Quelque chose comme 70% du grain est l'alimentation animale. Que les produits arables sont souvent destinés à l'exportation, alors que la question n'est pas de savoir si nous devons nourrir le monde. Je pense qu'il vaut mieux que nous cultivions plus largement et que l'utilisation d'engrais dans les pays pauvres augmente. (étrange pensée d'un agriculteur biologique?) La tragédie, à mon avis, est que le système alimentaire mondial que nous, en tant qu'humanité, avons développé implique de nombreuses personnes, mais que personne n'est en fait à blâmer. Même en tant qu'agriculteur biologique, je me sens partie prenante de ce système. Nous sommes tous liés.

Abonné
Peter 31 janvier 2023
L'agriculteur entreprenant continuera d'exister, il a toujours existé en produisant ce que le marché demande, il a toujours fait cela et c'est ainsi qu'il est resté en vie. La part Bio se développera également sur le marché de la même manière.
Abonné
grenouille 31 janvier 2023
Huib Rijk a écrit :
Grenouille : "Cher huib, je ne pense pas jurer et je n'ai pas signalé que le bio est un poison, donc je ne pense pas que vos commentaires soient appropriés pour moi." Je comprends. Pourtant, je veux aller un peu plus loin. Vous avez parlé de "dénoncer l'agriculture traditionnelle comme des pollueurs criminels de l'environnement". Je ne vois cela nulle part dans les mots du PDG de HAK. Ce que je vois souvent se produire est ceci : par exemple, on critique que le soja vient d'Amérique du Sud. La réponse est alors : Ok, donc nous sommes des criminels environnementaux ?!? Alors qu'une autre réaction est également possible. À mon avis, il y a beaucoup de problèmes avec le système alimentaire mondial. Que l'approvisionnement en phosphate deviendra très serré dans environ 100 ans. Celui du poids total des vertébrés est d'environ 10 % d'animaux sauvages, 30 % d'humains et 60 % de bovins. Quelque chose comme 70% du grain est l'alimentation animale. Que les produits arables sont souvent destinés à l'exportation, alors que la question n'est pas de savoir si nous devons nourrir le monde. Je pense qu'il vaut mieux que nous cultivions plus largement et que l'utilisation d'engrais dans les pays pauvres augmente. (étrange pensée d'un agriculteur biologique?) La tragédie, à mon avis, est que le système alimentaire mondial que nous, en tant qu'humanité, avons développé implique de nombreuses personnes, mais que personne n'est en fait à blâmer. Même en tant qu'agriculteur biologique, je me sens partie prenante de ce système. Nous sommes tous liés.

Je peux vivre avec cette réaction, même si je ne suis pas d'accord qu'il soit écrit que le sol néerlandais est surchargé comme l'écrit le PDG, et certainement pas que le bio soit la solution. Je sais par expérience que sur les parcelles bio la structure est parfois très mauvaise.
Abonné
grenouille 31 janvier 2023
Et en plus, cher Huib, je suis peut-être un peu frustré ha ha ha ce qu'on appelle frustré mais j'ai aussi le sourire aux lèvres à l'idée que ce printemps je reverrai des dizaines de travailleurs (esclaves) d'Europe de l'Est en imperméables jaunes marcher péniblement à travers les champs de pois bio pour enlever la morelle noire, bonne chance avec votre nouveau client et ps enfilez vous-même un tel imperméable et aidez ces héros de vos champs (misérable).
Abonné
Branche pauvre d'Arie. 31 janvier 2023
Grenouille, aussi un peu escroc.
Abonné
grenouille 31 janvier 2023
Branche pauvre d'Arie. a écrit:
Grenouille, aussi un peu escroc.
Arie, vous ne voulez pas savoir à quel point je m'amuse et me détend sur ce forum.
Abonné
Hub riche 31 janvier 2023
Merci beaucoup Frog pour les deux réponses. Parce que supposons que je veuille confirmer ma déclaration selon laquelle de nombreux agriculteurs ne veulent pas être jugés unilatéralement, mais le font eux-mêmes et que la frustration en est une raison importante. Alors vos contributions sont parfaites. Vous présumez sans plus tarder que le travail avec nous est inférieur - un travail d'esclave - et que je ne voudrai pas le faire moi-même. Nous employons principalement des Néerlandais. Par exemple, pendant le corona, des gens de l'industrie hôtelière, de la construction de décors, puis des étudiants de toutes sortes d'études, des gens qui ne veulent pas un travail de bureau, mais un travail qui a un but. Presque une exception est la réaction (à ma grande surprise) : quel beau travail vous avez. Ce que nous faisons : désherber avec la houe ou avec un lit de désherbage (couché), arracher les mauvaises herbes avec des sacs, récolter le chou, préparer le chou dans le hangar. ce qui le rend agréable, c'est que la plupart des travaux agricoles sont thérapeutiques. vous êtes occupé sans avoir à beaucoup réfléchir. Beaucoup de temps pour des conversations amusantes. La mesure standard est qu'avant la récolte de toutes les cultures, je veux que les mauvaises herbes importantes - morelle, jambe rouge, meldes, dactyle - soient retirées de la parcelle avec le sac. C'est tellement important pour moi que je veux y être moi-même. Traiter avec des gens de l'extérieur de l'agriculture est parfait. Bon contre le cynisme.
Abonné
Branche pauvre d'Arie. 31 janvier 2023
Grenouille, que penses-tu de moi.
Abonné
grenouille 31 janvier 2023
Huib Rijk a écrit :
Merci beaucoup Frog pour les deux réponses. Parce que supposons que je veuille confirmer ma déclaration selon laquelle de nombreux agriculteurs ne veulent pas être jugés unilatéralement, mais le font eux-mêmes et que la frustration en est une raison importante. Alors vos contributions sont parfaites. Vous présumez sans plus tarder que le travail avec nous est inférieur - un travail d'esclave - et que je ne voudrai pas le faire moi-même. Nous employons principalement des Néerlandais. Par exemple, pendant le corona, des gens de l'industrie hôtelière, de la construction de décors, puis des étudiants de toutes sortes d'études, des gens qui ne veulent pas un travail de bureau, mais un travail qui a un but. Presque une exception est la réaction (à ma grande surprise) : quel beau travail vous avez. Ce que nous faisons : désherber avec la houe ou avec un lit de désherbage (couché), arracher les mauvaises herbes avec des sacs, récolter le chou, préparer le chou dans le hangar. ce qui le rend agréable, c'est que la plupart des travaux agricoles sont thérapeutiques. vous êtes occupé sans avoir à beaucoup réfléchir. Beaucoup de temps pour des conversations amusantes. La mesure standard est qu'avant la récolte de toutes les cultures, je veux que les mauvaises herbes importantes - morelle, jambe rouge, meldes, dactyle - soient retirées de la parcelle avec le sac. C'est tellement important pour moi que je veux y être moi-même. Traiter avec des gens de l'extérieur de l'agriculture est parfait. Bon contre le cynisme.
Continuez comme ça vous êtes au top
Abonné
CM 31 janvier 2023
Quand je lis ces messages de Huib, je suis de plus en plus sûr que je ne commencerai pas. Est plus sur la ligne de grenouille.
Abonné
Rédaction Boerenbusiness 31 janvier 2023
Les éditeurs de Boerenbusiness est fortement favorable à une bonne discussion de fond sur des sujets spécifiques. Cela n'inclut pas l'expression de condescendance à l'égard de l'opinion ou de la vision des autres. Ce n'est pas inclus dans les termes et conditions du forum, mais il est tentant de l'inclure. En fait, cela arrivera. Veuillez entrer dans un débat respectueux ici, en vous concentrant sur le contenu, pas sur la personne. Merci.
Hypark 31 janvier 2023
Chacun devrait faire ce qu'il aime et trouver de la satisfaction, c'est clair. Mais si l'inflation et la population mondiale continuent d'augmenter, nous avons actuellement suffisamment de superficie pour l'agriculture biologique. Le marché fera son travail et non le gouvernement. Après tout, tout tourne autour de la flûte et du sou.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login