Shutterstock

Fond Humeur azotée

Traumatisme collectif et mutuel après Rutte IV

14 Juillet 2023 -Klaas van der Horst - Commentaires 25

La semaine qui suit la chute du cabinet Rutte IV est particulière pour les Pays-Bas à tous égards. Rarement, voire jamais, autant de ministres et d'hommes politiques ont annoncé leur départ après la chute d'un cabinet que cette fois-ci. Le premier ministre ainsi que tous les vice-premiers ministres, ainsi que trois des quatre dirigeants politiques des partis au pouvoir, ont abandonné, tandis que d'autres politiciens pourraient suivre. L'exode dépasse celui de l'agriculture, pour ne citer qu'une petite rue.

Chacun d'eux aura (en partie) ses propres raisons, mais un observateur superficiel conclura de toute façon qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Et dire que le climat durci est à blâmer est trop facile. Le durcissement n'est pas bon, mais aussi ceux qui s'en plaignent ont souvent du beurre sur la tête, sinon avec des mots, du moins avec un comportement. Ce que l'on voit maintenant ressemble à un traumatisme collectif, que de nombreux acteurs de la société (et pas seulement les agriculteurs) ressentent également. En témoigne le nombre énorme de plaintes concernant la politique gouvernementale.

La récupération devient un gros problème
La recherche de la reprise s'annonce comme un enjeu majeur de la nouvelle campagne électorale, qui débutera après l'été, avec de nombreux nouveaux visages tentant de vendre leurs plans et leurs bonnes intentions aux électeurs. Cette campagne peut créer de nouvelles opportunités pour les partis qui ne sont pas concernés par la politique gouvernementale.

Ça a dû mal tourner chez LNV
Le problème majeur de l'agriculture est et reste la politique de l'azote et tout ce qui s'y rapporte. L'ancien haut fonctionnaire Tjibbe Joustra analysé cette semaine une interview télévisée exactement ce qui a mal tourné en termes de politique de la part du gouvernement. Un ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire dans lequel deux ministres se tiennent dans une prise de tête, ça devait mal tourner. L'approche avec un ministre pour chaque problème n'a pas non plus aidé. Joustra n'a sagement pas commenté le contenu.

A première vue, après la rupture des pourparlers sur un accord agricole, Piet Adema semblait enfin avoir les mains libres pour poser quelque chose de concret. Mais vint ensuite la chute du cabinet et il fut de nouveau incapable de créer quoi que ce soit de tangible. Christianne van der Wal était de la même manière. Elle devait garantir que la politique convenue en matière d'azote se poursuivrait, mais cet effort était également bloqué.

Jusqu'où est allé l'échange ?
Bien que la plupart des agriculteurs n'étaient pas d'accord avec la direction qu'Adema voulait prendre, de nombreux agriculteurs avaient l'impression que lui, plus que son prédécesseur, voulait les aider le plus possible. Reste à savoir s'il avait cet espace. Les mauvaises langues prétendent que la ChristenUnie a peut-être déjà échangé le fichier d'azote à l'avance avec la formation. Qui était au courant de cela, c'est le point deux. Plus de choses ont été échangées dans l'accord de coalition, mais la mise en œuvre de ces accords a été difficile.

Il s'agit désormais d'attendre une décision de la Chambre des représentants, quels dossiers pourront encore être traités et lesquels seront déclarés controversés. Il devrait être voté en septembre. Des organisations comme Greenpeace font pression – en raison de l'urgence – pour poursuivre la politique de l'azote, mais cela semble difficile. C'est trop controversé. Pourtant, ce n'est pas tout à fait sans hasard, car le Premier ministre sortant Rutte a également déclaré qu'il était toujours à la recherche d'opportunités.

Politique axée sur les solutions
Reste à savoir s'il y aura une politique complètement différente après les élections de novembre. Cela dépend en grande partie des coalitions qui peuvent être forgées et de la volonté des partis d'examiner les problèmes existants avec une vision nouvelle et axée sur les solutions. Il est presque inconcevable que la politique qui vient d'être mise en place se poursuive sans relâche, mais il ne sera probablement pas possible d'abandonner complètement la table.

Entre-temps, les provinces ont également été savoureuses avec les dizaines de milliards que le ministre Van der Wal a agités. Son budget de 45 milliards d'euros pour la campagne a déjà été sursouscrit à plusieurs reprises avec des listes de souhaits des différentes provinces. Cependant, un nouveau gouvernement devra également procéder à des coupes budgétaires, compte tenu de la situation économique fortement modifiée.

Sons apocalyptiques
En revanche, il y aura des pressions de Bruxelles pour continuer sur la voie empruntée sous Rutte IV. D'ailleurs, le commissaire européen Frans Timmermans veut aller beaucoup plus loin. Il souhaite également améliorer considérablement la santé des sols européens et poursuivre à toute vapeur ses plans de restauration de la nature. Pour faire bouger les choses, Timmermans et son allié Virginius Sinkevicius peignent parfois la situation actuelle. en termes presque apocalyptiques désactivé. Par exemple, entre 60% et 70% de tous les sols en Europe seraient insalubres et 83% des sols seraient pollués par des résidus de produits phytosanitaires. Ils disent que c'est scientifiquement prouvé.

Ajouter un grain de sel
L'enquête montre qu'il faut le prendre avec des pincettes. Les 60% à 70% de sols malsains sont issus d'un florilège des Conseil de mission pour la santé des sols et l'alimentation, qui peut conseiller la Commission européenne et est présidé par l'ancien ministre Cees Veerman. La contamination de 83 % par des résidus de pesticides est une simplification grossière et fait référence à la présence estimée d'un ou plusieurs types de résidus (non quantifiés) dans les sols. Ce rapport cite également l'affirmation sauvage selon laquelle moins de 0,1 % des produits phytopharmaceutiques atteignent leur cible. Cela vient d'une étude française de 1986. Ce niveau.

Sciences politiques
Heureusement, la qualité de la science aux Pays-Bas est meilleure, bien que le professeur d'azote et conseiller du cabinet Jan Willem Erisman doive encore expliquer pourquoi les émissions d'azote sur Schiermonnikoog augmentent alors que les vaches sont parties. Il l'avait envisagé très différemment. Il se pourrait simplement qu'avec un nouveau cabinet, les connaissances politiques et scientifiques de l'ensemble de la politique sur l'azote soient révisées.

Moins de demande pour le durable
Beaucoup d'agriculteurs voient surtout un répit dans la chute du cabinet. Les opposants à l'agriculture resteront, mais la pression politique diminuera. Chez Lely Industries, ils en sont moins satisfaits, bien que là-bas, l'espoir était principalement de la certitude quant à la politique à long terme. Chez Lely, ils espéraient pouvoir vendre un certain nombre de Sphères, mais les objectifs de vente ont maintenant été revus à la baisse. Rabobank émettra probablement aussi des prêts moins durables. Les agriculteurs attendent, également paralysés.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 25
Abonné
sefO 14 Juillet 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10905098/collective-and-wederzijds-trauma-after-rutte-iv]Trauma collectif et mutuel après Rutte IV[/url]
Ce comité présidé par ce charlatan hollandais (Veerman) est également toujours sur le marché pour fournir à cette chouette Timmermans des études impossibles et des chiffres encadrés, c'est un gros salaud ce qui est fait aux agriculteurs.
Abonné
CM 14 Juillet 2023
S'il vous plait dites arrêtons de prendre ce Veerman au sérieux. Remplisseur de poche de première classe mais mesurez les autres avec un visage chrétien moralisateur.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 14 Juillet 2023
Eh bien, quand le sol est considéré comme quelque chose d'inerte et aussi un objet direct, je pense qu'il faut retourner à l'école pour apprendre quelque chose sur un sol vivant. CHAQUE agriculteur, sans exception, sait que lorsqu'il y a des problèmes dans le sol, les récoltes seront décevantes, mais il se peut que tous les agriculteurs ne sachent pas comment obtenir et maintenir un sol vivant et sain. Bien sûr, TOUS les agriculteurs veulent avoir un sol sain car c'est le plus grand capital dont ils disposent.
Bien sûr, AUCUN agriculteur ne veut voir une détérioration du climat. À partir de ces réflexions, vous pouvez construire de nombreux ponts tant que l'information est LA BONNE, et je remets CELA en question.
Le problème du plastique dans les mers et les océans pourrait bien être la principale raison de l'augmentation de la température qui s'y produit, avec toutes ses conséquences, dont beaucoup pensent maintenant qu'elles sont causées par l'azote, le dioxyde de carbone et le méthane. Je dirais tout le monde dans le groupe de réflexion et littéralement crier et recommencer !
Abonné
brise marine 16 Juillet 2023
Il est sage que les responsables des fautes professionnelles soient partis. Seul Tjeerd le Lie3n Peerd est encore à son poste ? Auparavant, je pense, il y avait un accord : Rutte peut devenir Premier ministre, Van derWal s'occupe de la mise en œuvre de la politique N de Tjeerd D66 et LNV devient responsable de la communication multiforme avec les secteurs, sans argent pour la politique. Donc scénario pré-dramatique et concentré, toujours sur l'accaparement des terres. Pour la nature, voir les maisons, pour les heures de vol Schiphol ! Que de conneries de fous intelligents. Questions à Bruxelles pour durcissement de la politique, retrait de dérogation, mauvaise lecture des lettres, rapports mal manipulés sur la qualité de l'eau à l'UE, etc. etc. ……Le secteur doit maintenant mener sa propre politique, établir une ligne dure, informer les citoyens approche des objectifs fixés, demander l'aide de BBB et d'autres, y compris CBL, et exiger que les aliments importés soient produits selon les mêmes normes et n'atteignent pas les rayons des supermarchés ou que les citoyens puissent les emporter gratuitement. Je vous assure que les citoyens sont heureux de le faire lorsque le nom, le lieu et la date sont mentionnés. « tu te souviens… » où est la fête « sûr que ça marche en masse !
Abonné
Citoyen concerné 17 Juillet 2023
Attention : ce cabinet a peut-être démissionné, mais des projets de loi sont adoptés à la va-vite qui n'ont rien à voir avec la situation actuelle aux Pays-Bas. Il y a tout un tas de consultations sur Internet qui seront simplement poussées dans les mois à venir si le cabinet continue de statuer « sortant ». Ces projets de loi nuisent à la liberté des citoyens et des agriculteurs et ne doivent pas passer !

Voir https://www.internetconsultatie.nl
Abonné
Louis-Pascal de Geer 17 Juillet 2023
Hier 16/07, j'ai parlé pendant près de 4 heures de ce qui se passe actuellement ici au Brésil dans le domaine de l'agriculture durable des terres arables et des pâturages sur une superficie de plus de 3,5 millions d'hectares car c'est aussi parfois intéressant peut être pour les Pays-Bas et européenne. En plus de travailler le plus vert possible, toutes les entreprises impliquées participent au "NKG-No till" et utilisent de la poudre de basalte, ce qui entraîne des économies drastiques par hectare et également une meilleure production et une grande différence d'enracinement sans un prix plus mérité est pour le production de ces entreprises. La période de transition du conventionnel au durable est de 3 à 5 ans. Des études sur ce sujet ont été menées en Chine et dans le "Cornbelt" américain. Ne s'agirait-il pas d'objectifs bien meilleurs et réalisables que ceux que nous avons actuellement aux Pays-Bas et en Europe ?
Abonné
Louis-Pascal de Geer 17 Juillet 2023
J'ai parlé à un membre de l'équipe de transition du gouvernement actuel qui s'est penché sur l'agriculture durable.
Abonné
Sud-ouest 17 Juillet 2023
Louis Pascal de Geer a écrit :
J'ai parlé à un membre de l'équipe de transition du gouvernement actuel qui s'est penché sur l'agriculture durable.
Arrêtez de dire cette folie à ces fonctionnaires. Nkg ne fonctionne pas ici, surface beaucoup trop changeante et souvent trop humide. Le semis direct est quelque chose pour les zones sèches, le climat continental. pas d'hiver ici non plus, donc totalement inadapté.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 17 Juillet 2023
Quel dommage que vous pensiez que c'est de la folie, peut-être que j'aurais dû ajouter que la différence entre les entreprises qui utilisent la poudre de basalte et celles qui ne l'utilisent pas est grande ici, en Chine et aux États-Unis, peut-être de la folie ? Je ne pense pas.
Il a fallu des années pour que "No Till" de Frankie Dijkstra soit reconnu comme un grand développement.
Difficile aux Pays-Bas, oui, tout comme être durable est difficile.
Abonné
bombe à retardement 17 Juillet 2023
Louis Pascal de Geer a écrit :
Quel dommage que vous pensiez que c'est de la folie, peut-être que j'aurais dû ajouter que la différence entre les entreprises qui utilisent la poudre de basalte et celles qui ne l'utilisent pas est grande ici, en Chine et aux États-Unis, peut-être de la folie ? Je ne pense pas.
Il a fallu des années pour que "No Till" de Frankie Dijkstra soit reconnu comme un grand développement.
Difficile aux Pays-Bas, oui, tout comme être durable est difficile.
Il y aura des tests ici, sinon, commencez immédiatement.
Abonné
assez grossier 17 Juillet 2023
sud-ouest a écrit :
Louis Pascal de Geer a écrit :
J'ai parlé à un membre de l'équipe de transition du gouvernement actuel qui s'est penché sur l'agriculture durable.
Arrêtez de dire cette folie à ces fonctionnaires. Nkg ne fonctionne pas ici, surface beaucoup trop changeante et souvent trop humide. Le semis direct est quelque chose pour les zones sèches, le climat continental. pas d'hiver ici non plus, donc totalement inadapté.
Pourtant, je vois des sous-soleuses utilisées par de nombreux collègues, certainement aussi dans le sud-ouest.
Abonné
jan 17 Juillet 2023
une bonne information / orientation de culture est nécessaire
Abonné
bombe à retardement 17 Juillet 2023
assez grossier a écrit :
sud-ouest a écrit :
Louis Pascal de Geer a écrit :
J'ai parlé à un membre de l'équipe de transition du gouvernement actuel qui s'est penché sur l'agriculture durable.
Arrêtez de dire cette folie à ces fonctionnaires. Nkg ne fonctionne pas ici, surface beaucoup trop changeante et souvent trop humide. Le semis direct est quelque chose pour les zones sèches, le climat continental. pas d'hiver ici non plus, donc totalement inadapté.
Pourtant, je vois des sous-soleuses utilisées par de nombreux collègues, certainement aussi dans le sud-ouest.
Dans ce sud-ouest sur un sol assez lourd nkg pour les pommes de terre de semence, et je dois être honnête : je n'ai pas aimé, mais elles sont belles.
cordonniers 18 Juillet 2023
Bonne orientation, vous ne devriez pas être à czav, du moins pas ici entre Eindhoven et Tilburg
Abonné
Louis-Pascal de Geer 26 Juillet 2023
Pour en revenir un instant à cette folie, j'ai parlé à un membre de l'équipe de transition du président brésilien Luiz Inácio LULA da Silva, qui a observé et passé en revue l'agriculture durable ici au Brésil. Entre-temps, j'ai reçu une copie de cette présentation sur ce sujet qui a été présentée au vice-président Geraldo Alckmin dans laquelle il y a beaucoup de choses qui peuvent aussi être très intéressantes pour les pays en dehors du Brésil.
Les fondations:
Mouvement pour améliorer les conditions des agriculteurs...
Nous défendons le droit d'être libres dans le choix des moyens de principe et d'avoir la liberté de les obtenir dans nos régions.
Nous recherchons des solutions dans toutes les formes "d'agriculture" sans préjugés.
Nous comprenons le « savoir » comme une source de richesse dans laquelle le partage de ce savoir est plus important que la concurrence.
Résultats.:
Réduction de 60 à 80 % des engrais et des produits phytosanitaires nocifs.
30% de coûts de production en moins..
Nombre d'adhérents solidaires pratiquant une agriculture durable = 3.800 XNUMX
Nombre d'hectares concernés par le processus = 3.500.000 XNUMX XNUMX
Allen NKG-Sans labour
Malgré le fait que la production est meilleure et plus saine, il n'y a toujours pas de structure de prix distincte, mais la réduction des coûts à elle seule s'avère extrêmement intéressante.
C'est bien d'y penser !


Abonné
Sud-ouest 26 Juillet 2023
Mieux vaut un bon voisin qu'un ami lointain je dirais.
métier à tisser 26 Juillet 2023
Pacal de Geer devient très ennuyeux.
nous n'avons rien à considérer du tout.
nous devons passer à une norme de salle de fertilisation plus large car elle est tout simplement beaucoup trop serrée, nous devons pouvoir appliquer beaucoup plus de fumier animal (solide) et ne pas avoir à presser chaque kg pour dépasser la norme.

il y a déjà beaucoup trop peu de ressources, sortez-vous de l'esprit qu'on peut faire ça mécaniquement parce que ça ne marchera pas avec, par exemple, les années humides, c'est tirer un cheval mort, beaucoup de travail, résultat nul. nous n'avons pas à parler de désherbage à la main trop cher / ne pouvons avoir personne, tout le monde se sent trop bien. conclusion, par exemple, l'utilisation normale de semences enrobées de betterave/haricot/oignon, etc. et d'agents qui travaillent dans la culture et le champ contre les ravageurs/maladies.
toutes les interdictions n'ont fait qu'empirer, voir par exemple le meilleur traitement des germes de pommes de terre et le coup le plus court est juste le chlore ipc aussi le moins cher !
ça devient / c'est un monde où tout devient vert, ça sonne bien, ça marche totalement mal .... laissez un agriculteur cultiver 9 cas sur dix qu'il connaît le mieux lui-même.
chaque fois se plaindre de nkg jusqu'à etc
le labour reste le meilleur choix dans la plupart des cas nouveau départ/beau lit de semence propre surtout pour les cultures fines dont on ne peut pas s'en passer et certainement pas sur un sol sablonneux. ils étaient fous avant !! ne pas essayer de réinventer la roue
Abonné
L'oignon 26 Juillet 2023
Une fois que.
Abonné
CM 26 Juillet 2023
Exactement, c'est comme ça et pas autrement.
Abonné
Drent 26 Juillet 2023
exactement
Abonné
Louis-Pascal de Geer 27 Juillet 2023
Cher producteur, Merci pour votre réponse à laquelle je commenterai comme suit.
1. Ce n'est absolument PAS mon intention d'être ennuyeux
2. NKG-Notill ici a été "inventé" par un agriculteur néerlandais Frankie Dijkstra qui a reçu un prix brésilien élevé pour cela.
3. En 2017, 550.000 XNUMX entreprises ici au Brésil pratiquaient cette méthode et ce nombre sera beaucoup plus élevé aujourd'hui ;
4. Les machines agricoles, notamment les semoirs, se sont adaptées au fil des ans à la demande pour pouvoir bien semer dans des chaumes lourdes.
5. Dans ce système, le sol est travaillé par la vie du sol, que vous pouvez appeler une sorte de travail du sol biologique.
6. Il y a un meilleur drainage. nous pouvons entrer dans le champ plus tôt après de fortes pluies sans provoquer de compactage et nous pouvons également semer/planter plus longtemps car l'humidité est retenue plus longtemps dans le sol.
7. Les pertes dues à l'érosion hydrique et éolienne se sont largement arrêtées et CES pertes ont été les principales raisons pour lesquelles Dijkstra a lancé NKG-NoTill.
8. La température du sol pendant le semis peut monter jusqu'à 55°C avec un travail du sol traditionnel, alors que dans un sol couvert, elle peut descendre jusqu'à 20°C !
9. Enracinement meilleur et plus profond des cultures
10. Avec ce système il est possible d'avoir une rotation de 2 cultures par an de soja-maïs ; Dans certaines régions du Brésil, même 3 cultures sont possibles.
11. Je pense qu'aux Pays-Bas, les avantages pourraient être de mieux utiliser la saison de croissance et de pouvoir mieux réaliser les cultures d'hiver. Plus de jours de pâturage, plus de jours de semis et plus de jours de récolte me semblent attractifs.
12. Ici, la science a adopté NKG-NoTill après des années, mais malheureusement, ils suivent souvent les agriculteurs au lieu de leur montrer le chemin. Dommage, mais où chez nous et aux Pays-Bas ????

Abonné
Énorme boeuf 27 Juillet 2023
laisser un agriculteur cultiver 9 cas sur XNUMX qu'il connaît le mieux lui-même.
chaque fois se plaindre de nkg jusqu'à etc
..... ils n'étaient pas fous à l'époque !! ne pas essayer de réinventer la roue.
Cher producteur, je pense que vous êtes coincé dans une époque il y a plusieurs décennies. Je ne dis pas que vous avez tort, mais malheureusement le passé est parti pour de bon. Il ne va donc pas arriver que toutes les mesures soient inversées. Parmi les 3 possibilités - A tout sera comme au bon vieux temps, B tout le monde doit s'adapter aux temps nouveaux ou C sinon malheureusement il faut partir - seules les options B et C sont encore présentes.
Abonné
dans la clandestinité 27 Juillet 2023
Laissez chaque producteur continuer à regarder autour de lui.
Ensuite, il voit lui-même les résultats de diverses formes de montage.
Et puis il est libre de faire ce qu'il veut.
Chaque année et chaque culture réagit aux circonstances du moment.
Mais n'essayez pas d'imposer quoi que ce soit à qui que ce soit.
Abonné
CM 27 Juillet 2023
Le Brésil et les Pays-Bas ne sont pas comparables en termes de type de sol, de climat et de cultures… Le No Till ne va pas décoller ici : les rendements baissent et les problèmes de qualité avec les droits d'arrachage. C'est un système prim en raison de l'érosion, de la petite couche de culture et de l'aspect coût, mais ici nous avons des conditions de sol et de climat différentes. Nkg est quelque chose d'autre, certains l'utilisent, mais cela ne décolle pas vraiment si vous cultivez beaucoup de cultures à graines fines.
Abonné
CM 27 Juillet 2023
devrait être l'arrachage des fruits au lieu des droits d'arrachage.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Humeur azotée

Chamber prépare le bal pour le premier succès de Wiersma en fumier

Actualités Mest

FrieslandCampina et Rabo se concentrent sur la fermentation du fumier

Actualités L'azote

Azote et phosphate au-dessus du plafond renforcé d’ici 2025

Fond Humeur azotée

Aerius, errata et autres données impures

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login