Albert Heijn

Fond Humeur d'azote

Albert Heijn jette un bel os à Adema

11 mars 2023 -Klaas van der Horst - Commentaires 13

La retraite libère. Du devoir d'aller travailler tous les jours, mais aussi des inhibitions qui empêchent de parler librement, par exemple. Elle joue dans tous les métiers : politique, business et aussi scientifique. Sachant cela, il n'est pas surprenant que Louise Fresco, ancienne présidente de Wageningen UR, ait rejoint le radiodiffuseur belge a soudainement commencé à parler du problème de l'azote hollandais et belge comme d'un sujet politique. Dans notre rubrique hebdomadaire Nitrogen Mood, nous donnons un aperçu de la crise de l'azote à notre manière.

Selon elle, les règles européennes de protection de la nature ne disent rien du tout sur l'azote. Il s'agit de la nécessité de maintenir la nature en bon état dans un sens plus large. Par exemple, Fresco n'avait pas parlé ces dernières années lorsqu'elle était encore patronne du WUR et a vu quels rapports écrivaient "ses" chercheurs.  

Changement d'accent
Les réactions prévisibles ont suivi, mais si vous y prêtez une attention particulière, vous verrez qu'un changement d'orientation est en cours dans les documents de politique gouvernementale et aussi dans le monde juridique. Même une grande partie de la Chambre des représentants, dont trois des quatre partis de la coalition, bascule et doute de plus en plus de la manière dont tout est suspendu à l'azote et à l'instrument de mesure officiel Aerius pour protéger la nature (et éloigner les agriculteurs).

Ceci est montré, entre autres un mouvement adopté cette semaine à la majorité des deux tiers à la Chambre des représentants. Il se pourrait également que ce dernier soit dû à la fièvre des États provinciaux, car une motion n'est pas obligatoire et est un geste. Pourtant quelque chose bouge.

Discussion de plus en plus vicieuse
Pendant ce temps, les partisans de la politique de ce gouvernement sur l'azote creusent de plus en plus profondément. Les attaques contre les prétendus vainqueurs des élections provinciales et sénatoriales deviennent également de plus en plus vicieuses, notamment sur les réseaux sociaux. Apparemment, certains croient que la terre peut être sauvée en se déchaînant contre les agriculteurs traditionnels et ceux qui les soutiennent.

Bio surstimulé et sous-vendu
Heureusement, les agriculteurs biologiques des Pays-Bas s'en sortent encore raisonnablement bien. Pourtant, vous ne seriez qu'un éleveur laitier bio en France, incité par une promotion gouvernementale à abandonner le mode de travail habituel. Ce groupe se sent actuellement doublement désavantagé, car en raison de la surstimulation et de l'éloignement des consommateurs, leur produit doit désormais être commercialisé comme du lait normal et au prix du jour, bref, la recette la plus rapide pour l'arrêter. Quelque chose de similaire se produit dans le «pays guide» de la Suède. Vive le "Green Deal". Fresco avait également une note critique à critiquer à ce sujet. C'est une preuve de plus que les idées ou les modèles imaginés au bureau ne correspondent pas toujours à la réalité.

La pression d'un accord agricole
À l'approche des élections provinciales, il n'y a toujours pas d'entente générale sur l'agriculture. Cette semaine, nous en avons discuté davantage. Il n'y a toujours pas d'accord. Les avis divergent quant à savoir si cela en arrivera là. Il y aura sans aucun doute beaucoup de pression de la part des politiciens pour réaliser quelque chose. Même s'il ne s'agit que d'une sorte d'accord-cadre, d'une signature. Jusqu'à présent, les consultations sur l'accord agricole présentent de nombreuses similitudes avec les processus antérieurs dirigés par Johan Remkes. Pas sur tous les points, mais l'idée que vous pouvez présenter quelque chose de beau avec de nombreuses parties, quel que soit l'historique de développement. Il est de coutume que tout rentre dans le tiroir après, car le point a été fait. Après tout, qui en politique se soucie du dernier rapport Remkes ?

« Mieux pour » proposé
Bien qu'il n'y ait peut-être pas beaucoup de mouvement aux tables de conférence, Albert Heijn a jeté un bel os au ministre Adema. Si d'autres supermarchés commencent également à utiliser le programme "Better for" de la société Zaanse, comme proposé, un modèle de revenus durable et largement soutenu pour l'agriculture pourra être présenté. Il n'est pas facile de se rendre compte d'une telle chose.
Ce n'est pas pour rien que la bouillie chaude d'un bon modèle de revenus a été ignorée pendant des années. Les politiciens sont souvent trop éloignés de la réalité du marché et se débattent avec les limites des aides d'État. Les financiers comme Rabobank ont ​​des idées, peuvent stimuler les développements et varier légèrement avec les taux d'intérêt, mais ne peuvent pas faire le marché. Ce sont les entrepreneurs qui doivent le faire.

Simple et efficace
Le programme « Better for » a une réputation irréprochable, offre des gains de durabilité mesurables et satisfait les participants avec le prix supplémentaire qu'ils reçoivent. Il est également simple à utiliser et fait ce qu'il dit qu'il fera. Cela lui confère de nombreux avantages par rapport aux autres programmes de développement durable, qui souffrent d'une complexité et d'une imprévisibilité excessives. Il est compréhensible que les partis et chaînes concurrents soient moins enthousiastes, ils ratent le premier pas.

Respirer doit reconstituer
Pour l'Adema, la proposition est très alléchante. Avec l'aide du secteur de la vente au détail, il peut promouvoir une plus grande concentration sur des chaînes telles que 'Beter voor'. S'il s'occupe également d'un certain nombre de questions supplémentaires dans le domaine des permis et de la sécurité juridique, de nombreuses parties peuvent s'exprimer en faveur d'une direction comme indiqué et il est préférable de signer quelque chose pour cela. Cela nécessite que de nombreux détails sensibles soient évités et donc principalement gérés dans les grandes lignes.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 13
Abonné
prudemment positif 11 mars 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10903266/albert-heijn-werpt-adema-mooie-kluif-toe]Albert Heijn jette un bel os à Adema[/url]
Mieux pour.... Modèle de revenus....
Lorsqu'elle a été présentée il y a deux ans par les hommes de l'AH, ils ont montré ce qu'elle coûte et ce qu'elle rapporte.
Il s'est avéré que les frais étaient tout simplement rentables.
Je demande donc à un tel chiffre, puis-je aussi en tirer quelque chose? Je viens d'avoir un appartement sans retour.
Et puis AH fait partie des moins mauvaises soirées....
Il s'agit d'injecter de l'argent dans les autorités d'inspection, d'échantillonnage, etc.
Abonné
prudemment positif 11 mars 2023
Mieux pour.... Modèle de revenus....
Lorsqu'elle a été présentée il y a deux ans par les hommes de l'AH, ils ont montré ce qu'elle coûte et ce qu'elle rapporte.
Il s'est avéré que les frais étaient tout simplement rentables.
Je demande donc à un tel chiffre, puis-je aussi en tirer quelque chose? Je viens d'avoir un appartement sans retour.
Et puis AH fait partie des moins mauvaises soirées....
Il s'agit de pomper de l'argent vers les autorités d'inspection, l'échantillonnage, etc. Et cela nous demande beaucoup d'efforts et d'engagement, ils montrent la durabilité
Abonné
anna 11 mars 2023
Le gros problème c'est qu'AH est cotée en bourse, les actionnaires crient tous les jours : on veut plus de profit ! Et pour faire du profit, il y a une marge sur chaque produit. Pour rendre certains produits intéressants pour le consommateur, il y aura plus de marge sur l'un que sur l'autre. Chaque produit a individuellement un producteur. Au fil du temps, cette entreprise remarquera si la demande augmente ou diminue. Lors de l'achat, une négociation commencera avec le magasin concerné (négociation du prix). Aux Pays-Bas, nous n'avons qu'une poignée de "gros grutters" qui sont les patrons de ce monde. Si un producteur peut tirer un profit des pourparlers de négociation, il devra faire plus de marge sur un autre produit. En d'autres termes, l'AH peut maintenant dire qu'ils ont un beau concept, dans un moment ce concept sera à nouveau sous pression car alors le PROFIT doit simplement être réalisé !
Abonné
Louis-Pascal de Geer 11 mars 2023
Cher Klaas van der Horst,
Je pense que c'est l'un des meilleurs articles que je connaisse de vous et donc félicitations!
En effet, la retraite peut être très libératrice quand on fait l'effort d'être honnête avec soi-même, et non seulement de reconnaître mais surtout d'exprimer des changements d'orientation et de pensée.
Qu'est-ce qui est meilleur pour qui me semble être une question très centrale, et ce n'est qu'une fois les réponses connues que vous pourrez commencer à parler d'un "modèle de revenus". Le fait que la société cotée AH de Beter présente la bague est positif car ils voient ce qui se passe. Le profit est un résultat et, à mon avis, ne devrait jamais être une fin en soi.
Du bon et du meilleur pour nous tous, c'est vers quoi je pense que nous devrions nous diriger !
Abonné
CM 11 mars 2023
Ne laissez pas un supermarché vous jeter de la poudre aux yeux, il ne fait que polir son blason sur le dos de ses fournisseurs. Toutes ces marques de qualité sont pour la scène et causent beaucoup d'administration inutile. Ridicule que les gens se laissent mettre devant leur charrette, juste non à tout ça
Kees 12 mars 2023
abolissons tous les signes de qualité tels que planet proof et autres. Tous ces coûts ne servent à rien car nos produits sont tous contrôlés par l'usine pour la qualité et c'est tout. Ce sont tous des moyens d'augmentation des coûts, qui profitent à tous types d'autorités à l'exception du producteur.
Abonné
frans 12 mars 2023
Hey Kees, planet test rapporte 5 centimes de plus au fermier !!
Abonné
Gerben 12 mars 2023
Les agriculteurs peuvent se contenter de la scientifique Louise Fresco, directrice depuis des années, mais qui n'a mené aucune recherche de haut niveau. Elle souffle avec le vent de ses sponsors. Elle dit aussi des faits non scientifiquement fondés à la télévision, donc en fait un non-sens. Elle s'entend bien avec l'ancien ministre Veerman. Qui est devenu très riche avec les subventions de l'UE et est toujours à la recherche de nouvelles missions royalement payées. En fin de compte, l'agriculteur est mal loti avec des «médecins» défaillants et des blessures puantes.
Abonné
prudemment positif 14 mars 2023
Ou Frans rapporte juste les 5 centimes de moins qu'il ne le devrait ?
Les pommes de terre de table ne sont plus cotées sans pp, alors où est votre avantage de prix
vrai producteur 15 mars 2023
people people pp n'est qu'une machine à sous.
coûts pour le producteur Skye hy et zéro recettes
s'inquiéter et stresser toute l'année en tant que cultivateur si ingérable et impossible...
tout sur le dos de l'agriculteur, dont Retail est fier !!
cela coûte environ 8 à 10 centimes en temps/conseils/assistance supplémentaire/travail sur papier, etc.
et puis juste un autocollant en retour.....
dans quel secteur voyez-vous encore cela. le producteur devrait pouvoir y envoyer une facture de 100 euros par heure par heure travaillée pour les frais de certificat pp pour l'acheteur s'il vous plaît ou non.
alors je connais déjà la réponse, puis soudain plus aucun client ne s'intéresse au PP
maintenant seulement parce que l'agriculteur a fidèlement obéi pour nop / gratuit quel triste monde que la vente au détail ...........
Abonné
dans la clandestinité 15 mars 2023
real grower a écrit :
people people pp n'est qu'une machine à sous.
coûts pour le producteur Skye hy et zéro recettes
s'inquiéter et stresser toute l'année en tant que cultivateur si ingérable et impossible...
tout sur le dos de l'agriculteur, dont Retail est fier !!
cela coûte environ 8 à 10 centimes en temps/conseils/assistance supplémentaire/travail sur papier, etc.
et puis juste un autocollant en retour.....
dans quel secteur voyez-vous encore cela. le producteur devrait pouvoir y envoyer une facture de 100 euros par heure par heure travaillée pour les frais de certificat pp pour l'acheteur s'il vous plaît ou non.
alors je connais déjà la réponse, puis soudain plus aucun client ne s'intéresse au PP
maintenant seulement parce que l'agriculteur a fidèlement obéi pour nop / gratuit quel triste monde que la vente au détail ...........
Ensuite, couvrez-le.
Une perte de temps
Abonné
gerard 15 mars 2023
le détaillant n'a qu'un seul intérêt et c'est son propre intérêt sur un pot de beurre de cacahuète il y a très peu de marge, mais sur nos produits il y en a un multiple
Abonné
Gerben 21 mars 2023
Il suffit de regarder les prix du bio / éco etc. dans les supermarchés, les agriculteurs touchent quelques centimes de plus, alors que le supermarché en rapporte dix fois plus.

Les prix élevés à la consommation des « produits naturels » ont freiné les ventes.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Humeur azotée

Inspection du Cabinet et personnages de Van der Wal

Fond Humeur azotée

Des oiseaux étranges de La Haye et des représentants du gouvernement

Fond Humeur azotée

La leçon de la lente constitution de l’équipe ministérielle

Fond Humeur azotée

Réévaluation de l'ancien ministre à la fin de Rutte 4

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login