Agri-firme

Interview Dick Hordijk

"Si Agrifirm s'en fout maintenant"

27 mars 2024 - Wouter Job

Pour Dick Hordijk, 2023 n’a pas été son année la plus facile en tant que PDG d’Agrifirm, même si la question est de savoir si cela s’est produit au cours des huit dernières années de service. La coopérative a dû essuyer une perte de 3,6 millions d'euros. La volatilité des marchés des matières premières constitue un énorme défi, tout comme les vents contraires en Chine et en Belgique.

Le marché intérieur néerlandais, avec la diminution du nombre d'animaux, provoque également quelques maux de tête, même si l'on continue à gagner de l'argent ici pour verser un modeste dividende aux membres. Hordijk est clair : "Nous devons maintenant agir, mais je suppose que les chiffres rouges sont un incident."

la résultat négatif L’essentiel est probablement difficile à expliquer aux membres, ou comprennent-ils également que les marchés sont tout simplement difficiles ?
"Les chiffres ont déjà été partagés avec le conseil des membres mardi et en effet, ce fut une réunion difficile. Mais avec respect et aussi constructif. L'objectif commun est d'améliorer les résultats d'Agrifirm et nous y parviendrons. Les agriculteurs savent que les bonnes et les mauvaises années alternent. On pourrait décrire 2023 comme une année particulièrement difficile, avec un orage parfait. Le marché des matières premières alimentaires et des engrais est extrêmement volatil. Après des hausses de prix extrêmes en 2022, nous avons dû continuellement réduire nos stocks l’année dernière. De plus, les frais de personnel ont considérablement augmenté en raison de l'inflation. Nous avons également dû réserver une somme importante pour la restructuration. Pourtant, il est bon de distinguer les choses. La baisse des volumes sur le marché intérieur néerlandais est conforme au marché, ce qui signifie que nos parts de marché sont stables. Nous traversons une période difficile en Chine et en Belgique. En Belgique, qui est une sorte de marché précurseur des Pays-Bas, le cheptel est soumis à une pression considérable. Cela conduit à une concurrence féroce. Et en Chine, nous continuons à souffrir des conséquences de la peste porcine, avec toutes ses conséquences." 

Est-il encore possible de trouver un fonds pour un bénéfice membre, même limité ?
"Nous versons un dividende de 7,3 millions d'euros. Cet argent provient de nos activités néerlandaises, y compris de nos magasins Welkoop, qui fonctionnent eux-mêmes de manière rentable."

La cause est principalement recherchée à l’extérieur. Dans quelle mesure les choses vont-elles mal en interne ?
"Nous nous regardons certainement dans le miroir et avons donc entamé une restructuration. Nous pouvons et devons parfois être plus précis. Nous anticipons cela en nous organisant différemment et plus efficacement. Par exemple, l'année dernière, nous avons fermé notre usine d'aliments composés à Zwolle. Malgré notre forte "Il faut empirer les choses au niveau du bilan, c'est simple. Les premiers 10 millions d'euros ont déjà été économisés, je peux vous l'assurer."

Pourtant, jamais auparavant il n’y a eu autant de salariés, alors que les volumes de ventes continuent de baisser.
"Je voudrais nuancer ce chiffre. La croissance des ETP se situe principalement chez Welkoop, où nous avons repris des magasins. Le nombre de salariés dans notre division aliments pour animaux et végétaux diminue, comme nous le souhaitons. Nous n'allons pas imposer de restrictions strictes. taux de réduction ici. , car cela prend alors sa propre vie. De plus, il y a également des sorties par attrition naturelle. Nous économisons également sur nos processus.

Nous avons déjà économisé les 10 premiers millions d'euros

Dick Hordijk, PDG d'Agrifrim

Agrifirm souhaite se concentrer davantage sur les marchés principaux, c'est pourquoi on pense d'abord au marché intérieur néerlandais. Qu’entendez-vous réellement par concentration ?
« Les Pays-Bas sont et restent notre marché le plus important, car c'est également là que se trouvent nos membres. Nous nous concentrons sur la Pologne, la Belgique, le Brésil, l'Espagne et la Chine. Dans le passé, nous nous sommes également concentrés sur un certain nombre de marchés autour de ce secteur, mais nous " Nous intensifions cela. Cela se reflète également dans nos chiffres. Nos ventes de prémix et de concentrés ont fortement chuté l'année dernière. Vous devriez en fait assouplir cela. Contrairement aux prémix, le marché des concentrés se caractérise par de faibles marges. Ce marché fluctue également de haut en bas. et n'est donc pas sans risque. Avec la vente de coproduits, nous abandonnons de plus en plus consciemment les affaires. S'il n'y a aucune perspective d'une marge décente, nous ne le faisons pas. Plus n'est pas toujours mieux.

Une sortie de certains marchés étrangers est-elle également une option, compte tenu des défis que vous soulignez en Chine et en Belgique ?
"Nous voulons rester en Chine, mais devenir moins dépendants du secteur porcin. C'est pourquoi nous nous diversifions dans l'alimentation du bétail. Il y a aussi des opportunités là-bas, car l'élevage laitier connaît une croissance rapide. En Belgique, le marché est en plein essor. Pour façonner ce marché, nous travaillons actuellement sur notre plan quadriennal, qui s'étend de 2025 à 2028. Disons-le ainsi : nous adoptons une approche large et n'excluons rien d'avance. sont de réelles options, mais bien sûr aussi de poursuivre les activités belges. En tout état de cause, nous ne devons pas avoir peur de faire des choix radicaux à l'avance."

Vous parlez de nouvelles voies et opportunités. Cela semble presque mystérieux pour une coopérative agricole décente. A quoi peut-on penser ?
"C'est bien que vous ayez posé cette question, car nous n'allons pas complètement changer de cap ou quoi que ce soit. Cependant, nous nous concentrerons davantage sur spécialités. Notre technologie brevetée Greenwave permet de produire des protéines résistantes au rumen pour l’alimentation du bétail de manière responsable et respectueuse du climat. Cela contribue à réduire les émissions d’azote et de CO2 dans l’élevage laitier et à la santé des vaches. Nous avons également annoncé cette semaine la création d'une plateforme en collaboration avec DSM-Firmenich pour réduire l'empreinte CO2 dans l'élevage de volailles. C'est ainsi que nous nous distinguons sur le marché. C’est également bon pour l’existence du secteur agricole dans notre pays. En raison des résultats moins bons, nous examinons nos projets d'un œil plus critique. Nous n’investirons que s’il y a une chance de succès d’ici cinq ans. Ne pas investir n’est pas une option, car cela crée un déficit de connaissances. »

Enfin, l’amélioration considérable des flux de trésorerie est-elle un point de départ vers des temps financiers meilleurs ?
"Sans aucun doute. En 2022, l'argent s'écoulait rapidement de l'organisation, mais maintenant c'est l'inverse. Agrifirm est fondamentalement une entreprise très saine, sans dettes à long terme. Cela nous aide à nous redresser plus rapidement. Je suppose que l'entreprise la perte en 2023 était un incident et que nous écrirons encore des points noirs cette année, comme les membres peuvent l'attendre de nous."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Actualités Chiffres annuels

La perte de millions oblige Agrifirm à se réorganiser

Analyse Voer

Les coopératives d'alimentation de taille moyenne sont également sujettes au déclin

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login