La pépinière de Siem Munster cultive 13 hectares de plants de pommes de terre.
Il s’agit de la pomme de terre de semence Spunta.
Le tri et la transformation battent leur plein.
Les pommes de terre ont été récoltées bien avant qu'elles ne soient mouillées.
Les plants de pommes de terre sont destinés à l'Afrique.
Les plants de pommes de terre sont destinés à l'Afrique.
Sandra et Siem Munster partagent leurs passions au sein de l'entreprise.
Le terreau est destiné au forçage des tulipes.
La plantation des tulipes pour le forçage se fait en 2 étapes : en septembre/octobre et en novembre.

Rapport d'entreprise Crèche de Munster

« Montrer aux consommateurs ce que nous faisons »

22 Novembre 2019 -Jeannette Pennings - Commentaires 6

Tulipes et plants de pommes de terre forment une combinaison idéale dans l'entreprise de Siem et Sandra Munster à Slootdorp. Qu’il s’agisse du développement des connaissances ou de la répartition des risques et du travail, les deux cultures se renforcent mutuellement. Mais les entrepreneurs voient aussi des défis. "Le secteur de la pomme de terre peut apprendre beaucoup de la commercialisation des tulipes."

Plus de 6.000 1 visiteurs nationaux et étrangers visitent la Kwekerij Siem Munster chaque printemps. Ils ne veulent qu’une chose : voir des tulipes, et de préférence le plus grand nombre possible. Les autocars effectuent des allers-retours sur une période de 6 semaines. Sandra Munster a donc lancé TulpenExcursion.nl il y a 10 ans. Ce qu'elle aime faire, travailler avec les gens, rejoint la passion de son mari Siem : cultiver des tulipes et des plants de pommes de terre. 

Entreprise
Crèche Siem Munster
Dans l'entreprise de Siem et Sandra Munster, les grandes cultures sont associées à la culture de bulbes et de fleurs de tulipes. Le plan de culture de cette année comprend des tulipes (30 à 35 hectares), des plants de pommes de terre (13 hectares), des champs d'oiseaux (7 hectares), des aliments d'hiver (5,5 hectares), des semences de graminées (4 hectares) et du blé d'hiver (3,5 hectares). En outre, 7 millions de tulipes sont cultivées chaque année et l'entreprise accueille environ 6.000 4 touristes chaque printemps. Les 9 filles (Roos, Lotte, Fleur et Asia), âgées de 15 à XNUMX ans, sont encore trop jeunes pour parler de (potentielles) relèves commerciales.

Les derniers roulent en grand nombre sur la machine de tri lors de notre visite dans l'entreprise à la mi-novembre. Il s'agit de la Spunta, comme on l'apprend lorsque Siem et Sandra montrent leur fierté. Le fait que Siem soit là n’est en fait pas bon signe, car tous les bulbes ne sont pas encore plantés dans le sol. Les gens attendent avec impatience quelques jours secs. "Normalement, tous les bulbes de tulipes sont plantés en octobre", explique Siem. "En novembre, l'accent est mis sur le tri et la livraison des plants de pommes de terre. Nous sommes également occupés à planter la seconde moitié des 7 millions de tulipes que nous semons en hiver."

Pommes de terre précoces
Le reste de l'année, les travaux sur les principales cultures se succèdent agréablement, créant ainsi un film de travail tout au long de l'année à la Kwekerij Siem Munster. En raison de l'automne humide, c'est maintenant un peu un casse-tête. "Nous espérons recevoir les bulbes avant Noël", dit Siem en riant mais avec un ton sérieux. Il s’attend sans aucun doute à ce que les conditions extrêmement humides durant la saison des semis se reflètent dans le rendement. "Certaines tulipes ont été plantées tôt, sur les parcelles les plus lourdes, et elles ont reçu beaucoup d'eau. Le reste doit encore être planté en pleine terre, il y a une longue période entre les deux."

En revanche, cette année, elle est effectivement favorable aux grandes cultures. Alors que de nombreux producteurs ont de grandes difficultés à récolter leurs pommes de terre ces mois-ci, Siem avait déjà reçu ses plants de pommes de terre avant les fortes pluies. "Nous sommes toujours en avance avec cela. Cela peut nous coûter quelques kilos de rendement, mais cela ne compense pas l'avantage en termes de planification du travail. En septembre et octobre, nous avons les mains pleines pour planter des bulbes à l'extérieur et les planter pour le forçage. "

Perdrix à terre
En plus des plants de pommes de terre et des tulipes, ils cultivent un certain nombre de cultures qui contribuent à une saine rotation des cultures : des semences de graminées, du blé d'hiver et parfois des betteraves sucrières. De plus, une partie de la zone a été conçue comme des champs naturels pour promouvoir la biodiversité et les populations d'oiseaux. "Nous constatons que la production durable devient de plus en plus importante et nous voulons y contribuer", déclare Sandra. "Par exemple, nous cultivons de la luzerne avec des bandes de mélanges riches en herbes spécialement pour les oiseaux. L'effet ? L'année dernière, un groupe de perdrix vivait sur nos terres et c'est assez unique", explique Sandra avec enthousiasme. "De plus, les cultures à faible rendement donnent au sol un repos supplémentaire", poursuit Siem. "Cela garantit une meilleure structure du sol."

Tout ce qui quitte l'entreprise se voit attribuer une nouvelle fonction

-Sandra Munster

D'autres initiatives durables de la Kwekerij Siem Munster sont les bordures de champs qui fonctionnent comme des zones sans culture, le grand nombre de panneaux solaires sur le toit et le recyclage des déchets. "Les bulbes et les restes de feuilles des tulipes de forçage vont dans un bio-digesteur. Le terreau et le sable sont également réutilisés. En fait, tout ce qui sort de l'entreprise ici a une fonction." Les entrepreneurs le racontent comme si c'était la chose la plus normale au monde, cela faisait partie de leur métier.

Et pourtant, il y a aussi une certaine sensibilité lorsque l'on continue à parler de « l'exercice du métier ». "En tant qu'agriculteur, vous voulez pouvoir produire un bon produit. Malheureusement, cela ne va plus de soi : les permis, les certifications, les audits et les tracas administratifs qui vont avec. Rien n'est lié, ce qui signifie qu'en tant que secteur nous faisons beaucoup trop de mauvaises choses. Nous ne nous occupons plus de ce que nous devons faire : les agriculteurs. La période est complètement terminée, alors oui, nous soutenons pleinement les protestations des agriculteurs. La crise de l'azote n'est « que » la dernière paille."

Marché frais fermier
Cela renforce Siem et Sandra dans leur conviction : "Nous devons montrer au consommateur ce que nous faisons." Les excursions en sont un exemple, mais aussi les emplacements pour camping-cars qu'ils ont aménagés et le « Boerenversmarkt » qu'ils ont créé en collaboration avec d'autres entrepreneurs. Sandra : "Nous voulons présenter le secteur sous un jour positif et nous le faisons avec la passion de raconter notre histoire." L’entrepreneur n’a aucun doute sur la nécessité de cela. "Mensen willen weten: wie is die man die mijn bloemkool teelt? Onze regio, de Wieringermeer, staat bekend om het hoogwaardige pootgoed dat er geteeld wordt en in zakken naar Afrika gaat. Bijna niemand weet dat. Op de Boerenversmarkt kun je een lokaal patatje Manger."

Le secteur de la pomme de terre a besoin d'un fonds commun

- Siem Munster

Selon Siem, le secteur de la pomme de terre peut encore beaucoup apprendre du secteur des tulipes à cet égard. "En tant que producteurs de fleurs, nous versons chaque année un pourcentage de nos revenus à Tulip Promotion Pays-Bas. Ce budget est utilisé pour organiser la journée annuelle des tulipes sur la place du Dam à Amsterdam et pour la promotion lors de la Grüne Woche et des événements de patinage. Un fonds commun pour le marketing autour des pommes de terre. ... ce serait bien. Par exemple, le collectif de producteurs affilié au HZPC pourrait être utilisé à cet effet." Sandra ajoute : « Il est également important de continuer à investir dans des initiatives locales, telles que les journées portes ouvertes. Le consommateur doit être plus proche de l'agriculteur. Il existe une opportunité pour le secteur de montrer ce que nous faisons et comment nous le faisons.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant ce reportage photo ? Faites le nous savoir

Jeannette Pennings

Jeannet a ses racines dans le secteur des bulbes à fleurs et elle a grandi dans une entreprise agricole du nord de la Hollande du Nord. En tant que généraliste, elle rapporte pour Boerenbusiness dans tous les secteurs. Elle explore également les possibilités de la publicité sponsorisée.

En savoir plus sur

Rapport d'entreprise
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 6
en bas 22 Novembre 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/fotoreportage/10884765/de-consument-laten-zien-wat-we-doen]'Montrer au consommateur ce que nous faisons'[/url]
Si vous lisez cet article, il vendrait quand même sa propre femme.
Jesse K. 23 Novembre 2019
Malgré toutes les bonnes intentions, 40 % des Néerlandais, les coquins bien connus de la gauche, ne voient que du poison, de la pollution, même s'il ne s'agit que d'une molécule, et ne croient qu'aux reportages de gauche.
Ton Westgeest 23 Novembre 2019
Nous n'avons pas besoin de montrer ce que nous faisons, les citoyens le savent vraiment...

On peut mieux montrer ce que fait l'industrie : émettre de l'azote et du CO2 sans permis !!!

Qu'est-ce que cela est simplement attribué à l'agriculture avec mesure......
Piet 26 Novembre 2019
Norme inaccessible consommée par des tiers.

Le VVD a tout simplement ignoré cela et crie aveuglément cette norme, qui est vraiment trop malade pour être décrite.

À quel point cela peut-il être difficile pour un cabinet préoccupé par les balayeurs de suie, qui joue à Sinterklaas aux lobbyistes et qui est au devant de l'écran lorsque des accidents d'avion et d'autres friandises apparaissent ?

Plus inquiétant encore est l'état comateux des agriculteurs et l'omission complète de ces faits dans les médias (Comment est-ce possible...? D'où viennent les rapports sur le tremblement de terre de Groningue, les rapports sur le bruit de Lelystad, le mazout pollué R'dam et le nettoyage Du sable hollandais pour des déchets pollués en provenance de Belgique, où est la fin de cette politique insensée et irrespectueuse des lobbyistes ?

Notre démocratie a été combattue, pas de référendums, les maires ne peuvent toujours pas être nommés : ce sont des pratiques mafieuses pour un peuple qui roule dans la décadence jusqu'à ce qu'il soit complètement soumis et qu'il n'y ait plus aucun retour en arrière, nous sommes surveillés, mentis et trompés.

Les agriculteurs finissent par venir prendre le thé à La Haye et se laissent renvoyer avec "Julie n'est pas le problème mais la solution", à mon grand étonnement j'ai entendu cela 74 ans plus tôt, ce n'est rien d'autre que le bien pensé- pour asservir la population (hypothèque), des lobbys d'asservissement sont menés sans discernement.

Le dernier lobby de l'expropriation en retournant l'opinion publique contre les agriculteurs est vraiment la hauteur insensée de nos dirigeants élus.
(avec subvention en chaîne).
paul 26 Novembre 2019
Les écailles tombent de mes yeux.
Abonné
Leo 26 Novembre 2019
Nous pouvons apprendre beaucoup de l’industrie ; ne montrez rien aux consommateurs ! Qui vend ses betteraves sucrières individuellement aux consommateurs pour le café ? Ou du blé ? Ou une cellule de 1000 tonnes de pommes de terre ou d'oignons ? C'est vrai, personne. Donc tout comme l'industrie, de hautes clôtures autour de votre entreprise, un portail fermé et si des questions se posent, « pas de commentaire » !!
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login