Shutterstock

Fond Humeur azotée

L'achat de chargeurs de pointe ne fera aucune différence

6 Octobre 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 11

Une goutte d’eau dans l’océan, telle semble être l’approche de pointe de la ministre de l’azote, Christianne van der Wal. Le NOS a demandé à des scientifiques d'étudier dans quelle mesure les précipitations d'azote dans les réserves naturelles diminueraient si six cents chargeurs de pointe étaient rachetés. Tenez bon : pas moins de 2,2%.

Le ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Sécurité alimentaire (LNV) n'a jamais rien publié sur les rendements attendus, mais selon le NOS, il utilise également ce type de chiffres. Le RIVM travaille sur son propre calcul. Environ 3.000 3.001 entreprises ont été désignées comme exploitants de pointe (une vingtaine d'entreprises industrielles et agricoles). Le numéro 2.500 35 est responsable de 25 350.000 moles (XNUMX kilos) de dépôts d'azote par an sur une nature surchargée et sensible à l'azote dans un rayon de XNUMX kilomètres. Toute personne au-dessus de cela est un chargeur de pointe. Ensemble, ces entreprises émettent XNUMX XNUMX kilos d'azote par an.

Environ 39.000 XNUMX entrepreneurs agricoles ont complété l'outil pour déterminer s'ils sont des producteurs de pointe, a récemment déclaré Van der Wal au Parlement. Près de cinq cents « chanceux » se sont ensuite déclarés intéressés par le projet de rachat. Il y a de fortes chances qu’ils ne veuillent pas tous être rachetés au final. Les conseillers vous conseillent de vous inscrire dès que vous avez des doutes, car vous ne devrez vous décider que plus tard. Il y a un budget pour racheter environ six cents agriculteurs.

LVB plus
120 milliard d'euros ont été alloués au régime associé, le LVB-plus, dans lequel 1 % de la valeur de l'entreprise est remboursée (dont 170 millions d'euros sont inscrits au budget national 2024). Avec ce milliard d'euros, environ six cents éleveurs pourraient être rachetés. Le calcul du NOS est basé sur ce nombre. Si les 1 3.000 chargeurs de pointe étaient rachetés (pour lesquels il n'y a pas d'argent), les précipitations d'azote diminueraient de 10 %. Donc avec 600 c'est 2,2%.

Selon Wim de Vries, scientifique à l'université de Wageningen, ce faible pourcentage n'est pas surprenant. Sur le site Internet de NOS, il déclare : « En fin de compte, il n'y a que quelques milliers d'entreprises de pointe, alors que nous avons 50.000 XNUMX fermes aux Pays-Bas. Et puis nous avons des centaines de milliers d'autres entreprises. En outre, il y en a plusieurs centaines de milliers à l'étranger. Il s’agit donc de ces charges de pointe comparées à des centaines de milliers d’autres sources, qui forment ensemble une couverture d’azote. »

L'objectif de la politique de pointe est de réduire de 8 % les dépôts d'azote dans les réserves naturelles. Outre les achats, la politique comprend également l’extensification, l’innovation et la délocalisation (ou une combinaison de ces éléments). La réalisation de cet objectif dépend en grande partie des autres mesures. Lorsqu’il s’agit de déménager, on ne sait toujours pas exactement comment cela doit se dérouler. Pour conclure, conformément aux bonnes coutumes de La Haye : A suivre...

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 11
Abonné
Louis-Pascal de Geer 8 Octobre 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10906257/opkopen-piekbelasters-zet-geen-zoden-aan-de-dijk]L'achat de chargeurs de pointe ne fait aucune différence[/url]
Recommandons à tous ceux qui sont touchés par la pollution de l'air et ses conséquences sur les sols, les plantes, les animaux et les humains de jeter un œil à l'histoire de Cubatão au Brésil, la ville située dans la « Vallée de la Mort » et championne du monde jusqu'aux années 80 « la plus ville la plus polluée du monde. J'ai vu et vécu cela moi-même.
L'émission de composés nocifs par les industries lourdes et les usines d'engrais était alors de 1000 100 kg par jour avec les émissions polluantes les plus importantes. La nuit, pour que personne ne puisse voir la fumée noire. Je n'étais autorisé à me rendre à l'usine que sous escorte et on me conseillait de prendre un bon petit-déjeuner à São Paulo, à 450 km de Cubatão, mais XNUMX mètres plus haut. déjeuner le moins possible et ne pas y passer la nuit.
Ma chemise légère était déjà sale 2 heures après mon arrivée, sale à l'heure du déjeuner et quand je suis partie sale avec une pollution contre laquelle personne n'a rien fait, jusqu'à ce que le gouvernement de l'État de São Paulo impose des filtres obligatoires dans les cheminées des industries qui, au bout de 3 mois déjà montré une énorme amélioration dans la restauration de la Nature, en ne naissant plus d'enfants déformés qui parfois n'avaient pas non plus de cerveau. Parce que Cubatão est situé dans une vallée entourée de montagnes, tout y est resté sous la couverture locale. Avec de petites particules qui causent d’énormes dommages aux poumons des humains et des animaux. Si les 3000 1000 chargeurs de pointe émettaient environ XNUMX XNUMX kg d'azote nocif par jour, ce qui serait dangereux pour les réserves naturelles, cela formerait d'énormes nuages ​​dont nous aurions tous à souffrir.
Ce n’est pas une chance, mais je pense que de grosses erreurs de calcul sont commises !
Et s'il vous plaît, parlons de composés nocifs et ne les appelons pas azote, après tout, notre air contient 78 % d'azote.
Abonné
bombe à retardement 8 Octobre 2023
Magnifiquement présenté. J'espère que votre lettre sera reçue par le gouvernement et le moulin officiel.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 8 Octobre 2023
La hauteur de São Paulo est de 760 m au-dessus du niveau de la mer et celle de Cubatão de 4 m. Il n'y a aucun obstacle aux forces du vent vers la mer.
Merci pour votre réponse Time Bomb, je pense que nous sommes sur la même voie.
calculatrice 8 Octobre 2023
Louis Pascal de Geer a écrit :
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10906257/opkopen-piekbelasters-zet-geen-zoden-aan-de-dijk]L'achat de chargeurs de pointe ne fait aucune différence[/url]
Recommandons à tous ceux qui sont touchés par la pollution de l'air et ses conséquences sur les sols, les plantes, les animaux et les humains de jeter un œil à l'histoire de Cubatão au Brésil, la ville située dans la « Vallée de la Mort » et championne du monde jusqu'aux années 80 « la plus ville la plus polluée du monde. J'ai vu et vécu cela moi-même.
L'émission de composés nocifs par les industries lourdes et les usines d'engrais était alors de 1000 100 kg par jour avec les émissions polluantes les plus importantes. La nuit, pour que personne ne puisse voir la fumée noire. Je n'étais autorisé à me rendre à l'usine que sous escorte et on me conseillait de prendre un bon petit-déjeuner à São Paulo, à 450 km de Cubatão, mais XNUMX mètres plus haut. déjeuner le moins possible et ne pas y passer la nuit.
Ma chemise légère était déjà sale 2 heures après mon arrivée, sale à l'heure du déjeuner et quand je suis partie sale avec une pollution contre laquelle personne n'a rien fait, jusqu'à ce que le gouvernement de l'État de São Paulo impose des filtres obligatoires dans les cheminées des industries qui, au bout de 3 mois déjà montré une énorme amélioration dans la restauration de la Nature, en ne naissant plus d'enfants déformés qui parfois n'avaient pas non plus de cerveau. Parce que Cubatão est situé dans une vallée entourée de montagnes, tout y est resté sous la couverture locale. Avec de petites particules qui causent d’énormes dommages aux poumons des humains et des animaux. Si les 3000 1000 chargeurs de pointe émettaient environ XNUMX XNUMX kg d'azote nocif par jour, ce qui serait dangereux pour les réserves naturelles, cela formerait d'énormes nuages ​​dont nous aurions tous à souffrir.
Ce n’est pas une chance, mais je pense que de grosses erreurs de calcul sont commises !
Et s'il vous plaît, parlons de composés nocifs et ne les appelons pas azote, après tout, notre air contient 78 % d'azote.
Cher Louis "Si les 3000 pics de charge émettaient environ 1000 kg d'azote nocif par jour et que cela était dangereux pour les réserves naturelles, d'énormes nuages ​​devraient se former. " Je pense que les composés azotés nocifs sont tous incolores. Il n'y a pas de gros nuages
Abonné
Louis-Pascal de Geer 9 Octobre 2023
Qui a dit qu’un nuage devait avoir une couleur ?
Après l'installation des filtres dans les cheminées où les gaz sont purifiés par l'eau, de la fumée blanche sort des cheminées.
Ceci selon le chimiste.
Abonné
Zélande 10 Octobre 2023
Louis ne compare pas les pommes et les carottes.
Aux Pays-Bas, le NH3 est assez réparti dans l’espace, y compris dans la nature. Vous ne voyez rien, votre chemise reste propre. Nous avons déménagé de Wijchen en Zélande et avons découvert que les meubles de jardin étaient couverts de suie chaque semaine d'A58 et Total et au-delà...
Maintenant les charges de pointe : l'élevage avec RIVM et Aerius modèle NH3 aux Pays-Bas alors que seulement 10 % arrive à moins de 500 mètres et le reste part dans l'air et est en partie exporté avec les émissions d'azote du trafic aérien ! Saviez-vous que le trafic aérien délivre 4 millions de kg de N par an en dessous de 900 mètres et 10.000.000 XNUMX XNUMX kg au-dessus, soit ensemble
14.000.000 35 2 kg, soit 5 fois plus que les émissions des camions de pointe Van der Wal et RIVM. Maintenant, je comprends aussi pourquoi le Dr Hoogerbruggen des grandes cartes RIVM reste silencieux lorsque je pose la question de savoir pourquoi le trafic aérien au-dessus des Pays-Bas n'est pas inclus dans Aerius. Eh bien, le RIVM le veut, mais le VVD ne le permet pas, Harbers pour le trafic aérien et Van der Wal pour le vol des terres des agriculteurs. Et maintenant, commençons par le climat : le CO2 du trafic aérien n'est pas inclus dans les calculs, mais l'agriculture l'est ? C’est le seul secteur qui capte chaque année XNUMX fois plus de nourriture que ce qui est émis pour la production. Nous en exportons également la moitié vers l’UE et au-delà. De plus, le secteur produit le même nombre de tonnes d’OXNUMX ! Heureusement, il reste là !
Abonné
Klaas 10 Octobre 2023
Zeland a écrit :
Louis ne compare pas les pommes et les carottes.
Aux Pays-Bas, le NH3 est assez réparti dans l’espace, y compris dans la nature. Vous ne voyez rien, votre chemise reste propre. Nous avons déménagé de Wijchen en Zélande et avons découvert que les meubles de jardin étaient couverts de suie chaque semaine d'A58 et Total et au-delà...
Maintenant les charges de pointe : l'élevage avec RIVM et Aerius modèle NH3 aux Pays-Bas alors que seulement 10 % arrive à moins de 500 mètres et le reste part dans l'air et est en partie exporté avec les émissions d'azote du trafic aérien ! Saviez-vous que le trafic aérien délivre 4 millions de kg de N par an en dessous de 900 mètres et 10.000.000 XNUMX XNUMX kg au-dessus, soit ensemble
14.000.000 35 2 kg, soit 5 fois plus que les émissions des camions de pointe Van der Wal et RIVM. Maintenant, je comprends aussi pourquoi le Dr Hoogerbruggen des grandes cartes RIVM reste silencieux lorsque je pose la question de savoir pourquoi le trafic aérien au-dessus des Pays-Bas n'est pas inclus dans Aerius. Eh bien, le RIVM le veut, mais le VVD ne le permet pas, Harbers pour le trafic aérien et Van der Wal pour le vol des terres des agriculteurs. Et maintenant, commençons par le climat : le CO2 du trafic aérien n'est pas inclus dans les calculs, mais l'agriculture l'est ? C’est le seul secteur qui capte chaque année XNUMX fois plus de nourriture que ce qui est émis pour la production. Nous en exportons également la moitié vers l’UE et au-delà. De plus, le secteur produit le même nombre de tonnes d’OXNUMX ! Heureusement, il reste là !
Produire/publier ce type de faits à plus grande échelle.
Je dirais de s'attaquer d'abord à l'aviation.
Abonné
Zélande 10 Octobre 2023
Calculs de la Fondation Agrifacts et via les réseaux sociaux ou plus tard/maintenant dans le programme du parti BBB et dans une lettre personnelle à Tjeerd het lie peered, Harbers VVD, Vander Wal VVD et Rutte VVD, ainsi qu'à Derek CDA et Adamo CU !
Abonné
Louis-Pascal de Geer 10 Octobre 2023
Zeeuw, Merci pour vos réponses et j'aime lire vos commentaires car je peux en apprendre beaucoup. En effet, on ne peut pas comparer des pommes et des oranges, mais dans ce cas, le verger, c'est la pollution de l'air et c'est un air commun à la fois aux détracteurs du pic industriel et à bien d'autres comme vous l'avez mentionné depuis longtemps dans les différents commentaires, y compris l'aviation. Poursuivre littéralement les entreprises agricoles SANS réellement fournir de conseils sur la manière dont les entreprises existantes peuvent éventuellement réduire leurs émissions de composés nocifs et, surtout, en prenant en compte tous les cycles, cela devient presque un scandale climatique.
Dans deux lettres que j'ai envoyées à l'époque à la Commission de l'azote, j'ai indiqué que je ne comprenais pas comment le CO₂ rejeté la nuit dans la région vierge de l'Amazonie pouvait être assimilé aux effets nocifs du « dioxyde de carbone » émis par d'autres substances non naturelles. sources, et ce type de distorsion se produit également avec "Azote".
Mais le pire, c'est que quelqu'un a eu la brillante idée de mettre en place une couverture sous laquelle tous les composés nocifs, en particulier l'azote et le carbone, constitueraient une menace énorme pour les « réserves naturelles sensibles à l'azote ».
Calculer et identifier correctement les émissions de composés nocifs est déjà assez difficile, mais pour dire quelque chose de significatif sur le dépôt de ces composés, il faut vraiment se demander comment la nature peut nous aider. Et bien sûr, nous pouvons aussi faire beaucoup de choses, comme mélanger 25 % d’éthanol à l’essence, fabriquer du biodiesel, ou résoudre le terrible problème du carburant dans l’aviation.
Ici, nous allons démarrer la deuxième génération d'éthanol à partir de fibres de canne à sucre dans l'E2G avec RAIZEN, dans lequel Shell détient une part importante. C'est là que devraient aller la connaissance et l'argent !
L'éthanol de betterave sucrière et bien d'autres options qui commencent TOUS à la ferme !
Gerritse 10 Octobre 2023
De Geer

tu es censé tout savoir très bien !
mais je pense que vous exagérez simplement ce qui est dit ici.
Je le comprends bien, l'agriculture ne devra et ne devra rien faire pendant les 25 prochaines années.
tant que nous ne sommes pas payés pour nos enregistrements de récoltes.
et tout ce que nous avons fait, c'est simplement creuser dans le sable.
Résolvez d'abord les abus dans l'aviation/l'industrie/le trafic, mais ne commencez pas par le meilleur garçon de la classe. parce que c'est ça l'agriculture et nous, en tant qu'agriculteurs, nous y tenons
Abonné
Louis-Pascal de Geer 11 Octobre 2023
Gerritse, Merci pour votre réponse et à 79 ans, je considère comme un compliment que vous me considériez comme une "star".
J'ai toujours pu, voulu et dois apprendre beaucoup et je considère le savoir comme une richesse qui doit être partagée et non gardée enfermée juste pour rivaliser les uns avec les autres. Même si je ne suis pas d'origine agricole, je porte toujours le chapeau du fermier, vous pouvez en être sûr.
J'ai lu que l'un des objectifs de l'E2G est d'améliorer, voire de remplacer le carburant aviation,
Où cela commence-t-il, dans la ferme de canne à sucre qui fournit la matière première de cet E2G dans l'industrie.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Humeur azotée

Inspection du Cabinet et personnages de Van der Wal

Fond Humeur azotée

Des oiseaux étranges de La Haye et des représentants du gouvernement

Fond Humeur azotée

La leçon de la lente constitution de l’équipe ministérielle

Fond Humeur azotée

Réévaluation de l'ancien ministre à la fin de Rutte 4

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login