KWS

Présenté par KWS

Peu d'amidon dans le maïs sec

31 Octobre 2022

La qualité moyenne du maïs cette année est décevante par rapport aux années précédentes. C'est le résultat sans surprise après analyse des premiers ensilages de maïs.

Désormais, chaque année, les premiers résultats sont moins bons que ceux des ensilages de maïs échantillonnés plus tard. En effet, les autres années, il s'agit souvent de maïs récolté trop tôt et donc pas mûr. Cette année, il s'agit surtout de maïs qui a été récolté (partiellement) pour une maturation d'urgence. De plus, la teneur en matière sèche des premiers ensilages de maïs prélevés est nettement plus élevée que les autres années, ce qui rend ces ensilages de variétés de maïs plus sensibles au forçage.

Saison 2022 : beaucoup de plante, peu de flacon
Contrairement à l'autre année très sèche de 2018, où elle est devenue très sèche à partir de la mi-juin, la pire sécheresse de cette année s'est produite à partir de début juillet. En conséquence, il y avait encore suffisamment d'humidité présente pendant la phase dite de tir. La phase de pousse est la phase de croissance entre le stade 6 feuilles et la formation de la panicule. En conséquence, le maïs a atteint une taille à laquelle nous sommes habitués avec le maïs sur la plupart des parcelles.

Cependant, la grave sécheresse de juillet et d'août n'a pas entraîné un développement adéquat des épis. Les températures très élevées qui ont suivi en août et en septembre ont donné le coup de grâce au maïs, en particulier sur les sols sablonneux, à la suite de quoi beaucoup de maïs est devenu prématurément mûr et, dans certains cas, a déjà été récolté en août. Une quantité relativement importante de masse végétale résiduelle associée à une faible proportion d'épis après la récolte de ce maïs est à l'origine de la moins bonne valeur nutritionnelle.

Couper plus haut
Un moyen simple d'obtenir une valeur alimentaire plus élevée par kilogramme de matière sèche consiste à hacher le maïs plus haut. Cette année aussi, plusieurs producteurs l'ont fait. Pour chaque 10 centimètres de hachage supérieur, cela se traduit par une augmentation moyenne de 10 grammes d'amidon par kilogramme de matière sèche. Récolter du maïs en tant que MKS donne une valeur nutritionnelle encore plus élevée, mais cela ne s'est pas toujours avéré possible avec du maïs qui mûrit. De plus, le désir d'avoir suffisamment de fourrage grossier cette année était plus grand dans de nombreuses fermes. Néanmoins, il est bientôt possible de combler une éventuelle pénurie de fourrage grossier (lire : fibre brute) provenant de l'extérieur de l'entreprise et de récolter le maïs sur la propre ferme de l'entreprise davantage sous forme de concentrés.

Choisir des variétés de maïs résistantes à la sécheresse en 2023
KWS étudie depuis des années la tolérance à la sécheresse des variétés de maïs. La sélection pour cela est bien sûr mieux faite dans des conditions de croissance sèches. Peut-être en raison du changement climatique, quatre des cinq dernières saisons de croissance ont été sèches à très sèches. Ce dont un cultivateur pratiquant est évidemment moins satisfait, les sélectionneurs de variétés de maïs ont pu en profiter. Au Benelux, l'expérience terrain d'essai, mais aussi l'expérience pratique, notamment pour les variétés de maïs GÉNIALIS, ARTURELLO en CAMILLO livré des résultats positifs. Expérience positive dans le sens d'un rendement, d'une valeur nutritionnelle et d'une santé végétale résiduelle nettement plus élevés.

Outre le choix variétal et la hauteur de coupe, la gestion de la culture est déterminante
Les dernières saisons de croissance sèches ont montré que l'irrigation fait la différence. Indépendamment de la question de savoir si l'irrigation est utilisée, une bonne fertilité du sol améliore, entre autres, la capacité de stockage de l'eau. Cela signifie que pendant les saisons de croissance sèches, le maïs traverse cette période un peu plus facilement et produit un meilleur résultat. De plus, une fertilisation supplémentaire avec du potassium donne un maïs plus vital, ce qui signifie que la culture est moins susceptible de subir un stress hydrique. Étant donné que les saisons de croissance sont en moyenne plus sèches en raison du changement climatique, l'ajustement de la densité de semis est également une bonne mesure. Moins de plantes par hectare ont simplement besoin de moins d'humidité.

Souhaitez-vous plus d'informations sur la culture du maïs dans des conditions de culture sèches ? Alors n'hésitez pas à nous contacter.

Cette analyse de rentabilisation est alimentée par :

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception