Colonne Niels van der Boom

Assurez-vous de chérir cet ancien à l'arrière de la grange

31 Juillet 2015 -Niels van der Boom - Commentaires 4

Lorsqu'il s'agit d'électronique, d'agriculture de précision et de GPS, nous regardons toujours avec impatience les États-Unis et le Canada. En moyenne, c'est de là que viennent la plupart des innovations et de nombreuses connaissances pratiques ont déjà été acquises. Cependant, avec la technologie des tracteurs, cela est contre-productif. C'est du moins ce que pensent de plus en plus de gens du métier. Alors que les tracteurs deviennent de plus en plus compliqués, la demande pour une technologie éprouvée augmente.

Les innovations électroniques figurent en tête de liste des fabricants de tracteurs lorsqu'il s'agit d'introduire un nouveau modèle. Pensez à l'Isobus, au GPS intégré ou, par exemple, à l'ABS, pour n'en nommer que quelques-uns. Naturellement, il existe un groupe d'utilisateurs intensifs qui bénéficieront de tels développements. Mais est-ce aussi le cas pour l'entrepreneur agricole moyen ? Les nouvelles technologies ont le potentiel d'économiser de l'argent, mais un tel investissement entraîne presque toujours une augmentation des coûts.

La demande pour un modèle d'occasion avec peu d'heures et une technologie relativement simple augmente

Aux États-Unis, le désir d'un nouveau tracteur semble lentement changer. Les grandes entreprises préfèrent utiliser les dernières techniques et tirer parti du GPS et du travail géolocalisé. Mais le groupe qui est en dessous préfère se réparer lui-même et ne tourne pas beaucoup d'heures. La demande pour un modèle d'occasion avec peu d'heures et une technologie relativement simple augmente, ce qui exerce une pression sur les prix. Une bonne nouvelle pour ceux qui ont encore un tracteur aussi simple dans leur cabanon, mais moins pour le manufacturier et les concessionnaires.

Pouvons-nous transposer la situation américaine à celle de l'Europe occidentale ? Non je ne crois pas. Pour commencer, les entreprises s'y développent largement. Cela fait beaucoup de différence. Que vous utilisiez un tracteur articulé neuf ou vieux de trente ans, peu importe les quelques fois par an où vous utilisez un semoir ou un cultivateur. A condition que le conducteur se contente de moins de confort. L'agriculteur, l'entrepreneur et l'éleveur laitier néerlandais restent des passionnés de technologie. Un tracteur doit souvent faire une variété de travaux.

Malgré le fait que toute l'électronique moderne a un but, nous ne pouvons pas nous empêcher de regarder le prix de revient par heure de fonctionnement d'un œil oblique. Il continue d'augmenter. Pas seulement à cause de l'ajout d'électronique. Des normes d'émission strictes augmentent également le prix de revient. Cela garantit que les tracteurs restent plus longtemps sur la ferme pour travailler plus d'heures. Cependant, le risque de réparations inattendues augmente. Ceux-ci semblent devenir plus fréquents sur les nouveaux modèles. Un tracteur de 2015 est-il toujours construit de la même manière qu'un tracteur de 1985 ?

Malgré le fait que de nombreux agriculteurs néerlandais ont un (presque) nouveau tracteur dans leur hangar, les anciens ne sont pas boudés. Même si ce n'était que pour des petits boulots autour de la ferme. Un tel oldtimer ou youngtimer reste indispensable pour beaucoup. Ils ne coûtent presque rien et ont souvent une valeur sentimentale qui leur est attachée. Si quelque chose est gagné dans une bonne année, l'une des nouvelles machines est généralement échangée.

Outre les problèmes de la basse-cour, l'entreprise de mécanisation a ses propres problèmes. Un nombre croissant de tracteurs modernes avec électronique sont repris. Cependant, l'exportation continue de rechercher les anciens de confiance, qui peuvent également être réparés avec un fil et un marteau dans les pays du tiers monde. Cela restera ainsi pour le moment. Les entreprises des pays d'Europe de l'Est achètent de plus en plus de nouveaux équipements elles-mêmes, ne serait-ce qu'avec une subvention. Là aussi, on peut difficilement porter un modèle de cinq ans avec 5.000 XNUMX heures. Bien sûr, il existe également un marché pour de tels tracteurs aux Pays-Bas, mais qui ose le faire ? La plupart des agriculteurs n'ont toujours pas d'ordinateur portable et d'équipement de diagnostic dans l'atelier.

Que se passe-t-il dans votre entreprise ? Adoptez-vous les dernières technologies ou le passé est-il chéri ?

Niels van der Boom
Rédacteur technique chez Boerenbusiness. Nl

Niels van der Boom

Niels van der Boom est expert en agriculture arable et en technologie depuis août 2013. Boerenbusiness† Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre, des céréales et du sucre. Chaque semaine, il présente le flash du marché sur le marché des céréales.
commentaires
Commentaires 4
H Tuben 31 Juillet 2015
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness[/url]
Les vieux tracteurs sont encore utiles pour certains travaux.
Pour la pulvérisation en bout de champ ou la tondeuse à gazon pour les bordures ou le sol
benne avec la récolte.
Parfois juste un peu de route
fermier kees 31 Juillet 2015
les anciens ne sont également plus populaires auprès de nombreux jeunes car il faut alors changer de vitesse mais acheter une voiture à 6 vitesses parce que c'est cool mais le vieux tracteur est amusant pour la conduite en anneau ou pour balayer la cour ou d'autres tâches
gentil paysan 2 Augustus 2015
Je suis content sur un si gros tracteur, mais dans mon élément sur ce petit tracteur ouvert qui a presque 50 ans avec épandeur d'engrais sur roues. Économise beaucoup de pression au sol au printemps.
jan 24 Décembre 2015
Je pense qu'il existe même un marché pour des modèles comme une série 1455, TW, fendt 600, Volvo, etc., bien qu'une version améliorée dans le sens de moteurs Tier IV ou V, et une mise à niveau de la boîte de vitesses (engrenage robot comme avec le camions, c'est une technologie éprouvée) la climatisation et même un appareil de levage peuvent même m'être proposés en option, tout simplement (sauf le moteur car là on ne peut vraiment pas échapper à l'électronique pour répondre aux normes)
Oncle Henk 24 Décembre 2015
Tout à fait d'accord pour la benne et l'équipe, peu de pertes dans la boîte et des coûts horaires bas
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Opinie Niels van der Boom

Chérissez votre entrepreneur tant que vous le pouvez encore

Opinie Niels van der Boom

Qui souffre le plus : l’homme ou la machine ?

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login