GroenLinks-PvdA

Interview Laura Bromet (GL-PvdA)

"Il n'est pas vrai que nous détestons les agriculteurs"

24 Octobre 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 10

GroenLinks n'a jamais participé à un cabinet auparavant, mais avec la combinaison GroenLinks-PvdA, cela devient visible. Laura Bromet (53 ans) siège depuis cinq ans à la Chambre des représentants pour GroenLinks et son portefeuille comprend l'agriculture. Elle est numéro 11 sur la liste combinée. Cette interview fait partie d’une série avec des porte-parole potentiels du monde agricole.

Est-ce que quelque chose changera dans votre vision de l’agriculture maintenant que vous vous dirigez ensemble vers les élections ?
"Non, en fait, non. La raison pour laquelle nous avons commencé à travailler ensemble est que nous avons toujours été très proches les uns des autres sur le plan programmatique."

En tant que porte-parole de l'agriculture lors des débats en commission ces dernières années, vous avez souvent souligné le manque de perspectives pour les agriculteurs. En fin de compte, cette perspective est-elle suffisamment fournie ?
"Non, pas du tout. Je pense que le cabinet a terriblement échoué. La ministre Christianne van der Wal a organisé un achat, mais il reste encore beaucoup à faire, y compris des dispositions positives pour les agriculteurs qui restent."

Quelles opportunités voyez-vous pour les jeunes agriculteurs ?
"J'ai récemment parlé à de jeunes agriculteurs par l'intermédiaire du NAJK et... Je suis impressionné par la vision large avec laquelle ils envisagent l'avenir. Ils sont conscients des défis, du changement climatique, de la nécessité de résoudre les problèmes de qualité de l’eau et d’azote. En tant qu'entrepreneurs, ils ne regardent pas seulement à l'intérieur des limites de l'entreprise, mais aussi à l'évolution de la société. Il faut convaincre de nombreux agriculteurs qu’il y a des problèmes, mais pour eux, ce n’est pas nécessaire. Par exemple, quelqu’un du secteur laitier qui reconnaît pleinement que les objectifs climatiques doivent être atteints d’ici 2050 et exprime le souhait de pouvoir se passer à long terme des engrais artificiels. Nous voulons nous assurer que cela devient réalisable grâce à des arrangements. »

Vous avez en tête « un sandwich bien préparé pour les agriculteurs et les consommateurs ». À quoi devrait ressembler le modèle de revenus des agriculteurs ?
"Beaucoup d'agriculteurs me posent cette question. Vous voyez que le gouvernement s'est concentré sur davantage de production au cours des quarante dernières années et vous vous heurtez désormais à des limites environnementales. Nous devons évoluer vers une agriculture moins intensive où vous pouvez aussi gagner votre vie. Cela peut être Cela se fait en subventionnant les écosystèmes, comme les haies. Là où cela n'est pas encore en harmonie avec la nature, vous pouvez également mettre en place des réglementations. Et vous pouvez également lever des taxes selon le principe du "pollueur-payeur". Désormais, les produits les plus polluants sont les moins chers. L'intention est que cela change. Que tous les coûts, y compris les dommages environnementaux, seront payés à la caisse. Les kilokknackers deviendront alors automatiquement plus chers que la viande biologique. "Alors tous les aliments deviendront plus chers", entendez-vous, mais tous les coûts réservés au Fonds Azote nous seront facturés sur toutes les épaules, ils auraient dû être payés dans le panier il y a longtemps."

Vous avez voté contre ce fonds pour l'azote. Pourquoi?
"Nous avons voté contre le Fonds azote parce que nous avions peur que les conditions préalables n'aient pas été définies. Cette crainte a été renforcée par l'argent qui a été versé dans les caisses du Fonds de croissance pour la réduction des droits d'accises sur l'essence. Nous pensons que cela se fasse également avec le budget normal est possible."

Groenlinks-PvdA s’en tient à l’objectif de réduire de moitié les émissions d’azote d’ici 2030 ?
"Certainement. Cela fait presque quatre ans depuis la décision du tribunal et presque rien ne s'est encore passé. Oui, nous avons commencé à rouler à 100 kilomètres par heure, mais les détecteurs PAS n'ont pas été légalisés. Il n'y a qu'un seul moyen et c'est une réduction significative de " Les émissions d'azote, et cela doit être fait rapidement. Si vous étalez cela, il n'y a aucune perspective d'opérations commerciales légales. Tous les agriculteurs qui ne peuvent pas obtenir de financement en ce moment en sont les victimes. "

Votre manifeste électoral affirme qu’une solution doit être trouvée pour les agriculteurs biologiques dans et à proximité des réserves naturelles. Les émissions d’azote restent des émissions d’azote, que vous cultiviez biologiquement ou non ?
"Cela est dû au fait que nous soutenons l'objectif européen d'une agriculture biologique de 25 %. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Nous devons prendre des mesures, mais faire une exception pour les agriculteurs qui pratiquent déjà davantage l'agriculture biologique et qui utilisent déjà davantage d'agriculture biologique. plus de terres et pas d'engrais. Nous voulons vraiment aller dans une direction différente et ne pas racheter d'abord.

Au-delà de l'extensification, vous vous engagez dans une politique active de rachat. Si les agriculteurs ne sont pas suffisamment nombreux à participer volontairement, cela est également obligatoire. Les agriculteurs n'aiment pas entendre ça...
"Je comprends cela. Ce n'est pas amusant du tout d'être forcé de racheter. Je ne suis pas enthousiaste non plus. Mais je pense que vous devriez être honnête. C'est pourquoi je ne fuis pas. Si vous êtes près d'un réserve naturelle fortement taxée et que vous êtes un consommateur de pointe, alors il peut arriver que vous deviez céder la place. Certains disent rapidement : "Nous n'allons pas faire cela". Cela nie que les émissions d'azote soient trop élevées et que les réserves naturelles sont surchargés. D’autres intérêts doivent parfois céder. Pour certains agriculteurs, ce sera une histoire très douloureuse. En tant que gouvernement, vous devez avoir un bon arrangement en place au sens financier. Il y a un tabou sur l’idée de coercition , mais il s'agit désormais plutôt d'une politique de désenfumage : le problème. Si nous ne le résolvons pas, le marché réagira et entre-temps, les agriculteurs ne recevront plus de financement. Est-ce ainsi que vous définissez le caractère volontaire ?

Selon GroenLinks-PvdA, il devrait y avoir des aliments biologiques plus abordables dans les magasins. Aujourd’hui encore, les aliments biologiques doivent parfois être considérés comme conventionnels parce que la demande est trop faible. Est-il judicieux d’augmenter l’offre ?
"Pour les produits qui ne sont pas biologiques, il y a des coûts qui ne sont pas payés à la caisse. Si quelque chose doit devenir plus attractif, les prix sont souvent contrôlés. Les supermarchés doivent être mis sous pression par le gouvernement. La différence de prix que paie le consommateur dans le supermarché est beaucoup plus petit chez l'agriculteur. Pour stimuler le volume, moi et BBB avons demandé au gouvernement d'acheter davantage de produits biologiques auprès des agriculteurs et des jardiniers néerlandais.

Cette motion sur l'achat de produits biologiques a été soutenue par une majorité parlementaire. La Chambre a également récemment soutenu votre motion avec le PvdD contre l'extension de l'autorisation européenne du glyphosate. La Commission européenne a proposé une prolongation de dix ans. Comment te sens tu à propos de ça?
« Vous voyez que l'Allemagne et l'Autriche votent contre et nous avons dit : les Pays-Bas doivent faire de même. Nous sommes également renforcés par les informations selon lesquelles le Ctgb a manipulé les résultats. Vous voyez que l'utilisation du glyphosate continue d'augmenter. "Il faut faire avec la commodité et les rendements. Cela contribue à une mauvaise qualité de l'eau, on ne sait pas quel effet cela a sur le sol, il y a des indications selon lesquelles cela provoque la maladie de Parkinson et est extrêmement dangereux pour les enfants. Je ne comprends pas pourquoi les agriculteurs veulent continuer En l'utilisant."

Vous voulez également la fin de l’élevage industriel. À quelles exigences l’élevage doit-il répondre ?
"Nous ne pensons pas qu'il soit bon qu'il y ait des animaux qui ne voient jamais la lumière du jour et ne peuvent pas afficher un comportement naturel. Nous devons évoluer vers un élevage de base dans lequel les animaux voient la lumière du jour, peuvent sortir et être avec leur mère."

Selon les sondages, GroenLinks-PvdA sera bien plus nombreux que les 17 sièges réunis actuellement. Si vous comptez faire partie d'un cabinet, sur quoi ne voulez-vous vraiment pas faire de compromis en matière d'agriculture ?
"Quand il s'agit de formuler des points de rupture : nous ne le faisons jamais et je ne dirai certainement rien à ce sujet. Ce que je voudrais dire, c'est que la durabilité de l'agriculture d'ici quatre ans, après quarante ans d'aller dans une direction, est Ce n'est pas possible. Le secteur agricole doit faire preuve de beaucoup plus de détermination quant à la direction dans laquelle il va et il doit être soutenu pour agir dans cette direction. Cela signifierait également que ceux qui ne veulent pas participer seront laissés pour compte. un grand groupe d'agriculteurs. Pour avancer dans cette direction, vous devez inclure des mesures dans un accord de coalition.

"En général, j'entends souvent dire que nous détestons les agriculteurs. Ce n'est tout simplement pas vrai. C'est un autocollant que nous collent les partis pour lesquels les agriculteurs aiment voter. Je dirais : regardez ce que la politique signifie pour vous. Les agriculteurs vraiment pas obligé de ne pas voter pour nous, mais s'ils font preuve de bonne volonté envers nous manifeste électoral Si vous le lisez, un monde aurait été gagné et vous verrez que nous n'avons pas de mauvaises intentions envers les agriculteurs des Pays-Bas."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Dossier élections 2023
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 10
Abonné
bombe à retardement 24 Octobre 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10906442/dat-wij-boerenhaters-zouden-zijn-klopt-niet]« Que nous détestons les agriculteurs n'est pas correct »[/url]
Mais pas non plus agriculteur. Je préfère que tu ne me manques pas.
Quelle interview écoeurante. Ils sucent les agriculteurs néerlandais. Vous pensez vraiment que les consommateurs paieront plus, mais ne le dites pas au chat. Les produits réguliers sont abordables, donc ils vont ailleurs. GL/Pvda ne peut pas se débarrasser des produits réguliers.
Abonné
xx 24 Octobre 2023
Je n'y vois vraiment pas de bonnes intentions à l'égard des agriculteurs.
Quel dommage que nous soyons si peu appréciés, alors que nous sommes les meilleurs agriculteurs du monde en termes d'efficacité, d'impact environnemental et de bien-être animal.
Abonné
juin 24 Octobre 2023
les vœux pieux sont quelque chose pour lequel la gauche est douée.
Abonné
brise marine 24 Octobre 2023
Bromet Klavertje4 est pour le Bio ! AH, Jumbo, Lidl et Aldi également, mais dans la mesure où les rayons vendent aux consommateurs. L’histoire honnête est que l’empreinte climatique du Bio est environ 30 % plus élevée que celle du produit néerlandais conventionnel et efficace ! Alors que voulez-vous, coquins verts : la tête dans le sable, des agriculteurs d'ici et des achats en Belgique et au Brésil et aux USA et bientôt en Chine avec une empreinte climatique transport compris d'environ +40% ! Bromet -Klavertje4 bonnes vacances en avion (les émissions ne comptent pas pour l'instant = effet Kanouter Timmermans !
Abonné
agriculteur hypothécaire 24 Octobre 2023
La dame veut être honnête, dit-elle. Mais elle ignore délibérément le rapport de l'UvA sur l'azote. NH3 se déplace différemment selon le modèle d'Aerius. Tant qu’elle persistera dans sa politique fiscale de pointe, elle ne sera pas crédible. Un vœu pieux complètement
Abonné
jk 24 Octobre 2023
Je le vois déjà dans ma tête, Mme Bromet met simplement de côté les rapports scientifiques sur le glyphosate et lève le doigt et commence : "mais j'ai lu sur Facebook..." Triste que la diffamation ait un effet. Cependant, Mme Bromet a fait une déclaration dans cet entretien, hors de la 2ème chambre, dans laquelle elle a dénigré le CTGB. Elle n'a aucune immunité pour cette déclaration ici, j'espère que le CTGB la prendra au sérieux pour diffamation/calomnie.
Abonné
Henk. 25 Octobre 2023
Supposons que le monde entier se mette à cultiver de manière biologique, nous aurions alors besoin de 40 à 50 % de terres agricoles supplémentaires. La production agricole totale dans le monde diminuera si drastiquement qu'environ 10 % de la population mondiale mourra.!
Conclusion finale, c'est effectivement criminel !

Abonné
bombe à retardement 25 Octobre 2023
Je l'ai déjà dit ici. C’est ainsi que viendra la famine : faut-il alors nourrir les auteurs de ce grave crime ? Est-ce notre devoir ? Je sais que nous devons le faire, mais maintenant je dis NON. Je n'ai pas envie de nourrir le Groot......!!!!!!
Abonné
brise marine 26 Octobre 2023
Elle est comme Kabouter Timmermans : elle utilise les informations de manière sélective pour se mettre en ordre. L’avantage de ces personnes est qu’elles sont têtues comme un chien. Ils ne peuvent pas travailler ensemble et sont aussi ennuyeux qu'un troupeau de vaches avec des bouteilles bleues !
Abonné
brise marine 7 Novembre 2023
Oui, vous êtes bien pire qu’un haineux envers les agriculteurs. Gnome plop Timmermans arrive même maintenant, pour attirer les votes en cachette, avec la possibilité de reporter l'exigence de dépôt de N jusqu'en 2035. Quel geste loyal, mais qui n'est plus nécessaire. Vous avez foiré votre business à Bruxelles et vous ne pourrez jamais vous rattraper avec vos sous. Nous perdons toujours du temps, de l'argent ET l'environnement chaque mois en déménageant à Strasbourg et en demandant aux citoyens et aux agriculteurs néerlandais d'agir de manière durable. Passez à Poutine et commencez à vous battre aussi pour gagner votre vie !
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Analyse Elections

Politique de l'azote avec PVV à l'ordre du jour, élevage flou

Interview Harm Holman (NSC)

La confiance et la perspective sont revenues, mais aussi moins de bétail

Interview Thom van Campen (VVD)

"Laisser les agriculteurs aux commandes en convainquant Bruxelles"

Interview Tjeerd de Groot (D66)

« Une vision agricole doit être mise sur la table »

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login