Shutterstock

Analyse Énergie

5 questions sur le marché de l'énergie en surchauffe

2 Octobre 2021 - Wouter Job

Les marchés de l'énergie sont en surchauffe. Les prix du carburant battent des records et les factures d'électricité et de gaz explosent. Il s'agit d'un inconvénient majeur pour les ménages et les entreprises au moment où la crise corona semble être terminée. Ou est-ce le prix que la société doit payer pour cela ? Cinq questions.  

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

1. Pourquoi « soudainement » ces prix élevés du carburant ?
La cause directe réside dans la fin de la crise du coronavirus. Maintenant que les mesures ont été assouplies dans de nombreux pays, les activités économiques augmentent à nouveau. Les routes se remplissent et l’industrie fait des heures supplémentaires. Cependant, ce n’est qu’un côté de l’histoire. La production pétrolière est également en baisse. Pendant la crise du coronavirus, la demande de pétrole a fortement chuté et de nombreuses plates-formes de forage ont réduit leur capacité. Et cette capacité ne reviendra pas simplement. Avec l’essor des carburants renouvelables, les raffineries ont moins investi dans de nouvelles capacités de production ces dernières années.

Le prix du baril de pétrole Brent s’élève désormais à près de 80 dollars le baril. C’est considérablement plus élevé que ce à quoi nous étions habitués ces dernières années. Dans le même temps, le pétrole a dépassé les 2011 dollars le baril presque sans arrêt entre 2014 et 100, il pourrait donc aller encore plus haut. Le prix public conseillé du litre d'essence dans notre pays a désormais dépassé la barre des 2 euros, ce qui n'était jamais arrivé auparavant. Vous payez désormais 1,65 € le litre de diesel sur l'autoroute. Les prix de l’essence et du diesel sont – dans une perspective historique – relativement plus élevés que les prix du pétrole. Cela est dû à la faiblesse de l'euro par rapport au dollar. Cela rend l’importation de pétrole (qui est souvent négocié en dollars) plus coûteuse et cela est répercuté sur les utilisateurs finaux.

2. L’essence et le diesel vont-ils devenir encore plus chers ?
De nombreux analystes estiment que la fin de la hausse des prix n’est pas encore en vue. La banque d'investissement américaine Goldman Sachs, qui fait autorité, s'attend à ce que le prix du pétrole continue d'augmenter pour atteindre 90 dollars vers la fin de cette année. Dans ce cas, le ravitaillement à la pompe devient encore plus coûteux. L’automne vient tout juste de commencer dans l’hémisphère Nord et l’hiver approche à grands pas. À cet égard, la hausse des prix de l’énergie arrive à un moment inopportun. La dynamique haussière du marché ne changera donc pas de sitôt, même si, selon de nombreux analystes, il existe bel et bien une spéculation sur les prix. Plus l’hiver est froid, plus la demande de pétrole augmente, comme le montre l’histoire. 

Dans le même temps, il est probable que les raffineries pomperont davantage de pétrole maintenant que les prix sont rémunérateurs. Le marché pétrolier attend désormais avec impatience les consultations sur le cartel OPEP+ qui auront lieu la semaine prochaine. Ensuite, le cartel pétrolier discutera de l’opportunité d’augmenter la production actuelle de 400.000 XNUMX barils par jour. Les analystes ne s’attendent pas immédiatement à ce que l’OPEP+ fasse cela. En effet, la variante Delta du coronavirus n’est pas encore maîtrisée dans de nombreux pays, ce qui pourrait ralentir la demande de pétrole. Beaucoup de choses dépendront également de la Chine. Le pays asiatique a indiqué cette semaine vouloir augmenter ses approvisionnements en pétrole pour être mieux préparé à une éventuelle crise énergétique.  

3. Existe-t-il une corrélation entre les prix élevés du pétrole et ceux du gaz et de l’électricité ?
C’est une question que les économistes se posent depuis des années. Parfois, c'est là, mais pas toujours. Les fondamentaux des marchés sont différents et les dynamiques sont donc différentes. Tout comme la hausse des prix du pétrole, les prix élevés du gaz et de l’électricité sont le résultat de l’amélioration de l’économie. Le prix du contrat à terme néerlandais TTF, le plus important contrat de référence pour le gaz naturel en Europe, a atteint vendredi 1er octobre 100 euros le mégawattheure. C’est cinq fois plus qu’en 2020. Le fait que les prix du pétrole, du gaz et de l’électricité atteignent désormais des sommets simultanés est principalement dû à la forte demande d’énergie qui est apparue et non pas tant au fait que les marchés se tirent mutuellement vers le haut. 

4. La surchauffe des marchés énergétiques peut-elle conduire à une escalade sociale ?
Oui, c’est possible, mais ce n’est pas (encore) forcément probable. Si les prix élevés de l’électricité, du gaz et du pétrole perdurent, nous nous dirigerons vers une crise énergétique. Cela fait mal au portefeuille et affecte les bénéfices des entreprises. La situation peut dérailler si la panique s’installe concernant la sécurité de l’approvisionnement. Pour l’instant, la sécurité de l’approvisionnement énergétique aux Pays-Bas (et dans les pays limitrophes du continent) n’est pas menacée.

Indépendamment de l’escalade, une nouvelle crise énergétique se profile. Le pouvoir d’achat des consommateurs va alors diminuer considérablement et ce n’est pas tout. Le pétrole pèse lourd dans de nombreux paniers d’inflation. Si l’inflation augmente, il est probable que les banques centrales comme la BCE et la FED augmenteront les taux d’intérêt plus rapidement que prévu, avec toutes les conséquences que cela implique. Il est également possible que l’industrie manufacturière, confrontée aux prix élevés de l’énergie, réduise sa production, créant potentiellement des lacunes dans la chaîne d’approvisionnement de nombreux secteurs. Nous constatons déjà que cela se produit dans l’industrie des engrais. Cela rend la situation économique actuelle passionnante et complexe.  

5. Les gouvernements prennent-ils des mesures ?
De nombreux gouvernements envisagent de prendre des mesures. Il faut faire la distinction entre pouvoir et vouloir le faire. Car il reste à voir s'il y aura un soutien politique en faveur d'une réduction temporaire des droits d'accises sur les carburants ou de la TVA sur l'énergie - compte tenu du changement climatique. La crise est également interprétée par certaines parties comme une incitation à abandonner plus rapidement l’utilisation des combustibles fossiles.

Les mesures diffèrent selon les pays. Le gouvernement français a annoncé vendredi 1er octobre vouloir geler les prix du gaz et de l’énergie pendant six mois. Il y a aussi un motif politique ici, car de nouvelles élections auront lieu en avril de l'année prochaine. Le gouvernement britannique envisage d’accorder des prêts d’urgence aux sociétés énergétiques risquant de faire faillite. Aux Pays-Bas, le ministre Blok (Affaires économiques) souhaite conserver la possibilité d'obtenir une quantité limitée de gaz de Groningue pendant une courte période. Il s’agit toutefois plutôt d’une mesure d’urgence qui n’aura pas d’effet modérateur sur les prix du gaz. De nombreux États membres réclament une consultation européenne, car le problème dépasse les frontières nationales. 

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login