Shutterstock

Présenté par Courtier VBO

Droits aux phosphates : un seul sourire et beaucoup de larmes

19 Juin 2018

Le secteur agricole est plein de dynamisme, ce qui ne devrait pas surprendre compte tenu de la fréquente couverture médiatique. Le récent rapport "Durable et sain - ensemble vers un système alimentaire durable" (le Conseil du cadre de vie et des infrastructures) est clair : sur la base de la politique alimentaire, nous devrions déjà anticiper une diminution du cheptel. Heureusement, le gouvernement n'y est pas favorable, mais le ton est encore une fois donné.

Écrit par : Hans Peters, président de la Section de l'immobilier rural et agricole

Le manque de clarté concernant la dérogation a entraîné une grande incertitude chez les producteurs laitiers. La confiance a décliné et le prix des droits sur les phosphates a grimpé en flèche lorsqu'il s'est avéré que la dérogation continuerait définitivement. Après tout, les investissements prévus ont pu se poursuivre. Il y a les nouvelles FrieslandCampina (concernant la durabilité à long terme de la production laitière) au contraire, ce qui a également entraîné une courte baisse des prix. Il ne faut certainement pas sous-estimer le lourd paquet de souhaits du géant laitier.

Réglementation des accidents
Et nous n'en sommes pas encore là. En mai, il est devenu clair que l'arrangement de goulot d'étranglement dans le système des droits sur les phosphates n'est définitivement pas prolongé. Un sérieux coup dur pour les entrepreneurs ayant réalisé des investissements irréversibles et ne disposant pas d'un cheptel suffisant sur leur exploitation à la date de référence (2 juillet 2015). La ministre de l'Agriculture, Carola Schouten, déclare qu'en raison des allocations supplémentaires requises, une remise générique (encore plus sévère) serait inévitable. Mais les droits sur les phosphates n'étaient-ils pas destinés à contrer la croissance effrénée de l'élevage laitier ?

L'upscaling est encore un gros mot

Quelle est la conséquence de ces mesures ? C'est très simple : un nombre croissant d'éleveurs laitiers abandonnent. Cet assainissement accéléré n'est probablement pas prévu à La Haye, car il crée une forte impulsion pour la mise à l'échelle. Exactement le contraire de ce que nous avions réellement prévu, car la mise à l'échelle est encore un gros mot.

Arrêtez le grand impact
Le fait que les producteurs laitiers plus âgés prennent une décision mûrement réfléchie de mettre fin à leur activité dépend de ce point. Le manque de relève et les exigences strictes (notamment dans le sud du pays) y jouent également un rôle, mais il est désolant qu'un groupe important d'entrepreneurs relativement jeunes prennent la décision d'arrêter leurs activités plus tôt que prévu. Les émotions associées à une telle décision ne peuvent être sous-estimées. Dans de nombreux cas, l'ancienne entreprise familiale cesse d'exister. Cela a un impact majeur; non seulement sur le producteur laitier et sa famille, mais aussi sur de nombreux autres intervenants.

Dans ces cas, le courtier/évaluateur a un rôle beaucoup plus important que la direction commerciale des processus associés à la cessation d'activité. Dans ces cas, la tâche de conseiller impose des exigences élevées à notre profession. Nous devenons de plus en plus des entraîneurs d'agriculteurs, et ce rôle ne fera que croître.

La moitié de 2018 est maintenant passée. De nombreux droits sur les phosphates ont changé de mains. Pour les acheteurs, cela signifie un investissement substantiel ; le coût augmente. La situation est bien sûr différente pour les vendeurs : la vente des droits leur offre la possibilité d'emprunter d'autres voies. Pour ce groupe, il serait préférable de parler de fos'baat'rechts.

Cette analyse de rentabilisation est alimentée par :
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception