Shutterstock

Analyse Énergie

Les sources renouvelables réduisent les prix de l’électricité

10 Octobre 2023 -Matthijs Bremer

Les sources renouvelables ont à nouveau eu un impact évident sur le marché de l'électricité. En raison de diverses perturbations sur le réseau gazier, le prix sur le marché à terme du gaz naturel (TTF) a encore augmenté cette semaine. Fait remarquable, le prix de l’électricité a baissé cette semaine.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le prix de l’électricité a connu des pics à la baisse cette semaine. Mardi 3 octobre, l'électricité s'échangeait à 67,85 euros le mégawattheure. Par la suite, le prix de l’électricité a considérablement fluctué de haut en bas. Mercredi 5 octobre, le prix de l'électricité a atteint son plus haut niveau à 100,46 €. Au cours du week-end, le prix a fortement chuté jusqu'à 49,54 € le dimanche 7 octobre. Lundi 9 octobre, l'électricité s'échangeait à 93,23 euros le mégawattheure.

La production à partir de sources renouvelables a un effet évident sur le prix de l’électricité. Ces derniers jours, le temps a oscillé constamment entre un temps automnal et un temps étouffant de fin d'été, ce qui a entraîné une pression considérable sur les prix. Les vents forts en particulier y ont contribué. Sur toute la semaine, 36,5 % de toute l’électricité a été produite par des éoliennes. 16,7 % supplémentaires d’énergie solaire ont été ajoutés. Pendant presque toute la semaine, l'énergie éolienne et solaire a fourni une base stable malgré un prix de l'électricité plus bas. Les jours où le prix de l’électricité est bas, on constate de nets pics de production. À l'exception du dimanche. Cette journée a été marquée par un net pic de production d’énergie solaire et une faible demande du monde des affaires en raison de la fermeture des bureaux et des usines.

Les prix du gaz augmentent énormément
En raison de l’importante production à partir de sources renouvelables, seulement 25,4 % de l’électricité était produite par des centrales électriques au gaz. Cette semaine encore, cela s’est avéré être un facteur crucial. La semaine dernière, les plus gros problèmes du marché du gaz semblaient pour l’instant résolus. Chevron et les syndicats australiens ont annoncé qu'un accord sur les avantages sociaux avait été plus ou moins conclu, évitant ainsi des pressions sur le marché du GNL. L'approvisionnement en gaz de la Norvège était également sur le point de se rétablir.

Mais jeudi 5 octobre, la paix était à nouveau difficile à trouver. Entre le vendredi 5 et le lundi 9 octobre, le prix du gaz est passé de 36,21 euros à 42,05 euros, ce qui porte un nouveau coup dur à l'approvisionnement gazier européen, déjà fragile. La Finlande et l'Estonie ont découvert un trou dans le gazoduc BalticConnector. En moyenne, le gazoduc exportera environ 30 gigawattheures de gaz de la Finlande vers l’Estonie. Selon le fournisseur du réseau de gaz, il faudra probablement des mois pour que les travaux soient terminés.

Se débarrasser des promesses
Par ailleurs, le feuilleton australien du GNL, qui s'empare du marché gazier depuis des mois, ne semble toujours pas terminé. Il y a deux semaines, Chevron et les syndicats australiens ont annoncé un accord. Cela semble mettre un terme aux grèves qui menaçaient jusqu'à 7 % de la production internationale de GNL. Vendredi 6 novembre, les syndicats ont annoncé qu'ils n'acceptaient pas les conditions et qu'ils poursuivraient les actions. Les syndicats accusent Chevron que la société pétrolière et gazière tente de se débarrasser de plusieurs engagements lors de la finalisation de l'accord.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login