Shutterstock

Analyse Politique

Point de rupture des finances, l’agriculture aussi ne va pas bien

7 février 2024 -Linda van Eekeres - Commentaires 2

Pieter Omtzigt a quitté hier la table des négociations pour la formation du gouvernement. La situation financière des Pays-Bas et la disponibilité tardive des informations à ce sujet sont données à titre d'explication par le membre du NSC. L'agriculture n'est pas mentionnée comme l'une des raisons de l'échec de la formation - dans la mesure où les partis ont déjà publié quelque chose à ce sujet - mais il est clair que les choses ne vont pas bien entre les partis dans ce domaine non plus.

Ses fondations étaient déjà fragiles, mais la raison ultime pour laquelle le leader du NSC mettrait un terme aux négociations formatives avec le VVD, le PVV et le BBB serait que les Pays-Bas se trouvent dans une situation financière pire que prévu et qu'il n'a pas reçu les 21 lettres démontrant que celui-ci ne l'a vu qu'hier après-midi, alors qu'ils avaient déjà été envoyés à la table de formation entre le 23 et le 31 janvier. Omtzigt l'a déclaré hier soir lors du talk-show Humberto. Cette déclaration est surprenante, mais personne ne peut deviner ce qui se passe exactement. Pour l’heure, les autres partis se taisent. On sait que l’Omtzigt était très réticent dès le début à gouverner avec le PVV, qui a plusieurs projets anticonstitutionnels. Mais il y a aussi un crépitement entre les partis sur un autre point.

Ce n’est un secret pour personne : BBB souhaite une nouvelle loi sur l’azote
Alors que la formation battait son plein, un affrontement majeur a eu lieu la semaine dernière lors d'un débat agricole entre Caroline van der Plas du BBB et le député Harm Holman du NSC. Ce dernier veut s'attaquer au problème de l'azote, entre autres, en réduisant le cheptel. Et il est soutenu en cela par une majorité parlementaire. Hier, une motion a été adoptée dans laquelle il déclare qu'il est souhaitable d'élaborer le plus rapidement possible un plan de réduction de l'azote, qui devrait consister en "une combinaison d'un cheptel plus petit approprié, de mesures politiques gouvernementales et d'innovation". À propos de cette motion, Van der Plas a déclaré lors du débat de la semaine dernière qu'il ne comprenait pas pourquoi Holman avait soumis cette motion "à une époque où les agriculteurs sont vraiment désemparés et où il y a des protestations d'agriculteurs partout". "Honnêtement, je ne comprends pas cela. Des travaux sont déjà en cours sur la réduction de l'azote. Nous avons simplement affaire à une loi sur l'azote très ridicule. (...) Ce n'est un secret pour personne que BBB veut une toute nouvelle loi sur l'azote. Je me demande si M. Holman sait ce qu'il fait en ce moment."

Holman a ensuite déclaré que d'après les conversations qu'il a eues avec les agriculteurs (organisations), tout le monde dit : « Si nous voulons sortir du verrouillage, nous devrons réduire le cheptel d'une manière ou d'une autre ». "Presque tout le monde a accepté cela. Un certain nombre ne l'ont pas accepté. Je pense que dans la circonscription que vous (Van der Plas, ndlr) représentez, ce sont les gens qui adhèrent le moins à cette idée. C'est permis. Mais notre conviction est la suivante : si nous vraiment Si Si vous voulez offrir une perspective à ce jeune agriculteur, à ceux qui restent, à l'agriculteur vert, alors quelque chose doit être fait. »

"Nous voyons le chemin à suivre différemment"
Holman a résumé la divergence d'opinion ainsi : « Fondamentalement, nous voulons tous les deux la même chose : nous voulons une perspective pour les agriculteurs et nous voulons nous assurer qu'ils ne se noient pas dans leur propre merde. Nous sommes d'accord sur ce point, mais nous avons des points de vue différents sur la question. le chemin pour y arriver. » Pieter Grinwis (Union chrétienne) a conclu : "Ce n'était donc pas seulement un échange de vues agréable entre BBB et NSC. Je pense que c'était aussi une sorte de conversation de formation."

Au cours du même débat, il y a eu également un désaccord entre Van der Plas et (amoureux autoproclamé des animaux) Dion Graus du PVV, qui accusait Van der Plas de l'avoir « foutu » parce que, selon lui, elle avait dit qu'elle était contre l'industrie de l'élevage, tout en faisant un commentaire sympathique, selon ses propres dires : "Le loup est-il autorisé à manger un mouton de temps en temps ? Cela sera compensé. Ils reçoivent souvent plus que le prix de l'abattage."

Découpe à la ferme de veaux
Le PVV était également le seul des partis formés jusqu'à hier à voter en faveur d'une motion de Tjeerd de Groot (D66) visant à abandonner l'élevage intensif et à se tourner vers « un élevage basé sur l'entreprise familiale ». De Groot a obtenu une majorité parlementaire derrière lui.

Le PVV, le VVD et le NSC ont tous deux soutenu la proposition de De Groot et Grinwis de réduire l'élevage de veaux parce que seulement 10 % de la viande est consommée aux Pays-Bas et que « les problèmes liés au bien-être animal et à l'environnement ne l'emportent pas sur les avantages limités pour les Pays-Bas ou les avantages financiers d'une poignée d'entreprises. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 2
Abonné
brise marine 7 février 2024
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10907782/financien-breekpunt-ook-op-landbouw-botert-t-niet]Point de rupture financière, les choses ne vont pas bien non plus dans l'agriculture [/url]
Ici, les vaches sacrées des supporters reviennent au premier plan. Apparemment, le vieux sang du CDA a une influence empoisonnante sur la faction, en particulier sur M. Holman. La réduction du cheptel se poursuit depuis longtemps par des éleveurs sans successeur, alors prenez un arrangement qui garantit que les droits des animaux des bouchons soient à 50% transférables/vendables et à 50% pour compensation pour la réduction de la pollution Climat/NH3. Enregistrez tous les autres sujets de la nouvelle législation pour l'agriculture durable et, en particulier, Aerius et KDW, fabriquez et enregistrez des normes absurdes et fausses pour la DCE et les eaux souterraines !
Abonné
Louis-Pascal de Geer 7 février 2024
Quel dommage qu'aucune proposition concrète n'ait apparemment encore été discutée au cours du processus de formation et à la Chambre des représentants quant à ce à quoi devrait ressembler une nouvelle loi sur l'azote et, surtout, sur quelles preuves scientifiques se fondent ces nouveaux projets de loi. À mon avis, il s'agit d'une consultation apolitique, et donc indépendante, mais technique, dans laquelle tout est réexaminé et si cela présente ou non des lacunes.
A noter que l'excellent article d'opinion de Wouter de Heij sur l'utilité et les bénéfices de l'approche néerlandaise sur l'azote, qui sont sévèrement dénoncés, n'a pas été discuté dans les discussions ; Zeewind indique déjà ce qu'il faut faire, mais quand tout revient sur la balance, on peut faire plus et coûter beaucoup moins d'argent, sans parler de l'intimidation sans fin de nos agriculteurs, qui, je pense, prend presque des proportions criminelles.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Politique

Loi sur la restauration de la nature avec frein d'urgence approuvé

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Interview Marie Dekkers

Les prix élevés des terrains constituent le plus grand défi de l’extensification

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login