Shutterstock

Analyse Énergie

Le marché du gaz se réinitialise en raison de températures plus élevées

18 Octobre 2023 -Matthijs Bremer

Le marché du gaz semble avoir subi une sorte de réinitialisation ce week-end. À la fin de la semaine dernière, le TTF a atteint son plus haut niveau depuis des mois, au milieu de plusieurs risques importants. Après une forte aubaine, le prix a en fait fortement chuté à partir de lundi.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le prix du gaz s'est encore une fois révélé volatil cette semaine. Mercredi 11 octobre, le gaz s'échangeait à 46,07 euros le mégawattheure. Puis le prix a fortement augmenté. Vendredi 13 octobre, le TTF était au plus haut de la semaine, à 53,98 €. Le TTF a ensuite à nouveau chuté presque aussi fortement. Le mardi 17 octobre, le prix était tombé à 47,80 €.

Cela a remis le prix brièvement au-dessus de 50 € début avril. Une raison importante du prix élevé du gaz était le temps plus froid. En début de semaine, tous les signaux indiquaient une baisse des températures, notamment en Europe du Nord. Début octobre, l'été indien était encore chaud, avec des températures d'environ 20 degrés qui ne sont pas exceptionnelles. Depuis le milieu de la semaine dernière, les températures ont considérablement baissé jusqu'à environ 13 degrés, des températures proches de la moyenne quinquennale.

Par ailleurs, le marché est resté captivé par le tensions du début de la semaine dernière. À savoir l’éventuel incident de sabotage du pipeline Balticconnector entre la Finlande et l’Estonie et la reprise des grèves dans le secteur australien du GNL. Ces risques ont entraîné une hausse des prix du gazoduc et du GNL jusqu’à la fin de la semaine.

Temps chaud
À l’aube de la nouvelle semaine, les facteurs de risque semblent avoir été oubliés et on assiste à une sorte de légère réinitialisation du marché du gaz. La raison pour laquelle le prix du gaz a de nouveau fortement chuté après vendredi est principalement l'offre croissante en provenance de Norvège. Divers médias internationaux rapportent que les exportations norvégiennes reviennent à des niveaux normaux après les perturbations des derniers mois.

De plus, contrairement aux attentes, la météo semble à nouveau au beau fixe. Il fera encore froid dans les prochains jours, mais aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, entre autres, les températures semblent à nouveau dépasser la moyenne quinquennale dans les prochains jours. Il est donc probable que le remplissage des réserves de gaz se poursuive plus longtemps que prévu. La semaine dernière, on s'attendait à ce que davantage de gaz soit retiré des réserves qu'il n'en soit reconstitué à partir de cette semaine, mais il semble désormais que les réserves augmenteront encore en octobre. Les réserves de gaz néerlandaises sont actuellement pleines à 97,6 %. La moyenne européenne est actuellement même légèrement supérieure, à 97,9 %.

Une aubaine pour le GNL
De plus, pour la première fois depuis longtemps, une entreprise européenne a obtenu un contrat à long terme pour le GNL. Mercredi 13 octobre, Total Energie a annoncé avoir signé un contrat portant sur 3,5 millions de tonnes de gaz liquéfié par an avec QatarEnergy. Le contrat dure au minimum 27 ans. Les deux parties s’attendent à ce que les premières livraisons entrent au terminal GNL de Fos Cavou, dans le sud de la France, à partir de 2026.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login