Bayer CropScience

Présenté par Bayer CropScience

« La culture des oignons se passe bien, mais les inquiétudes augmentent »

22 mai 2024

La culture de l'oignon dans l'est des Pays-Bas s'est considérablement développée ces dernières années. De nombreux nouveaux producteurs ont vu le jour, notamment sur les sols sableux et vallonnés du sud-est de la Drenthe et du nord de l'Overijssel, mais aussi plus au sud dans l'Achterhoek. Pour ces nouveaux arrivants, ce furent principalement de « bonnes années » avec de bons prix (au champ) et quelques revers majeurs dans la culture.

"Les agriculteurs ont désormais prouvé qu'on pouvait cultiver d'excellents oignons à partir des sables orientaux", résument les conseillers en culture Florian Gommer et Wobbe van der Veen d'Agrowin BV sur l'évolution de leur domaine de travail. Dans le même temps, leur préoccupation face aux maladies et aux ravageurs augmente. La lutte contre les nématodes en particulier devient un défi de plus en plus difficile, mais les mouches de l'oignon et du haricot ainsi que le mildiou sont également de redoutables adversaires.

La culture de l'oignon dans l'est des Pays-Bas a-t-elle atteint son maximum ? Florian Gommer réfléchit un instant à la question et déclare : « Je pense qu'il y aura des pourcentages supplémentaires dans mon domaine de travail. Près de la moitié de mes clients cultivent des oignons sur les sols sableux et de vallée entre Emmen et Hardenberg. Surtout depuis 2018. Il y a Il y a eu des expansions majeures ici - parfois même avec un doublement annuel par entreprise. Beaucoup sont proches du maximum de 1 sur 8 en termes de rotation des cultures, mais je m'attends toujours à une certaine expansion.

Pour Wobbe van der Veen, qui a l'Achterhoek comme zone de travail, les cartes sont légèrement différentes. « De nombreux agriculteurs de ma zone de travail cultivent à grande échelle des pommes de terre de semence et de consommation. Cela se fait principalement sur des terres louées auprès d'éleveurs. Les activités commerciales sont presque entièrement axées sur les pommes de terre ; en termes de travail et en termes de temps de récolte. C'est pourquoi il y a En plus des démarreurs, il y a aussi quelques bouchons. Néanmoins, je m'attends à ce que la culture de l'oignon continue à croître lentement ici.

Florian Gommer (à gauche) et Wobbe van der Veen travaillent tous deux comme conseillers en cultures arables chez Agrowin BV. La zone de travail de Florian est le sud-est de la Drenthe et le nord-est de l'Overijssel (zone située entre Emmen et Hardenberg et une partie de l'Allemagne), la zone de travail de Wobbe est l'Achterhoek.

La lutte contre les nématodes est la priorité
Interrogés sur le plus grand défi de la culture de l'oignon, les deux hommes mentionnent le contrôle des nématodes. Le nématode des lésions des racines (P. penetrans) est de loin le plus dommageable, mais aussi les nématodes libres (Trichodorus spp.) et les nématodes à galles (M. hapla et M. chitwoodi/fallax) causent parfois des dégâts importants dans les cultures, comme Gommer le sait. L'interdiction du médicament Vydate ne fera que rendre la lutte contre les nématodes plus difficile, dit-il. "L'échantillonnage préalable des nématodes était déjà très important, mais cette importance ne fera que croître encore. Il faut savoir comment se portent les nématodes, sinon il n'est vraiment pas nécessaire de semer des oignons dans certaines parcelles."

Afin de garder le contrôle des nématodes, Gommer s'attend à ce que la culture des soucis (soucis) pour lutter contre les nématodes joue un rôle de plus en plus important dans son domaine de travail. Ces dernières années, cette culture était souvent pratiquée comme culture de suivi après la récolte des céréales, mais la culture en solo a désormais pris le dessus. "Avec une telle culture en solo, vous risquez de manquer une année de culture entière, mais le résultat du contrôle des anguilles Penetrans est bien meilleur qu'avec une culture ultérieure. Je m'attends donc à ce que de plus en plus de champs deviennent orange dans les années à venir."

Dans l'Achterhoek, les problèmes liés aux nématodes ne sont pas encore aussi graves que dans la région des vallées sablonneuses, mais Van der Veen constate que les producteurs doivent de plus en plus y faire face. "Avec l'engrais vert obligatoire sur sol sableux, les parcelles sont vertes presque toute l'année, ce qui rend la réduction des nématodes très difficile. Aucun engrais vert ne réduit tous les types de nématodes, c'est donc toujours un compromis. Avec cette connaissance, vous pouvez supposer que la lutte contre les nématodes va se poursuivre dans les années à venir. Cela ne va pas devenir plus facile. »

Préoccupations concernant la mouche de l'oignon et du haricot
Un autre défi consiste à lutter contre la mouche de l'oignon. Selon Gommer, la pression parasitaire est actuellement encore assez faible dans sa zone de travail, mais il voit que cela peut rapidement changer si (encore) plus d'oignons sont cultivés. Il cite les zones de culture les plus septentrionales de la Drenthe - le Monden - où la pression parasitaire a désormais considérablement augmenté. « Il est très important que le plus grand nombre possible de producteurs participent à la technologie des insectes stériles (SIT), car cela permet de lutter correctement contre les ravageurs. Dans ma zone de travail, on estime qu'environ 80 % des producteurs d'oignons participent à la SIT. . Cela signifie que la mouche de l'oignon est pour le moment bien contrôlée." Van der Veen partage les inquiétudes concernant la mouche de l'oignon, mais pense que la mouche du haricot constitue actuellement un problème plus important. "Surtout au début de la culture, nous constatons de plus en plus de dégâts causés par la mouche du haricot. Cet insecte a non seulement de nombreuses cultures hôtes, ce qui lui permet d'hiverner facilement, mais il se nourrit également de matières organiques fraîches telles que l'engrais vert incorporé et également le lisier - Les sols sablonneux de l'Est sont traditionnellement largement utilisés.

Attaqué par le mildiou
En ce qui concerne les champignons, le mildiou est de loin le client le plus dangereux. Heureusement, la pression des maladies n’a pas été trop forte au cours des deux dernières saisons, mais 2021 a été une véritable année de mildiou. Selon les deux conseillers, le champignon a surpris de nombreux (nouveaux) producteurs. "La culture de l'oignon étant encore relativement nouvelle, certains producteurs n'avaient jamais rencontré de mildiou auparavant. En conséquence, la maladie n'a pas été détectée à temps partout et un certain nombre de parcelles ont été gravement touchées. Le mildiou a une période d'incubation assez longue, mais une fois dans la culture, les choses peuvent arriver très rapidement. Cela a été un signal d'alarme pour de nombreux producteurs - mais aussi pour nous. Nous sommes désormais encore plus vigilants qu'auparavant lors des matins humides et brumeux", déclare Van der Veen.

Nouveau label pour Fandango
En ce qui concerne les remèdes disponibles contre le mildiou, l'offre est de plus en plus restreinte. Van der Veen indique le remède Fandango, qui l'année prochaine - avec une nouvelle étiquette - ne pourra être utilisé que deux fois au lieu de quatre par saison. "Il est vraiment dommage qu'un produit aussi puissant et fiable puisse bientôt être utilisé moins souvent. Cela rendra un peu plus difficile la réalisation correcte du programme de pulvérisation", a déclaré le conseiller. Un autre goulet d’étranglement réside dans le fait que l’énigme d’une bonne gestion de la résistance devient de plus en plus difficile à résoudre. « Pour répondre aux directives du FRAC, il va falloir avoir un maximum de variété et nous avons littéralement besoin de toutes les ressources disponibles », souligne-t-il encore une fois.

Les deux conseillers notent que la sensibilisation des producteurs au thème de la gestion de la résistance est - heureusement - croissante. "Les discussions à ce sujet deviennent de plus en plus sérieuses. Cela indique que les producteurs sont conscients qu'une gestion intelligente de la résistance est nécessaire pour maintenir l'efficacité des ressources restantes", conclut Van der Veen.

Cette analyse de rentabilisation est alimentée par :
Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login