Jeroen Meuwsen Photographie / Shutterstock.com

Actualités Relevé combiné

La prime de base en GLB sera réduite de plusieurs dizaines d'euros

29 février 2024 - Jurphaas Lugtenburg - Commentaires 6

Juste avant l'ouverture de la cotation combinée (GO) pour 2024, le ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire Piet Adema a annoncé les tarifs provisoires. Par ailleurs, dans une lettre adressée au Parlement aujourd'hui (29 février), l'Adema indique qu'elle fera usage de la possibilité de dérogation pour le régime de gel des terres de 4 % introduit le 12 février par la Commission européenne. La mise en œuvre pratique reste un problème.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Pour 2024, l'Adema garantit une prime de base d'au moins 171 € par hectare. En fonction de l'inscription définitive à la prime de base et au dispositif éco, celle-ci peut être augmentée. Pour le programme éco, le ministre maintient les tarifs au même niveau que l'année dernière. "En 2024, je veux m'en tenir à des tarifs du programme écologique qui rendent justice aux coûts encourus et aux pertes de revenus des agriculteurs. Cela signifie 200 euros pour l'or, 100 euros pour l'argent et 60 euros pour le bronze", écrit l'Adema.

La prime de base pour 2023 a été fixée à 213,28 € par hectare. C'est inférieur aux 220 euros initialement promis, mais supérieur aux 207 euros annoncés en novembre dernier. Les tarifs pour l'or, l'argent et le bronze en 2023 seront respectivement de 200 €, 100 € et 60 €. L'aide au revenu supplémentaire pour les jeunes agriculteurs pour 2023 s'élève à 2.800 54,53 € et pour l'aide au revenu de redistribution (aide supplémentaire aux petites et moyennes entreprises) à XNUMX €.

La réglementation sur la jachère est en cours d'adaptation
La Commission européenne a donné la possibilité aux États membres de renoncer à l'obligation de 4 % de terres agricoles laissées en jachère. Une « possibilité de dérogation à la bonne conditionnalité agricole et environnementale (BCAE 8) », comme on l'appelle dans le jargon. Soyons clairs : la jachère de 4 % n’est pas totalement exclue. Concrètement, cela signifie qu’il existe une option supplémentaire pour les agriculteurs. 4 % peuvent être remplis de jachères, de cultures fixatrices d'azote, de cultures dérobées ou d'une combinaison de celles-ci. "Cependant, au GO, l'agriculteur ne peut pas demander directement cette option en raison de la publication tardive de la Commission européenne. Une méthode de travail à cet effet sera trouvée en consultation avec RVO", écrit le ministre.

Lors de la réalisation de la déclaration combinée, l'un des changements les plus importants est que la carte des zones tampons a été améliorée avec des cartes des services des eaux. Les cours d’eau asséchés et asséchés sont mieux classés en fonction des niveaux des eaux souterraines, des décisions relatives au niveau d’eau et de la profondeur des fossés. De plus, la superficie de la bande tampon est automatiquement incluse dans la superficie de la zone de dépôt du fumier. Il y aura également moins de questions sur, par exemple, la mécanisation et l'irrigation dans le GO. Tous les États membres effectuent un recensement agricole supplémentaire (Statistiques agricoles intégrées) trois fois en dix ans et cela a été inclus dans le GO 2023.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login