Sur Google Earth, les cercles où l'irrigation se fait avec des pivots centraux sont clairement visibles. Cette zone de culture autour de Hail couvre 2.050 XNUMX hectares de pommes de terre.
L'entreprise où les frères Wilko et Piet Regnerus étaient actifs possède 10.000 35.000 hectares de terres arables. La taille totale de l'entreprise est de XNUMX XNUMX hectares avec principalement des arbres fruitiers. Photos : Piet Regnerus
Le domaine de la pomme de terre couvre 1.000 XNUMX hectares. Principalement de la variété Markies pour l'industrie de la frite et le marché de la pomme de terre de table.
L'entreprise cultive également des oignons. Les rendements sont de l'ordre de 70 à 80 tonnes par hectare.
Tout est en train de pleuvoir. L'engrais est ajouté avec l'eau. Cela refroidit également la récolte. Les températures montent à 50 degrés.
Le grain et la luzerne sont pressés en petites balles et vendus aux fermes laitières et camelines.
Une installation de pompe pour 2 pivots. L'eau vient de 250 mètres de profondeur et est à 36 degrés. Le réservoir blanc est de 4.000 10 litres de diesel. Coût : XNUMX cents le litre.
Une grande partie de l'entreprise comprend des arbres avec principalement des dattes et des oliviers, mais aussi des pêchers.
Rema Machines a développé un arrache-fanes et une machine à couper les racines pour l'abattage mécanique des fanes.
La machine tire les fanes hors du billon et détache le sol. De cette façon, l'oxygène pénètre dans le dos, ce qui aide à prévenir la rhizoctonie. Ennemi numéro 1 de ces patates.
L'abattage des fanes se faisait auparavant chimiquement avec 5 litres de Reglone par hectare.
Le feuillage reste sur les crêtes pour éviter le dessèchement. Les mottes pointues endommagent le tubercule lors de la récolte.
Devant la machine à 6 rangées se trouve une New Holland de 260 ch.
Rema a commencé avec la machine aux Pays-Bas l'année dernière et a également vendu quelques exemplaires à l'étranger. C'est le premier de cette saison.
La technique de récolte est issue du Spudnik américain. Avec l'aide de moissonneuses-batteuses, 10 rangs sont récoltés à la fois.
L'entreprise possède 3 de ces semoirs à 6 rangs. Il y en aura 3 de plus l'année prochaine. La superficie passe alors à 2.000 XNUMX hectares.
Le chaume de luzerne ou de céréales est arraché après la récolte. Ensuite, les pommes de terre sont plantées. La rotation est de 1 sur 3.

Reportage photo Arabie Saoudite

Cultiver des pommes de terre dans le désert

31 mai 2018 - Editeurs Boerenbusiness - Réaction 1

La culture de la pomme de terre est une culture en pleine croissance au Moyen-Orient. La culture donne la valeur nutritionnelle la plus élevée par litre d'eau épargnée. Le désert d'Arabie saoudite est cultivé pour la culture de la pomme de terre sur une ferme de 35.000 XNUMX hectares. Tout est impressionnant dans cette façon d'être pionnier.

Les frères Piet et Wilko Regnerus, de Regnerus Machines (Rema) de Ferwert en Frise, viennent de rentrer du désert d'Arabie Saoudite. Juste à temps, car en juin la température monte à 50 degrés. Pourtant, la pomme de terre est également cultivée ici, même de plus en plus. Le gouvernement saoudien a jeté son dévolu sur la récolte. La consommation d'eau est considérablement inférieure à celle des céréales, tandis que la valeur nutritionnelle est plus élevée.

Abattage mécanique des fanes
Les frères Regnerus tentent de faire revivre l'arrache-fanes pour l'abattage mécanique des fanes de pommes de terre. Par exemple, ils veulent être indépendants de la destruction chimique des fanes ; Il y a beaucoup d'intérêt pour la machine, qui combine l'arrachage des fanes avec la coupe des racines, à la fois dans le secteur international de la pomme de terre biologique et conventionnelle. D'anciennes études IMAG ont été récupérées et combinées avec la technologie du XXIe siècle. Aux Pays-Bas, 3 de leurs machines EnvimaxX fonctionneront cette année. Le premier de cette saison, un modèle à 6 rangées de 90 centimètres, tourne en Arabie Saoudite.

"Notre client possède une entreprise de 35.000 10.000 hectares dans le nord du pays, dont 200 170 hectares de cultures", explique Piet Regnerus. "Ils cultivent de la luzerne, des oignons, du blé, de l'orge et des pommes de terre pour lesquels plus de 1.000 pivots ont été installés. 2.000 d'entre eux sont actifs, car toute l'eau n'est pas adaptée à l'irrigation. Le reste de l'entreprise se compose de vergers avec des dattes, des olives et pêches. La superficie de la pomme de terre s'étend sur 1.000 1.5000 hectares et l'ambition est d'atteindre XNUMX XNUMX hectares. Marquis est la variété principale, dont la majeure partie est transformée en chips. Le reste est vendu en pommes de terre de table. Selon la saison, XNUMX XNUMX à XNUMX, XNUMX XNUMX salariés sont employés. »

Eau
« Les rendements à l'hectare sont en moyenne de 30 à 40 tonnes par hectare. Cela pourrait être plus élevé, mais la récolte se fait quand le marché l'exige. Les oignons poussent pleinement et les rendements sont de 70 à 80 tonnes par hectare. , pour que tout soit irrigué, en partie pour refroidir la culture. Les pivots mesurent environ 10 mètres de long et fonctionnent 800 heures sur 24. L'entreprise fait alors passer 168.000 0,10 litres de gasoil, à 250 € le litre "L'eau est pompée jusqu'à 36 mètres de profondeur et XNUMX degrés. Il y a une recherche continue pour plus d'eau. Plus vous la pompez profondément, plus la salinité est élevée. L'irrigation goutte à goutte est de plus en plus utilisée pour économiser l'eau.

Le désert ne consiste pas en 1 type de sol

Rhizoctonia
En plus des tempêtes de sable, la rhizoctonie est un problème majeur. Le taux d'abandon se situe entre 7 % et 64 % ; avec une moyenne de 35 %, les pertes sont extrêmement élevées. Pour contrer cela, l'entreprise expérimente maintenant l'arrachage des fanes et la coupe des racines. Les tubercules durcissent alors plus rapidement, après quoi la récolte se fait avec moins de dégâts. De plus, le feuillage vert reste au-dessus des buttes, de sorte que le sol s'assèche moins rapidement. La coupe donne au dos une structure lâche et permet à l'oxygène d'atteindre les tubercules. L'abattage des fanes dans la variété difficile Markies se faisait auparavant avec 5 litres de Reglone (diquat) par hectare. Ces coûts sont désormais économisés. La récolte passe par les grosses machines de l'américain Spudnik en 2 phases, pour atteindre la capacité, avec 10 rangs à la fois.

"Le désert ne consiste pas en 1 type de sol", sait Regnerus. "L'endroit où nous travaillions était composé d'argile et de sable. Il ne faut pas oublier que c'était autrefois le fond de l'océan. Tous les sols ne conviennent pas à la culture des pommes de terre. Le vrai sol du désert est constitué de petites pierres. Vous ne pouvez rien faire pousser du tout. La teneur en matière organique est de 0. Tous les engrais sont mélangés à l'eau. En raison des engrais liquides, un pivot a déjà été amorti en 10 ans. Avec seulement un arrosage, il peut durer au moins deux fois plus longtemps. La construction Le plan se compose de céréales et de luzerne suivies de blé dans une rotation de 1 sur 3. Si cela ne peut pas être cultivé, il restera en jachère.

Expansion de la culture
L'expansion est simple. Avec de gros bulldozers, le sol du désert est aplati et foré dans l'eau. En raison du faible prix du pétrole, l'asphalte est également très bon marché. Toutes les routes sont construites en interne. Le gouvernement interdit l'exportation de pommes de terre, car une pomme de terre est constituée à 80 % d'eau « virtuelle ». Le marché intérieur est vaste. La zone rurale comprend 16.000 2015 hectares. En 68, le pays a importé pour XNUMX millions d'euros de puces des Pays-Bas. Cela en fait le quatrième client, après le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France. La luzerne est vendue aux fermes laitières de la région.

Au milieu des années 70, la culture de la pomme de terre était introduction en Arabie Saoudite. Les Pays-Bas ont été étroitement impliqués dans le développement des cultures dès le départ. La production annuelle est actuellement d'un demi-million de tonnes. Principalement parce que les rendements à l'hectare ont augmenté de 33 %. Les pommes de terre de semence sont cultivées localement et beaucoup sont importées de notre pays. En année de pointe 2016, plus de 27.000 XNUMX tonnes.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant ce reportage photo ? Faites le nous savoir
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Réaction 1
Janvier 2 Juin 2018
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/foto/fotoreportage/10878721/potatoes-telen-in-de-woestijn][/url]
Aussi à cet impressionnant? la gloire touche à sa fin. quand l'eau vient à manquer. Je continue de m'étonner que ces riches pays pétroliers gaspillent leur eau rare de cette façon. Quelle part de la récolte est transformée en chips/chips ?
Dans un pays comme le Yémen, où, pour ne rien arranger, il y a aussi une guerre dégradante, l'eau est déjà si profonde qu'il est impossible de s'en emparer, même pour la consommation humaine. Et là, il pleut encore plus.
Abonné
Jupe 3 Juin 2018
Les Arabes pensent avec de l'argent, tant qu'il y a de l'argent ils ne pensent pas.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login