Shutterstock

Analyse Énergie

Les prix du gaz sont enfin de nouveau inférieurs à 40 euros

4 Octobre 2023 -Matthijs Bremer

Pour la première fois depuis fin juin, le TTF repasse sous les 40 €. Il est frappant de constater qu'un accord entre les syndicats et l'entreprise australienne Chevron a à peine réduit le prix. Après l'annonce selon laquelle la Norvège est prête à fournir à nouveau des volumes complets, le prix du gaz a considérablement baissé.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Après le pic de la semaine dernière, le prix du gaz a considérablement baissé. Mercredi 27 octobre, le gaz s'échangeait à 39,30 euros le mégawatt. Le prix du gaz a augmenté jusqu'au vendredi 29 septembre. Ce jour-là, le TTF atteint le niveau de 41,86 € par mégawattheure. Mardi 3 novembre, le gaz s'échangeait au prix le plus bas depuis un mois et demi, au niveau de 37 €.

La baisse des prix du gaz intervient un peu plus tard que prévu. Depuis la mi-août, le marché du gaz est quasiment constamment sous le charme de menaces de grève dans le secteur australien du GNL. La menace a fait grimper les prix du gaz d'environ 30 € à largement au-dessus de 40 €, avec des pointes au-dessus de 50 €. La semaine dernière, après Woodside, Chevron a finalement réussi à trouver un accord avec les syndicats. Les analystes s'attendaient à ce qu'un accord fasse fortement pression sur le prix du gaz, mais en pratique, il ne semble pas y avoir de baisse.

Cette légère baisse s'explique en partie par les perturbations du réseau GNL américain. La semaine dernière, les approvisionnements de la plus grande installation de GNL des États-Unis, Sabine Pass, semblaient diminuer. Selon l'agence de presse Reuters, des perturbations supplémentaires se sont produites dans trois installations. Même si les perturbations globales sont moindres qu’en Australie, les exportations des États-Unis sont plus importantes pour l’approvisionnement en gaz européen que pour l’Australie. Les États-Unis sont le principal fournisseur de gaz liquéfié de l’Europe. L’Australie, quant à elle, vend presque exclusivement du GNL sur le marché asiatique. Il existe donc un risque que du GNL supplémentaire provenant des principaux marchés européens soit acheté sur les marchés asiatiques. Les perturbations australiennes peuvent donc tout au plus signifier que l’Europe peut s’attendre à une concurrence plus rude pour les achats de GNL.

La maintenance norvégienne touche à sa fin
De plus, une maintenance plus longue que prévue entraînait une hausse des prix. Cet été, de nombreuses opérations de maintenance, planifiées et imprévues, ont eu lieu sur le réseau gazier norvégien. Parfois, l'offre norvégienne totale était pratiquement réduite de moitié. Le revirement est intervenu lundi 2 octobre. Le directeur de Gassco, Frode Leversund, a indiqué dans une interview dimanche 1er octobre que la Norvège était en mesure de fournir davantage de gaz à court terme. Cela apporte un grand soulagement au marché européen du gaz, puisque la Norvège est le principal fournisseur des États membres de l’Union européenne.

De plus, des températures plus élevées entraînent une baisse de la demande en gaz. Les températures sont relativement élevées dans toute l’Europe du Nord. Aux Pays-Bas, contrairement aux attentes précédentes, des températures d'environ 20 degrés sont à nouveau attendues pendant le week-end. La saison de chauffage commence généralement vers le 1er octobre, mais cette année, il semble que la plupart des gens ne chaufferont pas pendant un certain temps.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login